Étiquette : vie

Pour toi, Maman â€đŸ’‹

Pour toi, Maman :

En ce Dimanche 27 Mai 2018, je voulais te dĂ©dier ces mots en l’honneur de ta fĂȘte des MĂšres


Une fĂȘte des Mamans qui sera bien diffĂ©rente de toutes les autres


DiffĂ©rente par la grande absence si douloureuse de l’amour de ta vie qui n’est dĂ©sormais plus Ă  tes cĂŽtĂ©s


L’amour de ta vie qui Ă©tait toujours prĂ©sent Ă  chacune de tes fĂȘtes des mĂšres


Qui aimait participer Ă  cet Ă©vĂ©nement en t’offrant un magnifique bouquet de fleurs


Qui Ă©tait si fier d’avoir eu deux beaux enfants avec toi


Qui ne pouvait aussi s’empĂȘcher de te faire des petites surprises car oui il aimait tant te faire sourire
 te faire rire


Il aimait tout simplement la vie et toutes ces petites choses qui nous entourent et qui contribuent à nous rendre heureux sur cette terre


Et la fĂȘte des MĂšres en faisait largement partie


Une fĂȘte des MĂšres qu’il aurait souhaitĂ© joyeuse tout en Ă©coutant tes airs favoris


****

****

****

****

****

Car oui, il nous regardera du nouveau monde d’oĂč il se trouve et voudra trĂšs certainement voir un joli sourire sur ton doux visage…

Ce que je voudrais voir Ă©galement ma petite Maman d’amour et mĂȘme si je sais fort bien que l’Ă©motion finira par te faire pleurer


Laisse couler tes larmes ma petite Maman


Elles ne seront que le reflet de ton immense amour envers ton Ăąme sƓur et tes deux enfants…

Elles n’en seront alors que plus belles et si bouleversantes de sincĂ©rité 

Maman, je t’aime tant…

Aujourd’hui, c’est avec beaucoup d’Ă©motion que je te souhaite une trĂšs belle fĂȘte des Mamans


Et plus que jamais… plus que tout
 Si ce n’est davantage depuis la trĂšs grande perte de Papa qui nous manque tant…

« Bonne fĂȘte ma Mamounette ChĂ©rie !! »

Je ne cesserai jamais de continuer Ă  te cĂ©lĂ©brer cet Ă©vĂ©nement car je t’aime fort


Si fort


Et sans aucun doute plus fort que jamais car il ne me reste désormais plus que toi depuis que Papa nous as quittés


Et de savoir cela
 me fait déjà monter les larmes aux yeux, et craindre le futur


Craindre de te perdre un jour comme j’ai perdu Papa


Je sais que je ne devrais pas penser à cela


Je le sais fort bien
 mais je ne peux m’en empĂȘcher car tu reprĂ©sentes tant pour moi


Tu es ma principale confidente


Je partage tant de choses avec toi


On s’entend si bien


On s’aime fort, tout simplement…

C’est pourquoi j’espĂšre de tout mon cƓur te souhaiter encore et encore de trĂšs belles fĂȘte des Mamans durant de nombreuses et nombreuses annĂ©es


Plus que jamais


Plus que tout


Par delà les frontiùres


Sans aucune limite…

Car je dĂ©borde d’amour pour toi…

Et que mon cƓur ne cessera jamais de battre pour toi d’un amour intense


VoilĂ  pourquoi c’Ă©tait si important pour moi de te dĂ©dier ce texte
 pas pour te prouver mon amour Ă  travers le monde entier mais juste pour te dire que tu m’as donnĂ© le plus beau des cadeaux sur Terre : la vie


Sans toi
 je n’aurais jamais pu voir le jour…

Je n’aurai jamais eu l’immense joie de te connaĂźtre en tant que Maman…

Et je suis si fiĂšre d’ĂȘtre ta fille…

Et pour ce magnifique lien de sang entre toi et moi ; je voulais te faire aujourd’hui Ă  mon tour ce petit cadeau… t’Ă©crire une lettre… une lettre d’amour 💟…

Un cadeau que tous les enfants, petits et grands, devraient offrir Ă  leur Maman en ce jour de fĂȘte des mĂšres… et pas uniquement ce jour d’ailleurs…

Car donner la vie Ă  un petit ĂȘtre
 c’est ce qu’il y a de plus beau dans ce monde
 Rien ne pourrait surpasser un tel acte d’amour


Non, absolument rien
 pas mĂȘme tout l’or du monde…

Bonne fĂȘte Ă  toi ma si prĂ©cieuse Maman ! Et merci de m’avoir donnĂ© la vie et d’ĂȘtre toujours lĂ  pour moi…

Je t’aime fort et Ă  l’infini 💟💟💟

Ta fille, CĂ©cile.

****

L’absence 🌠

L’absence est si dure Ă  vivre


Je dirais qu’elle est intolĂ©rable et comparable Ă  un baromĂštre


TantĂŽt un degrĂ© de souffrance plus Ă©levé 

TantĂŽt un peu moins selon ses pensĂ©es envers l’ĂȘtre disparu


Ce n’est pas constant


C’est trĂšs variable


On ne saura alors jamais vraiment à quel degré on va se situer


Cela dépend des jours


Cela dépend de notre humeur


Cela dĂ©pend de soi…

L’absence, quant Ă  elle, viendra parfois s’immiscer dans votre esprit


Tout doucement
 Sans faire de bruits


Ensuite vous voudrez absolument la matérialiser


La rendre vivante


Comme si l’ĂȘtre cher disparu Ă©tait Ă  nouveau face Ă  vous en train de vous sourire


C’est alors que vous lui rendrez le vĂŽtre tant vous serez heureux de voir cette merveilleuse apparition juste lĂ , devant vos yeux


Mais hélas suivant votre pensée ; cette soudaine apparition pourra tout aussi bien disparaßtre


Et lĂ , vous serez Ă  nouveau confrontĂ© Ă  la dure rĂ©alitĂ© de l’absence


Cette absence si douloureuse
 si omniprĂ©sente
 qu’elle en devient suffocante
 presque irrespirable


Vous souhaiterez alors que l’apparition fugace revienne Ă  nouveau comme par enchantement


Et pour ce faire, il faudra vous remémorer un souvenir


Un souvenir tout simple qui vous liait à la personne disparue


Un souvenir heureux ou encore malheureux


Car oui
 il peut y avoir des souvenirs pas trĂšs gais aussi
 mais peu importe du moment que l’ĂȘtre cher revienne Ă  nouveau auprĂšs de vous


La mĂ©moire est donc primordiale dans ces moments là


Oui, l’absence n’est vraiment pas facile Ă  gĂ©rer


Elle vous ronge parfois de l’intĂ©rieur surtout les soirs de solitude


Mais la question est : Peut-on vivre avec l’absence ?

Oui et non
L’absence vous serrera toujours le cƓur


C’est ainsi car vous aimiez tant cet ĂȘtre cher disparu qu’il ne peut en ĂȘtre autrement


La seule solution serait alors d’oublier


Mais si vous ne le souhaitez pas ?

Si vous préférez au contraire raviver le passé en repensant à cet absent si précieux


Si vous préférez au contraire le revoir prÚs de vous


Le rendre Ă  nouveau bien vivant en train de vous serrer dans les bras, vous faire un bisou sur la joue…

Revoir tout simplement son sourire ou encore ses Ă©clats de rire…

Revoir tout son ĂȘtre, juste lĂ  devant vos yeux embuĂ©s de larmes


Car les larmes finiront par tomber


D’abord une le long de votre joue puis d’autres encore qui finiront par suivre


Vous n’y pourrez rien


C’est ainsi
 Ă  part si vous contrĂŽlez votre vive Ă©motion mais il est prĂ©fĂ©rable au contraire de se laisser aller…

De se laisser emporter
glisser


De vous rĂ©fugier dans les souvenirs du passé 

Cela vous fera du bien mais aussi du mal


Telle est la dure loi de l’absence


Une rĂšgle que l’on ne peut hĂ©las outrepasser


Et pourquoi résister de toute façon ?

Se laisser aller est donc le meilleur remùde qui soit afin de pouvoir rejoindre votre absent


Pour juste le revoir


Le revoir quelques instants
 quelques minutes
 ou quelques secondes


Peu importe le temps qui vous sĂ©pare de lui ; du moment qu’il transformera son absence en prĂ©sence


Une prĂ©sence qui vous comblera de joie mĂȘme si celle-ci restera Ă©phĂ©mĂšre…

Une présence que je voudrais tant garder prÚs de moi


Une présence qui me manque tous les jours


Une présence qui reste pourtant dans mon esprit


Papa
. Ton absence est si difficile à vivre


Que je ne peux m’empĂȘcher de te refaire revivre comme si tu n’avais jamais quittĂ© cette terre


Comme si tu Ă©tais toujours là


D’ailleurs, il en sera toujours ainsi


Pour moi, tu es là
Oui, tu es toujours lĂ …

Ton absence ne fait que raviver un peu plus chaque jour ta rayonnante présence


Tu ne fais pas parti de mon passé 

Tu suivras toujours mes pas


Tu me guideras


Tu resteras ma lumiĂšre Ă©clatante lorsque j’aurai peur dans la nuit noire


Tu resteras un pÚre présent pour moi


Car oui, plus que jamais, ton absence ne fait que raviver tout ton ĂȘtre


Ton existence telle une seconde naissance


L’absence ne pourra pas t’effacer car moi je ne cesserai jamais de t’aimer Ă  travers mes pensĂ©es


Des pensĂ©es qui me feront Ă©ternellement voyager pour ĂȘtre toujours Ă  tes cĂŽtĂ©s


Des pensĂ©es qui te font d’innombrables fois renaĂźtre Ă  l’infini dans les profondeurs de mon esprit…

Un esprit qui me relie un peu plus chaque jour Ă  toi…

Je t’aime Papa 💟💟💟

Son plus beau cadeau sur Terre đŸŽ

Mira s’Ă©tait endormie dans le large fauteuil en velours si doux et si confortable qui se trouvait tout prĂšs de la grande baie vitrĂ©e.

À travers celle-ci, on pouvait voir un immense et magnifique jardin dont la pelouse venait tout juste d’ĂȘtre tondue il y a Ă  peine deux jours et qui Ă©tait Ă  prĂ©sent toute imbibĂ©e d’eau Ă  cause de l’interminable pluie.

Tout était redevenu calme dehors et peu à peu les petits moineaux revenaient se poser gaiement sur les branches dénudées des grands amandiers.
En haut de leurs cimes et par certaines ramifications de leurs branchages ; on pouvait remarquer quelques nids détruits.

Il faut dire que la tempĂȘte avait Ă©tĂ© d’une rare violence… Elle n’avait rien Ă©pargnĂ©…

Pourtant, Ă  voir les moineaux sautiller de branches en branches tout en piaffant entre eux ; ils ne semblaient guĂšre rancuniers au saccage de leurs petites demeures.

Sans doute que dans leurs langages d’oiseaux, ils prĂ©voyaient dĂ©jĂ  d’en reconstruire de nouvelles.

Par moment, ils venaient s’abreuvoir ou encore s’amuser dans les quelques flaques d’eau un peu boueuses qui s’étaient formĂ©es tels des petits cratĂšres dans les zones clairsemĂ©es de la pelouse.

Finalement, la pluie tant mĂ©prisĂ©e leur avait apportĂ©e de l’eau pour se dĂ©saltĂ©rer mais aussi la joie de pouvoir faire la toilette de leurs plumages.

Et c’était un spectacle des plus merveilleux que celui de pouvoir les observer en train de dĂ©ployer leurs petites ailes et secouer avec frĂ©nĂ©sie leurs plumes faisant alors jaillir d’innombrables gouttelettes d’eau autour d’eux.

Les moineaux avaient enfin retrouvĂ© leur joie de vivre comme si la tempĂȘte n’était jamais apparue


Mais ce n’Ă©tait hĂ©las pas le cas le cas pour tout le monde


Au centre du jardin, Ă  l’intĂ©rieur d’un pourtour de galets blancs ; de hauts rosiers buissons de couleur rouge-Bordeaux avaient perdu de leurs splendeurs Ă  cause des incessantes bourrasques de vent qui sans vergogne, les avaient entiĂšrement dĂ©pouillĂ©es de leurs si jolies et gracieuses pĂ©tales.

Elles s’étaient envolĂ©es de part et d’autre du jardin et reposaient de-ci de-lĂ  sur l’immense pelouse telles de belles endormies.

Elles avaient Ă©tĂ© arrachĂ©es de force Ă  leur mĂšre nourriciĂšre et ne tarderaient pas Ă  s’abĂźmer puis Ă  se flĂ©trir au fil des heures.

Mais pour l’instant, leur couleur rouge si profonde offrait un contraste des plus ravissant et romantique sur la vaste pelouse verte pomme.

La rageuse tempĂȘte n’avait pas rĂ©ussi Ă  dĂ©truire la magnificence de ce lieu habituellement si charmant par temps radieux


Les oiseaux tout comme les vĂ©gĂ©taux semblaient vouloir oublier ses terribles affres en continuant leur vie bien paisible tout en attendant avec une certaine impatience la venue de « Monsieur Soleil » qui les rĂ©chaufferait de bon cƓur de ses ardents et lumineux rayons.

