Étiquette : voyage

Une Plume arc-en-ciel đŸŒˆ

 

Coucou ma chĂšre Plume !

Avant toute chose, je tenais à te remercier car tu as su insuffler en moi cette envie de vouloir réaliser un défi


« L’envie d’avoir envie » comme le dit si bien Johnny dans sa jolie chanson


Et si tu me lis, Ă  cet instant bien prĂ©cis, tu sauras toi de quoi je te parle mais entre nous soit dit et je pense que tu seras d’accord avec moi, faudrait-il aussi que je mette au parfum mes chers amis(es) lecteurs afin qu’il puisse comprendre de quoi il s’agit exactement


J’ai toujours aimĂ© les dĂ©fis, que ce soit dans le domaine du sport (surtout la course Ă  pied), oĂč encore d’essayer de rester le plus longtemps possible sous l’eau (dans ma baignoire, piscine oĂč l’ocĂ©an), oĂč de chanter a capella une chanson de MaĂźtre Gims (ça me dĂ©tend) oĂč mĂȘme de savoir citer comme ça les capitales du monde entier (mon petit plaisir personnel, va savoir pourquoi ?) en veillant Ă  ne pas me tromper.

Mais lĂ , il s’agit d’un dĂ©fi qui dĂ©passerait largement tout ce que je viens d’énumĂ©rer


Un défi beaucoup plus passionnant


Un dĂ©fi que j’affectionne particuliĂšrement et que pourtant je n’avais plus souhaitĂ© rĂ©aliser depuis le dĂ©cĂšs de mon cher et tendre Papounet


Un dĂ©fi que tous les amoureux de l’écriture apprĂ©cient en rĂšgle gĂ©nĂ©rale


Il s’agit bien-sĂ»r du dĂ©fi d’Ă©criture ! Et lĂ , bien-sĂ»r de ton dĂ©fi Ă  toi, ma trĂšs chĂšre Plume


Et je peux te dire qu’il m’a vraiment emportĂ©e tant j’ai Ă©tĂ© enthousiasmĂ©e par ton idĂ©e que vous pourrez chers amis lecteurs trouver ci-aprĂšs :

À prĂ©sent, si tu le veux bien ma chĂšre Plume, je t’embarque avec moi car je pense que tu dois ĂȘtre autant impatiente que je le suis


Impatiente de savoir dans quel lieu je souhaiterais t’emmener


Tu es fin prĂȘte ? Alors, c’est parti ! Nous allons maintenant droit en direction de mon pays natal ! Et me connaissant quelque peu depuis que nous nous suivons mutuellement sur WordPress en Novembre 2018, tu l’auras sans doute compris, nous partons toi et moi Ă  Madagascar.

Eh oui ! Cette grande üle qui est si chùre à mon cƓur !

Une Ăźle que l’on surnomme aussi « L’üle Rouge » en raison de sa latĂ©rite si pigmentĂ©e et dont tu pourras sous peu admirer


Et lĂ , bien Ă©videmment, comme par enchantement car nul besoin de prendre l’avion tant le voyage durerait trop longtemps : soit 11 heures de temps ! Et comme je suis d’un caractĂšre quelque peu impatient (oui, je l’avoue) alors j’ai dĂ©cidĂ© de nous tĂ©lĂ©porter toi et moi directement Ă  Antananarivo, la belle Capitale (lieu de naissance de mon frĂšre) puisque j’ai ce pouvoir entre les doigts.

Ben oui, c’est Ă  ça aussi que sert l’écriture !! Se permettre toutes sortes de choses incroyables qui n’existeraient point dans notre rĂ©alitĂ©.

Et lĂ , nous sommes donc Ă  Antananarivo et qui plus est pas dans n’importe quel endroit ! Un lieu que je voulais absolument que tu dĂ©couvres et qui n’est autre que le Palais de la Reine Ranavalona III.

Je ne sais pas si tu aimes l’histoire (pour ma part, j’adore) mais je me suis dit que cela te plairait de visiter ce chĂąteau appelĂ© « Rova ».

Un monument historique qui ne te laissera pas indifférente


Un monument qui fut hĂ©las endommagĂ© par un incendie en Novembre 1995 Ă  la maniĂšre de notre Dame de Paris (Avril 2019) mais qui depuis et bien heureusement a Ă©tĂ© petit Ă  petit reconstruit et dont tu pourras aujourd’hui apprĂ©cier sa belle architecture sous toutes les coutures.

Et tu ne m’en voudras pas, si Ă  un certain moment de notre visite, je versais ma petite larme d’émotion car oui, j’avais tout de mĂȘme 16 ans lorsque j’arpentais pour la toute premiĂšre fois les intĂ©rieurs du « Rova » en compagnie de ma famille.

Mais ne t’inquiĂšte pas, ma nostalgie sera vite dissipĂ©e en visitant ce lieu chargĂ© d’histoire avec toi


Et puis, Ă©tant ton guide touristique attitrĂ©, je ne manquerai pas de t’expliquer dans les moindres dĂ©tails Ă  l’aide de mon prĂ©cieux carnet de notes toutes les dates importantes de la trĂšs passionnante et si riche histoire de la monarchie Malgache. Ses Rois, ses Reines, Princes et Princesses


Si bien, que tu finirais toi-mĂȘme par tout savoir sur ledit sujet !

Si ! Si !

Car oui, je dois aussi t’avouer que je suis extrĂȘmement intarissable lorsque je me mets Ă  parler de mon Ăźle natale.

Une véritable bazarette !! Mais si tu aimes bavarder alors tu apprécieras


Eh bien voilà que notre visite culturelle des plus enrichissantes vient tout juste à peine de se terminer ma chùre Plume


Oui, je sais, les meilleures choses ont toujours une fin mais que dirais-tu à présent de prolonger notre voyage en allant à Mantasoa ?

Et c’est lĂ  que tu me dirais sans plus tarder avec curiositĂ© :

« Mantasoa ? C’est une ville ? »

Et je te répondrai alors avec une certaine excitation dans la voix :

« C’est un endroit magique ! Tu verras. Un lieu idyllique, un peu comme s’il Ă©tait hors du temps et qui se trouve en dehors de la ville de Tananarive »

« HĂąte d’y aller alors CĂ©cile ! »

« Oui, moi aussi ! Et lorsque nous arriverons lĂ -bas, nous sĂ©journerons durant deux jours dans un charmant hĂŽtel-restaurant qui s’appelle l’Ermitage »

« L’Ermitage ? Il porte bien son nom je trouve ! »

« Oui, comme tu dis ! C’est parce qu’il est situĂ© en pleine nature dans une tranquillitĂ© absolue tout prĂšs d’un grand lac artificiel portant aussi le nom de Mantasoa »

« Wahou ! J’ai vraiment hĂąte de dĂ©couvrir cet endroit CĂ©cile ! »

Et lĂ , en un claquement de doigt, nous voilĂ  dĂ©jĂ  toi et moi au cƓur de la forĂȘt d’eucalyptus de Mantasoa en train de nous promener tranquillement Ă  cheval tout en explorant et en respirant Ă  pleins poumons le bon air si pur et vivifiant de ce lieu incroyablement paisible.

Car oui, je ne te l’ai pas dit mais nous sommes d’excellentes cavaliĂšres Ă©mĂ©rites toi et moi et donc nul besoin de prendre des cours d’équitation au prĂ©alable


Eh oui ! C’est ça la magie de l’écriture !

Ainsi, si tu n’étais encore jamais montĂ© Ă  cheval de toute ta vie et que cela faisait parti de ta wish list (sait-on jamais), eh bien voici que ce vƓu est exaucĂ© !

Et c’est là que je rajouterai :

« Quel plaisir d’ĂȘtre ici en ta compagnie ma Plume ! »

Et toi de me répondre :

« Et moi donc Cécile ! Tu avais raison. Cet endroit est vraiment hors du temps ! »

Puis, pour terminer notre jolie balade, histoire de se sentir encore plus apaisĂ©es, montons Ă  bord de cette barque motorisĂ©e conduite par un guide Malgache connaissant comme sa poche le lac Mantasoa et laissons nous voguer et bercer par le doux clapotis des vagues tout en admirant les rares et belles demeures en bois qui bordent cet immense lac de rĂȘve


De quoi nous requinquer à bloc !! N’est-ce pas ?

Et je suis certaine Ă©tant donnĂ© que tu aimes la photographie que tu ne manqueras pas d’immortaliser notre pĂ©riple par de sublimes clichĂ©s !

Puis le lendemain, aprĂšs une bonne nuit de sommeil, il serait important d’aller visiter la maison du cĂ©lĂšbre architecte Jean Laborde se trouvant non loin d’ici.

Sur ce, allons-y ! Bien Ă©quipĂ©es de nos sac Ă  dos contenant victuailles et gourdes d’eau car il faudra tout de mĂȘme parcourir quelques bons kilomĂštres Ă  pied Ă  travers le village de Mantasoa avant de pouvoir nous retrouver enfin face Ă  la jolie demeure de Jean Laborde.

« Mais pourquoi ne pas nous tĂ©lĂ©porter directement lĂ -bas, CĂ©cile ? » me diras-tu alors peut-ĂȘtre.

Et c’est lĂ  que je te rĂ©pondrai avec un petit sourire malicieux :

« Pas cette fois-ci ma Plume mais tu verras tu aimeras cette marche Ă  pied tout comme je l’avais moi-mĂȘme apprĂ©ciĂ© Ă  l’ñge de 16 ans car je pense qu’il faut savoir aussi prendre son temps, savoir s’attarder sur la nature qui nous entoure et lĂ , ce sera vraiment le moment idĂ©al »

Et puis ce n’est tout de mĂȘme pas quelques kilomĂštres qui nous arrĂȘteront, n’est-ce pas ?

C’est que ça se mĂ©rite de visiter la maison de Jean Laborde !

Ah oui ! Et j’allais oublier de te dire l’essentiel Ă  son sujet. C’est lui qui dessina le fameux palais de la Reine Ranavalona que nous avons visitĂ© lors de notre arrivĂ©e Ă  Antananarivo. À l’origine, il Ă©tait construit en bois, ce qui explique pourquoi il pris aussi rapidement feu en 1995.

À prĂ©sent, un petit cours d’histoire s’impose afin que tu en saches davantage sur cet architecte ambitieux, loin d’ĂȘtre un homme ordinaire


Ce que tu dois savoir, c’est qu’il contribua beaucoup Ă  l’industrialisation Malgache durant le rĂšgne de la Reine Ranavalona 1Ăšre en lui fabriquant en premier lieu des fusils ainsi que des canons pour son armĂ©e Malgache.

Puis comme il devint par la suite son amant et disons-le trÚs proche de la royauté Malgache alors il eut pas mal de faveurs et privilÚges pour réaliser grand nombre de ses projets industriels


Ainsi et toujours avec l’autorisation de la Souveraine, il fit de Mantasoa en 1837, une citĂ© quasi industrielle en y construisant : ponts, routes, barrages, hauts fourneaux, fours Ă  chaux ainsi que sa propre maison en bois que nous n’allons plus tarder Ă  visiter


Ben oui ! C’est qu’il lui fallait bien un habitat sur place pour pouvoir rĂ©aliser toutes ses Ɠuvres !

Et ce n’est pas fini ! C’est lui aussi qui imagina et crĂ©a le fameux lac artificiel « Mantasoa » dont tu as pu admirer la splendeur tout Ă  l’heure


Pour te dire ! Il fit pas mal de choses pour embellir et moderniser Mantasoa et mĂȘme  son propre tombeau qu’il avait alors bĂątit lui-mĂȘme par avance et dans lequel il repose dĂ©sormais depuis la date de son dĂ©cĂšs en 1878.

VoilĂ  pour le petit cours d’histoire qui me semblait nĂ©cessaire


Nous voici Ă  prĂ©sent Ă  l’intĂ©rieur de sa grande maison en bois


Qu’en dis-tu ma Plume ? Pas mal n’est-ce pas ? Je te laisse juger par toi-mĂȘme


Je ne sais pas pour toi mais moi ça me fait toujours quelque chose lorsque je me retrouve dans un lieu qui autrefois aurait Ă©té  habitĂ© par un personnage historique


Je me souviens notamment de la maison natale de Mozart à Salzbourg et maintenant voici celle de Laborde à Mantasoa


À chaque fois, je trouve cela toujours autant fascinant et incroyable


Voilà que notre visite vient de se terminer. J’espùre qu’elle t’aura plu !

Et Maintenant, je te propose une toute autre activité qui sans aucun doute te fera plaisir si tu aimes les animaux
 Enfin, surtout si tu aimes les singes


Et plus particuliĂšrement les LĂ©muriens


Ça te dit ? Alors, allons sans plus tarder nous rendre dans la rĂ©serve privĂ©e de « Lemurs’ Park », un immense parc botanique de 5 hectares se trouvant Ă  22 Km d’Antananarivo.

Là-bas, nous aurons le privilÚge de pouvoir observer 7 espÚces de lémuriens et qui plus est en totale liberté !

L’espĂšce la plus connue Ă©tant sans nul doute le LĂ©mur Catta reconnaissable Ă  sa longue queue rayĂ©e de 14 anneaux noirs et blancs


Ne sont-ils pas mignons ?

En plus, il peut mĂȘme leur arriver parfois de chanter et de danser


Si ! Si ! Je t’assure


Tiens ! Écoute celui-lĂ  qui te chante la sĂ©rĂ©nade et l’autre lĂ -bas qui veut Ă  tout prix que tu remarques sa danse


****

C’est si beau de les voir en libertĂ© dans ce bel environnement et non dans un zoo


VoilĂ  que tu as eu la chance de pouvoir rencontrer le symbole de la faune Malgache mais tu sais, notre voyage est loin d’ĂȘtre terminĂ© ! Il te reste encore pas mal de choses Ă  dĂ©couvrir !

Alors, dis-moi, as-tu le goĂ»t de l’aventure ? Je veux dire par lĂ , aimes-tu les sensations fortes ? Un petit peu d’adrĂ©naline, il en faut parfois dans la vie
 Alors, ça te dit ?

Et si oui et que tu n’as pas trop le vertige, partons immĂ©diatement rendre visite aux cĂ©lĂšbres Tsingy de Madagascar qui se trouvent au Parc National de Bemaraha, plus prĂ©cisĂ©ment dans la province de Majunga, Ă  environ 300 Km de Tananarive.

Mais rassure-toi, pas pour y faire de l’alpinisme mais juste pour observer d’un peu plus prĂšs ces incroyables et magnifiques cathĂ©drales rocheuses que l’on appelle « Tsingy » et que tu ne pourras voir nulle part ailleurs qu’ici, Ă  Madagascar


Petit cours de géologie ?

Toutes ces grandes étendues de calcaire que tu vois là sous tes yeux ébahis sont en partie composées de fossiles et de coquillages.

Incroyable, non ? Et te rends-tu compte qu’elles datent au moins de 160 millions d’annĂ©es, lorsque l’üle de Madagascar venait alors de se sĂ©parer de la plaque africaine


Ensuite, ce fut l’eau de mer et l’eau de pluie qui firent tout le reste en les ciselant et sculptant.

VoilĂ  pourquoi elles ont aujourd’hui cet aspect si Ă©trange et particulier que tu peux toi-mĂȘme constater


Et je peux te dire que c’est vĂ©ritablement un paysage unique au monde, presque surnaturel, je dirai


D’ailleurs, les Tsingy attirent toujours autant la curiositĂ© des botanistes, gĂ©ologues et biologistes


Et on peut parfaitement comprendre pourquoi !

Regarde comme elles sont impressionnantes, fascinantes !

Mais attention ma Plume, l’heure est grave maintenant…

Bon, peut-ĂȘtre que j’exagĂšre un peu aussi  mais nous voici devant un pont de singe ressemblant fortement Ă  celui du film d’ « Indiana Jones et le temple maudit ».

Ah ! La la ! Et comme tu peux le constater, il est juste exprùs au-dessus de ce canyon à couper le souffle


Comme si ça n’était dĂ©jĂ  pas assez compliquĂ© notre parcours !

Mais la question est : Oseras-tu le traverser pour pouvoir poursuivre notre randonnée ?

Je sais, ça donne le vertige et mĂȘme le tournis mais je voulais absolument t’emmener ici car je pense que c’est un lieu qui vaut vraiment le dĂ©tour


Alors ? Auras-tu osé finalement parcourir le fameux pont suspendu ?

Et si jamais c’était le cas, alors dis-toi que tu auras l’espace d’un instant rassasiĂ© ta soif de libertĂ© en endossant le rĂŽle intrĂ©pide d’Indiana Jones l’aventurier et crois-moi, ce n’est pas si frĂ©quent dans la vie de tous les jours


AprĂšs cette visite des plus vertigineuses mais Ă©poustouflante tu en conviendras, je te demande Ă  prĂ©sent de bien vouloir fermer les yeux et de compter jusqu’à 5


Oui, ça change un peu du claquement de doigt


Ça y est ! Tu peux maintenant les rouvrir


Alors, je te présente la plus belle merveille du monde, sa trÚs gracieuse Majesté « Renala ».

Admire sa force, sa grandeur
 Ça laisse sans voix, n’est-ce pas ?

Si bien, qu’on ne peut que s’incliner devant tant de beauté 

En fait, on se doit d’ĂȘtre infiniment respectueux lorsqu’on se retrouve ici, sur la plus belle avenue du monde


Non, pas celle des Champs-Elysées mais plutÎt celle des baobabs


Des baobabs que les Malgaches appellent « Renala » et qui signifie dans leur langue locale « MĂšre de la forĂȘt » parce qu’ils dĂ©passent d’une tĂȘte leurs compagnons forestiers


Cette allĂ©e de Baobabs pluricentenaires  (plus de 800 ans) bordant cette route de terre dans la province de TulĂ©ar (lieu natal de mon grand-pĂšre maternel) est Ă©galement un site protĂ©gĂ© depuis les annĂ©es 2007 car elle reste sans nul doute le plus prĂ©cieux hĂ©ritage de toutes les forĂȘts tropicales Malgaches


Ici, on peut contempler sans se lasser, le superbe et si majestueux Adansonia Grandidieri, l’une des 6 espĂšces de baobabs endĂ©miques de Madagascar pouvant atteindre les 30 mĂštres de haut et 7 mĂštres de diamĂštre !

De quoi en rester baba devant ce trĂšs grand roi !

Et pour la petite histoire, si tu veux tout savoir, ce baobab porte le nom spĂ©cifique de « Grandidieri » pour rendre hommage au botaniste et explorateur Français Alfred Grandidier qui l’avait pour ainsi dire dĂ©couvert lors de ses recherches botaniques Ă  Madagascar.

Alors ma Plume ? Est-ce sa MajestĂ© Renala t’a laissĂ©e sans voix de par son immense grandeur ? N’est-il pas le plus bel arbre du monde ? Pour ma part, je dirai qu’il le sera toujours


Et voilà que nous approchons bientît de la fin de notre voyage


Mais avant de devoir quitter Madagascar, je voulais te réserver le meilleur pour la fin
 Une toute derniÚre surprise


PrĂȘte Ă  t’envoler avec moi dans les airs pour la dĂ©couvrir ?

Ben oui, quand je te disais que l’écriture nous permet de rĂ©aliser toutes sortes de choses incroyables, c’était pas pour rien


Et lĂ , tels deux oiseaux migrateurs, parmi les nuages blancs dans le ciel bleu azur, nous voilĂ  en train de survoler avec allĂ©gresse mon village natal « Namakia » pour nous rendre dans un lieu qui me tient particuliĂšrement Ă  cƓur : « Empassy Boeny », l’immense plage de sable fin


Une plage magnifique, dĂ©sertique, romantique, totalement inconnue des touristes sauf de certains connaisseurs ayant connu Namakia oĂč encore natifs de lĂ -bas


Une plage que je foulais alors du pied pour la toute premiùre fois à l’ñge de 16 ans


Une plage oĂč mon pĂšre tomba amoureux de ma mĂšre lorsqu’il la vit remontant cette dune de sable blond pour aller cueillir les fruits d’un arbre exotique…

Une plage oĂč tout commença, s’imprĂ©gnant alors de merveilleux souvenirs


Jusqu’aux plus beaux instants passĂ©s en famille dans les annĂ©es 93/94


La plage qui restera pour moi le plus bel endroit de Madagascar


Je suis si Ă©mue de la revoir


D’ailleurs, quelques larmes coulent dĂ©jĂ  le long de mes joues car je repense Ă  mon pĂšre


À mon pĂšre qui aurait aimĂ© ĂȘtre ici


Mais grùce à toi, à la magie de ton défi, il est bien là, tout prÚs de moi


C’est si beau que j’en perds mes mots


Heureusement, ma mémoire, elle, continue de me soutenir, de me tenir par la main pour ne pas sombrer dans un chagrin


Car elle souhaite terminer mon récit dans une belle poésie en te disant ceci :

Regarde cet océan indien


Respire ses embruns


Laisse toi aller,

Laisse ton esprit vagabonder dans le doux vent léger salé,

Un peu comme si le temps s’était arrĂȘtĂ©,

Un peu comme si tu étais soudainement  métamorphosée,

Ivre de liberté,

Contemplant ce paysage sans te lasser


SubmergĂ©e par l’émotion,

Par ce spectacle que tu souhaiterais permanent


Et lorsque viendra le soleil couchant,

Si rougeoyant,

Se fondre dans l’ocĂ©an,

Alors je saurai qu’Ă  cet instant, l’immersion de ta plume dans le bel encrier de Madagascar ressortira de mille couleurs


Des couleurs denses et intenses


Autant vibrantes que fascinantes…

Autant indĂ©lĂ©biles qu’inoubliables


Si bien, que tu deviendrais Ă  ton tour et pour toujours,

Une plume arcenciel


GrĂące Ă  Madagascar, la grande Ăźle exceptionnelle…

****

Merci encore pour ce dĂ©fi d’Ă©criture qui m’a permis de voyager dans mon passĂ© avec beaucoup de bonheur…

****

 

 

Ma petite Ă©toile đŸŒŸ

Pour toi, mon Papa… Ma petite Ă©toile…

****

****

Un sĂ©duisant jeune homme trĂšs charmeur…

****

Aimant dĂ©jĂ  beaucoup les voyages….

