Étiquette : végétation

La dernière danse de la lune : Chapitre 4 : La faille

la derniere danse de la lune

 

« Oups ! ça devait arriver ! Attendez je vais en allumer une autre » s’empressa de dire Tamara.

En effet, les bougies n’avaient eu de cesse de se consumer et on voyait à présent un amas de cire blanche biscornu qui s’était formé sur chacun des deux socles.

C’était le témoignage du temps qui avait passé se dit Elisa en regardant Tamara qui était déjà en train d’allumer la mèche d’une autre bougie à l’aide de son fameux briquet provenant de l’Hôtel Paradise Beach.

Elle venait de prendre une autre bougie à l’intérieur d’un des tiroirs du bas de l’armoire et avait bien précisé qu’il y en avait encore tout un stock entier et que si jamais l’une d’elles venait à nouveau à s’éteindre, elles n’auraient aucun souci à se faire de ce côté là.

« Tant mieux ! » s’était dit Elisa dans son for intérieur car les bougies lui procuraient un certain réconfort qu’elle n’était pas encore prête à voir disparaître et surtout pas en cette longue nuit interminable.

Elle aimait bien sentir cette odeur de bougie qui brûle. Cette effluve si particulière qui envahissait toute la pièce, lui rappelant de lointains souvenirs de son enfance.

Oui, de biens jolis instants qu’elle aurait bien aimé pouvoir un jour raconter à l’homme de sa vie ainsi qu’à ses futurs enfants car elle comptait bien se sortir de cette impasse…

A force d’attendre dans cette cabane, elle avait retrouvé en elle un nouvel espoir ; sans doute grâce à la présence de Tamara qui avait réussi à détendre l’atmosphère par ses multiples et diverses questions.

Et plus que jamais, elle voulait retourner à sa vie d’avant et vivre sa continuité.

En tous les cas, il était hors de question que son destin ne se termine de manière tragique et qui plus est dans une île perdue, éloignée de tout.

Non, pas question ! et même si cet individu était là, tapi quelque part dans le noir de cette forêt lugubre, elle était fermement décidée à tout faire pour déjouer ses pièges car elle avait en elle cette rage de vivre !
Et même si le pire devait arriver, elle ne flancherait pas car son maître mot était inlassablement le même « VIVRE ».

« Vivre ou survivre » se dit-elle tout en regardant les deux longues flammes des bougies qui dansaient gaiement au moindre mouvement de l’air, faisant apparaître leurs ombres chinoises démesurées sur un pan du mur en bois de la cabane.

****

21H00. A l’intérieur de la cabane, les deux jeunes femmes tuaient le temps en discutant de tout et de rien.

Soudain, le hululement strident d’une chouette vint troubler leurs conversations.

Et à en juger le son qui était tout proche, le rapace nocturne devait probablement se trouver non loin de la cabane, juché sur une des branches des nombreux arbres qui l’entouraient.

C’était bien la première fois qu’Elisa entendait ce type de son en direct. Biensûr, comme tout le monde elle l’avait déjà entendu à la télévision, dans certains films d’angoisse mais de là à l’entendre d’aussi près et si clairement, c’était totalement différent.

Dans d’autres circonstances, sa curiosité l’aurait emportée et elle n’aurait pas hésité une seule seconde à sortir dehors et ce, même en pleine nuit pour aller voir la fameuse chouette ou le hibou.

Tiens, c’est vrai ça ! se demanda t-elle subitement. S’agissait-il d’une chouette ou d’un hibou ? Elle n’avait jamais su les distinguer tant ils se ressemblaient beaucoup en apparence. Pourtant, en regardant un jour un documentaire télévisé sur ces étranges oiseaux, elle avait appris qu’on pouvait les reconnaître grâce à la spécificité de leur tête.

En effet, le hibou avait de petites touffes de plumes de chaque côté de celle-çi que l’on appelait « aigrettes » tandis que la chouette n’avait rien de semblable.
Elisa se massa la tempe droite. Comment pouvait-elle songer à ce documentaire à l’heure actuelle ?

Soudain, comme pour la rappeler à l’ordre, le rapace nocturne se mit à nouveau à hululer.

Nerveusement, elle se mordit la lèvre inférieure pendant que Tamara, elle de son côté, semblait être la recherche du fameux cri d’oiseau, en tournant lentement sa tête de gauche à droite.
Elisa ferma les paupières pour humecter ses yeux tellement ils étaient secs et les rouvrit presque aussitôt lorsqu’elle entendit une troisième fois le hululement strident de la chouette.