****

La pluie s’était arrĂȘtĂ©e de tomber depuis dĂ©jĂ  quelques bonnes heures mais toujours pas de Monsieur soleil Ă  l’horizon…

Pourtant Ă  cet instant mĂȘme, le ciel venait de changer de nuance et sa couleur si grise de tout Ă  l’heure s’était alors transformĂ©e en un joli bleu gris parsemĂ© de gros nuages effilochĂ©s.

Des nuages qui n’allaient pas tarder Ă  s’Ă©vaporer selon les dires de l’annonce mĂ©tĂ©orologique diffusĂ©e hier soir Ă  la tĂ©lĂ©vision.

Cependant, Monsieur Soleil se faisait encore attendre et ne daignait toujours pas pointer le bout de son nez…

Que Diable attendait-il pour faire son entrée ?

Soudain, ĂŽ Miracle ! les premiers rayons apparurent et commencĂšrent Ă  traverser les vitres des deux grandes fenĂȘtres du salon ainsi que celle de la baie vitrĂ©e ; caressant au passage, la tĂȘte de Mira qui reposait sur l’un des accoudoirs moelleux du fauteuil.

La douce lumiĂšre s’insinua davantage Ă  l’intĂ©rieur de la piĂšce, la rendant alors beaucoup plus spacieuse et conviviale.

Elle finit ensuite par se projeter avec fougue sur les jolies courbes anatomiques de Mira et s’y attarda longuement en y faisant une jolie danse d’ondulation.

Elle explorait ainsi ce corps endormi en ne cessant d’y dessiner Ă  l’infini de douces vagues tels des tatouages Ă©phĂ©mĂšres.

Elle aimait jouer avec les sens de Mira mais que cherchait-elle exactement ?

Mira ne le savait que trop bien et faisait semblant de ne pas comprendre…

Elle ressentait les chaudes caresses des rayons du soleil lui réchauffer le corps mais elle ne voulait pas encore lui céder
 Pas tout de suite
 Pas maintenant


De son cĂŽtĂ© Mademoiselle LumiĂšre mettait du cƓur Ă  l’ouvrage en se faisant de plus en plus pressante et insistante


Elle jouait de plus belle avec Mira


Brusquement, comme si une mouche venait de la piquer ; elle fini par se lasser de ce petit jeu et dĂ©cida de terminer son incessante danse lumineuse en s’installant sur le bout de son nez ; obligeant ainsi cette derniĂšre Ă  ouvrir peu Ă  peu ses grands yeux verts en amande.

La lumiĂšre fut si forte que Mira dut les plisser afin de les accoutumer Ă  son intense luminosité 

Il faut dire que depuis pas mal d’heures dĂ©jĂ , il avait fait trĂšs sombre dans cette piĂšce.

Elle se souvenait encore des myriades de gouttelettes de pluie qui n’avaient eu de cesse de se projeter avec fracas contre les vitres des deux fenĂȘtres ainsi que sur celle de la baie vitrĂ©e lui donnant alors un lĂ©ger mal de tĂȘte suivi d’une irrĂ©sistible envie de dormir et de rejoindre sans plus tarder son cher fauteuil si douillet.

Mais le soleil venait Ă  prĂ©sent la dĂ©ranger juste pour la rĂ©veiller alors qu’elle ; elle voulait encore et encore dormir telle une Belle au bois dormant.

« Soleil ! va-t’en ! Tu aurais dĂ» venir avant
 C’est trop tard maintenant ! Je ne veux plus sortir de mon fauteuil si doux et si moelleux
 Et puis tu as beau ĂȘtre le maĂźtre de l’univers que cela n’y changerait rien alors laisse-moi tranquille »

Mais Mademoiselle Lumiùre lui chuchota à l’oreille :

« Tu dois te lever Mira ! Tu as des choses à faire. Et puis, tu as suffisamment dormi, ne trouves-tu pas petite flemmarde ? »

« Non, non
 Pourquoi viens-tu me rĂ©veiller ? Va-t’en ! J’étais en train de faire un merveilleux rĂȘve
 Oh ! Et puis tu m’énerves ! OK ! Tu as encore gagnĂ© ! »

Sortant enfin de sa léthargie, Mira finit par ouvrir en grand ses jolis yeux verts irisés de constellations ambrées qui se voyaient davantage avec la lumiÚre du soleil.

Elle se leva de son fauteuil et s’Ă©tira longuement Ă  cause des courbatures qu’elle avait attrapĂ©es Ă  force d’ĂȘtre restĂ©e trop longtemps endormie dans la mĂȘme position.

À chaque fin de repas, elle avait pour habitude de faire une sieste.

C’Ă©tait pour ainsi dire, le meilleur moment de toutes ses journĂ©es mais aujourd’hui, son sommeil n’avait pas Ă©tĂ© rĂ©parateur Ă  cause du vacarme de cette fichue pluie qui lui avait donnĂ© un terrible mal de tĂȘte avant de s’endormir.

Et le comble de tout, c’est que celle-ci n’avait eu de cesse de tomber depuis 11 heures du matin jusqu’Ă  15H30 ; de quoi la mettre de trĂšs mauvaise humeur…

Mais fort heureusement, elle ne le resterait pas bien longtemps vu qu’elle Ă©tait d’une nature toujours trĂšs gaie et optimiste.

Elle fit un long bĂąillement Ă  s’en dĂ©faire la mĂąchoire mais c’était beaucoup plus pour exprimer son agacement que celui d’une fatigue quelconque puisqu’elle n’avait point sommeil Ă  cet instant-lĂ .

Monsieur soleil avait osé lui envoyer une de ses fidÚles servitrices pour la réveiller.

Et bien entendu, Mademoiselle LumiĂšre n’avait pas hĂ©sitĂ© la moindre seconde Ă  s’exĂ©cuter illico presto…

Elle, toujours prĂ©sente et si dĂ©vouĂ©e Ă  son poste depuis des millions et des millions d’annĂ©es devait trĂšs certainement trouver un certain plaisir non dissimulĂ© Ă  vouloir rĂ©veiller le monde entier.

Sa tĂąche quotidienne d’illuminer de mille feux notre planĂšte lui tenait tant Ă  cƓur qu’il ne valait mieux pas lui rĂ©sister


Et puis, de toute façon, elle avait l’art et la maniĂšre de savoir se faire respecter…

C’est pourquoi Mira ne lui en voulut plus du tout et quand bien mĂȘme son sommeil n’avait pas Ă©tĂ© rĂ©parateur ; eh bien, elle ferait avec


Monsieur Soleil n’avait donc pas eu si tort que ça de lui envoyer sa fidĂšle compĂšre pour la dĂ©loger de son fauteuil sinon qui d’autre l’aurait fait ?

Décidément, ces deux-là étaient trÚs complémentaires ! Et il savaient remplir leur rÎle à la perfection : lui, de tourner autour de notre bonne vieille planÚte terre et elle, de nous propager de ses intenses faisceaux lumineux.

Ainsi, grĂące Ă  l’éclat de leur rayonnement, le monde s’en trouvait heureux.

En conclusion, nous ne ferions pas grand-chose sans eux…

C’est pourquoi Mira se sentit Ă  prĂ©sent d’humeur plus guillerette et prĂȘte Ă  affronter cette fin d’aprĂšs-midi.

Elle s’étira encore tout en regardant le salon qui Ă©tait devenu nettement plus lumineux ; semblant alors reprendre enfin vie.

****

Mira avait toujours aimé cette piÚce qui ne manquait jamais de luminosité par temps radieux.

Par contre, par temps de pluie, le salon s’habillait alors d’une lugubre et austĂšre apparence qu’elle dĂ©testait au plus haut point ; lui faisant un tantinet peur et sursauter au moindre bruit.

Elle avait toujours eu une sainte horreur de la pluie et ce, depuis sa plus tendre enfance !

Mira s’Ă©tira une derniĂšre fois puis regarda par la baie vitrĂ©e l’immense pelouse qui Ă©tait toujours autant imbibĂ©e d’eau.

Elle leva les yeux au ciel et constata qu’il avait pris une jolie teinte d’un bleu limpide, sans le moindre nuages.

« Quel bien joli ciel ! » se dit-elle en ne se lassant pas de l’admirer.

Le fameux proverbe : « AprÚs la pluie vient le beau temps » était bien vrai.

La preuve Ă©tait devant ses yeux Ă©bahis.

Elle l’admira encore quelques instants puis dĂ©cida de s’extirper avec hĂąte de son fauteuil. Elle avait des tas de choses Ă  faire…

Finalement, cette fin de journĂ©e ne serait pas si morose que ça se dit-elle tout en marchant et en regardant autour d’elle.

Elle repensa alors Ă  Laura qui lui avait dit juste aprĂšs le repas de ce midi, qu’elle irait faire des courses mais qu’elle ne tarderait pas pour revenir.

Elle se souvenait également que celle-çi lui avait promis une petite surprise dÚs son retour. Mais laquelle au juste ?

Mira n’aimait pas trop les surprises et elle bouillonnait dĂ©jĂ  d’impatience de revoir au plus vite sa maman.

Mais en attendant celle-çi, que pourrait t-elle bien faire d’intĂ©ressant ?

Elle l’ignorait encore mais trouverait bien une idĂ©e d’ici lĂ …

****

Mira avait toujours aimé cette grande et belle demeure située en pleine campagne.

Elle Ă©tait certes assez Ă©loignĂ©e de la ville mais pas si isolĂ©e que ça par rapport au voisinage bienveillant qui l’entourait.

Oui, Mira Ă©tait vraiment heureuse de vivre ici.

Et parmi toutes les piÚces de la maison ; elle avait une nette préférence pour le grand salon.

C’Ă©tait son endroit favori.

Il faut dire que sa Maman Laura l’avait dĂ©corĂ© avec beaucoup de goĂ»t en agrĂ©mentant chaque pan de mur, de jolis tableaux d’aquarelles.

Ses propres Ɠuvres qu’elle aimait peindre durant ses heures de loisir car oui ; en dehors de son mĂ©tier de professeure de Français, Laura Ă©tait aussi une artiste peintre extrĂȘmement douĂ©e.

Mira ne se lassait jamais de regarder ses toiles tant elles Ă©taient belles.

Soudain, elle fut prise d’Ă©motion lorsque son regard s’attarda sur l’une d’entre elles.

Celle qu’elle prĂ©fĂ©rait le plus


Celle qui la représentait et dont elle était si admirative


Il s’agissait de son propre portrait.

Mira se souvenait encore de ce merveilleux jour oĂč Laura Ă©tait devenue sa mĂšre adoptive.

Il y avait 5 ans de ça.

5 ans de pur bonheur se dit-elle en admirant le tableau.

Une toile que sa douce et si belle Maman avait peint en son honneur pour lui dire Ă  quel point elle l’aimait de tout son cƓur et de toute son Ăąme.

La toile Ă©tait si bien rĂ©ussie que Mira avait l’impression de se voir dedans comme dans un miroir tant la ressemblance Ă©tait frappante.

Sa Maman avait su la dessiner et l’immortaliser telle qu’elle Ă©tait…

Oui, elle Ă©tait vraiment fiĂšre de ce tableau…

Elle avait eu beaucoup de chance de tomber sur une Maman telle que Laura


Et pour tout l’or du monde, elle n’en aurait souhaitĂ© une autre car oui, sa Laura Ă©tait un ĂȘtre unique et Ă  part


Cinq belles annĂ©es qu’elle grandissait et Ă©voluait Ă  ses cĂŽtĂ©s, entourĂ©e de plein d’amour.

Un amour pur et sincĂšre dont elle avait cruellement manquĂ© autrefois mais qui aujourd’hui comblait son cƓur.

Un amour si profond qu’elle avait fini par oublier les maltraitances subies dans son passĂ©…

Un passĂ© dĂ©sormais rĂ©volu car aujourd’hui, elle Ă©tait pleinement heureuse et Ă©panouie…

****

Mira sentit une agréable odeur de fraßcheur vivifiante.

Elle provenait du mobilier en bois de pin massif qui se trouvait dans le salon.

Il sentait agrĂ©ablement bon l’odeur des pins comme si on se retrouvait Ă  l’intĂ©rieur de l’une de ces forĂȘts enivrantes et revigorantes capables de libĂ©rer votre esprit.

Une odeur certes piquante et quelque peu entĂȘtante mais que Mira aimait respirer Ă  pleins poumons.

D’ailleurs, il n’y avait pas qu’elle qui apprĂ©ciait ces effluves mentholĂ©es.

Les rares convives qui passaient Ă  la maison aimaient aussi l’humer tout en faisant quelques remarques agrĂ©able Ă  son sujet :

« Hum, quelle agrĂ©able senteur Laura ! On se croirait dans une forĂȘt de pins tellement c’est vivifiant ! »

Ils pensaient alors que cette forte odeur de rĂ©sine devait sans aucun doute provenir de bougies d’ambiance alors qu’il n’en Ă©tait absolument rien.