****

Un charme fou… On comprend pourquoi Maman tomba amoureuse de toi et toi d’elle rien qu’en la voyant sur une certaine plage dĂ©serte de Madagascar portant le nom de « Empassy Bueny ». Tu avais ce jour-lĂ  succombĂ© Ă  sa grande beautĂ©… Tu Ă©tais  tombĂ© trĂšs amoureux de celle qui serait devenue un beau jour ta femme… Vous Ă©tiez vĂ©ritablement faits l’un pour l’autre ❀…

****

Deux belles Ăąmes soeurs ❀❀… Deux destins qui devaient se rencontrer dans la Grande Île de Madagascar…

****

Une histoire d’amour qui dura trĂšs longtemps… 49 ans !!! ❀

****

Un souvenir de ta 1Ăšre Communion… Cet ange te protĂ©geait tout au long de ta vie. Tu le gardais bien prĂ©cieusement dans tes affaires… Aujourd’hui, c’est un honneur pour moi de le garder Ă  mon tour, bien prĂ©cieusement…

****

En ce dimanche 17 Juin 2018, je pense à toi


Je revois encore ton joli sourire lorsque je te souhaitais une bonne fĂȘte des Papas


Lorsque je t’offrais des petits cadeaux accompagnĂ©s d’une jolie carte…

Une carte que tu aimais lire Ă  haute voix tant cela te faisait plaisir…

Et quel plaisir des yeux que celui de te voir heureux en ces jours de fĂȘte des pĂšres…

Tu sais… je revois tant de souvenirs de toi que je ne peux m’empĂȘcher de verser quelques larmes
.

Tu me manques tant
 Je n’y peux rien… C’est ainsi…

Ton absence est si dure à vivre
.

Mais comme tu peux le voir
 je n’ai pas pu m’empĂȘcher de te dĂ©dier encore un article car j’y tenais tout simplement…

Pour moi, c’est juste une magnifique preuve d’amour…

Une preuve que je t’aime fort…

Et quoi de plus beau que de pouvoir parler de toi…

Cela veut dire que je ne t’oublie pas et que tu restes dans mes pensĂ©es…

C’est pourquoi je tenais Ă  te souhaiter aujourd’hui une bonne fĂȘte des Papas et mĂȘme si tu n’es plus Ă  nos cĂŽtĂ©s


Oui
 mĂȘme si tu n’es plus lĂ  car je sais que tu nous regardes de ton nouveau monde et que tu nous Ă©coutes


Tu es notre petite Ă©toile d’amour
.

Tu nous Ă©claires de ta rayonnante clartĂ© et tu nous protĂšges…

Tu avais tant de bontĂ© en toi…

Oh Papa… Je t’aime tant…❀

Je ne cesserai jamais de te souhaiter ta fĂȘte des PĂšres en pensant trĂšs fort Ă  toi…

Tu restes Ă  jamais dans mon cƓur… 💘

Un cƓur qui te pleure encore et encore…

Je t’aime 💘


Ta fille, CĂ©cile ❀

****

Petits souvenirs de ton parcours professionnel dont je suis si fiĂšre :

****

Un pin’s de la SociĂ©tĂ© « SAGA » pour laquelle tu travaillais en Afrique. Une expatriation merveilleuse Ă  travers plusieurs pays : Madagascar en 1968, CĂŽte D’Ivoire en 1980, GuinĂ©e en 1987, Tchad en 1989, Madagascar en 1992… Des voyages que je n’oublierai jamais… De jolis souvenirs passĂ©s Ă  l’Ă©tranger en famille que je garde jusqu’Ă  prĂ©sent en mĂ©moire…

****

Montre de la SociĂ©tĂ© Saga… je la garde bien prĂ©cieusement en souvenir de toi 💗.

****

Voici quelques chansons pour toi 💘 : Je sais que tu les Ă©couteras avec plaisir et beaucoup d’Ă©motions :

****

****

****

****

Je t’aime fort mon Papa 💖💖💖. Je te garde dans mon coeur pour toujours ❀❀

Un jour extraordinaire â˜„

Je me rappelle encore d’un souvenir trĂšs intense passĂ© Ă  Madagascar, dans la Capitale d’Antananarivo…

J’avais 16 ans et j’Ă©tais en classe de 3iĂšme.

Nous Ă©tions dans les annĂ©es 92 et notre professeure Principal de l’Ă©poque avait eu l’idĂ©e d’organiser une sortie d’Ă©lĂšves…

C’Ă©tait un jour de semaine et plus prĂ©cisĂ©ment un matin aux alentours de 9H30.

Un matin tout Ă  fait ordinaire mais qui allait se transformer en un jour extraordinaire…

D’ailleurs, je m’en souviens encore comme si c’Ă©tait hier….

****

Voici mon histoire :

Mes camarades et moi Ă©tions en train d’attendre l’arrivĂ©e du bus dans la vaste cour du LycĂ©e Français de Tananarive (l’ancien lycĂ©e : Le MonastĂšre).

Nous Ă©tions accompagnĂ©s de notre professeure principal de Français (Je me souviens encore de son nom de famille : elle s’appelait Mme Origlio) et nous discutions avec elle de la fameuse sortie culturelle pendant que tous les autres Ă©lĂšves du LycĂ©e avaient dĂ©jĂ  tous rejoint leurs classes d’Ă©tudes…

À cet instant lĂ , le lycĂ©e semblait dĂ©sertique et Ă©tait devenu totalement silencieux mis Ă  part nos petits bavardages entre nous et notre professeure.

Je me disais mĂȘme qu’il Ă©tait redevenu ce qu’il Ă©tait autrefois : c’est Ă  dire, un MonastĂšre. Un monastĂšre paisible oĂč le silence Ă©tait roi…

Oui, cela faisait du bien de ne plus entendre le brouhaha perpétuel de tous ces élÚves.

On aurait mĂȘme dit que le temps s’Ă©tait figĂ© comme s’il n’y avait plus personne sur cette Terre…

Je n’exagĂšre pas le moins du monde en vous disant cela et pour tout vous dire, je savourais pleinement ce moment avec un immense plaisir.

Je regardais les alentours tout en discutant avec une amie de l’Ă©poque et nous nous disions, toutes les deux, que nous avions vraiment beaucoup de chance de pouvoir faire cette sortie (escapade) alors que tous les autres Ă©lĂšves du lycĂ©e Ă©taient en train d’Ă©tudier Ă  l’intĂ©rieur de piĂšces confinĂ©es, par cette si belle matinĂ©e chaude et ensoleillĂ©e…

****

Au bout de quelques minutes, le silence de plomb fut interrompu par l’arrivĂ©e de notre bus qui venait tout juste de s’engager dans la cour du lycĂ©e.

Il roulait dans notre direction tout en faisant pas mal de bruits Ă  cause des petits graviers que ses grandes roues projetaient de part et d’autres sur son passage.

Il Ă©tait en train de contourner la vaste cour puis fini par effectuer une marche arriĂšre afin de se placer directement devant la route principale d’oĂč il venait d’arriver.

La manƓuvre terminĂ©e, le chauffeur laissa tourner son moteur puis nous fit signe de nous rapprocher afin de monter Ă  l’intĂ©rieur de son bus.

Ce que nous fĂźmes rapidement.

Une fois Ă  l’intĂ©rieur, il vĂ©rifia que nous Ă©tions tous bien installĂ©s Ă  l’arriĂšre et nous demanda si nous voulions Ă©couter un peu de musique.

Ayant eu l’approbation de notre Professeure, mes camarades et moi lui rĂ©pondĂźmes tous en chƓur que oui !

****

Petite parenthĂšse avant de continuer mon histoire :

Madame Origlio avait la rĂ©putation d’ĂȘtre une excellente professeure qui savait hisser ses Ă©lĂšves vers le haut.

Elle Ă©tait ouverte d’esprit mais trĂšs stricte lorsqu’elle enseignait son cour de français et ne supportait pas les bavardages intempestifs dans sa classe.

Mais dans certaines occasions comme celle d’aujourd’hui par exemple, elle savait ĂȘtre souple et trĂšs gĂ©nĂ©reuse.

J’adorais Ă©tudier le français avec elle et je dois bien avouer que j’Ă©tais trĂšs douĂ©e en la matiĂšre (disons que ça aide beaucoup).

D’ailleurs, Ă  maintes reprises, elle en faisait souvent la remarque lorsque j’obtenais d’excellentes notes, suite aux multiples rĂ©dactions qu’elle nous imposait et dont les diffĂ©rents sujets avaient souvent le don (fort heureusement) de toujours m’inspirer.

Et pour donner l’exemple aux autres Ă©lĂšves, elle ne pouvait s’empĂȘcher de lire Ă  haute voix le texte de ma copie (avant de me la rendre) ; ce qui avait tendance Ă  m’intimider et Ă  vouloir me cacher mille pieds sous terre.

Je me souviens aussi des fins de trimestre avec ses fameux bilans qu’elle n’oubliait jamais de nous exposer en commençant toujours et inĂ©vitablement son discours par le mien et ce bien Ă©videment devant tous mes camarades de classe (chose qui me mettait indĂ©niablement trĂšs mal Ă  l’aise) :

« CĂ©cile ! Vous ĂȘtes une fois de plus la premiĂšre de votre classe dans ma matiĂšre ! FĂ©licitations ! »

DĂšs lors oĂč elle prononçait ces paroles, mon visage devenait soudainement rouge pivoine tellement j’Ă©tais embarrassĂ©e vis Ă  vis de mes camarades (Il faut dire aussi qu’Ă  cette Ă©poque lĂ , je n’avais aucune confiance en moi).

La suite était alors prévisible


Quelques-uns d’entre eux ne manquaient pas de lui rĂ©torquer avec un certain agacement :

« Mais Madame, c’est pas notre faute si elle a toujours de l’inspiration pour vos rĂ©dactions… C’est dur de rĂ©diger un texte comme ça, surtout si on n’est pas inspirĂ©… »

Et Mme Origlio leur rĂ©pondait invariablement ceci avec une pointe d’ironie :

« C’est parce que vous ne vous donnez pas la peine de vous atteler Ă  la tĂąche. Il faut le vouloir aussi et non attendre que cela vous tombe du ciel »

Puis elle rajoutait :

« Vous savez, si CĂ©cile rĂ©ussit Ă  faire de bonnes rĂ©dactions, ce n’est pas un simple hasard. Elle travaille tout simplement. Et Ă  force, elle s’amĂ©liore davantage. Mais si vous ne travaillez pas bien votre texte, celui-ci sera alors forcĂ©ment mauvais. C’est pourquoi, je ne cesse de vous rĂ©pĂ©ter Ă  chacun de mes cours que le travail compte Ă©normĂ©ment. Tout le monde peut avoir de l’imagination. Mais ce qui reste difficile, je vous l’accorde, c’est de pouvoir rĂ©diger votre texte en le rendant comprĂ©hensible, agrĂ©able Ă  lire et si possible sans fautes d’orthographe. Tout ceci n’est pas Ă©vident mais c’est possible Ă  force de travail »

Et certains d’entre eux lui rĂ©pliquaient alors aussitĂŽt en ricanant :

« Mais Madame ! c’est impossible de faire tout ça ! et en plus sans fautes d’orthographe ? »

« Pourtant, je vous affirme que c’est tout Ă  fait possible. Pourquoi croyez-vous que je sois ici alors ? Il faut travailler davantage et vous vous amĂ©liorerez tout comme le fait CĂ©cile »

« Oh non ! Ne leur dĂźtes surtout pas ça ! » me disais-je alors dans mon for intĂ©rieur ; le nez dans la feuille de copie qu’elle venait tout juste de me rendre.

Et malheureusement, je savais qu’Ă  ces moments-lĂ , toute la classe et y compris mon amie de l’Ă©poque (qui n’en Ă©tait pas vraiment une finalement) n’apprĂ©cieraient point tous ces compliments Ă  mon Ă©gard et que forcĂ©ment, j’attiserai leurs mĂ©pris.

C’est pourquoi, j’Ă©tais le plus souvent une personne solitaire lors des diffĂ©rents cours en classe ou encore pendant les rĂ©crĂ©ations.

Je n’avais pour ainsi dire qu’une seule amie mais lĂ  encore je savais pertinemment que le mot « amie » n’Ă©tait pas vraiment appropriĂ©, qu’il fallait le mettre entre parenthĂšse, puisqu’elle n’Ă©tait pas une vĂ©ritable amie comme j’aurais voulu qu’elle le soit.

En fait, ce que j’avais compris Ă  cette Ă©poque lĂ , c’est qu’il ne fallait surtout pas que je m’entiche d’avoir une amie sincĂšre puisque c’Ă©tait du domaine de l’impossible.

Par contre, ce que je savais au fond de moi, c’Ă©tait que la solitude Ă©tait la meilleure de mes amies et alliĂ©es puisque « ELLE » ne m’avait jamais laissĂ©e tomber, trahie ou contrariĂ©e.

D’ailleurs, jusqu’au jour d’aujourd’hui, j’aime toujours autant la solitude.

Alors vous l’aurez compris ; ce qui m’importait le plus lorsque j’étais Ă©tudiante en classe de 3iĂšme, c’Ă©tait d’ĂȘtre avant tout apprĂ©ciĂ©e par ma professeure de Français : Mme Origlio et d’avoir la joie de suivre chacun de ses cours.

D’ailleurs, Ă  la fin de mon annĂ©e de 3iĂšme, ce fut grĂące Ă  elle et Ă  ses conseils avisĂ©s que j’avais dĂ©cidĂ© d’emprunter une autre voie que celle qui m’Ă©tait destinĂ©e.

En effet, n’Ă©tant pas au niveau exigĂ© par rapport aux autres matiĂšres que j’avais du mal Ă  suivre ; Mme Origlio me conseilla la filiĂšre de la formation professionnelle de BEPacc (Brevet d’Ă©tudes professionnel d’Administration, Commercial et Comptable) qui au final contribua largement Ă  mon Ă©panouissement d’Ă©tudiante.

Je ne la remercierai jamais assez de m’avoir conseillĂ©e de suivre cette formation qui fut pour moi une belle rĂ©ussite au cours de mes deux annĂ©es de BEPacc passĂ©es au LycĂ©e Français d’Antananarivo et dont j’obtenu en finalitĂ© haut la main mes deux diplĂŽmes avec beaucoup de fiertĂ©.

****

AprĂšs cette longue parenthĂšse que je me devais de vous raconter, je peux enfin reprendre le cours de mon histoire.

Ce fut donc en musique, que le bus quitta enfin la cour du lycĂ©e et commença Ă  emprunter sans plus tarder la fameuse route qui nous conduirait au centre-ville d’Antananarivo.

C’Ă©tait parti pour l’aventure !

Mes camarades et moi, concrétisions enfin notre fameuse sortie culturelle !

Le bus nous emmenait donc en direction du Centre Culturel Albert Camus et moi, j’Ă©tais dĂ©jĂ  en train de rĂȘvasser en me disant que je dĂ©couvrirai enfin et pour la toute premiĂšre fois la fameuse salle de cinĂ©ma dans laquelle mes parents avaient dĂ©jĂ  visionnĂ© pas mal de films durant les annĂ©es 77 Ă  79…

Au fur et Ă  mesure que nous nous rapprochions de notre destination ; j’Ă©tais toute excitĂ©e de joie et je savourais pleinement chaque instant de notre voyage en bus.

Quant Ă  mes camarades, eux aussi Ă©taient aux anges et trĂšs impatients d’arriver au fameux Centre Culturel.

AprĂšs une bonne quarantaine de minutes de trajet et quelques embouteillages que l’on ne pouvait hĂ©las guĂšre Ă©viter, (La Capitale de Tananarive est rĂ©putĂ©e pour ses embouteillages) nous arrivĂąmes enfin Ă  bon port.

Le bus se gara ensuite devant le grand bĂątiment du centre Culturel.

****

A peine avais-je franchi le seuil du vaste hall du Centre Culturel ; lĂ  oĂč se situait le comptoir d’accueil ; que j’en fus totalement enchantĂ©e.

La dĂ©coration des lieux Ă©tait vraiment magnifique et d’une trĂšs grande classe…

La suite des événements promettait de me réserver de bien belles surprises


Et ce fut d’ailleurs le cas lorsque nous nous retrouvĂąmes au premier Ă©tage et que je poussais enfin une haute porte battante qui menait Ă  l’immense salle de cinĂ©ma Ă  l’intĂ©rieur de laquelle nous devions, mes camarades et moi visionner le fameux film tant attendu.

« Wahou ! » m’exclamais-je tout haut en regardant tout autour de moi.

C’Ă©tait un peu comme si je me retrouvais dans une salle de cinĂ©ma en France mais avec ce petit quelque chose de diffĂ©rent, d’original que je n’avais encore jamais vu ailleurs et qui se trouvait juste lĂ , devant mes yeux Ă©bahis.

La salle était vraiment trÚs spacieuse et avait des allures de Belle époque avec son sublime habillage (sol, plafond et murs) rouge bordeaux des plus profond et si raffiné.

Quant aux Ă©lĂ©gants fauteuils de velours de la mĂȘme couleur dominante ; ils vous invitaient Ă  vous y installer bien confortablement tant leurs revĂȘtements semblaient Ă  la fois doux et moelleux.

Tout n’Ă©tait que somptuositĂ© ici et la couleur rouge bordeaux y Ă©tait pour beaucoup.

En effet, grĂące Ă  elle, la salle de cinĂ©ma semblait tout droit sortir d’un bel opĂ©ra et c’Ă©tait sans doute pour cela qu’elle en devenait exceptionnelle, ne ressemblant alors Ă  aucune autre.

Avec de tels atours, cette magnifique salle ne pouvait que vous convier Ă  y passer un agrĂ©able moment lors de la diffusion d’un film sur son grand Ă©cran.

Et moi, j’Ă©tais dĂ©jĂ  trĂšs sensible Ă  toute cette ambiance feutrĂ©e et chaleureuse.

Sans oublier l’agrĂ©able fraĂźcheur de la climatisation qui contrastait avec la chaleur Ă©crasante du dehors.

Oui, je me sentais vraiment bien ici…

J’Ă©tais littĂ©ralement tombĂ©e sous le charme de cette salle et j’avais comme l’impression de me retrouver dans un cocon de bien ĂȘtre m’enveloppant peu Ă  peu de son infinie douceur.

Je me laissais alors totalement envahir et submerger par cette sensation unique d’apaisement tout en me disant que j’avais vraiment beaucoup de chance de me retrouver ici, et qui plus est dans mon beau pays natal de Madagascar.

Et rien que d’y penser, j’Ă©tais encore plus envoĂ»tĂ©e et fascinĂ©e par ce lieu hors du temps qui me transportait dans un autre monde, un autre univers.

Un univers fantastique et magique…

****

AprĂšs avoir longuement admirĂ© la vaste salle de cinĂ©ma ; je m’asseyais enfin bien confortablement dans l’un de ces fauteuils de velours rouge.

En caressant le tissu de ma main ; je constatais qu’il Ă©tait vraiment comme je me l’Ă©tais imaginĂ© : trĂšs doux et trĂšs soyeux.

Comme j’Ă©tais bien dans ce fauteuil !

À prĂ©sent, je n’avais qu’une seule hĂąte : regarder le fameux film qui n’avait eu que des Ă©loges auprĂšs des critiques de cinĂ©ma…

Et quel rĂȘve absolu pour une cinĂ©phile telle que moi de pouvoir enfin le regarder bien tranquillement dans une salle quasi dĂ©serte.

DĂ©serte et qui plus est sans ĂȘtre ennuyĂ©e par une personne trop grande qui se trouverait comme par hasard juste devant moi ou qui aurait une de ces criniĂšres volumineuses et sauvages nuisant fatalement et gravement Ă  la vision de mon film.