D’un geste machinal, elle regarda sa montre : il était exactement 21H30.

On aurait dit que le temps faisait exprès de se rallonger se dit-elle tout en se mordillant l’ongle de son pouce droit. Elle commençait sérieusement à en avoir marre de cette attente interminable et souhaitait déjà être au lendemain.

« Vous entendez la chouette qui hulule ? » dit subitement Tamara en la fixant de ses grands yeux noirs brillants.

« Oui » répondit Elisa.

« J’ai toujours trouvé cet oiseau fascinant »

« Fascinant ? et en quoi ? »

« Eh bien, déjà il est nocturne, un peu comme la chauve-souris et il ne chasse que la nuit. Ensuite, j’aime bien lorsqu’il hulule. Je ne sais pas pourquoi mais je trouve que ces oiseaux ont un côté mystérieux. En fin de compte, ce sont des solitaires. Par contre, je n’ai jamais su différencier la chouette du hibou. Et vous ? Vous connaissez leurs différences ? »

Elisa n’avait pas trop envie d’aborder le sujet de ces volatiles qui contrairement à Tamara, ne les trouvait pas autant fascinants que ça, alors pour couper court à la conversation, elle lui répondit :

« Non, je n’en sais rien du tout »

« Vous semblez agacée Elisa. A moins que je ne me trompe ? » dit-elle en la scrutant avec un petit sourire en coin.

« Oui désolée, je suis un peu énervée par le temps qui passe mais ne faites pas attention à mon humeur, c’est passager »

« Vous en avez marre d’attendre ? » questionna Tamara en accentuant davantage son demi-sourire qui semblait moqueur.

« Oui. J’aurais préféré qu’il fasse déjà jour. C’est tellement insupportable d’attendre comme ça »

« Pour combien de temps déjà deviez vous séjourner dans cette île ? » demanda Tamara en lissant sa longue queue de cheval brune.

« Justement, c’est pourquoi je suis tant impatiente. Je ne devais rester ici que deux jours et une nuit. Normalement, demain après-midi j’étais censée quitter Diamond dans les alentours de 15H00 »

« Mais c’est une bonne nouvelle ça ! s’écria Tamara dans un large sourire.

« Oui, c’est vrai. Mais je trouve que c’est encore trop loin »

« Oui, certes. Mais lorsqu’ils s’aperçevront que vous ne reviendrez toujours pas ; enfin je veux parler de l’hôtel où vous séjourniez. Je suis certaine qu’ils enverront des secours. Vous ne pensez pas ? »

Elisa n’avait eu de cesse de penser déjà à ce scénario mais le temps semblait se rallonger avant d’en arriver à un tel cas de figure.

« Oui, vous avez sans doute raison » dit-elle. « De plus, je dois obligatoirement figurée dans leurs registres ainsi que dans leurs bases de données informatiques »

« Eh oui ! » s’empressa de rajouter Tamara. « Il faut donc toujours garder espoir et se dire que ça aboutira forcément dans ce sens. Ils viendront donc nous chercher ! »

« Et nous quitterons enfin cet endroit de malheur ! » s’exclama Elisa en tapant du poing sur la table.

« Exactement ! » renchérit Tamara en souriant. « Vous voyez bien. Tout finira par s’arranger »

« J’aimerais tant revoir ma famille. Mes chers parents » dit Elisa en soupirant.

« En ce qui vous concerne, l’avenir est devant vous ma chère Elisa. Vous avez de la chance d’avoir une famille qui attendra votre retour. Moi, je ne sais pas ce que je deviendrai. Je n’ai aucune famille. J’ai perdu mon mari. On venait à peine de se marier. A croire que cela ne devait pas durer… » dit-elle mélancoliquement.

C’était un fait indéniable, le retour de Tamara à Epicéa serait bien différent du sien. Sa situation était beaucoup plus à plaindre…

« Je suis vraiment désolée Tamara »

« Non c’est moi. Je ne devrais pas parler comme ça. Ce n’est pas de votre faute. C’est juste que je suis devenue amère » dit-elle, les yeux dans le vague, en regardant les flammes danser avec frénésie.

Subitement, Tamara venait de changer de comportement et semblait ailleurs comme si elle était perdue dans de lointains souvenirs si bien qu’Elisa se demanda si elle n’avait pas commis une maladresse en lui faisant part de son souhait de revoir sa famille.