Et c’est lĂ  que quelque peu amusĂ©e, Laura leur rĂ©pondait toujours invariablement ceci :

« Il s’agit de mes meubles et non de bougies parfumĂ©es. Ils sont tous en bois de pin »

S’ensuivait alors un petit silence d’Ă©tonnement rapidement rompu par quelques exclamations :

« Mais ce n’est pas possible !! Tu plaisantes ? Ça sent tellement bon. Tu en es certaine ? »

Et à son tour, elle leur rétorquait de son joli sourire un brin moqueur :

« C’est pourtant bien vrai. Et pour faire perdurer leur odeur si plaisante ; j’utilise une cire d’abeille liquide Ă  base d’huile essentielle de pin pour bien les nourrir et les faire briller. VoilĂ  le secret. Ni plus ni moins »

Mira aimait alors voir l’expression de leurs visages dubitatifs comme s’ils ne croyaient pas du tout Ă  ce que venait de leur rĂ©vĂ©ler sa Maman.

Et cela l’amusait d’autant plus lorsque venait le moment fatidique oĂč ils se rapprochaient du grand buffet en pin pour pouvoir le renifler de trĂšs prĂšs ; histoire de vĂ©rifier ses dires…

Oui, cela l’amusait toujours beaucoup


****

Mira s’approcha du grand buffet en pin et commença Ă  l’humer intensĂ©ment.

Elle ne pouvait s’empĂȘcher de faire ce petit rituel Ă  chaque fois qu’elle passait par ici, avant de franchir le seuil de la cuisine.

Elle le respira de trĂšs prĂšs et trĂšs longuement.

Cette effluve lui rappelait toujours celle de la forĂȘt qui se trouvait Ă  quelques mĂštres de leur demeure.

Quelques fois et lorsque Laura n’Ă©tait pas lĂ  ; elle aimait bien s’y aventurer tout en sachant que c’Ă©tait un lieu qui lui Ă©tait interdit.

En effet, Laura l’avait souvent mise en garde Ă  ce sujet, lui rĂ©pĂ©tant inlassablement les mĂȘme paroles :

« Je te prĂ©viens encore Mira ! Tu ne dois pas aller dans cette forĂȘt ! C’est bien trop dangereux et tu pourrais t’y perdre. Pourtant, je suis certaine que tu me dĂ©sobĂ©iras encore. Mais, tu ne devrais pas faire ça. J’espĂšre que tu ne le feras plus et que tu resteras bien sagement ici chez nous sinon je dirais Ă  Madame Sanchez de te garder chez elle »

Oh non ! Surtout pas Madame Sanchez !

Mira n’aimait pas du tout cette vieille dame avec sa grosse voix Ă©raillĂ©e d’ancienne fumeuse qui la faisait toujours peur.

Mais ce qu’elle dĂ©testait par-dessus tout Ă©tait bien lorsqu’elle celle-ci la prenait dans ses bras pour lui faire des cĂąlins…

Elle avait alors l’impression de littĂ©ralement Ă©touffer sous ces innombrables baisers baveux


Berk ! Elle n’aimait pas ça du tout !

Non, par pitiĂ© ! Surtout pas Madame Sanchez qui Ă©tait Ă  son goĂ»t bien trop dĂ©bordante d’amour envers elle


Certes, elle Ă©tait trĂšs gentille mais elle n’aimait pas son cĂŽtĂ© envahissant et disons-le trop Ă©touffant.

Madame Sanchez était une vieille dame ùgée de 90 ans qui vivait seule dans une grande demeure qui se trouvait non loin de la leur.

Elle n’avait plus aucune famille mais fort heureusement pas mal d’amis du voisinage y compris sa Maman venaient rĂ©guliĂšrement lui rendre quelques petites visites pour lui changer les idĂ©es et prendre de ses nouvelles.

À ces moments là, elle semblait alors beaucoup plus gaie.

Cependant, la solitude devait parfois la peser et c’est pourquoi elle avait autant besoin de transmettre son amour à tous ceux qui la cîtoyaient


Mira compatissait et avait de la peine pour elle alors elle acceptait sans trop rechigner ses bisous baveux ainsi que ses petites mignardises bien trop sucrés.

Elle savait aussi que Madame Sanchez adorait s’occuper d’elle


NĂ©anmoins, elle n’aimait pas du tout rester en sa compagnie car elle s’ennuyait Ă  mourir dans sa vieille maison et ce malgrĂ© la distrayante balançoire qui se trouvait dans son jardin.

Non ! Rien n’y faisait ! C’Ă©tait comme ça


Et Laura ne le savait que trop bien alors pourquoi lui infliger un tel chantage Ă  chaque fois qu’elle s’absentait de la maison ?

Certes, la forĂȘt lui Ă©tait interdite mais pourquoi en faire toute une histoire surtout qu’elle Ă©tait trĂšs dĂ©gourdie pour son Ăąge et pas du tout du genre Ă  se laisser influencer par n’importe qui et n’importe quoi…

Alors pourquoi ne pas lui faire tout simplement confiance ?

De toute façon, elle persisterait Ă  aller dans sa forĂȘt et ce malgrĂ© les nombreuses recommandations de Laura.

Ce n’Ă©tait sans doute pas trĂšs prudent de sa part, mais elle aimait le goĂ»t du risque et de l’aventure alors pourquoi s’en priverait-elle ?

Et puis c’Ă©tait aussi de son Ăąge de faire des petites bĂȘtises, non ? !

Elle ne voulait surtout pas vieillir sans les avoir commises sinon elle le regretterai trĂšs certainement…

Et puis cela lui faisait le plus grand bien de s’Ă©loigner de temps en temps de cette maison et de son jardin, si immense soit-il.

Car oui ! Mira aimait se sentir libre !

Libre comme l’Ă©tait le vent ou encore ces moineaux qui piaffaient gaiement entre eux sur les branches des grands amandiers


Elle avait besoin de cette liberté pour se sentir exister


Et la forĂȘt exaltait tous ses sens. Elle s’y sentait bien.

Elle aimait s’y balader mais toujours avec une certaine prudence car elle Ă©tait peut-ĂȘtre une grande aventureuse mais pas non plus une irresponsable inconsciente…

Elle savait fort bien que sa douce Maman Ă©tait une personne trĂšs inquiĂšte alors elle ne tenterait jamais le diable car elle l’aimait bien trop pour agir inconsidĂ©rĂ©ment


Mais Laura ne lui faisait pas encore entiĂšrement confiance. Elle l’a traitĂ©e toujours comme un bĂ©bé 

Son « petit bĂ©bĂ© » comme elle aimait l’appeler affectueusement


Mira aimait bien ce petit surnom mais elle ne le trouvait pas en accord avec sa personnalité intrépide.

De toute façon, personne ne pouvait lui mettre d’entraves pas mĂȘme sa bien-aimĂ©e Maman


C’est pourquoi, elle agirait toujours derriĂšre son dos durant ses absences pour pouvoir enfin partir en vadrouille.

Ben quoi ? Avait-elle le choix ?

Et il fallait qu’elle en profita encore car l’automne ne tarderait plus Ă  arriver


Elle s’en Ă©tait bien rendue compte avec l’interminable pluie d’aujourd’hui.

Elle savait alors qu’elle serait bien obligĂ©e de ralentir ses cadences d’aventuriĂšre dans sa forĂȘt ĂŽ combien si captivante car le temps hivernal deviendrait aussitĂŽt un obstacle avec son incessante et perpĂ©tuelle humiditĂ©.

L’insidieux froid que Mira dĂ©testait tant l’empĂȘcherait de faire ses petites escapades


Comme le temps deviendrait alors trop long durant cette période !

Mais elle finit par se rassurer en se souvenant d’une belle image qui lui revint en mĂ©moire.

LA SUITE…

Un amour de Papa đŸ’–

Pour toi, Papa :

À l’occasion de la fĂȘte des PĂšres, en ce Dimanche 18 Juin 2017, je souhaitais te dĂ©dier cet article pour t’exprimer tout l’amour que j’ai pour toi.

C’est la premiĂšre fois que je fais un article en ton honneur et il Ă©tait temps d’ailleurs


Et pour t’émouvoir un peu, je voulais te raconter une anecdote qui me tient particuliĂšrement Ă  cƓur et qui nous lie toi et moi. Cela te fera aussi sourire en la lisant


Mais avant toute chose :

Bonne fĂȘte mon Papa adorĂ© que j’aime tant !

Tu es un Papa formidable et je voulais tout simplement te l’Ă©crire Ă  travers cet article.

Je sais que tu seras trĂšs Ă©mu mais c’est aussi le but recherchĂ©.

Ne dit-on pas que les paroles s’envolent et que les Ă©crits restent ?

Eh bien, je voulais que ce jour unique de fĂȘte des PĂšres reste Ă  jamais gravĂ© dans ta mĂ©moire ainsi que sur mon blog ; un peu Ă  la maniĂšre d’une photographie figĂ©e dans le temps


Alors, mon petit Papounet, es-tu prĂȘt Ă  lire la fameuse anecdote ? C’est parti !

Pour toi, mon Papounet :

Tu es un excellent danseur et ce depuis que tu es tout jeune et que tu avais appris Ă  danser dans les bals de ta jeunesse lorsque tu avais la vingtaine.

À l’Ă©poque, dans les annĂ©es 1955, il Ă©tait important de savoir danser toutes les danses qui Ă©taient Ă  la mode si tu ne voulais pas passer pour un ringard et pouvoir ainsi inviter Ă  danser la gente fĂ©minine assez exigeante qui ne dansait qu’avec les bons danseurs


Tous les autres garçons faisaient alors tapisserie ; eh oui ! C’Ă©tait nettement plus dur qu’aujourd’hui en matiĂšre de sĂ©duction.

Et comme la danse Ă©tait entre autre justement une arme de sĂ©duction trĂšs prisĂ©e Ă  cette Ă©poque lĂ  ; alors vous l’aurez compris, les jeunes hommes se devaient d’ĂȘtre d’excellents danseurs lors des bals.

Et donc, ce fut dans ces fameux bals que tu t’exerças au fur et Ă  mesure et que tu devins par la suite un trĂšs bon danseur dont les pistes de danse n’avaient plus aucun secrets pour toi.

Tu excellais en la matiĂšre !

Et bien entendu, lorsque tu fus mutĂ© Ă  Madagascar dans le cadre de ton travail en 1968 (tu avais donc 33 ans) et que tu rencontras Maman Ă  Namakia (lieu oĂč Ă©tait situĂ© la sociĂ©tĂ© SucriĂšre de Namakia « Siramamy » dans laquelle tu travaillais en tant que Comptable) et que vous sortĂźtes ensemble ; tu lui appris Ă  danser lorsque vous alliez au « Cercle » de Namakia ; l’unique Ă©tablissement du village qui organisait rĂ©guliĂšrement des bals de fin de coupe (de la canne Ă  sucre) ainsi que toutes autres fĂȘtes ou Ă©vĂ©nements.

C’est pourquoi, au fil du temps, elle devint Ă  son tour une excellente danseuse tout comme toi.

Quelques annĂ©es aprĂšs vous vous mariĂątes et eĂ»tes une petite fille qui n’Ă©tait autre que moi : CĂ©cile.

Et donc, tout comme ma Maman, je naissais Ă  l’hĂŽpital de Namakia, un certain Dimanche 13 FĂ©vrier 1977.

Mon petit frĂšre Olivier vint au monde en 1978 mais pas dans le mĂȘme village que moi puisque dans le cadre de ton travail, Maman et toi quittĂątes Namakia pour aller vous installer dans la belle Capitale d’Antananarivo.

Ce fut dans cette grande ville qu’Olivier poussa son premier cri.

Et donc tous les quatre vivions dans une charmante villa situĂ©e au cƓur d’Antananarivo.

Les années passÚrent comme un long fleuve tranquille puis toujours dans le cadre de ton travail, vous dûtes quitter définitivement Madagascar pour retourner en France.

Et les annĂ©es passĂšrent entremĂȘlĂ©es d’expatriations en Afrique : CĂŽte d’Ivoire, GuinĂ©e, Tchad et Ă  nouveau un retour au source dans ma belle Ăźle natale : Madagascar.

Et donc l’anecdote que je vais Ă  prĂ©sent vous raconter se situe Ă  l’Ă©poque oĂč nous habitions Ă  nouveau Ă  Antananarivo, lieu de travail de mon Papa.

Nous Ă©tions dans les annĂ©es 93 et j’Ă©tais ĂągĂ©e de 16 ans.

L’Ăąge oĂč je voulais Ă  tout prix savoir danser comme vous deux, mes chers parents


Je ne sais pas pourquoi mais j’enviais tellement votre jeu de jambes ! Que je me disais :

« CĂ©cile ! Tu ne peux pas ne pas savoir danser face Ă  tes danseurs de parents ! Regarde les comme ils dansent bien ! Non, si tu veux ĂȘtre comme eux, il va falloir que tu observes bien attentivement leurs pas de danse. Et puis tu te dois de leur faire montrer que toi aussi, leur fille, tu as l’ADN de la danse en toi ! »

Et c’est ce que je fis au bout de quelques temps, lors d’une soirĂ©e dansante Ă  l’hĂŽtel-restaurant « Villas Caroline » de Flic en Flac situĂ© Ă  L’Ăźle Maurice.

Villas Caroline

Eh oui, mes parents, mon petit frĂšre et moi Ă©tions parti dans cette Ăźle de rĂȘve durant les vacances scolaires de PĂąques.