Oh oui ! Quel plaisir immense que celui de ne point subir toutes ces incommoditĂ©s et d’avoir l’impression unique d’ĂȘtre seule au monde comme si le film ne serait diffusĂ© que pour moi et moi uniquement.

J’en ferais l’expĂ©rience et j’Ă©tais dĂ©jĂ  aux anges…

****

Mes camarades Ă©taient eux aussi sous le charme de cette immense salle et Ă©taient de plus en plus excitĂ©s Ă  l’idĂ©e qu’ils regarderaient dans une poignĂ©e de minutes le fameux film.

N’ayant Ă  l’Ă©poque pas de meilleure amie attitrĂ©e ; je m’Ă©tais donc installĂ©e Ă  l’Ă©cart des autres Ă©lĂšves afin d’Ă©viter d’Ă©couter leur discussions entre eux.

Ainsi, je profiterai pleinement de mon film.

Confortablement assise dans mon fauteuil, j’attendais donc que les lumiĂšres s’Ă©teignent enfin mais il semblait que le projectionniste n’Ă©tait pas encore prĂȘt pour diffuser le film.

Sans doute un retard imprévu de sa part mais qui finirait bien par se régler.

Alors pour passer le temps, je décidais de me retourner pour voir quels élÚves se trouvaient derriÚre moi.

À ma grande surprise, il n’y en avait aucun Ă  part ma Prof de Français prĂ©fĂ©rĂ©e qui Ă©tait en train de me sourire et sur le point de me dire quelque chose vu qu’elle venait de se pencher vers mon fauteuil.

Je lui souris Ă©galement et c’est alors qu’elle me dit avec enthousiasme :

« Vous ne serez pas déçue CĂ©cile !Ce film vous plaira beaucoup ! Je l’ai dĂ©jĂ  vu et connaissant votre sensibilitĂ© je suis certaine qu’il vous Ă©mouvra. Sans parler de sa bande originale qui est vraiment sublime. Je sais que vous aimez les musiques de films, n’est-ce pas ? »

« Oui, c’est vrai Madame » lui rĂ©pondis-je un peu intimidĂ©e.

« Je pense que vous l’aimerez aussi» rajouta t-elle.

À peine eut-t-elle fini de prononcer ces quelques mots que soudainement toutes les lumiĂšres de la salle de cinĂ©ma s’Ă©teignirent toutes en mĂȘme temps.

Nous Ă©tions alors dans l’obscuritĂ© la plus totale et je ne voyais plus du tout le visage de Mme Origlio qui Ă©tait en train de me chuchoter :

« Ah ! Ça y est ! Le film va enfin commencer ma chĂšre CĂ©cile ! Je vous souhaite un trĂšs bon film ! »

« Merci. À vous aussi Madame » lui chuchotais-je Ă  mon tour.

On ne voyait strictement rien dans tout ce noir.

Je me retournais alors pour faire face Ă  nouveau au grand Ă©cran et constatais qu’il venait tout juste de s’illuminer en faisant apparaĂźtre les premiĂšres images du gĂ©nĂ©rique du film.

Des images rouges et noirs reprĂ©sentant des scĂšnes historiques d’AmĂ©rindiens ainsi que de Colons sous un fond musical qui me donna d’emblĂ©e des frissons.

Une musique à couper le souffle tant sa mélodie était des plus envoûtante et fascinante.

Une musique dont je tombais irrémédiablement amoureuse.

Et lorsque le titre du film apparu : « 1492, Christophe Colomb » ; suivi de ce texte :

« Il y 500 ans, L’Espagne Ă©tait une Nation LivrĂ©e Ă  la Peur Et Ă  la Superstition Sous la Loi de la Couronne Et d’une Inquisition Qui persĂ©cutait Sans merci Tous ceux qui osaient rĂȘver.

Un Seul Homme défia Ce pouvoir.

Conscient de son Destin, Il traversa La Mer des TĂ©nĂšbres, En quĂȘte d’Honneurs et d’Or Pour La Plus Grande Gloire de Dieu »

Je savais d’instinct que j’aimerais d’ores et dĂ©jĂ  ce film et mĂȘme en ne l’ayant jamais vu.

C’Ă©tait pour moi comme une certitude.

Et je ne m’Ă©tais point trompĂ©e puisqu’il devint par la suite mon film historique prĂ©fĂ©rĂ©.

Et l’ultime cerise sur le gĂąteau fut de pouvoir le regarder dans la mĂȘme salle de cinĂ©ma que mes parents avaient autrefois frĂ©quentĂ©e, des annĂ©es auparavant.

Des années avant ma naissance.

Oui, cela ne faisait qu’intensifier le cĂŽtĂ© magique et Ă©motionnel que j’éprouvais.

Une journĂ©e cinĂ©ma qui fut l’un des plus beaux moments de ma vie.

Un moment qui n’appartenait qu’Ă  moi, comme si le temps s’Ă©tait subitement arrĂȘtĂ© et suspendu dans l’air…

Un grand moment d’Ă©motion avec une musique de film inoubliable qui me donne encore la chair de poule Ă  chaque fois que je l’Ă©coute et une petite larme Ă  l’Ɠil de nostalgie…

Une musique qui restera Ă©ternellement dans mon cƓur et qui me rappellera toujours cette sĂ©ance de cinĂ©ma ainsi que mon Ăźle natale avec tous les merveilleux moments passĂ©s lĂ -bas.

Un chef d’Ɠuvre musical digne du trĂšs grand compositeur Vangelis et qui restera incontestablement ma bande originale number one parmi toutes celles que j’aime.

Un souvenir cinĂ©ma que je n’oublierai jamais et que je souhaitais tout simplement partager avec vous.

Liebstar Award 2017 â˜„

En ce Dimanche 19 FĂ©vrier 2017, jai souhaitĂ© participer au Tag de ma douce amie Alessandra que je nomme affectueusement « Alexianou » (Eh oui ! J’adore donner des petits noms qui se terminent par les lettres « ou » aux personnes que j’aime…Mon cĂŽtĂ© loufoque…)

Mais revenons Ă  nos moutons blancs : Le fameux tag auquel j’ai voulu participer et ce pour mon plus grand plaisir et qui vous permettra d’en savoir un peu plus sur ma petite personne. Vous savez le petit Suricate qui adore Ă©crire dans son petit terrier mais qui se fait un peu rare ces temps-ci faute de temps…

                          ****

Voici les 11 questions de ma chĂšre Alexianou :

1) Quelle est la musique qui reprĂ©sente ton Ă©tat d’esprit du moment ou un moment de ta vie en particulier ?

Actuellement, j’adore Ă©couter en boucle « Lost on you » de LP surtout le matin, aprĂšs mon rĂ©veil. Cette chanson me donne directement la pĂȘche pour toute la journĂ©e.

Et puis j’adore sa petite note hyper originale avec le hurlement du loup en arriĂšre fond au moment des refrains…ça me transporte.

Le soir, lorsque je suis un peu plus au calme, j’aime bien Ă©couter des musiques de films en tout genre. Ça me fait beaucoup de bien. Et il y en a deux en particulier qui me donnent des frissons Ă  chaque fois que je les Ă©coute.

Pour ainsi dire, elles m’inspirent Ă©normĂ©ment lorsque j’Ă©cris…

Les voici, si vous souhaitez les découvrir :

Je n’ai jamais vu le film mais j’adore cette chanson d’Ellie Goulding…

Elle me transporte toujours autant lorsque je l’Ă©coute…

****

Cette musique de film est merveilleuse et sans oublier son film qui est tout simplement magique Ă  souhait. Si jamais vous ne l’aviez pas vu, je vous le recommande…

****

Lorsque je suis en colĂšre pour une raison ou pour une autre, j’aime bien Ă©couter du MaĂźtre Gims et en particulier cette chanson : d’autant plus qu’elle me parle bien en ce qui concerne les nombreux traitres qui ont jalonnĂ© ma vie (Ils se reconnaĂźtront d’ailleurs)…

Cette chanson me rebooste : c’est ma petite drogue musicale pour me libĂ©rer du mauvais passĂ© et c’est plutĂŽt efficace comme remĂšde…

 

2) Si tu pouvais partir n’importe oĂč, lĂ  tout de suite, oĂč partirais-tu ?

Sans hĂ©sitation, je partirai Ă  l’Ăźle Maurice et plus prĂ©cisĂ©ment Ă  Flic en Flac direction l’hĂŽtel « VILLA CAROLINE » pour me ressourcer de la tĂȘte aux pieds…

Pourquoi lĂ  bas ? Tout simplement pour y refaire un retour aux sources car j’y avais passĂ© de merveilleux moments durant mes vacances scolaires lorsque je vivais encore Ă  Madagascar durant les annĂ©es 92 Ă  Juin 95.

Je ne manquerai pas d’ailleurs de vous raconter un petit souvenir de l’Ăźle Maurice et de poster l’article en question lorsque j’aurai un peu plus de temps devant moi.

 

3) Dans quelle série TV ou film aurais-tu aimé avoir un rÎle ?

J’aurais aimĂ© jouer dans la sĂ©rie TV AmĂ©ricaine « Dracula » crĂ©Ă©e par Cole Haddon.

Voici l’histoire :

Dracula alias Alexander Grayson, riche homme d’affaires amĂ©ricain, s’installe en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siĂšcle et cherche Ă  venger la mort de sa bien aimĂ©e assassinĂ©e auparavant par l’Ordre du Dragon, puissante organisation secrĂšte qui contrĂŽle la ville de Londres.

Er pourquoi aurais-je joué dans cette série ?

Tout d’abord parce que j’aime beaucoup le jeu d’acteur de Jonathan Rhys-Meyers. Il est tellement talentueux qu’il est capable d’incarner n’importe quel rĂŽle. Et puis il a un regard trĂšs hypnotisant…

Et donc, j’aurai jouĂ© le rĂŽle de « Mina Murray » avec une toute autre chevelure que la sienne : version cuivrĂ©e intense !  Eh oui ! Pourquoi pas ? Les rĂȘves sont faits pour ça !

****

Quant au fameux film, j’aurais sans aucun doute, jouĂ© dans « Underworld, Nouvelle Ăšre » des rĂ©alisateurs Mans Marlind et Bjorn Stein avec comme actrice principale « Kate Beckinsale ».

Voici l’histoire :

Depuis des siĂšcles, Lycans et Vampires se livrent une bataille sans merci. Mais les deux races sont Ă  l’aube d’une Ăšre nouvelle car les humains qui ont rĂ©cemment dĂ©couvert leur existence dĂ©cident de cesser leurs conflits internes pour s’engager ensemble dans la lutte contre ce qu’ils considĂšrent comme des flĂ©aux. SĂ©lĂšne s’attire la convoitise de l’armĂ©e et des scientifiques. Une traque incessante commence alors contre la plus redoutable des vampires.

Et donc, vous ne devinez toujours pas quel rĂŽle j’aurai incarnĂ© ? Eh bien, celui de SĂ©lĂšne bien entendu et avec des cheveux cuivrĂ©s en prime…

Ah ben un rĂŽle de Vampire tel que celui-lĂ  ! Moi je dis tout de suite « Oui ! » Ă©tant donnĂ© que j’aime cet univers fantastique entremĂȘlĂ© de sang bien dĂ©goulinant et de bĂȘtes fĂ©roces tels que les loups-garous et sans oublier biensĂ»r ces chers vampires armĂ©s de leurs incisives ultra tranchantes comme des lames de rasoir…

****

4) À quel personnage de roman, de sĂ©rie ou de film t’identifies-tu le plus ?

Le personnage auquel je m’identifie le plus est sans aucun doute celui d' »Elizabeth Bennet » interprĂ©tĂ© par la talentueuse actrice « Keira Knightley » dans le somptueux film « Orgueil et prĂ©jugĂ©s » et qui est pour moi un vĂ©ritable chef d’oeuvre du cinĂ©ma dont je ne me lasse jamais de regarder…

Pourquoi spĂ©cialement ce personnage ? Tout d’abord parce qu’elle a un sacrĂ© tempĂ©rament et qu’elle ne se laisse pas manipuler ni museler face Ă  la gente masculine. Et en mĂȘme temps, c’est une douce rĂȘveuse, une exaltĂ©e Ă©prise de libertĂ© qui aime la vie…

Et c’est pourquoi j’aime tant ce personnage car je trouve que je lui ressemble sur pas mal de points…

****

5) Quel personnage fictif ou réel admires-tu le plus ?

Le personnage que j’admire le plus au monde est sans conteste « JĂ©sus-Christ ». Tout simplement parce qu’il est difficile d’avoir une telle bontĂ© et sagesse surtout de nos jours oĂč l’on vit dans un climat de mĂ©fiances et de violences quasi perpĂ©tuelles…

Ce n’est pas donnĂ© Ă  tout le monde d’ĂȘtre loyal et d’aider son prochain en cas de coup dur. La majoritĂ© des personnes sont Ă©goĂŻstes et ne pensent qu’Ă  leur rĂ©ussite personnelle. Et comment leur en vouloir finalement ? Le monde est ainsi fait, hĂ©las…

En ce qui me concerne, j’essaie Ă  tout prix de rester moi-mĂȘme quoi qu’il arrive car je ne voudrais surtout pas me perdre dans les mĂ©andres de ce que je dĂ©teste le plus au monde :

– Le mĂ©pris (snober sans vergogne ni culpabilitĂ© aucune son prochain)

– L’Ă©goĂŻsme,

– La jalousie,

– La dĂ©loyautĂ© (couteau dans le dos) ainsi que la trahison,

– Et sans oublier : La mĂ©chancetĂ© gratuite.

Je ne dis pas que je suis une Sainte, loin de lĂ  et c’est pourquoi j’admire tant le Christ car peu d’hommes ou de femmes sur cette terre ont pu suivre ses traces en matiĂšre de bontĂ© : Je pense Ă  MĂšre ThĂ©rĂšsa, Ă  L’AbbĂ© Pierre, Ghandi, et bien d’autres…

Mais heureusement qu’il y a encore quelques exceptions dans notre monde et fort heureusement d’ailleurs car dans le cas inverse, ce serait terriblement triste…

Et c’est pourquoi, il est trĂšs rĂ©confortant de se dire que certaines personnes sont capables de donner de l’amour autour d’eux, de tendre la main Ă  leur prochain, d’adresser une bonne parole, de faire un simple geste pour aider, juste comme ça parce qu’ils ont cette envie et cette bontĂ© en eux…

Alors oui, Le Christ est pour moi un exemple. Et parmi toutes les bonnes paroles qu’il ait pu adresser Ă  son prochain durant toute sa vie, il y en a une seule que j’aime particuliĂšrement et que j’ai retenue : La voici :

« PĂšre, pardonne-leur ; ils ne savent pas ce qu’ils font… »

Cette phrase fut prononcĂ©e par lui-mĂȘme juste aprĂšs son crucifiement. Il demanda alors pardon Ă  tous ceux qui avaient participĂ© Ă  sa condamnation et exĂ©cution sur la croix.

C’est une phrase trĂšs puissante qui est remplie de bontĂ© et d’amour car malgrĂ© tout ce qu’il avait pu endurer ; il arriva encore Ă  pardonner Ă  tous ses dĂ©tracteurs qui l’avaient pourtant menĂ© Ă  la mort…

Il y a d’ailleurs Ă  ce sujet, un film de l’acteur/RĂ©alisateur Mel Gibson qui pour moi est un immense chef d’oeuvre ; il s’agit de « La passion du Christ ».

Il est certes trĂšs dur ; voire Ă  la limite de l’insoutenable mais il est cependant essentiel Ă  mes yeux de le regarder pour ne pas oublier notre histoire, la sauvagerie de l’homme Ă  cette Ă©poque lĂ  ; son intolĂ©rance face Ă  une diffĂ©rence qui serait Ă  l’opposĂ© de la sienne mĂȘme si nous sommes aujourd’hui pour ainsi dire, habituĂ©s Ă  entendre ou Ă  voir en boucle dans les mĂ©dias toute l’horreur et les atrocitĂ©s d’actes criminels tels que les attentats perpĂ©tuĂ©s par des terroristes sanguinaires et sans scrupules…

Et cela n’est pas prĂȘt de changer mĂȘme si je souhaite ardemment au plus profond de moi que toute cette folie s’arrĂȘte…

C’est pourquoi, il est important de savoir accepter la diffĂ©rence de son prochain car c’est tout simplement une trĂšs grande marque de respect et de tolĂ©rance. En bref, une ouverture d’esprit que tout un chacun devrait avoir en soi…

****

6) Quel est ton plus grand rĂȘve ?

Mon plus grand rĂȘve serait de retourner dans mon Ăźle natale Madagascar et de refaire tout le parcours que j’avais fait autrefois avec mes proches dont notamment celui de revoir la ville natale de ma dĂ©funte Grand-MĂšre adorĂ©e qui n’est autre que : Majunga.

Ah ! La douceur de vivre de Majunga…

Avoir le privilĂšge de m’y promener Ă  nouveau en arpentant son joli bord de mer serait pour moi un pur plaisir qui vaudrait tout l’or du monde…

****

7) Si tu avais la possibilitĂ© d’exaucer 3 voeux, quels seraient-ils ?

Si j’avais cette possibilitĂ©, alors je partirai tout d’abord Ă  l’Ăźle Maurice pour une durĂ©e d’1 mois : ah ben, il me faut bien ça pour ĂȘtre bien ressourcĂ©e puis j’irais Ă  Madagascar, mon Ăźle natale, pour la mĂȘme durĂ©e : c’est que l’Ăźle est tellement grande ! Et enfin, je partirai aux Bahamas pour la mĂȘme durĂ©e aussi (pour ne pas faire de jaloux !).

Mais pourquoi lĂ -bas ? Ben, depuis que J’avais un beau jour reçu une de leur brochure touristique avec de merveilleux paysages idylliques…Je ne sais pas mais j’ai toujours voulu y aller…

Oui, je sais….ce ne sont que des voeux de voyages et pourtant c’est vraiment ceux-lĂ  qui m’enchantent le plus… Allez savoir…Sans doute dĂ» Ă  mon passĂ© d’expatriation…

****

8) Quelle activité préfÚres-tu faire lors de tes temps libres ?

Vous ne devinez pas ? Écrire tout simplement car je ne suis pas une fashion victime ni mĂȘme une fĂ©rue d’arpenter sans fin une ville car je n’aime pas m’agglutiner Ă  une foule…Je ne sais pas pourquoi mais cela m’a toujours angoissĂ©e…

D’ailleurs, je ne suis pas non plus une adepte des salles de concert pour aller voir un de mes chanteurs du moment par exemple ; non, je prĂ©fĂšre mille fois acheter leurs CD et les Ă©couter bien tranquillement chez moi.

Par contre, j’aime bien de temps en temps aller au cinĂ©ma mais a une seule condition : que la salle ne soit surtout pas ultra bondĂ©e sinon cela aurait quelque peu tendance Ă  me gĂącher le visionnage du fameux film…Hi hi…Je sais, je suis trĂšs compliquĂ©e et un brin maniac…

Eh oui ! C’est que la Suricate que je suis a tendance Ă  ĂȘtre casaniĂšre… Et pour me sortir un temps soit peu de mon terrier, il faudrait vraiment que cela soit diversifiant Ă  souhait afin que je puisse m’Ă©vader de mon petit quotidien sinon laissez tomber vu que je fuis la foule trop grouillante…

****

9) Si tu pouvais changer quelque-chose dans ta vie, qu’est-ce que tu changerais ?

Ben, je ne vais pas me mentir ni mĂȘme me cacher…Je changerai donc ma condition actuelle de « cĂ©libataire » pour partager ma vie avec une personne qui m’aimerait telle que je suis…Mais je ne le ferai pas uniquement juste pour rentrer dans le moule et faire comme tout le monde puisque je n’ai vraiment pas honte d’ĂȘtre toujours cĂ©libataire et que je me sente parfaitement bien dans mes petites griffes de Suricate…

Non, je le ferais car je me dis qu’ĂȘtre deux serait sans doute mieux que de n’ĂȘtre qu’un, voilĂ  tout… et mĂȘme si l’inconnu a parfois tendance Ă  me faire peur…

****

10) Quel pays ou ville as-tu le plus aimé visiter ?

Le pays que j’ai aimĂ© le plus visitĂ© fut sans aucun doute la merveilleuse Île Maurice… J’en garde de trĂšs bons souvenirs inoubliables…

Et aprÚs toutes ces révélations, aimeriez-vous toujours autant la Suricate que je suis ?

Merci encore ma chĂšre Alexianou pour ce Liebstar Award que j’ai pris grand plaisir Ă  faire… Pleins de gros bisous pour toi 💞 et merci aussi Ă  tous mes amis qui m’apprĂ©cient et aiment suivre mes petites aventures de Suricate…

CĂ©cile, La Suricate.