Tamara avait perdu l’homme de sa vie et vu la manière touchante dont elle en avait parlé lors de leurs nombreuses conversations ; il était certain qu’elle resterait longtemps inconsolable. En plus, selon ses dires, elle n’avait plus aucune famille pour l’aider lorsqu’elle reviendrait à Epicéa. Elisa voulut la questionner à ce sujet.

« Tamara ? ça va aller ? » demanda t-elle avec inquiétude.

« Oui ça ira Elisa. C’est juste un petit passage à vide »

« Vous m’avez dit tout à l’heure que vous n’aviez plus de famille. Je me demandais si vous vouliez un peu en parler. A moins que… »

« Non, ça ne me dérange pas d’en parler. J’ai perdu mes parents lorsque j’avais 25 ans. Ils sont morts dans un grave accident de voiture. J’étais leur seule enfant et ils n’avaient aucun liens familiaux de leurs côtés. Heureusement, lorsque ce drame était arrivé, j’étais déjà indépendante et j’habitais dans un petit appartement du centre-ville avec un travail bien rémunéré alors ce ne fut pas si difficile pour moi de m’en sortir toute seule question finances. Par contre, j’étais rongée de l’intérieur à cause de leur disparition si brutale et longtemps j’étais restée inconsolable. Et à un tel point que je fus obligée d’aller voir une psychologue 6 mois après leur mort »

« Oh ! je suis vraiment navrée Tamara. La perte tragique de vos parents. Toute cette souffrance. Vous avez dû vivre un véritable calvaire. Et maintenant la mort de votre mari. Je suis tellement confuse. Vous auriez dû m’en parler avant… »

« Non, je n’aurais pas pu vous en parler avant Elisa. Je préfère bien mieux le faire maintenant. Je vous fais beaucoup plus confiance. C’est pourquoi j’ose me dévoiler davantage »

« Je comprends. Vous n’avez pas eu une vie facile… »

« Détrompez-vous. Deux ans après la mort de mes parents, je rencontrais Juanes, l’homme de ma vie. Puis vous connaissez la suite… »

« Mais lorsque vous avez rencontré votre mari, il n’avait pas de famille, lui non plus ?

« Mais si, il en avait une. Ses parents étaient si charmants et si gentils. Je me rappelle encore d’eux, lorsqu’ils m’avaient invitée dans leur grande et si belle maison à Epicéa. Ils m’appréciaient beaucoup vous savez et ils me considéraient comme leur fille. Mais hélas, quelques mois plus tard, le père de Juanes mourut brusquement d’une crise cardiaque. Juanes était effondré mais heureusement que j’étais là pour le soutenir. Puis vint le jour le plus important de ma vie : notre beau mariage du 15 décembre de l’année dernière. La mère de Juanes était présente lors de la cérémonie mais elle était déjà très malade. Quelques semaines après, elle mourut d’un cancer de la gorge. Mais avant de mourir, elle m’avait confié que son souhait avait été exaucé : celui d’avoir pu assister au mariage de son unique enfant et qui plus est avec une femme telle que moi car elle me disait souvent que son fils avait enfin trouvé la perle rare. Je n’oublierai jamais ces paroles qu’elle m’avait adressées avant de s’éteindre. Ce fut pour moi, l’un des plus beaux témoignages d’amour qu’elle ait pu me faire » dit-elle d’un air triste en étant accoudée sur la table, sa joue droite reposant dans le creux de sa main.

Quelques secondes après, elle ajouta dans un profond soupir :

« Ah oui ! et j’allais oublier de vous dire aussi que les parents de mon mari n’avaient pas de liens familiaux tout comme les miens »

« C’est vraiment triste tout ce que vous venez de me raconter Tamara… »

« Oui c’est vrai. Mais que voulez-vous ? C’était mon destin de ne jamais être heureuse bien longtemps. Par contre, je n’aurais jamais cru qu’on m’aurait arraché le coeur en tuant mon mari alors que nous étions en voyage de noces. Il était tellement tout pour moi. J’avais vécu de si belles choses avec lui. Mais là encore, cela ne devait pas durer. Je pense que je dois être maudite par ce fichu destin » dit-elle en ayant peu à peu les yeux qui s’embuèrent de larmes.

« Je suis tellement désolée Tamara. Vous n’êtes pas maudite. Il ne faut pas que vous pensiez ça »

« Pourtant, c’est ce qu… »

Tamara ne pu terminer sa phrase. A présent, les larmes coulaient abondamment sur ses joues sans qu’elles puissent les arrêter.