Et cette soirĂ©e lĂ , je ne sais pas pourquoi mais Ă  force de vous observer en train de vous trĂ©mousser sur la piste de danse au rythme des diffĂ©rentes musiques endiablĂ©es que le DJ passait ; un dĂ©clic se fit dans ma tĂȘte et je commençais peu Ă  peu Ă  vouloir imiter vos pas de danse et tout particuliĂšrement ceux de Maman


Et devinez quoi ? Alléluia ! Je venais de réussir quelques timides chorégraphies un peu hésitantes au début mais ensuite elles furent beaucoup plus précises


Ce qui m’enchanta de plus en plus et me permis d’avoir davantage confiance en moi.

Ce fut donc la premiĂšre fois de ma vie que j’arrivais enfin Ă  faire les mĂȘmes pas de danse que vous et surtout ceux de ma trĂšs chĂšre Maman


Au dĂ©but, vous ne vous en Ă©tiez pas tout de suite aperçu mais lorsque vous m’avez tous les deux enfin remarquĂ©e ; Maman n’avait pas pu s’empĂȘcher de s’exclamer Ă  haute voix :

« Mais ma Poupoule sait trĂšs bien danser ! Ça y est, tu danses comme moi, maintenant. Bravo ! »

Elle avait eu ce large sourire qui illuminait son visage tant elle Ă©tait heureuse et fiĂšre de me voir enfin bien danser.

Quant Ă  toi, mon Papa, tu n’Ă©tais pas de reste. Tu n’arrĂȘtais pas de lever ton pouce en l’air pour me fĂ©liciter.

Tes yeux brillaient et cela se voyait que tu Ă©tais trĂšs fier de moi.

Que ta progĂ©niture sache enfin bien danser ! (mĂȘme si je n’Ă©tais pas encore tout Ă  fait une pro mais je peux vous dire que c’Ă©tait dĂ©jĂ  un bon dĂ©but tout de mĂȘme !) te mettait en joie.

Et moi, je continuais de plus belle


Ben, quoi ? Il fallait bien que je vous en mette plein les yeux. J’avais enfin en moi votre fameuse ADN de la danse qui se diffusait en moi ; je n’allais tout de mĂȘme pas en rester lĂ  et laisser de cĂŽtĂ© la magie de la Power Dance s’Ă©loigner de mon corps alors que j’avais enfin un bon feeling avec elle


Elle s’Ă©tait propagĂ©e en moi et cela n’Ă©tait pas prĂȘt de s’arrĂȘter
 Non, ce n’Ă©tait que le dĂ©but de mon ascension


Une ascension pour devenir à mon tour une trùs bonne danseuse


Et ce jour-là, cette fameuse nuit là ; Olivier (mon petit frÚre) vous aviez aussi épaté en dansant sur la piste de danse


Et quel bon danseur, il Ă©tait !

La relÚve de la « POWER DANCE » était donc assurée dans notre famille !

Ah ! Cette soirée là fut vraiment mémorable !

Danser dans la douce brise de la nuit, face Ă  l’ocĂ©an (sans pouvoir le voir Ă  cause de l’opacitĂ© de la nuit) en entendant par moment le clapotis des vagues, le ressac lorsque le DJ changeait son registre musical par quelques slows lents permettant ainsi d’écouter les sons de l’ocĂ©an Indien.

Oui, toute cette ambiance était magique, presque irréelle tant il y avait ce cÎté merveilleux qui planait tout autour de nous


Nous Ă©tions aurĂ©olĂ©s de myriade d’étoiles et totalement insouciants


Heureux, tout simplement


Danser avec ses parents et son petit frÚre et qui plus est, dans un magnifique décor paradisiaque ! fut un véritable enchantement.

J’avais l’impression de vivre un conte de fĂ©es…

Et toutes ces fĂ©es bienveillantes me prouvaient qu’elles s’Ă©taient bel et bien penchĂ©es sur mon berceau pour me donner leurs clefs du bonheur


Un bonheur que j’étais en train de vivre pleinement auprĂšs de mes parents et de mon petit frĂšre.

Oui, j’en Ă©tais trĂšs consciente et reconnaissante


Oui, je vivais un bonheur absolu


Et apprendre Ă  danser dans une Ăźle comme L’Ăźle Maurice, n’Ă©tait que la cerise sur le gĂąteau


Un rĂȘve devenu rĂ©alité 

Un souvenir inaltĂ©rable que je n’oublierai jamais


T’en souviens-tu encore Mon Papa ? Cela remonte à si loin


Mais je suis certaine que tu n’as pas pu oublier ce jour lĂ , n’est-ce pas ?

Et te souviens-tu aussi lorsque j’avais dansĂ© ma toute premiĂšre danse avec toi lors d’une autre soirĂ©e qui s’Ă©tait dĂ©roulĂ©e cette fois-çi Ă  L’hĂŽtel restaurant Hilton d’Antananarivo Ă  Madagascar ?

J’Ă©tais toute intimidĂ©e face Ă  toi car si j’avais appris Ă  danser Ă  L’Ăźle Maurice toute seule en vous observant Maman et toi ; lĂ  par contre c’Ă©tait tout Ă  fait diffĂ©rent


Danser avec son pÚre qui est un excellent danseur ! La barre est plutÎt haute mais pas inaccessible surtout si on est devenue une passionnée de la danse


Ce que j’Ă©tais devenue au fil du temps


Cette soirĂ©e lĂ , j’avais su relever le dĂ©fi de danser avec toi et mĂȘme si j’Ă©tais quelque peu empruntĂ©e et malhabile face Ă  tes pas de danseur chevronnĂ©.

Et comme tu voulais que je sois Ă  la hauteur ; tu me donnais quelques conseils au passage afin d’Ă©viter quelques erreurs Ă  ne surtout pas commettre dans l’art de la danse.

Ah ! Mais c’est que mon Papa est un passionnĂ© de danse alors quand on a le rythme dans la peau comme lui ; il est bien normal d’ĂȘtre exigeant et de ne pas du tout apprĂ©cier de se faire marcher sur les pieds ou encore d’ĂȘtre trop rigide, pas assez souple si jamais vous dĂ©cidiez d’entamer quelques pas de danse avec lui et que biensĂ»r ; c’est lui qui mĂšnerait alors la danse puisqu’il serait votre cavalier.

Et je l’avoue, ce soir-lĂ , ce ne fut pas vraiment le top car je manquais encore de pratique du haut de mes 16/17/18 ans mais tu ne m’en tenu pas rigueur mĂȘme si tu Ă©tais trĂšs  pointilleux Ă  ce sujet.

Mais les annĂ©es passant, je te prouvais enfin le contraire ! J’avais finalement eu ma revanche


T’en souviens-tu encore mon Papa de ce fameux jour ? D’un certain 31 DĂ©cembre de l’an 2000 oĂč nous avions passĂ©s en famille la Saint Sylvestre dans le restaurant « Le Parc » situĂ© Ă  AlĂšs.

Je suis certaine que oui


J’avais Ă  cette Ă©poque lĂ , exactement 23 ans !

Et donc le soir du rĂ©veillon, nous Ă©tions tous les 4 Ă  table, accompagnĂ©s de ma Tante Patricia (sƓur de Maman) ainsi que de son compagnon.

L’ambiance Ă©tait Ă  son comble.

Il faut dire que le DJ passait de trĂšs bonnes musiques trĂšs entraĂźnantes et dansantes Ă  souhait pour notre plus grand plaisir.

TantĂŽt, nous dansions tous ensemble sur tous nos airs favoris (annĂ©es 80 et actuels) et tantĂŽt nous dĂ©gustions Ă  table l’excellent menu de fĂȘte.

C’Ă©tait vraiment une trĂšs belle soirĂ©e !

Nous Ă©tions en train de discuter lorsque subitement, tu te mis debout (tu te trouvais Ă  cĂŽtĂ© de moi) et tu t’adressa Ă  moi en me tendant la main :

« Une petite danse CĂ©cile ? C’est une valse. Tu sais danser les valses. Allez, viens avec moi, sur la piste de danse »

Je ne savais plus oĂč me mettre, surtout qu’il y avait pas mal de monde dans la salle du restaurant mais comme je voulais te faire ce plaisir (je n’avais pas vraiment le choix non plus et je suis certaine que tu l’avais fait exprĂšs, non ? Mais si, te connaissant, je suis certaine que oui) et aussi parce que tu Ă©tais mon Papa d’Amour alors je pris ta main sans vraiment hĂ©siter puis tu m’entraĂźnas vers la piste de danse.

Il y avait quelques couples qui dansaient dĂ©jĂ  mais il n’y avait pas foule non plus


Tu me regardais de tes jolis yeux verts/jaunes pétillant de joie et tu me dis tout doucement, prÚs de mon oreille, comme pour me rassurer :

« Tout se passera bien. Tu es trĂšs jolie. Il te suffit de bien me suivre comme je te l’ai toujours appris. Allez ! En piste, maintenant ! »

Et mon cƓur battait la chamade. Il fallait absolument que je sois Ă  la hauteur du danseur que tu Ă©tais et ne surtout pas trĂ©bucher ou encore te marcher sur les pieds.

J’essayai de me dĂ©tendre mais c’Ă©tait tout bonnement impossible !

Puis, je fini par me laisser aller en Ă©coutant les vibrations de la musique s’insinuer jusque dans mes oreilles, me donnant l’impression que j’Ă©tais seule avec toi ; toute seule, sur la grande piste de danse


La valse me donnait dĂ©jĂ  le tournis mais j’Ă©tais heureuse d’ĂȘtre dans tes bras. J’Ă©tais fiĂšre de danser avec toi


Tout le long de la danse, je faisais tout pour bien suivre tes pas et rester le plus souple possible dans tous mes mouvements.

Je me laissais aller dans le tourbillon de la valse et plus rien ne comptait


Toutes les personnes assises nous regardaient, nous admiraient ; y compris Maman qui ne manqua pas de nous photographier afin d’immortaliser ce moment.

Un Papa et sa fille dansant une valse


Que d’Ă©motions ! J’en Ă©tais toute retournĂ©e car je dansais avec mon danseur de Papa
Mon amour de Papounet !

Un moment intense que je n’oublierai jamais


Et lorsque la danse se termina alors que j’aurai souhaitĂ© qu’elle continua encore ; quelques personnes nous applaudirent Ă  notre passage avant que nous regagnĂąmes notre table.

Inutile de vous dire que je devins littĂ©ralement rouge pivoine tant je fus intimidĂ©e par toutes ces personnes qui ne cessaient de me sourire tout en me disant que j’avais bien dansĂ© la valse avec mon Papa.

Ah ! T’en souviens-tu encore Papa ? Tu Ă©tais si fier. Si fier de moi.

Et moi aussi, je l’Ă©tais


GrĂące Ă  toi et Ă  ton expĂ©rience de danseur, tu m’avais fait vivre un moment exceptionnel


Un moment que chaque jeune fille devrait vivre avec leur Papa


Un de ces moment qu’il faut savoir savourer dans l’instant et le garder Ă  jamais tout au fond de soi pour pouvoir un beau jour comme aujourd’hui se le remĂ©morer en l’Ă©crivant sous forme d’un article afin de le faire lire au monde entier


De le faire tout simplement partager


Oui, et particuliĂšrement aujourd’hui, le jour de la fĂȘte des PĂšres


Je t’aime mon Papa
 Pour toujours et Ă  jamais.

Et mon doux rĂȘve sera lorsque nous danserons ensemble sur l’une de ces merveilleuses valses Ă  mon Mariage


Un beau jour qui se concrĂ©tisera, j’en suis persuadĂ©e


Et ce jour-lĂ , nous virevolterons sur la piste de danse avec une certaine Ă©motion qui nous submergera


Un Papa et sa fille dansant une valse Ă  l’infini.

Un tourbillon de joie et d’amour.

L’amour d’un PĂšre qui aime profondĂ©ment sa fille et d’une fille qui aime infiniment son pĂšre…

Je t’aime, tout simplement…

Bonne fĂȘte mon Papa d’Amour !!

Ma nouvelle « La LumiĂšre » publiĂ©e ✒ 

Coucou mes chers amis !

Ce matin, le Mardi 22/11/16, j’ai eu l’agrĂ©able surprise de recevoir dans mes mails le message suivant :

****

****

Inutile de vous dire Ă  quel point j’Ă©tais trĂšs heureuse et Ă  la fois Ă©tonnĂ©e…

Je n’avais encore jamais participĂ©e Ă  un concours littĂ©raire et c’est grĂące Ă  mon amie La Belette, que j’ai osĂ© me lancer…Merci ma Belette ❀.

Je n’ai rien gagnĂ© mais pour moi ĂȘtre publiĂ©e via ce magazine fĂ©minin, c’est dĂ©jĂ  Ă©norme et trĂšs valorisant Ă©tant donnĂ© que je n’ai jamais eu grande confiance en moi.

C’est pourquoi, j’ai voulu partager avec vous cette heureuse nouvelle.

****

Voici le lien de ma nouvelle publiée sur aufeminin.com :

La lumiÚre 

Gros bisous Ă  toutes et Ă  tous !

CĂ©cile La Suricate

****

Et voici le texte : « La LumiĂšre » : publiĂ© sur aufeminin.com dans la catĂ©gorie « Culture » et « prix litteraire 2016 » :

****

La LumiĂšre :

AntinĂ©a voulait devenir un arbre mais pas n’importe lequel. Elle souhaitait devenir un grand et majestueux baobab qui Ă©tait selon elle le plus bel arbre du monde vĂ©gĂ©tal. 