Interview de Lauraline Aday

RĂ©cemment, une jeune auteure qui se nomme Lauraline Aday m’a nominĂ©e le 29 Janvier 2016 afin de rĂ©pondre Ă  son interview.

Voici l’article qu’elle avait publiĂ© ce jour-lĂ  concernant sa nomination pour le Liebster Award :

liebster-award

Je l’ai rencontrĂ©e sur la plateforme de WordPress en Janvier 2016 et depuis on se follow.

C’est une personne trĂšs sympathique et spontanĂ©e. Tout ce que j’aime Ă  vrai dire !
Je trouve qu’elle a beaucoup de talent dans le domaine de l’Ă©criture qui est sa passion.

Voici un extrait de son roman qu’elle a Ă©crit il y a un an et que vous pourrez lire (personnellement j’ai vraiment apprĂ©ciĂ© !) afin de dĂ©couvrir son univers littĂ©raire. Le titre de son roman est :

Penthésilée

A ce sujet, elle recherche un Ă©diteur qui voudrait bien le publier alors si jamais vous lisiez cet article, n’hĂ©sitez pas Ă  lire son oeuvre…

J’espĂšre de tout coeur que son rĂȘve pourra enfin se rĂ©aliser car elle le mĂ©rite vraiment vu qu’elle Ă©crit fort bien !

Merci encore Ă  toi Lauraline de m’avoir invitĂ©e Ă  participer Ă  ton interview qui me ramena loin en arriĂšre dans mes souvenirs par certaine de tes questions…

****

Et voici son interview : 11 choses que Lauraline aimerait savoir sur moi :

1. Depuis quand Ă©crivez-vous ?

Lorsque j’Ă©tais ĂągĂ©e de 10 ans, mes parents m’avaient offert un journal intime pour mon anniversaire. Ce fut Ă  partir de ce moment lĂ  que je commençai Ă  y Ă©crire mes instants les plus prĂ©cieux et je dois dire qu’il y en avait beaucoup. J’adorais ce journal (que j’ai malheureusement Ă©garĂ© depuis) car il me permettait de m’Ă©vader et de rĂȘver.

D’aussi loin que je m’en souvienne, je n’y Ă©crivais que des choses positives et heureuses vu que j’Ă©tais une enfant trĂšs Ă©panouie et si insouciante…Je me souviens encore de sa couverture avec la fameuse PanthĂšre rose qui Ă©tait dessinĂ©e dessus. Il restera pour moi un merveilleux souvenir d’Ă©critures…

panthĂšre pink

2. Quel est le premier texte que vous ayez Ă©crit ?

Lorsque je vivais en afrique (Tchad Ă  N’Djamena), je me souviens que j’avais Ă©crit une petite histoire qui parlait de loups-garous. Je l’avais Ă©crite dans un grand cahier de format A4 dont la couverture Ă©tait rigide et brillante. C’Ă©tait une histoire assez longue (10 pages recto-verso) dont j’Ă©tais particuliĂšrement fiĂšre et qui avait pour titre : « La mutation ».

J’avais 14 ans et je dois bien avouer qu’Ă  cette Ă©poque lĂ  j’adorais tout ce qui se rapportait au domaine du fantastique et de la science fiction.

D’ailleurs, je n’ai pas beaucoup changĂ©e Ă  ce sujet puisque c’est toujours le cas aujourd’hui.

loup gare au loup

3. Est-ce que vous planifiez toute votre histoire, ou est-ce que vous vous lancez « au feeling » ?

J’ai pour habitude de tout planifier dans ma vie de tous les jours mais bizarrement pas dans le domaine de l’Ă©criture.
En ce qui concerne mes Ă©crits, je fonctionne uniquement au feeling.

J’ai une idĂ©e qui me traverse subitement l’esprit puis mon imagination commence alors Ă  galoper un peu dans tous les sens et Ă  partir de ce moment lĂ , je jette Ă  la volĂ©e quelques phrases ou/et mots sur une feuille afin de ne rien oublier.

 

4. Avez-vous dĂ©jĂ  fini d’écrire un roman ? Quel est son titre et de quoi parle-t-il ?

J’ai toujours aimĂ© Ă©crire depuis que je suis toute jeune mais lorsque j’ai commencĂ© Ă  me lancer vĂ©ritablement c’Ă©tait dans les annĂ©es 2009. J’Ă©tais alors ĂągĂ©e de 32 ans.

Ayant la nostalgie de mon passĂ© d’expatriation Ă  travers l’Afrique (GuinĂ©e Ă  Conakry, Tchad Ă  N’Djamena et Madagascar Ă  Antananarivo), j’avais dĂ©cidĂ© de retranscrire mes plus beaux souvenirs passĂ©s lĂ -bas, sous forme d’anecdotes.

Voici un de mes plus beaux souvenirs que vous pourrez découvrir et qui à pour titre :

Le manguier voyageur

 

5. Qu’est-ce que vous aimez Ă©crire ?

J’aime Ă©crire mes souvenirs d’enfance passĂ©s en Afrique oĂč en France Ă  Marseille.

J’aime Ă©galement inventer des petites histoires au grĂ© de mon imagination. Les sujets peuvent ĂȘtre trĂšs vastes et variĂ©s. Je n’ai pas spĂ©cialement de prĂ©fĂ©rence. LĂ  aussi, je fonctionne au feeling. Il est vrai que j’aime bien les thrillers mais pas que…

 

6. Quel est votre lieu favori pour Ă©crire ?

J’Ă©cris principalement dans ma chambre via mon fidĂšle ordinateur portable. C’est mon endroit favori car je m’y sens bien, tout simplement.

Mes sources d’inspirations me viennent en Ă©coutant des musiques de films (mais pas que, puisqu’actuellement j’aime bien Ă©couter en boucle « Love me like you do » d’Ellie Goulding) sur mon ordinateur.

Mon imagination s’envole et Ă  partir de ce moment lĂ  je me mets Ă  pianoter sur mon clavier durant des heures.

D’ailleurs, je ne vois jamais le temps passer lorsque j’Ă©cris…

 

7. Quel est votre auteur / livre préféré ?

Mon auteure prĂ©fĂ©rĂ©e est sans conteste : Mary Higgins Clark et ce depuis de nombreuses annĂ©es…

Pourquoi cette auteure ? Lorsque je vivais Ă  Madagascar Ă  Antananarivo et que j’avais 16 ans, je me souviens que j’avais un beau jour empruntĂ© un livre Ă  la bibliothĂšque de mon lycĂ©e (LycĂ©e Français de Tananarive) qui avait pour titre « La nuit du renard ».

Ce fut le titre qui attira le plus mon attention. Etant assez pressĂ©e ce jour-lĂ , je n’avais mĂȘme pas pris la peine de lire le sujet. Quant Ă  son auteure, son nom ne me disait rien du tout. Mais Ă  peine avais-je commencĂ© Ă  lire le premier chapitre que j’en fus littĂ©ralement scotchĂ©e…

« La nuit du renard » devint alors pour moi mon roman prĂ©fĂ©rĂ© et ce jusqu’Ă  aujourd’hui. Disons qu’il reste mon livre fĂ©tiche.

La suite fut prévisible : je lisais donc tous les romans de mon auteure préférée que je trouvais à la bibliothÚque de mon lycée.

la nuit renard

8. Cinq livres que vous emporteriez sur une ßle déserte?

– « La maison du guet » de Mary Higgins Clark

– « MĂ©chant garçon » de Jack Vance

– « Racines » de Alex Haley

– « L’Ăźle du docteur Moreau » de H.G. Wells (Herbert Georges Wells)

–  » Anna Karenine » de LĂ©on Tolstoi

mort eau doc

9. Un projet en cours, dont vous aimeriez nous parler ?

Actuellement je suis en train d’Ă©crire une nouvelle en plusieurs parties dont le titre est : « La derniĂšre danse de la lune ».

Vous pourrez découvrir mon histoire en cliquant sur ce lien :

La derniĂšre danse de la lune

C’est une histoire qui me tient particuliĂšrement Ă  coeur et que j’ai commencĂ© Ă  Ă©crire durant l’Ă©tĂ© 2015 (juillet/aoĂ»t).

J’ai voulu me lancer grĂące Ă  une amie que j’ai rencontrĂ© sur Twitter et qui s’appelle Michelle. Elle m’a donnĂ© l’envie d’inventer et de publier mon histoire sur wordpress. Merci Ă  toi ma Belette !

Depuis, je n’ai de cesse de me rĂ©pĂ©ter les mĂȘmes phrases d’encouragement :

« Il faut toujours croire en ses rĂȘves et aller jusqu’au bout pour pouvoir les rĂ©aliser »

« Ne surtout pas abandonner et suivre son chemin malgrĂ© les embĂ»ches »

 

10. Que peut-on vous souhaiter pour 2016 ?

Une question trĂšs difficile pour moi… Je ne dirais qu’une chose : la vie, c’est comme une boĂźte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber…

C’est une rĂ©plique d’un film dont le titre est « Forrest Gump ». En ce qui me concerne, ça me parle beaucoup…

 

11. Qu’est-ce que vous aimez à propos de mon blog ? Qu’est-ce que vous aimez moins ?

Lorsque je me suis baladĂ© pour la premiĂšre fois sur ton blog un certain mois de janvier 2016, j’ai Ă©tĂ© tout de suite attirĂ©e par tous les titres de tes articles. Je ne sais pas pourquoi… Encore une fois, une histoire de feeling…

Ce fut en lisant cet article de toi : PenthĂ©silĂ©e que j’ai compris alors que je souhaitais en connaĂźtre davantage sur ton univers littĂ©raire mais pas que…

En effet, je trouve que tu as tout simplement une belle personnalité et surtout une spontanéité qui fait vraiment plaisir.

Je tenais encore Ă  te remercier ma chĂšre Lauraline concernant cette petite interview que j’ai pris plaisir Ă  rĂ©pondre.

Gros bisous Ă  toi et surtout crois toujours en tes rĂȘves !

CĂ©cile, la Suricate

Suricate mignon

L’an 2015

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de mon blog.

bonne-année-2015

 

En voici un extrait :

Un tramway de San Francisco peut contenir 60 personnes. Ce blog a Ă©tĂ© visitĂ© 690 fois en 2015. S’il Ă©tait un de ces tramways, il aurait dĂ» faire Ă  peu prĂšs 12 voyages pour transporter tout le monde.

****

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Mon avis :

Je trouve que WordPress est un site gĂ©nial pour se mettre en avant. Il est trĂšs convivial et trĂšs simple d’utilisation.

De plus, il est trÚs pratique avec son application sur smartphone afin de pouvoir toujours avoir un oeil sur les activités de nos followers ou encore des commentaires sur son blog.

Je me suis inscrite Ă  WordPress en Septembre 2015 et j’en suis pleinement satisfaite car il est trĂšs bien conçu par rapport aux autres blogs.

Et donc pour cette fin d’annĂ©e 2015, je trouve que ce n’est pas si mal le rapport que les petits Lutins de WordPress m’ont confectionnĂ© en ce qui concerne les activitĂ©s de mon blog. 

Un bon dĂ©but qui je l’espĂšre perdurera dans le temps ! 

 NOUVELLE ANNEE

La derniĂšre danse de la lune : Chapitre 1 : Elisa

la derniere danse de la lune

 

Elisa marchait le long de la plage de sable fin tout en chantonnant son air prĂ©fĂ©rĂ© : « Wonderful life » du chanteur Black.
Une bien jolie chanson qui Ă©tait tout Ă  fait en adĂ©quation avec ce moment de pur bonheur qu’elle Ă©tait en train de savourer sans se soucier du temps qui passe.

Ce fameux temps qui nous fait tant dĂ©faut dans notre monde moderne actuel et qui nous empĂȘche d’apprĂ©cier les joies simples de la vie.
Elisa avait conscience qu’elle avait beaucoup de chance d’ĂȘtre ici ; seule au monde (enfin presque) et loin de tout.

Elle avait enfin rĂ©alisĂ© son rĂȘve : celui de se promener bien tranquillement sur cette immense plage dĂ©serte car jamais, auparavant elle n’aurait cru cela possible et pourtant c’Ă©tait bel et bien rĂ©el et ce pour son plus grand plaisir.
Et comme le disait si bien la chanson : la vie est merveilleuse !

****

Elle se souvenait encore de son inoubliable pĂ©riple en catamaran avant de dĂ©barquer ici sur cette jolie petite Ăźle qui portait le nom de « Diamond » en raison de la puretĂ© de son lagon et de son sable si blanc.

La veille, elle se trouvait Ă  Bambousya (un village touristique et balnĂ©aire de la cĂŽte ouest de l’Ăźle EpicĂ©a) dans un charmant hĂŽtel-restaurant, le « Paradise Beach » situĂ© en bordure de mer avec un accĂšs direct sur une plage privĂ©e.

L’hĂŽtel disposait de 40 chambres Ă©quipĂ©es de la climatisation, minibar, tĂ©lĂ©phone, ect, sans oublier l’accĂšs gratuit Ă  internet, ce qui n’Ă©tait pas nĂ©gligeable Ă©tant donnĂ© qu’Elisa avait du mal Ă  vivre sans son smartphone ou sa tablette.
Mais pas pour aujourd’hui oĂč elle avait bien volontiers ranger toutes ces technologies modernes dans le placard de sa chambre afin de profiter pleinement de ce moment de libertĂ© et d’Ă©vasion !

Et puis de toute façon, la petite Ăźle « Diamond » Ă©tait situĂ©e dans une zone blanche donc il n’y avait pas de rĂ©seau internet et encore moins de wifi.

****

Le « Paradise Beach » proposait diverses activitĂ©s tels que : Golf, bodyboard, Planche Ă  voile, Kayak , Voile, Sentier de randonnĂ©e Ă  pied ou Ă  bicyclette, Parachutisme ascensionnel, Cours de golf y compris des excursions en bateau (catamaran ou grands voiliers) tout autour de la cĂŽte, vers de magnifiques Ăźlots.

Son Guide touristique qui s’appelait Philippo lui avait dĂ©crit qu’il y avait prĂšs d’une centaine de petits Ăźlots dont certains Ă©taient proches de la cĂŽte et d’autres plus loin et plus difficiles d’accĂšs et que quelques-uns d’entre eux seulement Ă©taient des rĂ©serves naturelles avec une faune endĂ©mique exceptionnelle oĂč l’on pouvait y croiser quelques spĂ©cimens d’animaux tout en se baladant.

Leurs eaux cristallines Ă©taient idĂ©ales pour y faire de la plongĂ©e en apnĂ©e ou encore du scooter sous-marin avait-il prĂ©cisĂ©. Plusieurs activitĂ©s s’offraient aux touristes s’ils le dĂ©siraient car tout Ă©tait possible selon lui si l’on souhaitait rĂ©aliser un rĂȘve bien prĂ©cis.

D’ailleurs, il lui avait fortement conseillĂ© de visiter l’un d’entre eux : « Diamond », rĂ©putĂ© pour ĂȘtre plus au calme car moins frĂ©quentĂ© et qui d’aprĂšs lui Ă©tait un vĂ©ritable paradis terrestre qu’elle ne serait pas prĂšs d’oublier et que l’occasion ne se prĂ©senterait pas deux fois si elle voulait en avoir plein la vue et vivre enfin une aventure extraordinaire Ă  la Robinson CrusoĂ©.
En effet, un bien joli programme en perspective…

Elisa avait donc fait son choix : elle avait optĂ© pour deux jours et une nuit Ă  Diamond en incluant les dĂ©jeuners/dĂźners, pique-niques, barbecues y compris quelques activitĂ©s telles que : Kayak, plongĂ©e sous-marine dans l’ocĂ©an Pacifique, farnientes et balades dans l’Ăźlot inhabitĂ©.

Le pĂ©riple s’effectuerait en catamaran de croisiĂšre privĂ©e en compagnie de son Guide Philippo qui serait le navigateur.
Mais ce qui l’enthousiasmait le plus dans toute cette expĂ©dition de rĂȘve Ă©tait de dormir une nuit dans une cabane qui se trouvait en haut d’une montagne, au coeur de la forĂȘt luxuriante de Diamond et Ă  quelques mĂštres d’une chute d’eau qui portait le nom du « Voile de la MariĂ©e » et qui d’aprĂšs son Guide Ă©tait d’une beautĂ© exceptionnelle Ă  couper le souffle.

****

Et voici qu’elle Ă©tait en train de marcher sur cette magnifique plage de sable fin qui ressemblait Ă  de la poudre de diamant tellement son Ă©clat Ă©tait intense et d’un blanc immaculĂ©.
Diamond portait vraiment bien son nom ! Tout Ă©tait sublime ici. Un vrai paysage de carte postale et d’un calme olympien…

Le soleil Ă©tait Ă  son zĂ©nith, il lui mordait la peau mais qu’importe puisqu’elle avait pris le soin de bien s’enduir le corps et le visage de protection solaire qui sentait agrĂ©ablement bon la fleur de TiarĂ©.
De plus, elle portait une casquette et par dessus son maillot de bain deux piÚces, une tunique de plage en voile soyeux de couleur bleue ciel, agrémentée de manches courtes chauve-souris joliment fendues sur les épaules.

Cette tenue fluide et aĂ©rienne Ă©tait bien appropriĂ©e Ă  la chaleur intense d’aujourd’hui.
Et pour ne pas dĂ©plaire, il y avait mĂȘme une lĂ©gĂšre brise qui venait lui caresser le visage, les cheveux ; ce qui rendait agrĂ©able sa marche, sous le soleil ardent de cette belle matinĂ©e de ce samedi 26 AoĂ»t 2015.

****

Cela faisait dĂ©jĂ  une bonne vingtaine de minutes qu’elle se promenait tranquillement sur cette plage et pas un seul chat Ă  l’horizon.
Son Guide Philippo ne lui avait pas menti ; cette petite Ăźle Ă©tait encore mĂ©connue des touristes car difficile d’accĂšs et seuls les insulaires et les guides expĂ©rimentĂ©s tel que lui pouvaient connaĂźtre cet endroit bĂ©ni des Dieux !

Elisa ne regrettait vraiment pas cette excursion ; elle se sentait bien ici, elle Ă©tait heureuse et parfaitement en osmose avec la nature.

****

Philippo ne tarderait pas Ă  la rejoindre, il Ă©tait restĂ© sur le catamaran qui Ă©tait amarrĂ© non loin d’ici afin d’y prendre quelques Ă©quipements pour cette nuit et ramener le repas et les boissons pour le dĂ©jeuner de ce midi.

Le menu prĂ©vu par le restaurant de l’HĂŽtel Ă©tait des plus allĂ©chants :

– Salade de cruditĂ©s variĂ©es et sambos au poisson,
– Langoustes grillĂ©es au beurre d’ail accompagnĂ©es de riz blanc, de curry de courgettes et d’aubergines avec du bon pili-pili (piment). Et pour terminer ce repas, en guise de dessert : Des bananes flambĂ©es au Rhum des Ăźles avec boules de glace au coco. Un vrai festin !

****

Elisa avait hùte de déjeuner car elle commençait à avoir faim.
Elle regarda sa montre bracelet waterproof qui avait Ă©tĂ© d’une trĂšs grande Ă©tanchĂ©itĂ© lorsqu’elle avait fait de la plongĂ©e sous-marine il y a une heure de temps dĂ©jĂ , en compagnie de son Guide.

Il Ă©tait 10H55.
Elle s’arrĂȘta un instant, se retourna, mit sa main en visiĂšre Ă  cause du soleil Ă©blouissant et regarda au loin.
Elle avait dĂ» beaucoup marcher car elle ne voyait plus du tout le catamaran. Mais que pouvait bien faire Philippo ? Il n’Ă©tait toujours pas revenu la rejoindre.

Sans doute qu’elle s’inquiĂ©tait pour rien. Il n’allait plus tarder Ă  prĂ©sent alors en attendant son retour, Elisa dĂ©cida de faire une petite halte ici.
Elle dĂ©posa son sac de plage qu’elle portait en bandouliĂšre puis en extirpa une grande serviette qu’elle Ă©tala sur le sable chaud.
Avant de s’allonger dessus, elle fouilla Ă  nouveau dans celui-çi et en sortit une petite bouteille d’eau dont elle but quelques gorgĂ©es qui la dĂ©saltĂ©rĂšrent aussitĂŽt tellement c’Ă©tait bien frais.

Jamais elle n’aurait pu faire ce petit voyage sans son fidĂšle sac de plage. En effet, il y avait pas mal de choses qu’elle avait transportĂ©es Ă  l’intĂ©rieur : une petite glaciĂšre isotherme souple contenant trois petites bouteilles d’eau glacĂ©es et une canette de jus d’orange Minute Maid, un paquet d’une dizaine de petits pains aux raisins qu’elle avait achetĂ© ce matin Ă  la pĂątisserie de l’HĂŽtel, ses tennis pour la promenade de tout Ă  l’heure dans la forĂȘt tropicale de Diamond pour y voir « le voile de la mariĂ©e », sa grande serviette Ă©ponge et une autre plus petite pour s’essuyer aprĂšs ses baignades, un maillot de bain une piĂšce de couleur bleu marine, des vĂȘtements de rechange, un gros tube de crĂšme solaire, une trousse de toilette et sans oublier sa grosse lampe de poche Ă©tanche pour ce soir.