Elisa était impuissante face à son immense chagrin. Elle la regardait avec beaucoup de compassion ne sachant quoi lui dire pour pouvoir soulager sa peine. Cette femme avait vécu tellement de drames dans sa vie. Et maintenant, l’assassinat de son mari. Plus d’une personne aurait sombrer à sa place…

Comment aider une personne dans le désarroi qui a tout perdu dans sa vie ? Quel espoir lui redonner ? Elisa hésita un instant puis se lança :

« Vous savez, c’est normal ce que vous ressentez. Vous avez le contrecoup à présent. Mais n’oubliez pas que nous sommes devenues amies. Et dès que nous serons de retour à Epicéa, croyez-moi, vous ne serez pas seule. Je serais là pour vous »

Tamara releva la tête et regarda Elisa. Ses grands yeux noirs en amande étaient rougi à force d’avoir pleuré. Elle essuya ses larmes avec le dos de sa main.

« Vous serez là pour moi ? » dit-elle la voix un peu enrouée.

« Oui. Et c’est tout à fait normal. Nous sommes amies maintenant et je vous aiderai »

« Merci Elisa. Vous êtes si gentille avec moi »

« Et je vous le répète encore. Vous ne serez pas seule. Je vous le promets » dit Elisa dans un large sourire afin de lui remonter le moral.

A présent, Tamara semblait un peu plus apaisée alors Elisa en profita pour changer de sujet.

« Heu…Je saute un peu du coq à l’âne mais n’auriez-vous pas une petite faim ? ça pourrait peut-être vous faire du bien de manger quelque-chose. Il me reste encore quelques pains aux raisins dans mon sac, si vous voulez »

« Oui je veux bien, merci » dit Tamara en se frottant les yeux. « Auriez-vous aussi un peu d’eau ? Je ne sais pas pourquoi mais j’ai la gorge très sèche » ajouta t-elle.

« Oui, attendez. Je vais chercher tout ça dans mon sac »

Elisa se leva de table et commença à fouiller à l’intérieur de son sac de plage qui reposait sur le plancher, juste en dessous de la petite fenêtre à un ventail.

Quelques secondes après, elle revint et déposa sur la table le paquet de petits pains aux raisins entamé. Avant de se rasseoir, elle tendit à Tamara la canette de jus d’orange Minute Maid qu’elle avait jusqu’alors, bien conservée dans son sac.

« Tenez, j’ai cette canette de jus d’orange si vous voulez, sauf qu’elle est chaude maintenant. On pourrait se la partager. ça nous donnerait un peu de tonus. A moins que vous préférez boire de l’eau pour accompagner vos pains aux raisins ? »

« Vous aviez cette canette de jus d’orange dans votre sac ? » s’exclama Tamara quelque peu interloquée. « Wahou ! J’avoue que vous m’impressionnez vraiment Elisa ! Eh bien ce sera avec grand plaisir que je boirai ce jus d’orange avec vous. Et peu importe qu’il soit chaud ! En tout cas, je vois que vous avez beaucoup de choses intéressantes à l’intérieur de votre sac de plage. C’est une vraie mine d’or ! »

Soudain, elle se mit à rire aux éclats. Elle essaya tant bien que mal de se contrôler en plaquant sa main droite sur la bouche afin d’étouffer son rire nerveux mais n’y arriva pas. Il devenait de plus en plus tonitruant et filtrait aisément à travers ses doigts.

« Ah ! Ah ! Ah ! » pouffa t-elle sans pouvoir s’arrêter. « Excusez-moi Ah ! Ah ! Ah ! Elisa ! Ah ! Ah ! Mais je dois bien…Hi Hi…avouer que…Ah ! Ah! Ah !… »

Le rire de Tamara était très communicatif alors Elisa n’y résista pas plus longtemps et commença à rire à son tour. Elle se surprit même à s’amuser de la situation en imitant la voix d’une personne très snob.

« Que voulez-vous ma chère. J’ai absolument tout dans mon sac. Une vraie caverne d’Ali Baba.D’ailleurs, il est assez lourd et quelque peu encombrant mais il est vraiment indispensable ! Si, si, je vous assure. Je dirais même que c’est un sac essentiel qu’il faudrait toujours avoir avec soi » dit-elle d’une voix moqueuse et enjouée.

Sur sa chaise, Tamara continuait toujours à se tordre de rire, en se tenant le ventre et en pointant du doigt le fameux sac qui la rendait si hilare.