Et puis, sans oublier son imposante force si convoitĂ©e par ses congĂ©nĂšres. De plus, il ne manquait pas de vie de par sa sĂšve intensĂ©ment riche et si dense. Quant Ă  ses racines, elles formaient tout un assemblage de ramifications qui semblaient se rejoindre Ă  l’infini. 

C’est pourquoi AntinĂ©a aimait autant le baobab car il reprĂ©sentait pour elle une force hors du commun qui pouvait dĂ©fier les lois physiques de la nature Ă  lui tout seul. Oui, et sans aucun doute qu’il Ă©tait pour ainsi dire l’unique grand Roi de tous les arbres confondus. 

En repensant Ă  sa future rĂ©incarnation, AntinĂ©a se mit subitement Ă  sourire ; chose qu’elle n’avait plus jamais fait depuis pas mal de temps dĂ©jĂ . C’était plutĂŽt bon signe. 

Tout le monde meurt bien un jour d’une maniùre ou d’une autre se dit-elle en soupirant. Elle ne craignait pas la mort et elle serait bientît sa compagne. 

Ce n’était plus qu’une question de temps et elle avait hĂąte de faire le grand voyage de sa vie ou de sa mort ?

Elle regarda une derniĂšre fois autour d’elle. Il y avait quelques personnes qui allaient et venaient sans se soucier d’elle. Mais c’était tout aussi bien comme ça. Ne surtout rien laisser paraĂźtre de ce qu’elle avait en elle et en tĂȘte. 

Cette envie de fuir subitement la terre en un rien de temps et d’en finir avec son mal ĂȘtre. Elle l’avait dans un coin de sa tĂȘte et se refusait toujours Ă  faire le pas. Mais pas pour aujourd’hui, semblait-il. Elle se ferait du bien pour une fois et elle en Ă©prouverait un immense plaisir. 

Ce serait disons-le, son petit pĂ©chĂ© purement Ă©goĂŻste qu’elle ne partagerait avec quiconque si ce n’est qu’avec sa propre conscience ou son ange gardien. 

Soudain, elle eut un frisson qui lui parcourut l’échine lorsque le vent s’insinua Ă  l’intĂ©rieur du col de son manteau. 

BientĂŽt elle serait aussi froide et insensible qu’un bloc de glace sorti d’un congĂ©lateur et elle n’aurait alors plus jamais froid.

Cette sensation comme toutes les autres d’ailleurs, finiraient bien par s’en aller dĂ©finitivement et s’évanouir Ă  jamais de sa vie. Oui, elle avait hĂąte. 

Elle rĂ©ajusta le col de son manteau et se mit Ă  nouveau Ă  sourire en regardant le ciel gris souris. Elle aimait sa couleur plombĂ©e et si pesante comme s’il allait d’un moment Ă  l’autre, s’abattre sur elle, et sur la terre. 

Cette pensĂ©e ne l’effraya aucunement et lui rappella les Bandes dessinĂ©es d’Asterix et d’ObĂ©lix dans lesquelles ils mentionnaient toujours que le ciel pouvait leur tomber sur la tĂȘte. Cela lui fit sourire Ă  nouveau. 

Le monde entier voulait la fuir et Ă  une vitesse folle sans qu’elle puisse rĂ©aliser qu’un vaste dĂ©sert se formait dĂ©jĂ  en grandeur nature face Ă  elle, envahissant Ă©galement au passage les cĂŽtĂ©s, sans oublier derriĂšre elle. 

Le dĂ©sert la pourchassait pour la recouvrir de son sable Ă©touffant et suffoquant jusqu’au point de le rendre irrespirable et l’emmener alors vers une mort certaine. Un dĂ©sert ou plutĂŽt le nĂ©ant. Un long tunnel sans fin. 

Tout Ă©tait trop tard Ă  prĂ©sent. Il n’y avait plus aucune chance a l’horizon pour AntinĂ©a. Plus de sursis, pas mĂȘme le semblant d’une esquisse de joie ou d’espoir. Rien. 

Souvent, on lui disait pour une raison oĂč pour une autre : »Ne t’en fais pas AntinĂ©a. Tu finiras bien par te rattraper tĂŽt ou tard. Ce sera mieux la prochaine fois» 

Autrefois, cette phrase aurait eu un sens particulier et sĂ©curisant pour AntinĂ©a mais aujourd’hui, cela ne voulait plus rien dire pour elle. «Ce sera mieux la prochaine fois » chuchota t-elle en regardant le ciel gris souris. 

Il n’y aurait pas de prochaine fois et c’était mieux ainsi. AntinĂ©a se fondait dans ce ciel gris. Elle lui appartenait Ă  l’infini et mĂȘme si celui-ci se faisait de plus en plus menaçant ; elle ne voulait plus le quitter car elle apprĂ©ciait sa noirceur.

Et puis, elle aimait bien aussi cette idĂ©e de se faire happĂ©e brutalement dans la violence de son tourbillon nuageux et grisĂątre entremĂȘlĂ© de pluie froide se fracassant sur son visage
 

Quel plaisir immense que de se noyer dans cette tempĂȘte qui ne tarderait plus Ă  venir. Il s’approchait dĂ©jĂ  d’elle… 

Elle n’avait nulle crainte de l’obscuritĂ© de la mort puisqu’elle ne tarderait pas Ă  rejoindre sa lumiĂšre.

La lumiùre 🌄

                           ****
Elle pencha la tĂȘte et regarda autour d’elle. Elle ne supportait plus cette vie. Que faire si on n’a plus le goĂ»t de vivre ? Se relever les manches et continuer coĂ»te que coĂ»te ? Se mentir Ă  soi-mĂȘme ?

Sourire et mĂȘme rire devant des personnes afin de donner le change ? Se contrĂŽler et surtout ne rien laisser paraĂźtre devant qui que ce soit sinon
.eh bien sinon, tout serait dĂ©voilĂ© et mis au grand jour alors qu’elle ne voulait surtout pas que l’on sache son lourd secret.

Un secret qui la pesait depuis de nombreuses annĂ©es. Un poids aussi lourd qu’un menhir.

Un menhir qui n’en finissait pas de l’écraser et de la rĂ©duire en miettes


Mais c’était ainsi.

Cela lui rappela soudainement cette vieille chanson de Claude François « Comme d’habitude ».

Oui c’était vraiment comme ça sa vie ! Une vie faites d’habitudes et de lassitudes. Une vie pas si mal en somme si on se donne la peine de se dire qu’aprĂšs tout, la vie, c’est se donner une apparence aux normes de la sociĂ©tĂ© ; une apparence plaisante qui donnerait le change


Une sorte de leurre pour n’importe quelle personne que vous rencontreriez sur votre route


Oui, sa vie n’était qu’un amoncellement de tristesses ressemblant Ă  des feuilles mortes balayĂ©es par le vent automnal.

****

Elle regarda sa montre. Il était déjà 15H30. Comme le temps passait vite.

Ces temps çi, elle ne le voyait mĂȘme pas dĂ©filer tellement elle Ă©tait absorbĂ©e par la perpĂ©tuelle nostalgie de son passĂ©.

Elle regarda Ă  sa droite et aperçu un couple enlacĂ©s, assis sur un banc non loin d’elle qui avait l’air d’ĂȘtre incroyablement amoureux tellement ils se dĂ©voraient des yeux. Oui, c’est beau l’amour
 mais il n’est jamais parfait
.

AntinĂ©a ne croyait plus en l’amour et ce depuis pas mal d’annĂ©es. De toute façon pourquoi en rĂȘverait-elle ? Le mal qu’elle Ă©prouvait actuellement Ă©tait bien plus profond que celui du manque d’amour.

Alors, disons-le : le vaste sujet de l’amour Ă©tait loin de ses prĂ©occupations.

Par contre le mal qui la rongeait ; lui, il ne cessait de la torturer et de l’ensevelir un peu plus chaque jour sous la terre froide de cet automne.

Mais c’était sa vie et elle ne pouvait l’échanger contre une autre. Pour ce faire il aurait fallut rencontrer un bon gĂ©nie comme dans la lĂ©gende d’Aladin mais c’était tout bonnement impossible ! Et puis AntinĂ©a ne croyait guĂšre aux contes de fĂ©es.

Non, sa vie Ă©tait loin d’ĂȘtre un soleil radieux bien paisible


Et non, son soleil à elle, ressemblait plutÎt à une éclipse sans fin dont la lumiÚre serait cachée et assombrie par les idées noires de sa profonde tristesse.

Parfois, elle se remĂ©morait son passĂ© si joyeux et si vivant, sans tracas, qu’elle ne pouvait s’empĂȘcher de fondre en larmes


Elle revoyait avec beaucoup d’émotion au fin fond de son esprit, malgrĂ© l’épais brouillard de son dĂ©sarroi, l’apparition soudaine et magique d’une plage de sable blanc, d’un ciel bleu azur, parsemĂ© de petits nuages d’un blanc immaculĂ© et biensĂ»r, elle, oui ; elle, courant les cheveux au vent face Ă  son destin qui Ă©tait Ă  cette Ă©poque lĂ , remplit de belles promesses.

AntinĂ©a aimait alors figer cette image d’elle Ă  rĂ©pĂ©tition comme si elle appuyait Ă  l’infini sur la touche « repeat » de la manette de son magnĂ©toscope.

Elle aurait tellement voulu fixer ce souvenir d’elle et demander Ă  Monsieur Le GĂ©nie de la faire revenir en arriĂšre, dans le passĂ© de sa vie afin de revivre encore une derniĂšre fois cette joie de vivre de courir en riant sur cette immense plage de sable fin..

Mais le GĂ©nie ne lui exaucerait jamais ce vƓu. Il avait d’autres urgences primordiales Ă  rĂ©aliser dans son agenda surbookĂ©. Et une fois de plus, elle n’était dans les prioritĂ©s de personne et encore moins de ce cher exauceur de vƓux qui la fuyait…

****

Elle observa au loin des jeunes gens qui chahutaient en riant aux Ă©clats. Sa vie ne ressemblait en rien Ă  tous ces rires qui fusaient par delĂ  le vaste parc envahit de feuilles mortes.

Non, sa vie Ă  elle, ou plutĂŽt son semblant de vie Ă©tait sans saveur et sans couleurs


Et biensĂ»r, le rire n’y avait jamais sa place
 Mais AntinĂ©a ne s’en plaignait guĂšre. Encore une fois, une question d’habitudes


Elle dĂ©testait se plaindre. Surtout ne jamais se plaindre ! Ce serait dĂ©placĂ© de le faire. Ne surtout pas l’envisager et au contraire garder pour soi le lourd fardeau et continuer d’avancer avec cette charge, ce poids sur le dos en vous disant qu’il n’est pas si lourd que ça finalement


Et se dire que c’est ça la vie


Tout le monde ne peut pas ĂȘtre logĂ© Ă  la mĂȘme enseigne et fort heureusement d’ailleurs !

Non, ne surtout pas se plaindre et affronter cette vie qui vous pÚse malgré la forte et irrésistible envie de la quitter


Se dire que ce sera bientît la fin


La fin de ce calvaire et avoir le grand honneur de se fondre un beau jour dans la nature de notre vaste terre et y choisir sa propre rĂ©incarnation animale ou vĂ©gĂ©tale pour enfin ĂȘtre libre et heureuse !

AntinĂ©a voulait devenir un arbre mais pas n’importe lequel


Elle souhaitait devenir un grand et majestueux baobab qui était selon elle le plus bel arbre du monde végétal.

Et puis, sans oublier son imposante force si convoitée par ses congénÚres.

De plus, il ne manquait pas de vie de par sa sÚve intensément riche et si dense.

Quant à ses racines, elles formaient tout un assemblage de ramifications qui semblaient se rejoindre à l’infini


C’est pourquoi AntinĂ©a aimait autant le baobab car il reprĂ©sentait pour elle une force hors du commun qui pouvait dĂ©fier les lois physiques de la nature Ă  lui tout seul.

Oui, et sans aucun doute qu’il Ă©tait pour ainsi dire l’unique grand Roi de tous les arbres confondus.

****

En repensant Ă  sa future rĂ©incarnation, AntinĂ©a se mit subitement Ă  sourire ; chose qu’elle n’avait plus jamais fait depuis pas mal de temps dĂ©jà


C’était plutĂŽt bon signe


Tout le monde meurt bien un jour d’une maniùre ou d’une autre se dit-elle en soupirant.

Elle ne craignait pas la mort et elle serait bientĂŽt sa compagne.

Ce n’était plus qu’une question de temps et elle avait hĂąte de faire le grand voyage de sa vie
ou de sa mort ?

Elle regarda une derniĂšre fois autour d’elle. Il y avait quelques personnes qui allaient et venaient sans se soucier d’elle. Mais c’était tout aussi bien comme ça. Ne surtout rien laisser paraĂźtre de ce qu’elle avait en elle et en tĂȘte.

****

Cette envie de fuir subitement la terre en un rien de temps et d’en finir avec son mal ĂȘtre. Elle l’avait dans un coin de sa tĂȘte et se refusait toujours Ă  faire le pas…

Mais pas pour aujourd’hui, semblait-il.