Et pour je ne sais quelle raison, elle avait aussi prĂ©vu d’emmener avec elle, un briquet offert par l’hĂŽtel (non pas qu’elle fumait, bien au contraire mais juste au cas oĂč) ainsi que son couteau Suisse 21 piĂšces multifonctions ultra compact que son pĂšre lui avait offert pour son anniversaire, il y a 6 mois de ça et qu’elle avait dissimulĂ© dans un mouchoir en tissu fleuri afin de le protĂ©ger des intempĂ©ries. Un accessoire idĂ©al pour les dĂ©placements en extĂ©rieur lui avait-il soulignĂ©. Elle le revoyait encore en train de lui rabĂącher, dans un large sourire :

« Et surtout ne te dĂ©place jamais sans lui, il pourrait t’ĂȘtre utile et ce Ă  n’importe quelle occasion. C’est un couteau magique qui te simplifiera la vie…Je t’assure Elisa ! Prends en bien soin »

Et elle lui répondait invariablement :

« Oui, d’accord Papa c’est notĂ© ! Je le garderai bien prĂ©cieusement avec moi et je l’emmĂšnerai partout oĂč j’irais… »

Et c’est ce qu’elle avait fait aujourd’hui.
De toute façon ses parents lui avaient appris Ă  devenir une personne trĂšs prĂ©voyante et ce depuis sa plus tendre enfance alors disons que c’Ă©tait presque innĂ© chez elle de se dĂ©placer avec pas mal de choses dans son sac afin de ne rien manquer.

Et comme disait un certain proverbe : « Mieux vaut trop que pas assez ».
C’est pourquoi, mĂȘme si son guide Ă©tait chevronnĂ© dans son domaine et qu’il avait tout prĂ©vu pour ces deux jours, elle prĂ©fĂ©rait faire confiance Ă  son instinct.

Quoique pour l’instant tout allait pour le mieux ; pas le moindre nuage en vu, au sens propre comme au sens figurĂ©.
Tout s’Ă©tait parfaitement bien dĂ©roulĂ© jusqu’Ă  prĂ©sent ; alors aucune inquiĂ©tude Ă  avoir se dit Elisa en esquissant un demi-sourire.

****

AllongĂ©e sur sa serviette, sa casquette Ă  visiĂšre lui couvrant le visage ; Elisa ferma les paupiĂšres et commença Ă  s’endormir tout en Ă©coutant paisiblement le doux murmure du vent et le ressac incessant de la mer.
Et le temps s’Ă©coula, s’Ă©grena…
Elisa venait de s’assoupir et n’avait pas vu le temps passer…

Il était déjà 12H15.

****

Soudain, des petites gouttes d’eau froides lui tombĂšrent sur la jambe et le pied droit.
Oh non ! Se pourrait-il qu’il pleuve ?? Pourtant il faisait un temps si radieux !
Que c’Ă©tait dĂ©sagrĂ©able ! Si bien qu’Elisa commença Ă  se rĂ©veiller peu Ă  peu.

Elle retira sa casquette qui lui bouchait la vue puis avec effroi et stupĂ©faction vit une jeune femme qui se tenait lĂ , debout juste Ă  cĂŽtĂ© d’elle, le dos lĂ©gĂšrement courbĂ© en avant avec de longs cheveux noirs Ă©parses et dĂ©goulinants d’eau…

La jeune femme grelottait de froid ; sans doute dĂ» Ă  cause de l’humiditĂ© de ses vĂȘtements qui lui collaient Ă  la peau.
Elle avait le visage tuméfié avec un énorme bleu violacé sur le front et des traces de griffures sur la joue gauche.
Un petit filet de sang lui coulait le long de la narine droite jusqu’au menton et ses grands yeux noirs Ă©taient rougis par des larmes incessantes.

Elle portait un t-shirt blanc cassĂ©, dĂ©chirĂ© Ă  l’encolure et tĂąchĂ© d’aurĂ©oles de sang dĂ©lavĂ© au niveau du ventre. Son bermuda bleu ciel Ă©tait maculĂ© de traces de sang comme si elle s’Ă©tait essuyĂ© les mains dessus quant Ă  ses baskets, on ne distinguait plus vraiment leurs couleurs tellement elles Ă©taient sales.

Elle Ă©tait vraiment dans un piteux Ă©tat et n’arrĂȘtait pas de pleurer.
Elisa se redressa rapidement Ă  l’aide de ses coudes et se mit debout face Ă  la jeune femme puis lui demanda :

« Que vous est-il arrivĂ©e ? vous ĂȘtes blessĂ©e…qui vous a fait ça ? »

« J’Ă©tais dans la montagne lĂ -bas, avec mon mari et… »

La jeune femme renifla puis d’un revers de main essuya le petit Ă©coulement de sang qui lui sortait de sa narine droite. Les mots ne sortaient plus de sa bouche et elle semblait tĂ©tanisĂ©e alors Elisa s’approcha davantage d’elle et lui pressa gentiment l’Ă©paule pour l’encourager Ă  parler.

« Continuez, je vous prie…Que s’est-il passĂ© ? »

La jeune femme cessa de pleurer et dit d’une voix Ă©teinte :

« On Ă©tait dans cette forĂȘt lĂ -bas… »

Elle désigna du doigt une étendue de verdure luxuriante qui se trouvait au loin, juste aprÚs la plage.

« J’Ă©tais en train de prĂ©parer des sandwichs. On se trouvait prĂšs de notre cabane. Mon mari discutait avec notre Guide Batisto et je coupai du pain. Soudain, j’ai vu un homme qui venait vers nous. Il Ă©tait sorti de nulle part et il avait l’air trĂšs menaçant. J’ai criĂ© trĂšs fort pour avertir mon mari et Batisto mais subitement je ne sais pas pourquoi notre Guide s’en ait pris Ă  mon mari. Il le battait tellement fort qu’il s’est retrouvĂ© par terre. Batisto n’arrĂȘtait pas de lui taper dessus sans fin. Oh mon Dieu ! mon pauvre mari ! Je le voyais qu’il souffrait mais j’Ă©tais impuissante, incapable de l’aider. J’Ă©tais terrifiĂ©e. Subitement, l’autre homme s’est retrouvĂ© prĂšs de moi. Je ne l’avais pas vu venir car j’Ă©tais prĂ©occupĂ©e par mon mari. J’ai tentĂ© de m’enfuir mais il m’a rattrapĂ©. Ensuite, il n’a pas arrĂȘtĂ© de me battre ; il me donnait de violent coups sur tout le corps mais le pire fut lorsqu’il me donna un violent coup de poing au front. Je pense que j’ai dĂ» m’Ă©vanouir car je ne me souviens plus de rien. je ne sais plus ce qui s’est passĂ© en ce qui concerne mon mari. Et je…. »

La jeune femme s’arrĂȘta de parler. Des larmes lui coulaient Ă  nouveau le long de ses joues et tout son corps Ă©tait secouĂ© de tremblements tellement elle devait avoir froid mais malgrĂ© le choc qu’elle avait subi, elle continua son histoire :

« Lorsque j’ai repris connaissance et que je me suis relevĂ©, j’ai vu Ă  nouveau cet inconnu qui m’avait frappĂ©. Il riait avec notre Guide mais par contre je ne voyais plus nulle part mon mari. J’avais trĂšs mal Ă  la tĂȘte. Je titubais puis Ă  un moment donnĂ© j’ai vu par terre mon couteau de cuisine alors je m’en suis vite emparĂ© et je l’ai cachĂ© derriĂšre mon dos. C’est alors que Batisto s’est avancĂ© vers moi. Il n’arrĂȘtait pas de rire puis il m’a dit qu’il avait tuĂ© mon mari et qu’il avait adorĂ© lui faire du mal. Il me disait que mon Mari avait criĂ© comme une gonzesse. Ce sont ses propres mots. Cette ordure me dĂ©bitait ça avec le plus grand mĂ©pris alors comme j’avais beaucoup de haine Ă  ce moment lĂ  et qu’il se rapprochait de plus en plus de moi, je n’ai pas hĂ©sitĂ©, je me suis jetĂ©e sur lui et je lui ai enfoncĂ© le couteau dans le ventre, au plus profond que j’ai pu puis je l’ai vite retirĂ© pour le garder avec moi. Il a criĂ© trĂšs fort et ensuite il est tombĂ© par terre. L’autre type a vu son acolyte au sol et il a couru vers moi. J’Ă©tais effrayĂ©e. J’ai tentĂ© de me sauver mais il a finit par me rattraper et il m’a donnĂ© une grande gifle. J’avais trĂšs mal mais je ne sais comment et par quel miracle j’ai rĂ©ussi Ă  lui donner un coup de pied dans les parties. C’est Ă  ce moment lĂ  que j’ai vite ramassĂ© le couteau que j’avais perdu et lorsqu’il s’est approchĂ© Ă  nouveau de moi, je le lui ai enfoncĂ© dans la poitrine. L’homme criait de rage et il m’insultait en me regardant d’un air menaçant. Puis il a retirĂ© le couteau qui Ă©tait toujours plantĂ© dans sa poitrine et l’a jetĂ© par terre. Il y avait une grosse tĂąche de sang sur son t-shirt. Je me souviens ensuite qu’il m’avait menacĂ© en me disant qu’il reviendrait me tuer puis il a couru et a disparu dans la forĂȘt. Depuis, je ne l’ai plus jamais revu. Je ne sais pas ce qu’il est devenu mais j’aurais voulu qu’il meurt … »

Elisa en avait la chair de poule. Ce que venait de vivre cette jeune femme Ă©tait insoutenable.

« Mon Dieu ! Mais c’est terrible ce que vous venez de vivre ! C’est inimaginable ! Je suis vraiment dĂ©solĂ©e. Et qu’est devenu votre Mari ? Et ce guide qui l’avait battu ? »

La jeune femme continua son histoire :

« Lorsque cet homme qui m’avait frappĂ© s’est sauvĂ©, j’ai essayĂ© de rechercher Batisto car je ne le voyais plus nulle part alors je suis allĂ©e vers la chute d’eau qui se trouve Ă  quelques mĂštres des deux cabanes. C’est lĂ  que je l’ai revu. Il rampait tout prĂšs du bassin de la cascade. Je l’ai vu se redresser et marcher avec difficultĂ© vers l’avant de la forĂȘt ; il voulait sans doute s’enfuir lui aussi comme l’avait fait son acolyte, alors sans hĂ©siter, je me suis prĂ©cipitĂ© vers lui et je l’ai violemment poussĂ© dans le bassin. Il est tombĂ© dedans et lorsque je me suis rapprochĂ©, j’ai vu qu’il se dĂ©battait dans l’eau pendant un certain temps puis plus rien. J’ai constatĂ© alors qu’il Ă©tait mort. »

Elisa n’en revenait toujours pas. Quelle Ă©pouvantable histoire !!

« Et donc ce Batisto s’est noyĂ© dans ce bassin. Mais en ce qui concerne votre mari ? qu’est-il devenu ? »

« Mon mari est mort et je… »

« Mon Dieu ! ce n’est pas possible ! Mais oĂč l’avez-vous retrouvĂ© ? » dit Elisa totalement affarĂ©e.

« Je l’ai cherchĂ© partout et j’ai fini par tomber sur une de ses baskets que j’ai trouvĂ© Ă  cĂŽtĂ© d’un ravin, pas trĂšs loin de notre cabane. C’est lĂ  que j’ai revu mon mari au fond de ce prĂ©cipice. Il y avait plein de sang autour de lui…
« Mon Dieu ! mais c’est abominable ! Je suis tellement dĂ©solĂ©e que vous ayez perdu votre mari… »

Elisa Ă©tait abasourdie par ce qu’elle venait d’entendre. Elle commençait Ă  avoir de plus en plus peur mais elle ne pouvait pas se permettre de perdre son sang-froid face Ă  cette jeune femme qui Ă©tait en Ă©tat de choc et de dĂ©tresse. Alors elle se ressaisit et lui demanda :

« Comment vous appelez-vous ? »

« Tamara »

« Moi c’est Elisa. Encore dĂ©solĂ©e Tamara de vous rencontrer ainsi, en de telles circonstances. C’est si triste pour votre mari. Vous Ă©tiez ici en excursion ? »

« Oui, mon mari Juanes et moi Ă©tions venus ici pour notre voyage de noces. Je ne comprends pas pourquoi il y a eu tout ça. J’ai tout perdu Ă  cause de ces deux hommes. Ces monstres… »

Elisa n’avait plus de mots et ne savait comment consoler la jeune femme qui avait tellement subi alors elle fouilla dans son sac de plage et en sorti une petite serviette qu’elle tendit Ă  la jeune femme.

« Tenez, vous devriez vous essuyer. Vous ĂȘtes trempĂ©e. Vous devez avoir froid. J’ai aussi des vĂȘtements de rechange. Vous devriez retirer les vĂŽtres et enfiler ceci. Je pense qu’elle vous ira »

« Merci. C’est vrai que j’ai froid… »

La jeune femme s’exĂ©cuta. Elle retira son t-shirt tĂąchĂ© de sang ainsi que son bermuda qu’elle jeta en boule, Ă  ses pieds. Elle Ă©tait en petite tenue mais ne semblait pas trop ĂȘtre gĂȘnĂ©e devant Elisa. Elle commença Ă  s’essuyer frĂ©nĂ©tiquement le corps puis les cheveux.

En la regardant faire, Elisa remarqua qu’elle avait quelques bleus au niveau de la poitrine et des Ă©paules. Ces individus avaient dĂ» beaucoup la brutaliser d’oĂč l’apparition de ces marques. Cette femme avait vraiment beaucoup souffert mais elle avait rĂ©ussi Ă  se dĂ©fendre face Ă  ces deux tortionnaires et Elisa trouvait qu’elle avait eu beaucoup de cran et de courage pour se sortir de cet enfer.

Lorsque Tamara eut terminé de se sécher, elle enfila la tunique en voile imprimée de couleur fushia qui ressemblait à celle que portait Elisa à la seule différence du coloris.
En les voyant habillĂ©es ainsi, on aurait dit deux soeurs jumelles Ă  part que l’une Ă©tait blonde Ă  la peau claire et l’autre brune Ă  la peau ambrĂ©e.

« Vous ĂȘtes plus au sec ainsi et la tunique vous va bien » lui dit Elisa. Elle s’approcha de Tamara et lui toucha doucement le front.

« Est-ce que c’est encore douloureux ? »

« Un peu, mais ça va. Et je me sens beaucoup mieux dans ce vĂȘtement. Merci beaucoup Elisa »

« De rien. Et votre nez ? J’ai vu que vous saigniez tout Ă  l’heure… »

« Non, ce n’est rien. J’ai parfois des saignements de nez et ce depuis mon enfance mais ça n’a rien Ă  voir avec ces sales brutes. Mais ça va maintenant, je ne saigne plus du tout »

« Alors je suis rassurĂ©e »

Elisa avait remarquĂ© que les cheveux de Tamara Ă©taient trĂšs emmĂȘlĂ©s alors elle lui proposa son peigne Ă  larges dents pour les discipliner.

« Auriez-vous aussi un Ă©lastique pour que je puisse les attacher ? Je ne les supporte plus comme ça » demanda Tamara, tout en coiffant sa longue chevelure Ă©bĂšne.

« Oui, biensĂ»r »

Elisa fouilla dans sa trousse de toilette et en sorti un chouchou en velours noir.

« Tenez, c’est un chouchou. Je n’ai pas d’Ă©lastique »

« Ă§a ira trĂšs bien. Merci Elisa »

Tamara Ă©tait en train de nouer ses cheveux en une haute queue de cheval. CoiffĂ©e ainsi, elle Ă©tait complĂštement diffĂ©rente. Cela lui donnait un air dynamique et encore plus combatif que jamais, prĂȘte Ă  affronter n’importe quel adversaire. Du moins, c’est l’apparence que lui donnait cette nouvelle coiffure. En l’observant dans les dĂ©tails, Elisa avait encore une question qui lui brĂ»lait les lĂšvres ; un Ă©lĂ©ment qu’elle n’arrivait pas Ă  comprendre, alors elle se lança :

« Je me posais une question Tamara… »

« Oui, allez-y »

« Pourquoi Ă©tiez-vous toute trempĂ©e lorsque vous ĂȘtes venue vers moi ? »

« Heu…Oui c’est vrai, j’ai oubliĂ© de vous dire. Lorsque j’ai vu mon mari en bas dans le prĂ©cipice avec tout ce sang autour de lui, je ne pouvais plus supporter d’avoir le sang de ces sales types sur les mains alors j’ai dĂ©cidĂ© d’aller me les laver Ă  la cascade. En marchant, j’ai aperçu mon couteau de cuisine par terre qui Ă©tait plein de sang alors je l’ai ramassĂ© puis je me suis dirigĂ© Ă  la source de la cascade. Je me suis d’abord lavĂ© les mains puis j’ai commencĂ© Ă  rincer la lame du couteau. Mais c’est Ă  ce moment lĂ  que je n’ai pas fait attention et que j’ai glissĂ©. J’ai perdu l’Ă©quilibre et je suis tombĂ©e dans le bassin oĂč se trouvait le cadavre de cette ordure de Batisto. Heureusement, j’ai rĂ©ussi Ă  me sortir de lĂ  tant bien que mal car le bassin est trĂšs profond. J’Ă©tais entiĂšrement mouillĂ©e et je venais de perdre mon couteau alors j’ai voulu quitter cet endroit de malheur au plus vite. Au cours de mon trajet pour retourner Ă  la plage, j’avais beaucoup transpirĂ© et je me sentais toute poisseuse et sale, alors lorsque je me suis retrouvĂ© face Ă  la mer, j’ai vite retirĂ© mes baskets et sans rĂ©flĂ©chir je me suis jetĂ© Ă  l’eau. Je voulais me laver de toute cette crasse. Et c’est vrai qu’Ă  un moment donnĂ©, lorsque je nageais sous l’eau, j’ai repensĂ© Ă  mon mari. J’Ă©tais Ă  nouveau bouleversĂ©e et trĂšs en colĂšre. Alors j’ai voulu mourir…mais… »

Les yeux de Tamara Ă©taient embuĂ©s de larmes qu’elle ne pouvait rĂ©frĂ©ner. Emue par ce qu’elle venait de lui rĂ©vĂ©ler, Elisa eut un geste de tendresse envers elle. Elle lui prit les mains et les enserra tout doucement dans les siennes puis constatant qu’elle ne portait pas d’alliance, elle ne pu s’empĂȘcher de lui dire :

« Je viens de remarquer que vous ne portez pas d’alliance Ă  votre doigt ? »

Tamara regarda un instant sa main gauche qui Ă©tait effectivement dĂ©nudĂ©e. Elle resta un instant sans voix comme si elle se sentait fautive puis se remit Ă  pleurer si bien qu’Elisa regrettait dĂ©jĂ  de lui avoir posĂ© cette question.

« Vous allez trouver ça complĂštement idiot de ma part mais je vous assure que c’est la vĂ©ritĂ©. Lorsque je prends ma douche, j’ai pour habitude de retirer ma bague pour ne pas l’abĂźmer. Mais cette fois-çi j’ai dĂ» oublier de la remettre Ă  mon doigt. La bague est donc restĂ©e chez nous dans notre maison Ă  AntinĂ©a. BiensĂ»r lorsque mon mari et moi sommes venus Ă  Diamond, je m’en suis aperçu mais c’Ă©tait dĂ©jĂ  trop tard. Vous pensez que c’Ă©tait un mauvais prĂ©sage ? C’est vrai maintenant que j’y pense. Comment ai-je pu oublier mon alliance… » dit-elle les yeux noyĂ©s de larmes.