Elisa riait également. Elle relâchait enfin la pression et cela lui faisait le plus grand bien.

Il est vrai que c’était une chose qu’elle n’avait plus jamais fait depuis un certain temps. Depuis qu’elle était tombée sur Tamara…

****

22H30. Il faisait nuit noire dans la forêt de Diamond et l’apparition d’un petit vent frais fit frémir les feuilles des hauts arbres environnants.

La chouette qui était juchée sur la plus haute des branches de l’un d’eux, tourna la tête en direction de la cabane puis secoua ses ailes un instant avant de rester totalement immobile, les paupières closes.

Pendant ce temps là, à l’intérieur de la cabane, les deux jeunes femmes ne dormaient toujours pas. Sans doute dû à la vitamine C du jus d’orange qu’elles venaient de boire goulûment il y a à peine une heure et ce, jusqu’à la dernière goutte.

Elisa soupira fortement. C’était une véritable torture d’attendre inlassablement. Oui une vraie goutte chinoise qui commençait à lui vriller à nouveau le cerveau.

Rire, lui avait fait peut-être le plus grand bien tout à l’heure mais à présent, la ritournelle de l’attente interminable faisait à nouveau son apparition, la tuant à petit feu.

Soudain, Tamara brisa le silence tel un couperet.

« J’ai une envie pressante » annonça t-elle. « Il faut absolument que j’aille au petit coin »

Elisa fronça les sourcils et fut prise de panique à l’idée de devoir réouvrir la porte de la cabane. Finalement, elle regrettait déjà de s’être plainte de l’attente interminable.

« Mais il fait nuit noire dehors ! » s’écria t-elle sur le ton de la défensive. « Comment allez-vous faire ? Et le cinglé qui est peut-être là à nous observer et à attendre justement qu’on lui ouvre la porte »

« Je le sais bien Elisa. Mais je ne pourrais vraiment pas attendre. Je dois absolument y aller… »

« Mais vous ne pouvez pas aller dehors. Ce ne serait vraiment pas prudent. Ni pour vous, ni pour moi » rétorqua t-elle. « Attendez, il doit sûrement y avoir un seau où v… »

« Non ! » coupa brutalement Tamara. Il n’y a aucun seau ici et pas même à l’intérieur de cette armoire. Et je sais de quoi je parle »

« Ok ! ne vous énervez pas ! » dit Elisa un peu surprise par le ton que venait d’employer Tamara.

« Désolée Elisa » dit-elle en se radoucissant aussitôt.

« C’est rien. De toute façon, ce genre de désagrément nous serait tôt où tard arrivé, n’est-ce pas ? »

« Oui. De toute façon je ne pourrais jamais me retenir et faire ça ici. Jusqu’à présent, on s’en est plutôt bien sorti vous et moi. Alors voilà. Ecoutez-moi bien. Dehors, il y a une cabine de toilette qui se trouve juste derrière la deuxième cabane et qui peut se fermer à clef. Il suffit que j’y aille vite en faisant attention puis je reviendrai sans tarder. Je suis certaine que j’y arriverai »

Elisa était perplexe mais finit par acquiescer.

« Ne vous inquiétez pas Elisa. Tout ira bien »

« Mais alors, il faudrait vous munir de quelque-chose pour pouvoir vous défendre au cas où cet individu serait dans les parages ! » ajouta t-elle.

« Oui vous avez raison. Attendez que je réfléchisse »

Tamara regarda autour d’elle puis s’attarda sur le balai brosse qui était appuyé contre le mur de gauche de la cabane.

« Voilà ! j’ai trouvé ce qui pourrait convenir » s’exclama t-elle. « Je dévisserai le manche de ce balai brosse et comme ça le tour sera joué. Il deviendra alors une arme pour pouvoir me défendre si jamais l’autre cinglé voulait m’attaquer »

****

Quelques minutes plus tard, Tamara détenait un manche à balai qui ferait office d’arme si jamais Philippo venait l’agresser au moment où elle se retrouverait dehors.

« Vous pensez que ça suffira ? » dit Elisa à nouveau perplexe.

« Oui, ça ira. Le manche a l’air très costaud. C’est du solide ! Il est en bois. Par contre il me faudrait votre lampe de poche sinon je n’y verrai strictement rien dans le noir »

L’espace d’un instant, Elisa hésita à lui prêter sa lampe de poche mais se dit que Tamara en aurait bien plus besoin qu’elle surtout dans cette forêt lugubre…

Sans plus attendre, elle se précipita pour aller la chercher à l’intérieur de son sac.