Elle se ferait du bien pour une fois et elle en Ă©prouverait un immense plaisir. Ce serait disons-le, son petit pĂ©chĂ© purement Ă©goĂŻste qu’elle ne partagerait avec quiconque si ce n’est qu’avec sa propre conscience ou son ange gardien…

Soudain, elle eut un frisson qui lui parcourut l’échine lorsque le vent s’insinua Ă  l’intĂ©rieur du col de son manteau.

BientĂŽt elle serait aussi froide et insensible qu’un bloc de glace sorti d’un congĂ©lateur et elle n’aurait alors plus jamais froid


Cette sensation comme toutes les autres d’ailleurs, finiraient bien par s’en aller dĂ©finitivement et s’évanouir Ă  jamais de sa vie


Oui, elle avait hñte


Elle réajusta le col de son manteau et se mit à nouveau à sourire en regardant le ciel gris souris.

Elle aimait sa couleur plombĂ©e et si pesante comme s’il allait d’un moment Ă  l’autre, s’abattre sur elle, et sur la terre.

Cette pensĂ©e ne l’effraya aucunement et lui rappella les Bandes dessinĂ©es d’Asterix et d’ObĂ©lix dans lesquelles ils mentionnaient toujours que le ciel pouvait leur tomber sur la tĂȘte


Cela lui fit sourire Ă  nouveau…

De toute façon, AntinĂ©a ne souhaitait aucun dommage collatĂ©ral envers son prochain, bien au contraire puisqu’elle aimait les gens et la vie mĂȘme si c’était plutĂŽt difficile  à croire aujourd’hui


Et pourtant, elle voulait vraiment en finir avec la vie et quitter définitivement cette planÚte Terre.

Quant aux gens heureux, ils devaient impĂ©rativement continuer leur vie et en profiter au maximum car elle, elle n’avait pas su le faire…

Soudain, elle s’aperçut avec amertume qu’elle n’avait jamais su d’ailleurs ce qu’était rĂ©ellement le bonheur


Pourtant, elle l’avait Ă  maintes reprises touchĂ© du doigt, effleurĂ© et mĂȘme apprĂ©ciĂ©  avec beaucoup de plaisir, de joie, de douceur et de dĂ©lectation sans jamais penser une seule seconde que celui-ci lui aurait un jour Ă©tĂ© comptĂ©, limitĂ© et mĂȘme impitoyablement volĂ© puis enfin retirĂ© sans vergogne, juste pour la punir et lui faire du mal.

Non, cela, elle ne l’aurait jamais cru.

Sans doute croyait-elle que sa chance l’accompagnerait pour toujours tout au long de sa vie durant. 

Et pourtant, elle savait bien, au fond d’elle, qu’une telle chance n’existait pas vraiment ou alors seulement dans les contes de fĂ©es.

Et si jamais la chance existait vraiment, alors ce serait sans aucun doute dans un temps bien déterminé.

AntinĂ©a se dit avec une certaine rancƓur que sa chance Ă  elle avait eu l’audace de lui faire signer un contrat du bonheur Ă  durĂ©e limitĂ©e et biensĂ»r machiavĂ©liquement Ă  son insu une clause indiquait en bas de page et en lettres minuscules : « Ă  court terme ».

En fait, sa chance avait Ă©tĂ© lĂąche envers elle et l’avait bel et bien laissĂ©e sur le bas cĂŽtĂ© de la route en mettant les voiles pour s’engager Ă©videmment dans un autre contrat du bonheur bien plus allĂ©chant avec une personne qu’elle avait choisie et trouvait bien plus intĂ©ressante qu’elle.

Oui, sa chance avait été cruelle envers elle et voulait lui faire payer les frais du bonheur qui à son goût avait été trop longtemps prolongé en ce qui la concernait.

Une sorte de sanction ou de taxe pour l’anĂ©antir et la rĂ©duire au silence puis au bout d’un certain temps en fines particules de poussiĂšres.

C’était ainsi et elle ne pouvait que se taire et accepter les clauses de sa malchance qui lui collait Ă  la peau et lui promettait un avenir sombre et triste et bien entendu Ă  long terme.

DĂ©cidĂ©ment, AntinĂ©a faisait fuir toutes les chances et attiraient comme un aimant toutes les malchances et qui plus est Ă  grande vitesse tellement ils l’apprĂ©ciaient lorsqu’elle se rongeait les sangs ou encore lorsqu’elle se mettait Ă  pleurer Ă  n’en plus finir.

Sa chance ne lui serait plus jamais rendue car elle ne voulait plus d’elle…

D’ailleurs, celle çi n’avait plus daignĂ© taper Ă  sa porte pour un temps soit peu lui faire Ă  nouveau signer un contrat du bonheur.

Non, son ex chance avait tenu sa promesse de ce cĂŽtĂ©-lĂ  et n’était plus jamais retournĂ© dans sa vie.

C’était le prix Ă  payer pour son ancien bonheur


HĂ©las, il n’y avait pas que son ex chance qui voulait la fuir…

Le monde entier voulait la fuir et Ă  une vitesse folle sans qu’elle puisse rĂ©aliser qu’un vaste dĂ©sert se formait dĂ©jĂ  en grandeur nature face Ă  elle, envahissant Ă©galement au passage les cĂŽtĂ©s, sans oublier derriĂšre elle.

Le dĂ©sert la pourchassait pour la recouvrir de son sable Ă©touffant et suffoquant jusqu’au point de le rendre irrespirable et l’emmener alors vers une mort certaine.

C’était ça sa vie


Un désert ou plutÎt le néant
 Un long tunnel sans fin


****

Elle s’en souvenait encore comme si c’était hier…

Tout était arrivé si vite. Trop vite et sans crier gare.

Sa chance qui l’avait lĂąchement abandonnĂ©e sans aucune pitiĂ©. Elle l’avait laissĂ©e lĂ  toute seule sans se soucier d’elle et n’était plus jamais revenue pour lui redonner le moindre goĂ»t de vivre.

Elle ne voulait pas la sauver des griffes de la malchance.

Tout était trop tard à présent


Il n’y avait plus aucune chance a l’horizon pour AntinĂ©a


Plus de sursis, pas mĂȘme le semblant d’une esquisse de joie ou d’espoir. Rien


****

Souvent, on lui disait pour une raison oĂč pour une autre : »Ne t’en fais pas AntinĂ©a. Tu finiras bien par te rattraper tĂŽt ou tard. Ce sera mieux la prochaine fois. »

Autrefois, cette phrase aurait eu un sens particulier et sĂ©curisant pour AntinĂ©a mais aujourd’hui, cela ne voulait plus rien dire pour elle.

«Ce sera mieux la prochaine fois » chuchota t-elle en regardant le ciel gris souris.

Il n’y aurait pas de prochaine fois et c’était mieux ainsi.

Depuis quelques temps dĂ©jĂ , elle adorait regarder l’immensitĂ© du ciel surtout si celui-ci Ă©tait gris.

Elle avait fini par apprĂ©cier davantage le temps Ă  la pluie. Il lui faisait le plus grand bien. Elle avait l’impression d’ĂȘtre au cƓur de celui-çi et de s’y engouffrer, s’incorporer telle une aquarelle dont le peintre aurait mĂ©langĂ© diffĂ©rentes nuances de couleurs pour obtenir la meilleure teinte possible afin de realiser sa plus belle oeuvre d’art.

AntinĂ©a se fondait dans ce ciel gris. Elle lui appartenait Ă  l’infini et mĂȘme si celui-çi se faisait de plus en plus menaçant ; elle ne voulait plus le quitter car elle apprĂ©ciait sa noirceur.

Et puis, elle aimait bien aussi cette idĂ©e de se faire happĂ©e brutalement dans la violence de son tourbillon nuageux et grisĂątre entremĂȘlĂ© de pluie froide se fracassant sur son visage


Quel plaisir immense que de se noyer dans cette tempĂȘte qui ne tarderait plus Ă  venir…

Il s’approchait dĂ©jĂ  d’elle…

Antinéa était sous son emprise et incapable de lui résister tellement elle était fascinée par sa couleur grise et noirùtre.

Cela changeait des ciels bleus et du soleil que la plupart des gens aimaient. Le soleil les rassurait contrairement Ă  la pluie. Il rĂ©chauffait leurs cƓurs au sens propre comme au sens figurĂ©. Tout le monde aimait Monsieur le soleil mais pas AntinĂ©a


Ce n’est pas qu’elle le dĂ©nigrait ; bien au contraire. Mais ces temps çi, elle ne supportait plus son rayonnement ni mĂȘme sa source de chaleur si infime soit-elle vu que nous Ă©tions au mois d’Octobre.

C’était comme ça. Elle n’aimait plus le soleil qui aveuglait littĂ©ralement son passĂ© si radieux et le rendait flou, voire perdu Ă  jamais dans son intense luminositĂ©…

****

Le ciel gris menaçant la rassurait et lui donnait des ailes dans le dos. Il avait l’avantage de la faire voler tel un oiseau et de monter trùs haut pour atteindre son objectif final : Les cieux.

AntinĂ©a ne voulait plus se poser de questions car il n’y avait plus aucun choix possible pour elle aujourd’hui.

Se taire et accepter son nouvel envol pour son prochain baptĂȘme de l’air Ă©tait imminent.

Surtout, n’avoir aucun regret. Pourquoi en aurait-elle d’ailleurs ?

Elle aimait ce que sa nouvelle vie lui offrirait pour pouvoir effacer pour toujours et à jamais son lourd fardeau qui la pesait depuis de trop nombreuses années.

S’enfuir de cette terre, il n’y avait que ça de vrai.

Le paradis l’attendait mais il Ă©tait encore cachĂ© sous ces gros nuages Ă©pais et menaçants qui obscurcissaient le ciel.

Soudain, il y eu l’apparition d’un ange qui exaucerait comme par magie sa requĂȘte du bonheur, en lui remettant comme convenu la clef en or du paradis.

L’ange Ă©tait souriant et ne la jugeait point. Il lui promettait de retrouver pour l’éternitĂ© et Ă  jamais sa joie de vivre d’antan.

Il lui remit Ă©galement une paire d’ailes d’un blanc immaculĂ© qui serait indispensable pour pouvoir quitter la planĂšte terre.

Elle serait alors prĂȘte a faire enfin ses ultimes adieux Ă  ce monde qui ne voulait pas d’elle et dont elle-mĂȘme ne voulait plus


****

Puis, une fois aprĂšs avoir prononcĂ© le mot fatidique et irrĂ©versible adieu, AntinĂ©a dĂ©ploierait ses grandes ailes blanches et volerait dans l’immensitĂ© de ce ciel gris opaque en traversant avec allĂ©gresse les gros nuages pour ensuite rejoindre son beau et si merveilleux paradis qui lui promettait un avenir radieux…

****

Et durant son grand voyage, elle n’aurait aucune amertume et aucun regret ; tel Ă©tait le contrat qu’elle avait signĂ© avec le bel ange si souriant et si accueillant…

Elle le lui avait promis…

Elle n’avait nulle crainte de l’obscuritĂ© de la mort puisqu’elle ne tarderait pas Ă  rejoindre sa lumiĂšre.

Une lumiĂšre qui lui rĂ©chaufferait le cƓur et l’esprit pour toujours et Ă  jamais et ce pour l’éternitĂ©.

Elle avait enfin pris la plus belle des dĂ©cisions de sa vie…

****

Puis, une fois ĂȘtre rentrĂ©e Ă  l’intĂ©rieur de son rĂȘve ; le fameux paradis de ses dĂ©sirs ; elle se rĂ©incarnerait en un magnifique et majestueux baobab et retrouverait enfin la vie, grĂące Ă  la sĂšve de celui çi.

Un elixir qui lui procurerait le bonheur intense et Ă  l’infini qu’elle avait eu autrefois et dont elle avait si brutalement perdu au cours de sa vie.

Un bonheur enfin retrouvĂ©, des plus parfait et sans ombrages…

Celui dont elle avait toujours voulu et rĂȘvĂ© en secret…

La flamme de la vie đŸ”„

bougie de la vie

Je m’appelle CĂ©cile et je suis nĂ©e dans la Grande Ăźle, plus prĂ©cisĂ©ment Ă  :

NAMAKIA

Je suis du signe du verseau :

****

Et une petite Dragon de Feu qui sait aussi cracher ses flammes si…

DRAGON FLAMME DE FEU

« Petit Dragon » me protĂšge toujours…

****

Je suis une grande mĂ©lomane et j’adore Ă©couter toutes sortes de chansons. J’aime particuliĂšrement les musiques de films qui m’inspirent Ă©normĂ©ment lorsque j’Ă©cris.

****

RĂ©cemment, un certain 13 FĂ©vrier 2016, j’ai fĂȘtĂ© mon anniversaire :

flamme tout feu

4 bougies pour 39 flammes qui dansent  !

****

J’Ă©tais aux anges et heureuse de souffler mes 39 printemps !

39 Printemps ! et alors ? comme dirait la fameuse chanson de Shy’m ; je me sens en totale harmonie avec moi-mĂȘme… 

Et c’est ce qui compte finalement, ĂȘtre bien dans sa tĂȘte et en gĂ©nĂ©ral tout le reste suit…

J’ai toujours gardĂ© mon Ăąme d’enfant et ce n’est pas prĂšs de changer !