« Non, Tamara. Ne vous mĂ©prenez pas. Si je vous ai posĂ© cette question, ce n’est pas pour vous accabler. Vous ne devez pas vous sentir coupable par rapport Ă  cette bague, cela n’a rien Ă  voir du tout ! C’Ă©tait juste un oubli. Rien de plus. Ce n’Ă©tait en aucun cas un mauvais prĂ©sage comme vous venez de le dire. Non, rien de cela. Et puis, vous ne pouviez pas prĂ©voir ce qui allait se passer sur cette Ăźle »

« Je ne sais pas mais tout ce que je sais, c’est que j’ai perdu mon mari… »

« Oui et c’est vraiment tragique ce que vous avez vĂ©cu mais je vous en prie Tamara, chassez de votre esprit cette histoire de mauvais prĂ©sage. Vous n’y ĂȘtes absolument pour rien. Et moi, je suis lĂ  avec vous. Et je voulais vous dire aussi que lorsque vous m’avez racontĂ© tout Ă  l’heure que vous vouliez vous suicider, eh bien, j’ai Ă©tĂ© trĂšs Ă©mue d’apprendre cela. Je suis sincĂšre Tamara. Et sachez une chose, votre mari n’aurait jamais voulu que vous fassiez ce geste. Vous ĂȘtes en vie et c’est tout ce qui compte. Vous m’avez entendu ? Vous ĂȘtes une personne trĂšs forte. Et vous avez tout mon soutien »

« Merci Elisa. Vous ĂȘtes si gentille avec moi. Mais vous savez, c’est grĂące Ă  vous si je ne suis pas passĂ©e Ă  l’acte »

« GrĂące Ă  moi ? »

« Oui, grĂące Ă  vous. Lorsque je nageais sous l’eau et que je suis remontĂ©e Ă  la surface pour reprendre une derniĂšre fois mon souffle, j’ai remarquĂ© au loin une petite tĂąche bleue sur la plage. Je n’en croyais pas mes yeux alors je suis vite sortie de l’eau, j’ai enfilĂ© mes baskets et j’ai couru sans m’arrĂȘter vers cette tĂąche. Puis au fur et Ă  mesure que je m’en rapprochai, j’ai constatĂ© que c’Ă©tait bien une personne qui Ă©tait allongĂ©e sur une serviette. Et Ă  partir de ce moment lĂ , vous ne pouvez pas savoir Ă  quel point ce fut une vĂ©ritable dĂ©livrance pour moi lorsque je suis tombĂ©e sur vous et qui plus est une femme. Je n’aurais sans doute pas eu confiance si j’Ă©tais tombĂ©e sur un homme. C’est pourquoi je tenais Ă  vous remercier Elisa. Encore merci d’ĂȘtre lĂ  et de me soutenir »

« Mais c’est tout Ă  fait normal Tamara. Et je vous soutiendrai encore jusqu’au bout »

****

Elisa jeta un bref coup d’oeil Ă  sa montre. Il Ă©tait dĂ©jĂ  13H20.

Les sourcils froncĂ©s, elle regarda au loin l’imposante montagne qui se dressait juste aprĂšs la plage puis avec une certaine anxiĂ©tĂ© dans la voix, s’empressa de dire Ă  Tamara :

« Je voulais vous demander. En ce qui concerne l’homme qui s’est enfui. Il pourrait revenir ici pour nous faire du mal ? Il doit sans doute nous Ă©pier au moment mĂȘme oĂč nous parlons. Vous ne pensez pas ? Et si jamais il vous avez suivi ? »

« Non, il ne m’a pas suivi et j’en suis certaine car je n’ai eu de cesse de regarder autour de moi avant de venir sur cette plage »

Pourtant, il y avait quelque-chose qui clochait se dit Elisa dans son for intĂ©rieur. Une chose qui la tracassait encore. Mais quoi donc ? Soudain elle fut prise de panique. Elle l’avait complĂštement oubliĂ©. C’Ă©tait son Guide Philippo. Mais qu’Ă©tait-il devenu depuis tout ce temps ??

Avec affolement, elle fit part de son inquiétude à Tamara et sans plus attendre commença à lui raconter le début de son histoire :
« Moi aussi j’Ă©tais en excursion sur cette Ăźle. Mais avant de me retrouver ici Ă  Diamond, j’Ă©tais en catamaran avec mon Guide.

C’est lui qui naviguait le bateau et au cours de notre pĂ©riple, on avait fait de la plongĂ©e sous-marine ensemble. Ensuite on a dĂ©barquĂ© sur cette plage, il a amarrĂ© le bateau puis il m’a dit que je pouvais aller me promener un peu plus loin si je le souhaitai pendant qu’il dĂ©chargerait nos affaires. Je me suis donc baladĂ© puis j’ai dĂ©cidĂ© de m’allonger un peu en l’attendant. Je me suis endormie et vous ĂȘtes apparu. Et depuis notre rencontre, je n’ai plus jamais revu mon Guide qui s’appelle Philippo…Je me dema.. »

Soudain Tamara lui coupa la parole.

« Vous dĂźtes qu’il s’appelait Philippo ? Ce prĂ©nom me dit vaguement quelque-chose. C’est encore flou mais il me semble que j’ai entendu ce prĂ©nom lorsque j’Ă©tais Ă©vanouie. J’entendais des bribes de voix. Oui, j’en suis certaine maintenant. Je me souviens de ce prĂ©nom… »

Elisa n’osait y croire. L’idĂ©e mĂȘme de penser que Philippo pouvait avoir un lien avec toute cette sordide histoire lui fit dresser les cheveux sur la tĂȘte. Pour en avoir le coeur net elle posa la question cruciale qui Ă©clairerait enfin sa lanterne :

« Vous souvenez-vous des vĂȘtements que cet homme portait ? »

« oui, je m’en souviens clairement » s’empressa de dire Tamara. « Il portait un t-shirt jaune avec une inscription dessus. Attendez, ça va me revenir. Oui voilĂ , c’Ă©tait Ă©crit : Black and White »

Mon Dieu ! c’Ă©tait donc son Guide Philippo. Elle n’en croyait toujours pas ses oreilles et pourtant c’Ă©tait bien lui. Il n’y avait plus aucun doute lĂ -dessus. Elisa en avait la nausĂ©e.

« C’est bien lui » dit-elle avec dĂ©goĂ»t. « C’est mon Guide. Il portait effectivement un t-shirt de cette couleur avec l’inscription que vous venez de mentionner : Black and White. Mon Dieu, et dire que j’avais fait de la plongĂ©e avec lui. Il semblait si gentil. C’est totalement insensĂ© ! Mais pourquoi aurait-il fait tout ça ? »

« Je ne sais pas. Mais en tous cas, il avait l’air de bien connaĂźtre notre guide Batisto. Je me rappelle encore de leurs satanĂ©s rires !! Moi aussi je n’aurais jamais cru que notre Guide nous aurait fait du mal. Et comme vous dĂźtes, lui aussi il paraissait ĂȘtre trĂšs gentil. Les apparences sont parfois trompeuses. On croit connaĂźtre une personne mais c’est tout l’inverse et j’en sais quelque-chose. A cause de ces deux hommes, j’ai tout perdu. Finalement, mon mari et moi n’aurions jamais dĂ» venir sur cette fichue Ăźle de malheur. Il serait encore en vie maintenant. Je regrette tellement qu’on soit venus ici ! »

« Vous avez raison Tamara. A cause d’eux, vous avez perdu votre mari. C’est tellement horrible ce que vous avez vĂ©cu ! Qu’allons nous faire maintenant ? On se retrouve toutes les deux seules sur cette Ăźle perdue. Qu’allons-nous devenir ? Qui va venir nous sortir de lĂ  ? »

« Je ne sais pas Elisa mais on va tout faire pour pouvoir s’en sortir. Et puis heureusement nous sommes deux »

« Oui, c’est vrai mais ce n’est pas rassurant avec ce sale type qui est dans les parages. J’ai quand mĂȘme peur. Vous auriez un plan en tĂȘte pour se sortir de cette galĂšre ? »

« Oui j’ai un plan qui pourrait ĂȘtre possible. DĂźtes-moi, quelle heure est-il ? »

Elisa regarda sa montre. Et dire qu’en venant sur cette Ăźle, elle se disait qu’elle oublierait les heures qui passent ; eh bien ce n’Ă©tait plus le cas Ă  prĂ©sent, au contraire le temps Ă©tait comptĂ© plus que jamais…

« Il est exactement 14H00 »

« Il faudrait quitter cet endroit au plus vite » dit Tamara.

« Mais pour aller oĂč ? »

Tamara regarda la forĂȘt luxuriante qui Ă©tait Ă  environ 3 kilomĂštres de lĂ  oĂč elles se trouvaient puis elle dit :

« Je pense qu’on devrait aller lĂ -bas dans la forĂȘt. Ici on est trop en vue. Et la nuit va vite tomber. En haut de cette montagne, il y a deux cabanes qui se trouvent l’une Ă  cĂŽtĂ© de l’autre. La deuxiĂšme qui Ă©tait juste derriĂšre la premiĂšre Ă©tait fermĂ©e Ă  clef car elle Ă©tait inoccupĂ©e. Mon mari et moi dormions dans la premiĂšre cabane. Ces cabanes sont des sortes de refuge pour les rares touristes qui sĂ©journent ici. On pourrait vous et moi, s’enfermer Ă  clef dans la cabane que je connais. Je me souviens que la porte d’entrĂ©e Ă©tait restĂ©e entrouverte avant que les deux hommes nous attaquent mon mari et moi. Je le sais car j’Ă©tais en train de prĂ©parer des sandwichs et que je faisais des allĂ©es et venues entre la cabane et l’extĂ©rieur. Moi, je ne vois que cette solution pour nous protĂ©ger de cet homme »

« Mais oĂč se trouve cette clef pour pouvoir s’enfermer dans cette cabane ? »

« Lorsque mon mari et moi dormions dans la cabane, nous nous y enfermions Ă  clef pendant que Batisto de son cĂŽtĂ© dormait sous sa tente Ă  quelques mĂštres de nous. Je me rappelle que tous les matins, il avait pour habitude de nous rĂ©clamer Ă  chaque fois la clef de notre cabane et j’avais remarquĂ© qu’il la rangeait toujours dans l’une des poches extĂ©rieures de son sac Ă  dos. Et quand votre guide nous avait agressĂ©, le sac se trouvait Ă  l’intĂ©rieur de notre cabane. Il Ă©tait posĂ© sur la table Ă  manger. Et je suis certaine qu’il doit toujours y ĂȘtre. Il faudrait absolument mettre la main dessus et rĂ©cupĂ©rer la fameuse clef. Et Ă  ce moment lĂ , on serait sauvĂ©es vous et moi ! Du moins, on serait beaucoup plus en sĂ©curitĂ© qu’Ă  l’extĂ©rieur. Je ne vois que cette solution pour l’instant. Ensuite, on verra bien ce qu’on pourra faire pour la suite des Ă©vĂšnements »

« Mais, vous oubliez un dĂ©tail Tamara ? Et si jamais ce Philippo Ă©tait revenu sur ses pas pendant que vous ĂȘtes venue sur cette plage ? Il pourrait alors se trouver dans cette cabane et avoir la fameuse clef avec lui ! C’est vraiment trop dangereux et risquĂ© d’aller lĂ -bas ! »

« Oui c’est vrai que c’est risquĂ© ! Mais nous n’avons pas le choix ! On ne peut pas rester ici indĂ©finiment. Personne ne viendra nous chercher. Mon mari et moi avions optĂ© pour 4 jours d’excursion Ă  Diamond et depuis notre arrivĂ©e ici, nous n’y avons dormi que 2 nuits. Alors vous comprendrez que dans l’immĂ©diat, personne ne viendra s’inquiĂ©ter de notre sort. Et en ce qui vous concerne, c’est pareil puisque vous venez Ă  peine de dĂ©barquer aujourd’hui sur cette Ăźle. Rappelez-moi Elisa, vous deviez sĂ©journer ici durant combien de jours ? »

« 2 jours et 1 nuit » dit-elle avec amertume.

« Vous voyez bien ! Personne ne viendra nous sauver avant ! Croyez-moi Elisa, il faut absolument rejoindre cette cabane si on veut s’en sortir ! »

Elisa constata avec effroi, qu’effectivement personne ne viendrait les secourir tant que ces jours d’excursions n’auraient pas Ă©tĂ© Ă©coulĂ©s. Et donc cette nuit promettait d’ĂȘtre longue et angoissante…

« Qu’en pensez-vous Elisa ? Il faut se dĂ©cider maintenant. Le temps est comptĂ© ! »

« Vous avez sans doute raison mais c’est effrayant de savoir que ce type est toujours lĂ  quelque part… »

« Oui, c’est vrai. Mais il est blessĂ© Ă  la poitrine et il perdait dĂ©jĂ  beaucoup de sang lorsque je l’ai vu s’enfuir. Il est donc en Ă©tat de faiblesse. Et n’oubliez pas, nous sommes deux ! On a un avantage sur lui ! on pourra mieux se dĂ©fendre si jamais ça tournait mal »

Elisa Ă©tait tout de mĂȘme perplexe mais ce que disait Tamara n’Ă©tait pas dĂ©nuĂ© de sens, bien au contraire. En effet, comme elle venait de le souligner Ă  l’instant, Philippo Ă©tait blessĂ© mais elle ne savait pas pourquoi, elle avait tout de mĂȘme peur de devoir s’aventurer dans cette forĂȘt.

« Et si on tentait d’aller plutĂŽt lĂ  oĂč le catamaran est amarrĂ© ? » dit-elle.

« Surtout pas ! et pour y faire quoi ? Il pourrait mĂȘme dĂ©jĂ  y ĂȘtre pendant que nous discutons. De plus on n’y serait pas Ă  l’abri vous et moi. Il faut au contraire partir d’ici et se diriger vers la cabane oĂč l’on pourrait s’y enfermer Ă  clef. On y serait beaucoup plus en sĂ©curitĂ©. Je vous assure. Et comme je vous l’ai dĂ©jĂ  dit, je connais bien l’endroit »

« D’accord, vous devez sans doute avoir raison. Il vaut mieux s’en tenir Ă  votre plan. Je pense effectivement qu’on serait beaucoup plus en sĂ©curitĂ© Ă  l’intĂ©rieur de la cabane »

« Oui, je le pense aussi. Il vaut mieux se dĂ©pĂȘcher Elisa car la nuit tombe vite ici. Ne perdons plus un instant. Allons-y »

Sur les conseils de Tamara, Elisa Ă©changea sa paire de tongues par ses tennis puis ramassa le reste de ses affaires qu’elle rangea Ă  l’intĂ©rieur de son sac de plage. Elle Ă©tait fin prĂȘte mais elle avait peur. Pourtant, il fallait bien qu’elle fasse confiance Ă  Tamara qui avait l’air d’ĂȘtre une personne combative et trĂšs dĂ©terminĂ©e. Ce qui Ă©tait rassurant en un sens mais voilĂ  elle doutait encore et ne pouvait s’empĂȘcher d’avoir de l’apprĂ©hension.

****

Et voici que les deux jeunes femmes couraient vers la grande Ă©tendue de forĂȘt verdoyante qui se trouvait droit devant elles.

Tamara avait prĂ©venu Elisa que la cabane se trouvait tout de mĂȘme assez loin et qu’il faudrait accĂ©lĂ©rer le pas afin de ne pas se faire prendre par la nuit.
Et c’est ce qu’elles faisaient Ă  cet instant lĂ . Courir sans s’arrĂȘter.

****

Enfin arrivĂ©es Ă  l’orĂ©e de la forĂȘt, toutes deux s’immobilisĂšrent.

Elles Ă©taient essoufflĂ©es par leur course alors avant de continuer leur chemin, Elisa proposa Ă  Tamara de boire un peu d’eau afin de reprendre des forces.
Une fois aprĂšs avoir Ă©tanchĂ© leur soif, elles Ă©taient prĂȘtes Ă  se remettre en route.

« Allons-y Elisa !! et surtout faites attention oĂč vous mettrez les pieds. C’est assez caillouteux par certains endroits… »

« OK. Merci Tamara. Je ferai attention »

**** 

DĂ©couverte de Conakry

Arrivée à Conakry :
Lorsque nous nous retrouvĂąmes moi et ma famille Ă  l’intĂ©rieur de l’aĂ©roport de Conakry ; mon pĂšre cherchait des yeux notre chauffeur de voiture qui s’appelle « Momo »…

Petite parenthĂšse :
Auparavent, mon pĂšre avait dĂ©jĂ  effectuĂ© une pĂ©riode de travail (pĂ©riode d’essai de 4 mois) en tant que contrĂŽleur de gestion dans la sociĂ©tĂ© « SOGUICOM » (une sociĂ©tĂ© commerciale de transport qui Ă©tait chargĂ©e de fret aĂ©rien et de fret maritime) et c’est pourquoi il connaissait dĂ©jĂ  assez bien la ville de Conakry et ses alentours (restaurants, hĂŽtels, ect…)

Durant sa pĂ©riode d’essai, mon pĂšre habitait donc dans une maison de fonction situĂ©e en plein centre-ville de Conakry…
Dans cette maison, mon pĂšre avait du personnel dont notamment : – un cuisinier et un « boy » (un boy dĂ©signe en Afrique francophone, tout employĂ© salariĂ© de maison) et en ce qui concerne l’extĂ©rieur de celle-çi, il avait Ă©galement : 1 chauffeur de voiture, 1 gardien de jour et 1 gardien de nuit…

DĂ©couverte de Conakry :
Parmi la foule qui se trouvait Ă  l’intĂ©rieur de l’aĂ©roport ; mon pĂšre cherchait des yeux notre chauffeur « Momo »….
Puis soudain mon pĂšre s’Ă©cria en dĂ©signant une personne qui se tenait prĂšs de la porte de sortie de l’aĂ©roport : « Voici, notre chauffeur, vite allons vers lui… »
Nous allĂąmes donc vers « Momo » qui venait de nous aperçevoir et qui nous souriait au loin…
Mon pĂšre dit : « Bonjour Momo, tu vas bien ? Nous venons Ă  peine d’arriver…C’est bien que tu sois dĂ©jĂ  lĂ …je te cherchai…Je te prĂ©sente ma famille ; voici mon Ă©pouse et mes enfants… »
Ma mĂšre, mon petit frĂšre et moi le saluĂšrent puis Momo nous dit : « Bienvenue Ă  vous et bienvenue Ă  Conakry…Je suis content de connaĂźtre la petite famille de Monsieur et j’espĂšre que vous vous plairez dans notre pays, en GuinĂ©e… »
Puis aprĂšs ces paroles chaleureuses, Momo nous aida Ă  ranger nos valises ainsi que nos bagages Ă  main dans le coffre de notre voiture puis nous commençùmes Ă  entreprendre notre trajet direction notre maison de fonction…
Durant le trajet, je ne cessai de regarder tous ces beaux paysages que je n’avais jamais encore vu…
Nous Ă©tions en pĂ©riode de saison des pluies ; et le temps Ă©tait trĂšs nuageux ; ce qui rendait encore plus belle toute cette atmosphĂšre africaine…

arton70
On aurait dit un magifique tableau enchanteur !!!
Puis Ă  un moment donnĂ©, ma mĂšre aperçu au bord de la route, des Ă©talages de fruits et de lĂ©gumes qui Ă©taient disposĂ©s sur de grandes nattes Ă  mĂȘme le sol, tels que : Mangues, ananas, goyaves, papailles, bananes, ect…
Ma mĂšre s’Ă©cria : « Regardez les enfants ; vous avez vu les mangues, les avocats ? et regardez, il y a mĂȘme des maĂźs grillĂ©s ; hum, les bons maĂźs grillĂ©s… »
C’est alors que Momo lui rĂ©pondit : « Ah oui Madame, je vois que vous connaissez bien. Monsieur m’a dit que vous Ă©tiez nĂ©e Ă  l’Ă©tranger… Ici, en GuinĂ©e, il y a beaucoup de marchands sur le bord des routes, qui vendent souvent des maĂźs grillĂ©s et toutes sortes de fruits… »
Maman lui dit : « Eh oui…effectivement, je connais bien car je suis nĂ©e Ă  Madagascar. Momo, ton pays est vraiment trĂšs beau et de plus quand je vois tous ces fruits et lĂ©gumes exotiques ; ça me rappelle vraiment mon pays natal.
Momo, tu pourrais t’arrĂȘter ici, s’il te plaĂźt ; j’aimerai acheter quelques maĂźs grillĂ©s pour les faire goĂ»ter aux enfants… »
Momo dit : « Mais biensĂ»r Madame, pas de problĂšme ; j’allais vous le proposer… »

img_7632
Une fois la voiture arrĂȘtĂ©e devant l’Ă©talage de maĂźs grillĂ©s ; ma mĂšre ouvrit sa portiĂšre et une marchande GuinĂ©enne vint Ă  elle en lui disant : « Bonjour Madame, tu veux maĂźs grillĂ©s ? Tu veux combien ? j’ai d’autres fruits aussi si tu veux…C’est pas cher… »
Ma mĂšre dit Ă  la marchande : « Je voudrais juste 3 maĂźs grillĂ©s, s’il te plaĂźt… » puis la marchande enroula alors dans du papier journal, 3 maĂźs grillĂ©s et les tendit Ă  ma mĂšre avec un large sourire.
Puis ma mĂšre rĂ©gla la marchande en lui donnant les premiers billets de banque GuinĂ©en, (le franc CFA) qu’elle dĂ©couvrait pour la premiĂšre fois…
Une fois aprĂšs avoir achetĂ© les maĂźs ; Maman nous les donna et nous continuĂąmes Ă  nouveau notre trajet vers notre maison ; direction Madina Corniche, tout en mangeant tranquillement nos fameux maĂźs qui Ă©taient vraiment trĂšs bons…
Notre maison située à Madina Corniche :

Conakry24122008
ArrivĂ©s devant le haut portail de notre maison, Momo klaxonna 3 fois (c’Ă©tait un code pour le gardien) et le gardien de jour nous ouvrit…
Une fois la voiture garĂ©e dans l’allĂ©e ; mon pĂšre nous prĂ©senta le gardien de jour qui s’appellait « Bah » et qui avait l’air trĂšs sympathique…
Puis nous entreprĂźmes enfin de faire le tour du propriĂ©taire…
C’Ă©tait vraiment une maison magnifique et n’en parlons pas du jardin qui se trouvait en bordure de mer…
D’ailleurs, de lĂ  ou je me trouvais, je pouvais entendre le ressac…
Le jardin Ă©tait clĂŽturĂ© par de hauts murs infranchissables…
En effet, par dessus ces murs, on pouvait aperçevoir des rangĂ©es de verres de bouteilles incrustĂ©s Ă  mĂȘme le ciment afin de pouvoir dissuader les voleurs.
Le seul mur qui Ă©tait ajourĂ© et qui se trouvait ĂȘtre en façade de notre maison, donnait sur la mer…
Je dĂ©cidai alors, de m’en approcher et Ă  travers les alvĂ©oles, j’aperçu toute l’immensitĂ© de l’ocĂ©an Atlantique…
Quelle merveille !!! quel plaisir de regarder cette superbe vue et de sentir tous ces embruns…

P1000816
J’Ă©tais tout simplement sous le charme de ce magnifique spectacle et je me disais en mon fort intĂ©rieur, que j’avais Ă©normĂ©ment de chance de me retrouver ici, en famille et qui plus est dans un trĂšs beau pays tel que la GuinĂ©e…
Dans ce jardin, il y avait également, 3 immenses manguiers et une charmante gloriette qui se trouvait non loin de la véranda extérieure de notre maison.
Tout Ă©tait si beau et si parfait que j’avais l’impression de rĂȘver mais pourtant j’Ă©tais bel et bien en train de vivre ce joli rĂȘve…
AprĂšs avoir fait le tour du propriĂ©taire, nous visitĂąmes enfin l’intĂ©rieur de la maison…
Tout ce que je peux en dire en me souvenant de cette visite intĂ©rieure, c’est que je trouvai une fois de plus que tout Ă©tait parfait.
En effet, mon frĂšre et moi avions chacun notre chambre et notre salle de bain…
Alors que demander de plus ?
La chambre de mes parents se trouvait non loin de la nĂŽtre et ils avaient eux aussi leur propre salle de bain, attennante Ă  leur chambre.
Le salon Ă©tait immense et la salle Ă  manger se trouvait prĂšs de la cuisine…
La maison Ă©tait vraiment bien agencĂ©e et trĂšs agrĂ©able…
Bref tout Ă©tait parfait Ă  part quelques rĂ©novations qui Ă©taient dĂ©jĂ  prĂ©vus tels que : peinture des murs du salon et des chambres ou encore changement du carrelage de la salle Ă  manger et de la cuisine puis pose de la moquette dans les 3 chambres…
La visite de notre maison terminĂ©e, et pour nous remmettre de notre long voyage, mon pĂšre dĂ©cida de nous emmener dĂ©jeuner dans un restaurant qui Ă©tait trĂšs rĂ©putĂ© Ă  Conakry et qui s’appellait : « Chez Papy »…

Un repos bien mérité :
ArrivĂ©s au restaurant, mon pĂšre nous prĂ©senta « Papy », une figure de Conakry et qui avait la rĂ©putation de faire de la bonne cuisine…
Et je peux vous dire que cette halte au restaurant fĂ»t de trĂšs bonne augure Ă©tant donnĂ© que nous Ă©tions tous les 4 trĂšs fatiguĂ©s de notre voyage…
La cuisine Ă©tait vraiment excellente…
Je me rappelle encore de ce fameux steak Ă  cheval (un oeuf sur le plat posĂ© dessus) accompagnĂ© de savoureuses frites faĂźtes maison…
Un pur régal des papilles !!!
« Papy » mĂ©ritait vraiment sa rĂ©putation de bon cuisiner Ă  Conakry…
Et ce fĂ»t donc, le ventre bien rempli que nous quittĂąmes ce si bon restaurant, direction notre maison…
ArrivĂ©s chez nous ; Maman dĂ» nettoyer rapidement la partie de nos chambre afin que nous puissions vite nous reposer…

****

Les jours suivants dĂ©butĂšrent les premiers travaux puis ainsi de suite jusqu’Ă  ce que notre maison soit totalement habitable…
Il est vrai que lorsque les travaux furent terminĂ©s ; nous vĂ©curent, tous les 4 ; vraiment trĂšs heureux dans cette si belle et vaste maison…
J’ai gardĂ© de trĂšs bons souvenirs de notre vie passĂ©e en GuinĂ©e Ă  Conakry…

Mon baptĂȘme de l’air

Dans les annĂ©es 87, nous partĂźmes de nouveau en Afrique ; direction : La GuinĂ©e, Ă  Conakry (La Capitale)…

carte-afrique

GuineeConakry1Carte
A cette Ă©poque lĂ , j’avais 10 ans et je peux vous dire que ce fĂ»t pour moi le plus beau et le plus mĂ©morable des voyages africains…
En effet, Ă©tant donnĂ© que je n’avais gardĂ© pratiquement aucuns souvenirs de la CĂŽte d’Ivoire ; ce fut donc avec dĂ©lĂšctation que je profitai pleinement de mon premier voyage Africain et disons-le ; de mon premier baptĂšme de l’air et ce ; mĂȘme si j’avais dĂ©jĂ  pris plusieurs fois l’avion avec mes parents lorsque j’Ă©tais encore un bĂ©bĂ©…
Mon premier baptĂšme de l’air :

BOEING747n
J’ai eu vraiment beaucoup de chance de pouvoir dĂ©couvrir la GuinĂ©e Ă  l’Ăąge de 10 ans !!! et d’y vivre en famille, durant 2 belles annĂ©es !!!
Mais je dois avouer que l’un de mes plus beaux souvenirs restera tout d’abord et avant tout, mon voyage en avion…
L’un de mes trĂšs grands moments Ă  mes yeux…

A présent, je vais vous raconter mon histoire :

Aeroport
A l’intĂ©rieur de l’aĂ©roport de Paris, Roissy Charles de Gaulle ; mes parents, mon petit frĂšre et moi attendions notre tour dans la file d’attente des passagers en partance pour la GuinĂ©e…
Lorsque vint enfin notre tour de remettre nos billets d’avion Ă  l’hĂŽtesse d’accueil ; ce fĂ»t dans une dĂ©marche assez rapide que nous commençùmes Ă  marcher dans l’interminable couloir d’embarquement qui menait Ă  l’entrĂ©e de notre boeing…
Et je dois dire qu’Ă  partir de ce moment-lĂ  trĂšs prĂ©cis, je commençai Ă  me dire : « CĂ©cile !!, ça y est, tu vas bientĂŽt te retrouver Ă  l’intĂ©rieur de l’avion et ce ; dans Ă  peine quelques minutes… »

aeroport_paris_orly
A l’intĂ©rieur de l’avion :

h-20-1833687-1260443838
La premiĂšre fois que je suis montĂ© dans un boeing ; ce fut pour moi une vĂ©ritable dĂ©couverte…
Je reviens donc Ă  mon histoire ou je me retrouvai enfin Ă  l’intĂ©rieur de l’avion…
Il devait bien ĂȘtre 21h00 du soir…(C’Ă©tait en juillet et donc il faisait encore jour…)
Lorsque nous entrĂąmes enfin, Ă  l’intĂ©rieur de l’avion ; ma famille et moi, fĂ»mes accueillis par 2 hĂŽtesses de l’air et 1 stewart qui nous dirent : « Bienvenue Ă  bord de notre Compagnie « Air Sabena ». Nous vous souhaitons un agrĂ©able voyage Madame, Mademoiselle et Messieurs… »
Pendant que je suivai mes parents et mon petit frĂšre dans l’Ă©troit couloir, j’observai aux alentours tous ces gens qui rangeaient leur affaires dans des compartiments qui se trouvaient au dessus leurs fauteuils ou encore des passagers qui commençaient Ă  s’installer dans leur siĂšges respectifs…
J’adorai dĂ©jĂ  toute cette effervescence…

Puis mon pĂšre s’arrĂȘta de marcher et nous dit : « Voici nos places et vous les enfants, vous ĂȘtes placĂ©s juste devant nous ; donnez-moi vos sacs, je vais les ranger en haut dans les compartiments… »
Une fois dĂ©barrassĂ©e de mon sac je m’installai dans mon fauteuil et je commençai Ă  dĂ©couvrir avec mes yeux d’enfant Ă©merveillĂ©s tout l’intĂ©rieur de l’avion tels que : les siĂšges, les hublots, le personnel naviguant, ect…
J’Ă©tais totalement fascinĂ©e par toute cette ambiance…
Il faut dire que c’Ă©tait vraiment une premiĂšre pour moi….
Mon petit frĂšre aussi Ă©tait aux anges car il dĂ©couvrait tout comme moi, l’intĂ©rieur de l’avion.
Mais ce qui lui plaisait le plus, vraisemblablement ; c’Ă©tait de regarder Ă  travers le hublot, la piste de l’aĂ©roport…

HUBLOT
D’ailleurs, lorsque nous Ă©tions rentrĂ© Ă  l’intĂ©rieur de l’avion ; mon frĂšre m’avait dit d’emblĂ©e : « CĂ©cile, je voudrais ĂȘtre placĂ© prĂšs du hublot, s’il te plaĂźt… »
Et comme je suis d’une nature gĂ©nĂ©reuse ; je lui disais que je n’y voyais aucun inconvĂ©nient…bien au contraire puisque je souhaitai moi-mĂȘme, ĂȘtre placĂ©e prĂšs du couloir afin de mieux regarder les allĂ©es et venues du personnel naviguant….(Ă  cette Ă©poque lĂ , c’Ă©tait un mĂ©tier qui me plaisait beaucoup : ça me faisait rĂȘver…)

DĂ©collage de l’avion :
Je parlai tranquillement avec mon frĂšre, lorsque soudain je ressenti des vibrations sous mes pieds…
En effet, l’avion commençait Ă  rouler doucement sur la piste…
Puis il se mit peu Ă  peu, Ă  accĂ©lĂ©rer sa vitesse…
A prĂ©sent, l’avion roulait tellement vite que je ne distinguai mĂȘme plus l’aĂ©roport Ă  travers le hublot…
Puis ce fĂ»t Ă  partir de ce moment que l’avion dĂ©colla…
Et je ressentis alors, comme une drĂŽle de sensation : C’Ă©tait comme si une lourde pesanteur s’abattait sur mon corps ; avec cette impression Ă©trange de m’enfoncer littĂ©ralement dans mon fauteuil…

La tĂȘte dans les nuages :
Mon petit frĂšre me regarda et me dit : « Wahou !!! t’as vu CĂ©cile…ça y est on est dans le ciel…. »
Et je lui rĂ©pondis aussitĂŽt : « Oui, ça fait bizarre…mon dieu, ça fait peur…t’as vu…regarde par ton hublot…on ne voit presque plus la terre…on est vraiment trĂšs haut dans le ciel…maintenant… »
Olivier me rĂ©pondit : « Oui c’est vrai…je ne vois plus la terre…ça y est…regarde les nuages…Wahou !!! c’est beau…t’as vu ? »
Je me penchais davantage pour pouvoir aperçevoir Ă  travers le hublot ; les jolis nuages qui ressemblaient Ă  du coton trĂšs vaporeux…

2256437618_67a3437dee
Puis je dis Ă  mon frĂšre : « C’est beau…on dirait des morceaux de coton gĂ©ants… »
Puis je sentis une main qui me touchait l’Ă©paule : C’Ă©tait ma Maman qui Ă©tait juste installĂ©e derriĂšre moi …
Je me retournai et aperçu son sourire…
Puis elle me dit : « T’as vu CĂ©cile…on est dans les nuages maintenant…t’as vu par le hublot ? »
« Oui, j’ai vu Maman…C’est vraiment trop beau…et je suis contente d’ĂȘtre dans cet avion… »

2663743365_93742a5d2a
Et Maman me dit « Je savais que tu aurais aimĂ© prendre l’avion…et tout Ă  l’heure on mangera le repas…tu verras comment c’est…surtout profite bien de ce voyage ma poupoule… »
et je lui rĂ©pondis : « Merci Maman…bisous »
Les hĂŽtesses de l’air :

media_xl_891982
Alors que je discutais avec animation avec mon frĂšre, j’entendis une voix, Ă  ma droite me dire : « Bonsoir les enfants, vous pouvez dĂ©tacher votre ceinture Ă  prĂ©sent… »
C’Ă©tait une hĂŽtesse de l’air qui s’adressait Ă  nous avec un large sourire et qui avait stoppĂ© devant elle un gros chariot dans lequel je pouvais aperçevoir des boissons et des petits sachets de cacahuĂštes apĂ©ritifs…
Puis, elle nous dit :  » Les enfants, vous dĂ©sirez boire quelque-chose ? »
Je lui rĂ©pondis timidement : « heu oui… »
L’hĂŽtesse de l’air dit : « Il y a du jus d’orange ou du jus de pomme ? »
Je lui dis : « Je voudrais un jus d’orange s’il vous plaĂźt »
L’hĂŽtesse dit : « Et vous jeune homme ? »
Mon frĂšre rĂ©pondit : « moi je prendrais aussi un jus d’orange s’il vous plaĂźt… »
AussitĂŽt dit et aussitĂŽt fait, l’hĂŽtesse nous donna nos boissons accompagnĂ©s de petits sachets de biscuits apĂ©ritifs…
J’adorai vraiment toute cette ambiance et je me sentais trĂšs bien dans ma peau…
Bref, j’Ă©tais heureuse !!!
Quelques instants plus tard, une autre hĂŽtesse de l’air nous donnait Ă  moi et Ă  mon frĂšre des trousses de toilette (de la Compagnie aĂ©rienne « Sabena »), des couvertures pour dormir, des masques de nuit, des jeux pour enfants (puzzle reprĂ©sentant l’avion « Sabena » ; jeu de l’oie, et jeux de dames) ainsi que des casques d’Ă©couteurs pour pouvoir Ă©couter de la musique ou encore Ă©couter le son du film que la Compagnie « Sabena » diffuserait ce soir…
Inutile de vous dire que mon frĂšre et moi Ă©tions ravis d’avoir reçu des jeux pour s’amuser…
Et sans plus attendre, on commença Ă  jouer au jeu de dames…ce qui nous permettait de passer un peu le temps…
Visite du cockpit :

cockpit-avion
Durant ce voyage, mon frĂšre et moi avions eu l’opportunitĂ© de visiter le cockpit ….
Mon frĂšre et moi regardions avec des yeux Ă©merveillĂ©s, tous ces boutons (certains Ă©taient lumineux et d’autres pas) et ces petites loupiotes qui n’en finissaient pas…..si bien que je m’Ă©tais demandĂ© comment pouvaient bien faire le pilote et le copilote pour ne pas s’y perdre…
Je me souviens mĂȘme que j’avais dis Ă  haute voix : « Il y a beaucoup de boutons !!! »

T1_N176_A1022_AirbusA-320cockpit-estrecho2
Et le commandant de bord m’avait dit en souriant : « Eh oui, vous avez vu les enfants !!! c’est vrai qu’il y a beaucoup de boutons mais mon collĂšgue et moi ; on est trĂšs habituĂ©s alors ça ne nous fait pas peur du tout…et peut-ĂȘtre qu’un jour le mĂ©tier de pilote de ligne vous plaira Ă  votre tour et qui c’est vous serez vous aussi peut-ĂȘtre amenĂ©s Ă  conduire des avions ? »
Et Olivier lui avait rĂ©pondu sans grande conviction : « Peut-ĂȘtre, je sais pas encore…en tout cas ça a l’air difficile… »
Puis ce fut sur ces derniĂšres phrases prononcĂ©es ; que notre visite du cockpit s’acheva…
Et inutile de vous dire que ce fut une trĂšs belle expĂ©rience pour moi et sans aucun doute, Ă©galement pour mon petit frĂšre…

Le dĂźner :
Je me souviens encore du repas qui n’Ă©tait pas si mal que ça puisque je l’avais apprĂ©ciĂ© :

airline-food-004
– Carottes rĂąpĂ©s, oeufs mimosas et petits canapĂ©s de pĂątĂ©,
– Cuisse de poulet accompagnĂ© de coquillettes au beurre,
– Une petite assiette de fromages,
– un bol de salades de fruits.

Je me souviens encore de ce menu car je l’avais notĂ© dans mon journal intime de l’Ă©poque…
Diffusion d’un film :
Je me rappelle que j’avais regardĂ© un bout de film ( je ne me souviens plus du tout du titre de ce film) mais qu’ensuite je m’Ă©tais endormie devant…
Puis je me souviens que mon pĂšre m’avait rĂ©veillĂ© et chuchotai : « Tiens, CĂ©cile, Mets ton masque de nuit, tu seras mieux avec…et comme il fait froid, tiens ta couverture…. »
Puis mon pĂšre dĂ©ploya la couverture et me la dĂ©posa sur les Ă©paules car il est vrai qu’il faisait lĂ©gĂšrement frisquet Ă  l’intĂ©rieur de l’avion…
Il fit de mĂȘme avec mon frĂšre puis nous souhaita une douce nuit et de beaux rĂȘves car Ă  partir de demain matin on se retrouverait tous les 4 en Afrique : En GuinĂ©e…
Le lendemain matin :
Ma Maman nous rĂ©veilla et nous dit d’aller faire rapidement un brin de toilette avant qu’il n’y ait trop de monde…
Ce que l’on fĂźt….
Et je peux vous dire que je garde un souvenir mĂ©morable des toilettes…
En effet, ils sont extrĂȘmements petits et ce ne fĂ»t pas si Ă©vident que ça de me laver le visage, de me brosser les dents ou encore de me coiffer les cheveux….
Mais bon…il fallait bien faire avec…
Quelques instants aprĂšs, mon frĂšre et moi prenions un petit dĂ©jeuner Ă  base : de lait, de biscottes, de confitures et de jus d’orange…
Puis le temps passa et soudain on entendit dans un micro ; la voix du Commandant de Bord qui annonçait à tous les passagers :
« Bonjour, je suis le Commandant de bord « X » ; et je vous annonçe que nous approchons des cĂŽtes GuinĂ©ennes et que nous allons entamer notre descente vers Conakry, la capitale ; dans quelques minutes…
Veuillez donc regagner votre siĂšge et attachez votre ceinture…
La tempĂ©rature extĂ©rieure est de 28 degrĂ©s celsus et il exactement 6h00, heure locale de Conakry et Ă  Paris il est exactement 8h00…
J’espĂšre que votre vol aura Ă©tĂ© agrĂ©able auprĂšs de notre Compagnie « air Sabena » et espĂ©rons vous revoir trĂšs prochainement Ă  bord de notre ligne. Merci Ă  vous et trĂšs bon sĂ©jour Ă  Conakry. »
L’atterissage :

200902080723
Ce fut au moment de l’atterissage que je dĂ©couvrai pour la premiĂšre fois que j’avais « le mal de l’air »…
Et je peux vous dire que durant quelques minutes ; (pour moi, cauchemardesques) j’Ă©tais devenue toute verte car j’essayai de me contrĂŽler afin de ne pas vomir…
Mais dĂšs lors ou les roues de l’avion touchĂšrent le sol GuinĂ©en ; je me senti de plus en plus mal….
Et ce qui devait arriver ; arriva… (si vous voyez ce que je veux dire)
Mais heureusement qu’il y avait le fameux sac en plastique, destinĂ© spĂ©cialement, pour ce genre de dĂ©sagrĂ©ment ; et qui Ă©tait plaçé, juste lĂ , devant moi ; Ă  l’intĂ©rieur de la housse, au dos du fauteuil avant…
Mais tout de mĂȘme ; quelle plaie, que celui d’avoir le mal de l’air !!! surtout si on aime les voyages en avion…
Mis Ă  part ce dĂ©sagrĂ©ment ; je garderai toute ma vie au fond de mon coeur, un trĂšs bon souvenir de ce merveilleux voyage en destination de la GuinĂ©e… car c’Ă©tait mon premier baptĂšme de l’air en quelque sorte ; mĂȘme si j’avais dĂ©jĂ  voyagĂ© en avion Ă©tant tout bĂ©bĂ©…

Ce jour : DeuxiĂšme partie

LES 3 TIGROS

Jessica gara sa voiture dans l’Ă©troite ruelle qui Ă©tait quasi dĂ©serte Ă  cette heure de la matinĂ©e.

Il Ă©tait 08h30 et le soleil Ă©tait dĂ©jĂ  trĂšs ardent mais fort heureusement, aujourd’hui, il y avait pas mal de vent et c’Ă©tait assez agrĂ©able par rapport Ă  hier.