CECILOU 4 ANS

CĂ©cile Ă  l’Ăąge de 5 ans

****

J’aime toujours autant l’Ă©criture et je dirais qu’elle ne fait que s’intensifier davantage avec les annĂ©es qui passent…

LA DERNIERE DANSE DE LA LUNE

LEON

LE MANGUIER VOYAGEUR

GUERRE ETHNIQUE AU TCHAD

****

Je suis beaucoup plus audacieuse et ça par contre c’est tout nouveau pour moi !

Je serai toujours une Ă©ternelle rĂȘveuse et une idĂ©alise souvent incomprise mais peu importe, je suivrai toujours ma route…

****

CĂ©cilou, La Suricate aimera toujours autant la vie !

LA SURICATE

****

photo CĂ©cile Ă  l'Ăąge de 16 ans Ă  la plage non loin de Namakia

J’ai 16 ans

CECILOU BLONDE

J’ai 25 ans

CECILE LIA

J’ai 32 ans

CECILE LOUP

39 Printemps !

Lady in red

CECILOU contente

Je voulais partager avec vous quelques photos prises lors du rĂ©veillon du 31 DĂ©cembre 2015. Je dois bien reconnaĂźtre qu’autrefois je n’aimais pas trop faire ce genre de partages mais aujourd’hui je me dis tout simplement :

« Et pourquoi pas ? Pourquoi ne pas afficher son bonheur personnel de temps Ă  autre ? Cela ne peut pas faire de mal et si cela peut procurer du plaisir Ă  la personne concernĂ©e, alors je veux bien me jeter Ă  l’eau.

La vie est trop courte pour s’encombrer du quand dira-t’on, vous ne trouvez pas ?

En tous les cas cela restera mon opinion personnelle.

Alors oui, la Suricate que je suis a dĂ©cidĂ© de nommer cet article « Lady in red ». C’Ă©tait de circonstance et puis de toute façon, je ne voyais aucun autre titre Ă  la place alors voilĂ  le pourquoi du comment si jamais vous vous posiez encore la fameuse question.

Je pense que d’ĂȘtre passĂ©e Ă  l’Ăšre 2016 m’a rendue un peu plus malicieuse, audacieuse et surtout consciente que dans la vie si on ne tente rien…Je vous laisse deviner la suite…

La CĂ©cilou Suricate que je suis n’a certes pas trop changĂ©e en ce qui concerne son cĂŽtĂ© idĂ©aliste et spontanĂ© mais disons qu’il ne faut pas non plus en abuser car il n’y rien de pire que d’ĂȘtre sous le joug d’une personne renfermĂ©e dans son silence ou pire d’ĂȘtre ignorĂ©e sans vergogne par celle-çi (ou simultanĂ©ment !).

La suricate aime toujours autant le partage mais dĂ©teste au plus haut point l’hypocrisie, si vous voyez ce que je veux dire…

L’humain est si complexe : c’est pour cela aussi qu’il est hors norme mais s’il devient Ă©goiste ou pire mĂ©prisant alors pour moi il ne sera plus un humain mais tout simplement un robot avec qui la communication restera robotisĂ©e et impersonnelle. Je ne pourrais le comparer Ă  une bĂȘte car celle çi restera selon moi, toujours bien meilleure que lui.

Un robot (sans intelligence) avec qui le dialogue sera rompu vu qu’il n’y aura rien Ă  en tirer. Personne ne voudrait ressembler Ă  ce genre de robot et mĂȘme si certaines personnes en sont fascinĂ©s (y compris moi mĂȘme, j’adore les technologies modernes, internet, ect…) mais le robotisĂ© Ă  proprement dit restera pour moi un ĂȘtre sans couleurs, ni saveurs, bref fade Ă  souhait ! Et pourtant il y en a tellement sur notre belle Terre. Oui des robots tout Ă  fait Ă  part sans aucune humanitĂ©…

****

Etant donnĂ© que je suis une idĂ©aliste, j’aimerais toujours autant l’humain mais parfois il faut savoir faire la part des choses et ne pas s’encombrer de certaines personnes qui pourraient vous ĂȘtre nuisibles.

C’est pourquoi j’aime la loyautĂ©.

Dans ce monde qu’est le nĂŽtre, elle restera pour moi, toujours une valeur sĂ»re.

****

J’aime la vie dans toute sa gĂ©nĂ©ralitĂ© et je continuerai Ă  l’aimer toujours autant, tant que je vivrai sur cette terre.

Le monde est souvent cruel mais il peut y avoir aussi de la beautĂ© si on se donne la peine de mieux regarder et d’Ă©couter son prochain.

Oui, pour moi la vie, c’est comme une boĂźte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber…Et c’est exactement ainsi qu’elle est faĂźte notre vie Ă  tout un chacun : de joies, de peines, d’imprĂ©vus, ect…

Je voulais tout simplement vous Ă©crire ces quelques mots car je croirai toujours en l’homme, en notre humanitĂ© et mĂȘme si souvent cela reste difficile, insurmontable, risquĂ© mais possible de se frayer un chemin Ă  travers elle…

Je vous souhaite à toutes et à tous une trÚs belle année 2016 ! prenez soin de vous  et surtout prenez la vie du bon cÎté mais sans ignorer votre prochain. Gros bisous de La Suricate.

CECILOU RED

Une petite mine ? mais dĂ©trompez-vous, ce soir lĂ  j’Ă©tais en super forme et j’avais dansĂ© jusqu’Ă  l’aube : 3H30 du matin !

CĂ©cile la suricate

Lady in red jusqu’au bout de la nuit du 31 DĂ©cembre 2015 !

UNE ETOILE

Croyez le ou pas, une fois que la table fut dĂ©barrassĂ©e, il y avait cette petite Ă©toile alors je l’ai prise en photo…

cecile cecilou lia

Le papillon de la vie

Chrysiridia ripheus 1

Dans l’allĂ©e d’un jardin d’Ă©den,
Une roseraie m’Ă©merveille,
Si belle, si odorante,
Aux couleurs chatoyantes.

Un univers floral merveilleux,
OĂč j’aime m’y noyer les yeux.

Belle aquarelle aux tons pastels,
Doux papillon vagabondant,
Conscient de sa métamorphose,
Et qui ose,
DĂ©fier le temps et ses tourments,
Dans le sillage hasardeux du vent.

Petit insouciant, virevoltant,
Dans ce royaume de fleurs et de fées,
JonchĂ© de pĂ©tales de roses et d’orchidĂ©es,
Tu es avide de liberté,
Et tu te moques de toutes ces épines acérées.

Tu ressembles Ă  cette envolĂ©e d’hirondelles,
Quittant leurs nids, vers l’infini,
OĂč seule, la nature serait Reine.
Et toi, Roi de la vie !

Je suis guidée par le battement de tes ailes,
Douce magie Ă©ternelle,
Sans contraintes ni querelles,
OĂč tous les rĂȘves sont exaucĂ©s,
Comme dans les contes de fées.

O doux papillon de la vie !
Petit Prince insolent,
Comme je t’envie !
Tu suis ton chemin,
Sans tracas ni tourments,
Sans peur ni noirceur,
Tu suis tout simplement ton coeur.

Semblable au lever du jour,
AurĂ©olĂ© d’amour,
Tu joues avec le temps,
Avec plaisir et délectation,
telle une rose des vents.

Urania_ripheus
PoÚme écrit et inventé par : Cécile

Guerre ethnique au Tchad en 1990

Le Tchad :

article_CarteWeb_Tchad1
Le Tchad est un pays d’Afrique Centrale sans accĂšs Ă  la mer, situĂ© au sud de la Libye, Ă  l’est du Niger et du Nigeria, au nord du Cameroun et de la RĂ©publique centrafricaine et Ă  l’ouest du Soudan.

GĂ©ographiquement et culturellement, le Tchad constitue un point de passage entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire.
Sa capitale est N’Djamena.

****

Histoire du Tchad :

article_sarko_tchad

Voici le Président du Tchad : Idriss Déby

6fca65c0-8b6d-11dc-8988-11358f84b847

Le Tchad, qui a fait partie des possessions Africaines de la France jusqu’en 1960, a subi 3 dĂ©cennies de guerre ethnique ainsi que des invasions par la Libye avant de retrouver une certaine paix en 1990.

a91c4874-3fe3-11e0-9503-6304ce6edd28

Voici des Goranes

Une paix qui ne dura hĂ©las pas trĂšs longtemps…

Je vais d’ailleurs vous raconter un bien mauvais souvenir que j’ai vĂ©cu (ma famille et moi) et dont je n’oublierai jamais…

****

Voici mon histoire : Guerre ethnique :

tchad_ndjamena

Par une belle matinĂ©e ensoleillĂ©e (nous Ă©tions le 2 DĂ©cembre 1990 et j’Ă©tais alors ĂągĂ©e de 13 ans) nous reçûmes un appel tĂ©lĂ©phonique nous annonçant qu’il y avait des rebelles qui venaient d’envahir N’Djamena pour prendre le pouvoir…

C’Ă©tait un coup d’Ă©tat qui avait Ă©tĂ© organisĂ© par surprise sous le commandement du GĂ©nĂ©ral Idriss DĂ©by afin de ne pas Ă©veiller les soupçons du PrĂ©sident Tchadien de l’Ă©poque : HissĂšne HabrĂ©, son ancien compagnon d’armes…

Ainsi, avec l’appui de la France, le GĂ©nĂ©ral Idriss DĂ©by voulait chasser HissĂšne HabrĂ© de son pouvoir…

02bb26f8-24ce-11de-9edf-4cf8bdb26134

Armée de terre Epervier

photo_1201993046709-11-0_zoom

N’Djamena Ă©tait donc assiĂ©gĂ© par des rebelles (Goranes) qui voulaient renverser l’actuel gouvernement d’HissĂšne HabrĂ© et placer au pouvoir leur GĂ©nĂ©ral Idriss DĂ©by en tant que nouveau PrĂ©sident de la RĂ©publique Tchadienne.

****

Petite parenthĂšse :

293554_photo_1329985756697-2-0

Voici Idriss DĂ©by

Idriss Déby Itno, né en 1952 à Berdoba (au sud-est de Fada) est un homme politique Tchadien.

Le 2 dĂ©cembre 1990, avec l’appui de la France, il chasse du pouvoir son ancien compagnon d’armes HissĂšne HabrĂ© aprĂšs une pĂ©riode de lutte armĂ©e menĂ©e Ă  partir du Soudan et le remplace le 4 dĂ©cembre avec le titre de prĂ©sident du Conseil d’État.

Il est ensuite dĂ©signĂ© « PrĂ©sident de la rĂ©publique du Tchad » le 28 fĂ©vrier 1991, aprĂšs l’adoption de la Charte nationale).

c3e456b2-d595-11dc-b9e5-1a86badc46c6

****

J’en reviens donc Ă  mon histoire…

Comme tout coup d’Ă©tat Africain, ce fut la panique gĂ©nĂ©rale…

AprĂšs cet appel tĂ©lĂ©phonique, mes parents, mon frĂšre et moi, dĂ»mes prĂ©parer nos bagages et prendre l’essentiel sans trop se charger.

Ce que nous fĂźmes assez rapidement car il fallait au plus vite quitter notre maison de fonction afin de rejoindre un Ăźlot (une maison rĂ©quisitionnĂ©e sous le commandement de l’armĂ©e de Terre Française « Epervier » et qui y regroupait une petite minoritĂ© d’expatriĂ©s Français tout comme nous…)

Les bagages faits et nos 3 chats installés dans leur sacs de voyage respectifs, nous partßmes direction cet ßlot, en voiture.

Au cours de notre trajet, nous nous retrouvĂąmes subitement nez Ă  nez devant un tank de l’armĂ©e Française et je peux vous dire que la vision de cet Ă©norme engin fut trĂšs impressionnante car son canon Ă©tait tournĂ© en notre direction…

k2_black_panther_mbt

L’espace d’un instant je crus dĂ©faillir tellement j’avais peur…

Tout de mĂȘme, ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve face Ă  face devant un tank…

Et pourtant ma famille et moi en faisions l’horrible expĂ©rience.

J’en garde d’ailleurs un trĂšs mauvais souvenir…

Mis Ă  part cette mauvaise rencontre lors de notre trajet, nous trouvĂąmes enfin l’adresse de l’Ăźlot.

Une fois notre voiture garĂ©e dans le jardin de celui-çi, tout prĂšs du portail (nous n’avions pas le choix puisqu’il y avait dĂ©jĂ  un bon nombre de voitures qui Ă©taient garĂ©es en Ă©pis) ; nous dĂ©cidĂąmes de laisser nos 3 chats et nos valises Ă  l’intĂ©rieur de notre vĂ©hicule.

Mes parents dĂ©cidĂšrent de sortir nos chats de leur sacs de voyage afin qu’ils puissent se sentir plus Ă  l’aise et ouvrirent Ă©galement un petit peu les fenĂȘtres arriĂšres de la voiture afin qu’ils puissent mieux respirer.

Ensuite, tous les 4, nous rejoignĂźmes le petit groupe d’expatriĂ©s qui se trouvait dĂ©jĂ  Ă  l’intĂ©rieur de l’Ăźlot.

Une fois Ă  l’intĂ©rieur, les heures passĂšrent et passĂšrent sans que quiconque ne vienne nous sauver.