Jessica avait décidé de venir beaucoup plus tÎt afin de pouvoir bien profiter de ce jour.

Pour cela elle avait tout prĂ©vu : une petite glaçiĂšre remplie de deux accumulateurs, 3 bouteilles d’eau qu’elle avait pris le soin de congeler au prĂ©alable afin que la boĂźte de sorbet au cassis qu’elle adorait tant resta bien glaçée ainsi que les quelques victuailles tels que : petits sandwichs aux concombres et tomates assaisonnĂ©s de sauce vinaigrette aux herbes.
Oui, Jessica comptait bien en profiter au maximum ; Ă©tant donnĂ© que c’Ă©tait son dernier jour de congĂ©s.

Cette nuit, durant son sommeil, elle n’avait cessĂ© de rĂȘver Ă  sa fameuse rencontre d’hier : L’inconnu et son petit chaton si adorable.

C’Ă©tait tout de mĂȘme incroyable toute cette histoire : un chaton qui s’Ă©tait Ă©garĂ© juste sur la plage oĂč elle se trouvait et dont elle avait pris l’habitude de s’y prĂ©lasser depuis dĂ©jĂ  une semaine et puis cet homme qui Ă©tait venu vers elle et qui lui avait demandĂ© de dĂźner avec lui pour la remercier d’avoir retrouvĂ© son chat.

Oui, quelle histoire !!!

De toute façon, elle avait cessĂ© de rĂȘver et ne croyait plus du tout au Prince charmant. Non, cette pĂ©riode Ă©tait belle et bien rĂ©volue et ce depuis pas mal d’annĂ©es.
Jessica restait toujours mĂ©fiante surtout en ce qui concerne les hommes. Elle prĂ©fĂ©rait garder la tĂȘte froide et elle avait bien raison.

Ne dit-on pas qu’il vaut mieux ĂȘtre seule que mal accompagnĂ©e ?
Mais cette fois-çi il y avait quelque-chose de nouveau qui semblait faire changer le point de vue de Jessica.

Un ce je ne sais quoi de diffĂ©rent et dont elle n’arrivait pas elle-mĂȘme Ă  comprendre.

Elle se sentait happĂ©e par cette Ă©motion qui la bouleversait et si c’Ă©tait un signe du destin ? ça peut exister ?? oui ? non ?
Enfin bref, de toute façon elle verrait bien la tournure des choses. Surtout ne rien laisser paraĂźtre. Rester sur ses gardes et ne plus y croire. C’est la plus sage des dĂ©cisions.

Elle n’avait qu’un seul objectif : terminer bien agrĂ©ablement ses vacances Ă  la mer et au passage adopter un petit chaton puisque cet homme le lui proposait alors pourquoi ne pas accepter l’offre ? 

Sur ces belles pensĂ©es, Jessica s’extirpa de son vĂ©hicule en prenant son grand sac de plage qui lui rappelait l’histoire du chaton qu’elle avait transportĂ© la veille Ă  l’intĂ©rieur.

Jessica aimait bien ce sac de couleur bleu ciel qui allait parfaitement avec sa tenue vestimentaire d’aujourd’hui : petit top blanc Ă  petites fleurs bleues et roses et fines bretelles croisĂ©es dans le dos avec un bermuda bleu pastel uni. Un look confortable et dĂ©contractĂ© qui lui allait Ă  rĂąvir et sans oublier ses tongues qui lui rappelaient Chenapan en train de les mordiller gentiment.
En se remémorant ce souvenir, elle se mit à sourire.

Bon, il ne fallait pas trop qu’elle traĂźne. Elle regarda sa montre : il Ă©tait exactement 09h00 et les magasins aux alentours commençaient Ă  peine Ă  ouvrir leurs portes.

Il Ă©tait encore trop tĂŽt pour faire du shopping et inutile d’emmener avec elle la petite glaçiĂšre qui l’encombrerait plus qu’autre chose. Mieux valait la laisser encore dans le coffre de la voiture.

Jessica dĂ©cida d’aller se promener le long de la plage cĂŽtĂ© promenade des Anglais car c’Ă©tait l’une des plus belles avenues de cette petite ville portuaire.

Elle marchait tranquillement en admirant les alentours puis elle aperçut un banc vide qui faisait face Ă  l’ocĂ©an alors elle dĂ©cida de s’y asseoir quelques instants.

Le vent du large lui soufflait doucement dans les cheveux et l’air sentait bon les embruns.
Il faisait dĂ©jĂ  trĂšs chaud mais c’Ă©tait tellement bien ventilĂ© que c’Ă©tait agrĂ©able.

Jessica adorait l’ocĂ©an depuis toujours. Cela lui rappelait de merveilleux souvenirs d’enfance qu’elle aimait bien se remĂ©morer en venant se balader ici.

La vue était parfaite. La mer méditerranée bleue marine si lisse comme une ardoise. La plage de sable fin doré quasi déserte mis à part quelques touristes par çi par là et des mouettes blanches qui volaient dans le ciel bleu azuré ; sans oublier le soleil à son zénith qui illuminait ce magnifique cadre.

Oui, tout était parfait sauf que ce soleil si magnifique soit-il commençait sérieusement à cogner.

Vite, il valait mieux qu’elle mette sa casquette Ă  visiĂšre pour se protĂ©ger la tĂȘte ainsi que ses jolies lunettes bleutĂ©es.

Mais Ă  peine, avait-elle glissĂ© la main Ă  l’intĂ©rieur de son sac de plage ; Jessica eut un sursaut lorsqu’elle entendit une voix l’interpeller dans son dos.

“Bonjour Jessica !!”

C’Ă©tait l’inconnu d’hier aprĂšs-midi et il se tenait lĂ  devant elle avec son Ă©ternel  large sourire. 

Cette fois-çi il portait des lunettes de soleil trÚs sombres qui lui cachaient les yeux et pas de casquette bleue marine.

Son t-shirt noir moulant Ă  manches courtes faisait apparaĂźtre un torse musclĂ© d’oĂč on pouvait lire devant : les inscriptions suivantes en caractĂšres blancs et gris : La vie est belle !!!

Il portait un bermuda long de couleur beige sable avec des tennis blanches. Un look trÚs décontracté qui lui allait plutÎt bien


Jessica pouvait sentir les effluves de son eau de toilette enivrante qui ressemblait fortement Ă  celle de Chrome Intense d’Azzaro : frais, Ă©picĂ© et boisĂ© avec une pointe de menthe glacĂ©e. Des fragrances qu’elle aimait bien


Ce qui ne faisait que rajouter un cÎté trÚs sexy à ce séduisant trentenaire.

Thierry lui serra la main puis lui demanda :

“Puis-je m’asseoir prĂšs de vous ?”

“heu… oui biensĂ»r
” rĂ©pondit Jessica.

Elle poussa son sac de plage vers elle afin de lui céder la place.

“Je vous ai vu au loin. J’Ă©tais en train de faire ma petite promenade matinale avant d’aller travailler. Vous allez bien ?”

“Oui trùs bien, merci. Je me baladai un peu dans le coin avant de venir dans votre restaurant.”

“Je pensais que vous ne viendriez pas. Je suis content que vous soyez venu comme convenu pour venir chercher votre chaton. Cela me fait vraiment plaisir de vous revoir. Sincùrement.”

“C’est trĂšs gentil Ă  vous de me donner un chaton. J’adore tellement les chats. C’est une passion que j’ai depuis toute jeune.”

“Et bien en ce qui me concerne, c’est pareil. J’aime beaucoup les chats. Ils sont tellement adorables. Comme je le vous disais hier, j’ai une chatte qui s’appelle Blanchette et qui a eu une portĂ©e de 5 chatons il y a deux mois et j’essaye de trouver des personnes qui aimeraient bien les adopter car je ne peux pas tous les garder Ă  part mon petit Chenapan dont je me suis tout de suite, pris d’affection.”

“Il est vraiment beau votre Chenapan et trĂšs espiĂšgle. Hier, il mordillait une de mes tongues puis il avait jouĂ© avec les franges de mon parĂ©o. Vous avez bien raison de le garder.”

“Oui, merci. Je l’adore mais si je ne m’y Ă©tais pas autant attachĂ©, je vous assure que je vous l’aurais bien donnĂ©.”

“Mais non ça va. Ce n’est pas grave du tout, je vous assure. Cela ne me fait rien d’en choisir un autre et puis j’aime tous les chats.”

“Ok merci. »Â 

Thierry retira ses lunettes de soleil et se passa la main dans les cheveux mais les mÚches rebelles et dorées lui retombÚrent aussitÎt sur le front.

“Vous venez souvent ici ? Vous ĂȘtes en vacances ?” demanda t-il.

“Cela fait une semaine que je viens ici car je suis effectivement en congĂ©s mais aujourd’hui c’est mon dernier jour. DĂšs Lundi je reprend le chemin du travail.”

“C’est vrai ?? et dire que j’aurais pu vous manquer si Chenapan n’Ă©tait pas allĂ© Ă  votre rencontre.”

Jessica regarda un bref instant les yeux bleus turquoises qui la fixaient puis dĂ©tourna la tĂȘte en ne sachant quoi lui rĂ©pondre.

“Excusez-moi, je ne voulais pas vous gĂȘner mais vous ĂȘtes si belle et je ne peux pas repousser mes sentiments. Je n’ai pas cessĂ© de penser Ă  vous hier soir, Ă  notre rencontre grĂące Ă  Chenapan. Rien n’Ă©tait prĂ©mĂ©ditĂ©. Je me disais mĂȘme que vous ne reviendriez plus jamais et cela me tourmentait. Je suis sĂ©rieux
”

“Mais on se connaüt à peine. Vous ne me connaissez pas
”

“Je ne vous connais pas. C’est vrai. Mais je vous vois telle que vous ĂȘtes et vous me plaisez beaucoup et peu importe tout le reste. Je suis cĂ©libataire depuis 6 mois et je recherche la femme de ma vie. Pas un simple flirt sans lendemain. J’ai essuyĂ© pas mal d’Ă©checs Ă  ce sujet. Je ne me jette pas sur n’importe qui comme ça tous les jours. Je ne suis pas un cavaleur mĂȘme si vous avez l’air de penser le contraire. Et encore une fois, je ne pense pas me tromper sur vous.”

Jessica ne savait plus trop oĂč elle en Ă©tait ; subitement tout allait trop vite et elle ne savait quoi lui rĂ©pondre Ă  ce moment lĂ  puis enfin, prenant son courage Ă  deux mains elle lui dit :

“Vous semblez sincĂšre mais je prĂ©fĂšre prendre mon temps. J’espĂšre ne pas vous froisser.”

“Mais bien au contraire. Je suis d’une nature patiente et d’instinct je sais si je peux me fier Ă  telle ou telle personne. Mais je vous comprends tout Ă  fait. Je ne suis qu’un Ă©tranger. Nous apprendrons Ă  nous connaĂźtre au fur et Ă  mesure. Mais en attendant, que diriez vous de choisir votre chaton ? Mon restaurant est Ă  deux pĂątĂ©s de maisons d’ici. Allons y si vous le voulez bien. Qu’en pensez-vous ?”

“Oui avec plaisir. Je veux bien.”

Ouf ! Jessica fut soulagée. Sauvée par le gong ; elle choisirait le chat puis disparaßtrait au plus vite.

Tous deux marchaient tranquillement, cÎte à cÎte parmi la foule qui commençait à envahir les petites rues qui menaient à la plage.

“VoilĂ , nous y sommes. Voici le restaurant dont je vous parlais. Je gĂšre le resto depuis dĂ©jĂ  4 ans. C’est un patrimoine familial que mes parents tenaient durant 30 ans. A prĂ©sent ils sont des retraitĂ©s et c’est moi qui en suis le principal propriĂ©taire. C’est beaucoup de travail mais je suis fier de cette succession familiale.”

Thierry entraĂźna Jessica Ă  l’intĂ©rieur de la grande salle climatisĂ©e du restaurant comportant une grande et large baie vitrĂ©e qui donnait sur une vue panoramique du bord de mer. Vraiment splendide !

Les couverts étaient déjà disposés sur chacune des tables rondes habillées de nappes blanches et agrémentées de petits vases de fleurs de bougainvilliers rose fushia.

La salle Ă©tait dĂ©corĂ©e avec beaucoup de goĂ»t et on pouvait entendre les premiĂšres notes musicales de “Song of Ocarina” provenant des 4 hauts-parleurs fixĂ©s Ă  des supports murales tout autour de la piĂšce.

Cette musique était vraiment belle et était parfaitement adaptée au cadre du restaurant. Décidément cet homme avait tout pour plaire.

« Vous aimez cette musique Jessica ?

« Oui beaucoup, j’ai d’ailleurs son album. C’est bien de DiĂ©go Mondena, n’est ce pas ?”

“Oui, en effet. Je vois que nous avons pas mal de points communs.”

Jessica esquissa un petit sourire. Oui il n’avait pas tort.

Des effluves d’oignons frits commencĂšrent Ă  s’Ă©chapper de la cuisine. Ca sentait trĂšs bon.

“C’est mon meilleur ami et associĂ© qui est dĂ©jĂ  aux fourneaux. C’est vrai qu’il est dĂ©jĂ  11h00. Comme le temps passe vite. Il est en train de prĂ©parer les crabes farcis ; la spĂ©cialitĂ© de la maison. Venez, je vais vous le prĂ©senter.”

Jessica suivit Thierry dans un Ă©troit corridor qui menait Ă  la cuisine.

“Et voici Vincent, le Chef cuisinier de notre Ă©tablissement. Vincent, je te prĂ©sente Jessica. La personne dont je t’ai parlĂ© hier.”

“Bonjour Mademoiselle. C’est un plaisir de vous connaĂźtre. C’est vous qui avait retrouvĂ© Chenapan ! encore merci. Je suis en train de cuisiner des crabes farcis, comme vous pouvez le voir.”

“Oui et je trouve que ça sent trùs bon.”

“Merci à vous.”

Vincent portait une toque et un tablier blanc nouĂ© Ă  la taille, maculĂ© d’Ă©claboussures de sauce tomate. Il avait de l’embonpoint au niveau du ventre et ses yeux Ă©taient noirs comme des olives.

Son visage écarlate, sans doute dû à la chaleur des cuissons des différents mets qui mijotaient doucement dans plusieurs grandes et hautes casseroles, affichait néanmoins un large sourire bien sympathique.

On pouvait ressentir qu’il aimait bien faire la cuisine et que c’Ă©tait un bon vivant.

Il est vrai que toutes ces odeurs culinaires ne pouvaient que vous mettre en appĂ©tit et Ă  n’en pas douter le fameux crabe farci, spĂ©cialitĂ© de la maison devait ĂȘtre une pure merveille des papilles.

“On va te laisser mon cher Vincent. Je vais dans la vĂ©randa avec Jessica pour lui faire montrer les chatons.”

“OK, je retourne aux fourneaux. Au-revoir Jessica et Ă  bientĂŽt, j’espĂšre !!! Ce fut un plaisir de vous rencontrer. Je vous souhaite une belle journĂ©e.”

“Merci beaucoup !! Pour moi aussi ce fut un plaisir. Au-revoir et bonne continuation !”

Jessica et Thierry quittĂšrent la cuisine et se retrouvĂšrent Ă  l’intĂ©rieur de la jolie vĂ©randa vitrĂ©e qui donnait Ă©galement vue sur la mer.

“Venez Jessica, je vais enfin pouvoir vous faire montrer nos adorables chatons. Ils sont là, dans cette caisse.”

Soudain elle sentit une petite morsure trĂšs lĂ©gĂšre Ă  la cheville et elle ne put s’empĂȘcher de sursauter.

C’Ă©tait Chenapan, toujours autant espiĂšgle celui-lĂ  !

“HĂ© !!” s’Ă©cria Jessica. « Tu veux jouer avec moi ? »

Thierry Ă©clata de rire.

“Je crois bien qu’il en a aprĂšs vos pieds !! C’est un petit joueur ce Chenapan !! Mais dis donc toi, tu vas arrĂȘter d’embĂȘter Jessica !”

Jessica sourit. Décidément ce Chenapan portait bien son nom !
Elle se rapprocha de la caisse et vit les 4 autres chatons qui jouaient ensemble. Qu’ils Ă©taient beaux ! Mais son regard fut attirĂ© par l’un d’entre eux qui Ă©tait tout blanc avec des yeux gris-bleus comme Chenapan.
Jessica prit le chaton dans ses bras et commença Ă  lui caresser la tĂȘte.

“Je vois que vous avez fait votre choix. C’est un mĂąle comme Chenapan. Les 3 autres sont des femelles.”

Jessica souriait. En effet elle venait de faire son choix.

“Je l’adore dĂ©jĂ . J’aime sa couleur toute blanche et il a vraiment de magnifiques yeux !”

“Oui vous avez raison. Et celui-lĂ  est trĂšs doux, il n’est pas comme Chenapan.

Il est disons plus calme et trùs calin. Je pense en effet que vous avez fait un excellent choix.”

Jessica ne cessait de caressait le petit ventre tout chaud du chaton qui fermait les yeux et ronronnait bruyamment.

“Je ne sais comment vous remercier. Il est vraiment trĂšs beau et j’en rĂȘvai dĂ©jĂ  depuis longtemps d’en adopter un. C’est vraiment trĂšs gentil de votre part.”

“Mais de rien Jessica !! C’est un rĂ©Ăšl plaisir !!!”

Et voilĂ  que les yeux bleus turquoise recommençaient Ă  nouveau Ă  la regarder avec insistance ; ce qui avait tendance Ă  la rendre nerveuse, si bien qu’elle se cramponnait Ă  ce chaton pour se donner une certaine contenance.

“Et bien je pense que je vais vous laisser Ă  prĂ©sent. Je vais devoir rentrer et ce sera mieux pour le chaton afin qu’il puisse s’acclimater Ă  son nouvel environnement”

“DĂ©jĂ  !” s’exclama aussitĂŽt Thierry.

Il se rapprocha davantage d’elle.

“Vous voulez dĂ©jĂ  vous enfuir et me laisser. Vous me plaisez tellement. Je vous en prie, ne partez pas encore. J’aimerai vous inviter Ă  dĂ©jeuner pour ce midi. Je demanderai Ă  ma soeur de me remplacer. Je vous emmĂšnerai ailleurs pour cette occasion. Je connais un petit restaurant qui fait d’excellentes moules mariniĂšre avec des frites faites maison ; que vous m’en direz des nouvelles. On peut y aller Ă  pied. Le restaurant n’est pas trĂšs loin d’ici. Vous aimez les moules ?”

“Oui j’aime bien mais je ne veux pas vous ennuyer plus
”

“Mais point du tout. Cela me ferait trĂšs plaisir au contraire. Et puis, ça ne vous engage Ă  rien. Il s’agit juste d’un dĂ©jeuner et ensuite vous jugerez de ne plus jamais me revoir si vous le souhaitez.”

Jessica se sentait toute bĂȘte. Oui aprĂšs tout il avait raison. Cela n’engageait Ă  rien. Alors pourquoi pas ? Et puis elle aimait beaucoup les moules mariniĂšres. Au diable sa glaciĂšre qui Ă©tait restĂ©e dans le coffre de sa voiture !

“Alors c’est oui ? Je suis content. Merci d’accepter. Je vais tĂ©lĂ©phoner Ă  ma soeur. Excusez-moi, je reviens dans quelques minutes. Vous pouvez redĂ©poser le chaton dans la caisse puis vous le reprendrez plus tard.”

“D’accord” rĂ©pondit Jessica.

Thierry lui sourit puis disparu Ă  l’intĂ©rieur de la grande salle du restaurant.
Jessica ne pouvait plus s’Ă©chapper et en mĂȘme temps elle n’y tenait pas tant que ça. Il Ă©tait non seulement bel homme mais il Ă©tait aussi trĂšs galant ; un vrai gentleman comme on en trouve peut et puis il lui plaisait bien.

Cette fois, elle en Ă©tait certaine, ce serait sans doute lui l’homme de sa vie.
Thierry réapparut.

“VoilĂ  c’est fait ! On peut y aller Jessica.”

“Je viens” rĂ©pondit-elle dans un demi-sourire tout en regardant le petit chaton tout blanc qu’elle venait de dĂ©poser Ă  terre et qui semblait lui miauler Ă  son intention :

“Vas y, c’est une personne formidable, n’ai pas peur !! le grand amour est devant toi. Suit le, tout simplement.”

Et ce fut en cette belle journée ensoleillée de mois de Juillet que Jessica suivit Thierry pour ne plus jamais le quitter.

Tel fut le destin de ces deux ĂȘtres qui se mariĂšrent 8 mois aprĂšs leur rencontre.
Pourquoi attendre ? puisqu’ils Ă©taient faits l’un pour l’autre et que tous deux le savaient dĂ©jĂ  depuis longtemps ; dĂšs la seconde oĂč ils s’Ă©taient rencontrĂ© Ce jour.

Ce jour unique et pas comme les autres.

Ce jour de l’amour