Ma famille et moi Ă©tions trĂšs inquiets car on avait l’impression d’ĂȘtre abandonnĂ©s et vraiment coupĂ©s du monde…

C’Ă©tait interminable cette attente et cela Ă©tait dĂ» en grande partie Ă  cause de la mauvaise stratĂ©gie de l’armĂ©e de terre Française et du Quai d’Orsay (le MinistĂšre des affaires Ă©trangĂšres).

****

Le temps passait irrĂ©mĂ©diablement lorsque soudain 2 goranes (des rebelles Tchadiens) armĂ©s de leur kalachnikov et muni d’un pistolet, firent irruption dans le jardin en rĂ©clamant qu’ils voulaient juste une voiture (afin de pouvoir s’enfuir de N’Djamena, selon les dires du gardien de jour Tchadien de la maison).

photo-280085-LEt malheureusement, comme notre voiture se trouvait ĂȘtre garĂ©e prĂšs du portail, vous devinez alors la suite…

Pourtant, il y avait bien un autre vĂ©hicule garĂ© tout prĂšs de notre voiture et ce, juste en face du portail et qui se trouvait ĂȘtre un 4X4 tout terrain…

Ce 4X4 Ă©tait vide, c’est Ă  dire : sans aucun bagage et qui plus est sans animaux…

Mes parents ne voulaient pas donner leur voiture pour les simples et uniques raisons qu’il y avait tous nos bagages ainsi que nos chats qui Ă©taient restĂ©s Ă  l’intĂ©rieur.

Mes parents ont tout fait pour faire entendre raison Ă  ce propriĂ©taire du 4X4 (qui Ă©tait Ă©galement le propriĂ©taire de la maison) mais celui-çi ne voulait en aucun cas donner son vĂ©hicule car il avait peur et qu’il Ă©tait tout bonnement un lĂąche…

Je me souviens encore de cet homme et pĂšre de famille qui se fichait totalement de notre sort…

Ce jour-lĂ , je me suis mĂȘme dis que c’Ă©tait un ĂȘtre immonde, Ă©goiste et totalement indigne qui aurait du alors se retrouver Ă  notre place Ă  cet instant lĂ … Oui, une situation des plus affreuses qu’il aurait du subir lui aussi…

D’ailleurs, si jamais il lisait cet article (que je souhaite), je tenais Ă  lui dire ceci :

« Vous Ă©tiez une vĂ©ritable ordure ce jour-lĂ  ! Oui une lamentable ordure ! Et vous vous Ă©tiez comportĂ© comme un lĂąche ! Comment avez-vous pu oser ne pas donner votre 4X4 rutilant Ă  ces deux Goranes ? Hein ? Pourquoi ? La rĂ©ponse est Ă©vidente. Vous ne vouliez pas donner votre voiture toute neuve ! Allez au diable ! espĂšce de sale crĂ©tin ! »

****

MalgrĂ© un dialogue sans fin à bĂątons rompus (vraiment pitoyable et grotesque) avec cet homme dĂ©nuĂ© d’intelligence et de bon sens (pour lui faire soit disant entendre raison) ; mes parents durent se rĂ©soudre au pire ; donner leur voiture car les rebelles commençaient Ă  s’impatienter.

C’est alors que mon pĂšre prit ses clefs de voiture et sortit dehors.

Ma mĂšre le suivit afin de pouvoir sauver toutes nos affaires ainsi que nos chats dans le cas ou les rebelles leur donneraient peut-ĂȘtre cette Ă©ventuelle possibilité (Ce que ma mĂšre et mon pĂšre espĂ©raient vraiment).

Mon pĂšre essaya donc d’expliquer (par des gestes) aux goranes qu’il voulait rĂ©cupĂ©rer ses valises ainsi que ses chats.

Ceux-çi ne s’y opposĂšrent pas mais ils voulaient en contrepartie, que mes parents se dĂ©pĂȘchent au plus vite afin qu’ils puissent quitter les lieux.

Vu leur excitation et leur impatience, cela se voyait qu’ils voulaient fuir au plus vite N’Djamena Ă  cause de l’arrivĂ©e des troupes du GĂ©nĂ©ral Idriss DĂ©by.

Mais lĂ  encore, mes parents n’eurent pas de chance…

En effet, mon pĂšre n’arrivait pas ouvrir la portiĂšre avant (droite) Ă  cause de la serrure qui Ă©tait dĂ©fectueuse et qui devait normalement ĂȘtre rĂ©parĂ©e dans les jours Ă  venir. C’Ă©tait vraiment pas de chance !

****

Mon pÚre dut batailler tant bien que mal avec cette satanée serrure mais heureusement, la portiÚre finit enfin par céder !

Mais c’Ă©tait sans compter sur ces rebelles qui commençaient de plus en plus Ă  s’exciter et Ă  s’Ă©nerver davantage…

L’un deux commença Ă  hurler en un dialecte incomprĂ©hensible car il pensait que mon pĂšre avait fait exprĂšs de leur faire cette ruse afin qu’ils ne puissent pas voler sa voiture.

C’Ă©tait un regrettable mauvais coup du sort qui s’acharnait une fois de plus contre nous…

De lĂ  ou je me trouvais, (derriĂšre la grande baie vitrĂ©e du salon de la maison) je pouvais voir trĂšs nettement toute la scĂšne et je peux vous dire que jamais je n’avais eu autant peur de ma vie…

C’Ă©tait horrible de voir mes parents confrontĂ©s Ă  ces sales brutes de rebelles…

Je m’imaginais le pire et je n’avais pas si tort que ça…

****

Le gorane qui n’arrĂȘtait pas de hurler et qui avait les yeux injectĂ©s de sang car il Ă©tait sans aucun doute droguĂ©, pointa subitement le canon de son pistolet dans le dos de ma mĂšre qui essayait de sauver nos 3 chats et quelques uns de nos bagages.

Si vous vous souvenez bien, mes parents avaient dĂ©cidĂ© de laisser nos chats en dehors de leurs sacs de voyage afin qu’ils puissent se sentir plus Ă  l’aise Ă  l’intĂ©rieur de notre voiture. Eh bien, heureusement qu’ils avaient eu cette idĂ©e…

Deux chats avaient pu s’Ă©chapper de la voiture grĂące Ă  ma mĂšre qui les avait libĂ©rĂ©s en dĂ©grafant leurs laisses qui Ă©taient attachĂ©es autour de leur cou et qui les empĂȘchaient littĂ©ralement de pouvoir se mouvoir et donc de s’enfuir…

Puis avec rage et dĂ©termination, elle les avait rapidement repoussĂ©s vers l’extĂ©rieur de l’habitacle afin qu’ils puissent enfin se sortir de ce piĂšge…

C’est vrai que ma mĂšre avait fait preuve de beaucoup de sang froid ce jour-lĂ  car ces deux chats auraient pu ne jamais s’en sortir si elle ne les avait pas dĂ©tachĂ©s de leurs laisses…

Minouchkaya-et-son-petit-bebe-image-petite

Voici Minouchkaya (Vous savez, celle que j’avais sauvĂ©e in extrĂ©mis en GuinĂ©e Ă  Conakry)

Et donc, une fois délivrés, nos deux chats se mirent à courir trÚs vite vers les buissons du jardin, tellement ils étaient effrayés.

Toujours avec autant de sans-froid, ma mĂšre essaya de sauver tant bien que mal mon chaton blanc « Snoopy » qui s’Ă©tait cachĂ© sous le siĂšge avant du vĂ©hicule tellement il avait eu peur des Goranes mais hĂ©las, elle ne parvint pas Ă  le dĂ©livrer car il Ă©tait Ă©galement prisonnier de sa laisse qui l’empĂȘchait de pouvoir se mouvoir et donc de s’enfuir de cet enfer.

MON PETIT SNOOPYNO

Voici mon petit Snoopy…

Mais Ă  ce moment lĂ , ma mĂšre ne se doutait pas une seule seconde que le Gorane droguĂ©, la visait dans le dos avec son arme Ă  feu…

C’est alors que mon pĂšre qui avait observĂ© les intentions de ce gorane fit un geste hĂ©roique…

Sans plus attendre, il tapa trĂšs fort sur le canon de la kalachnikov afin de rabaisser l’arme au sol et de dĂ©tourner la trajectoire de la balle. Le canon se rabattit violemment contre le sol au mĂȘme moment oĂč ce gorane (droguĂ©) avait appuyĂ© sur la gĂąchette.

Soudain, j’entendis une dĂ©flagration. Un bruit terrible et affreux, me laissant paralysĂ©e sur place…

La balle tirĂ©e de la kalachnikov venait de tomber au sol. Cette ordure de rebelle avait manquĂ© son sale coup…

Par son geste, mon pĂšre avait sauvĂ© la vie de ma mĂšre…

Mais hélas, il fut légÚrement blessé au niveau du ventre car la chaleur du bout du canon de la kalachnikov avait littéralement transpercée sa chemise et donc égratigné au passage sa peau, faisant apparaßtre au bout de quelques instants, une petite auréole de sang qui maculait sa chemise.

****

En voyant cette scĂšne, je dĂ©cidai de sortir de la maison car j’Ă©tais affolĂ©e et trĂšs inquiĂšte.

Je sortis donc de la maison en courant...

Mais heureusement, une des personnes qui se trouvait Ă  l’intĂ©rieur stoppa ma course en me saisissant par la taille.

L’homme me plaqua contre lui et me dit tout doucement qu’il ne fallait plus que je fasse aucun geste…

En me stoppant dans ma course, j’eu le souffle coupĂ© et ne pu m’empĂȘcher de pleurer (pas Ă  cause de la douleur mais par le fait que j’Ă©tais morte d’inquiĂ©tude pour mes parents).

Le geste de ce monsieur m’avait tout simplement sauvĂ© la vie car Ă  ce moment lĂ , le deuxiĂšme gorane me visait de loin avec sa kalachnikov…

Mon petit frĂšre qui se trouvait Ă  l’intĂ©rieur de la maison Ă©tait trĂšs angoissĂ© car il venait de voir toute la scĂšne.

****

Je regardais mes parents au loin et je me disais que c’Ă©tait la fin du monde…

Le Gorane qui m’avait visĂ©, attrapa brusquement le bras de son acolyte… Je crois bien qu’il essayait de le rĂ©sonner.

La situation les Ă©chappait.

Et c’Ă©tait une certitude, mes parents ne pourraient pas sauver l’intĂ©gralitĂ© de leurs affaires, restĂ©es dans le coffre de leur voiture. 

D’ailleurs, l’instant d’aprĂšs, les goranes se prĂ©cipitĂšrent Ă  l’intĂ©rieur du vĂ©hicule et s’enfuyĂšrent en roulant Ă  grande vitesse, ne laissant apparaĂźtre derriĂšre eux, qu’un Ă©pais nuage de poussiĂšre de terre rouge…

****

Ma mĂšre Ă©tait sous le choc ainsi que mon pĂšre…

Ils Ă©taient dĂ©semparĂ©s et perdus… Nous avions absolument tout perdu…

Nous n’avions plus aucun bagage (les bijoux en or de ma mĂšre qui Ă©taient des souvenirs de Madagascar et d’Afrique se trouvaient dans une de nos valises et ce fut un vĂ©ritable crĂšve-coeur pour elle de savoir que ses biens les plus prĂ©cieux furent entre les mains d’immondes salopards).

Mais dans ce terrible malheur, nous avions la chance d’avoir toujours nos deux chats qui avaient pu ĂȘtre sauvĂ©s grĂące Ă  Maman…

HĂ©las, ce ne fut pas le cas de mon chaton (que j’aimais tant) « Snoopy » qui Ă©tait restĂ© coincĂ© sous le siĂšge avant, cĂŽtĂ© conducteur de notre voiture…

J’imagine que ces ordures ont du l’abattre en le faisant souffrir (je ne sais de quelle maniĂšre mais jusqu’Ă  aujourd’hui je prĂ©fĂšre ne pas trop y penser) vu que c’Ă©taient des sanguinaires !

****

Mais ce que j’ai retenu le plus de cette atroce journĂ©e dont je ne cesserai jamais de me la remĂ©morer avec beaucoup d’Ă©motion et de tristesse ; c’est que nous avions frĂŽlĂ© la mort de trĂšs prĂšs et que dans cet infernal chaos, nous avions eu l’immense chance de pouvoir rester en vie tous les 4…

Cela aurait pu mal se terminer mais je remercie encore le ciel d’avoir Ă©pargnĂ© nos vies… Qu’il ne soit rien arrivĂ© Ă  ma mĂšre, ni Ă  mon pĂšre (juste une lĂ©gĂšre blessure due Ă  la brĂ»lure de la chaleur du canon de la Kalachnikov) et ni Ă  mon petit frĂšre !

Certes, on nous avait volĂ© tous nos souvenirs de Madagascar et d’Afrique ainsi que nos biens les plus prĂ©cieux ; sans oublier la perte de mon chaton mais dans tout ce drame, nous Ă©tions encore en vie et c’est ce qui est l’essentiel Ă  retenir finalement…

****

En conclusion de mon histoire, je terminerai mon récit en vous disant ceci :

« La vie est ce qu’il y a de plus beau et de plus important sur cette terre… Elle n’a pas de prix… Elle est trĂšs prĂ©cieuse et plus que jamais, elle vaut d’ĂȘtre vĂ©cue…