Tout en fouillant dans ses affaires, elle aperçut au fond du sac, le mouchoir en tissu fleuri qui dissimulait à l’intérieur, le fameux couteau Suisse que son père lui avait offert pour son anniversaire.

En une fraction de seconde, elle fut tentée de le dire à Tamara mais se ravisa aussitôt.

En effet, en lui donnant sa lampe de poche, il fallait bien qu’elle ait au moins avec elle de quoi se défendre si jamais elle aurait un éventuel problème durant son absence. En réfléchissant à ce cas de figure, Elisa préféra donc se taire et cacher l’existence de son arme à Tamara même si au fond d’elle, elle savait que ce n’était pas très honnête de sa part…

Vite, elle prit alors la lampe de poche puis referma le clip de son sac.

« Tenez, prenez ma lampe de poche Tamara ! et surtout ne tardez pas pour revenir »

« Oui, je ferai vite ! Ne vous en faites pas ! Et surtout, il faudra bien refermer la porte à clef derrière moi lorsque je sortirai »

« Oui, compris » dit Elisa avec contrariété.

Tamara était en train de refaire sa queue de cheval tout en souriant à Elisa.

« Je vois bien que vous êtes très inquiète Elisa mais je reviendrai » dit-elle en terminant de nouer sa longue chevelure brune. « Vous savez, je ne suis pas une personne qui se laissera faire si jamais cette ordure s’en prenait à moi. Je me battrai, croyez-moi ! »

« Oui, je le sais bien mais… » balbutia Elisa en se tenant nerveusement les deux mains.

« Tout se passera bien. Faites moi confiance » ajouta t-elle d’un ton rassurant.

Subitement Elisa réalisa qu’elle allait se retrouver toute seule ici. Et si jamais le tueur s’en prenait à Tamara. Mon Dieu, elle s’en voudrait de ne pas lui avoir dit qu’elle détenait une arme à l’intérieur de son sac.

Soudain, elle eut honte de son comportement…

Pourtant, elle avait encore la possibilité de se rattraper mais les mots ne sortirent pas de sa bouche au moment où Tamara lui tournait déjà le dos en marchant d’un pas décidé vers la porte…

****

Tamara se tenait à présent devant la porte d’entrée, armée de son manche à balai à la main droite et munie de la lampe de poche d’Elisa à la main gauche.

« Ouvrez-moi s’il vous plaît ! Allez ! J’y vais maintenant Elisa ! Et surtout fermez bien la porte derrière moi ! »

Lorsqu’Elisa lui ouvrit la porte, il faisait tellement nuit noire dehors que c’était pratiquement impossible de distinguer quoi que ce soit mais dès lors où Tamara enclencha la lampe de poche, tout le devant de l’épaisse forêt fut si bien éclairée, qu’on pouvait aperçevoir les branchages des hauts arbres se pencher machiavéliquement vers l’avant de la cabane, telles de grandes griffes acérées, rendant encore plus terrifiante la végétation qui les entourait.

Tamara se retourna et lui jeta un bref regard accompagné d’un petit sourire qui voulait dire qu’elle reviendrait au plus vite.

La lourde porte en bois se referma alors derrière elle, laissant place à un vent léger et froid qui vint s’engouffrer sournoisement à l’intérieur de la cabane et à travers le fin tissu de la tunique que portait Elisa, la faisant aussitôt frissonner de tout son corps.

Vite, sans plus attendre elle tourna deux tours de clef dans la serrure et resta debout figée à regarder fixement la porte d’entrée.

Pourvu que tout aille bien se dit-elle avec beaucoup d’anxiété, tout en froissant avec nervosité le pan de sa tunique…

****

La dernière danse de la lune : Chapitre 2 : La forêt de Diamond

la derniere danse de la lune

 

A l’orée de la forêt de Diamond : 14H10.

Elisa regarda une dernière fois derrière elle. Elle posa ses yeux sur le sable si blanc puis les attarda sur le ciel d’un bleu intense parsemé de quelques nuages. Il faisait tellement beau ! On aurait dit un jour ordinaire. Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, elle se promenait tranquillement sur cette plage en chantonnant son air préféré sans s’imaginer un seul instant que tout ce merveilleux rêve se transformerait en un horrible cauchemar. C’était presque irréaliste et insensé.

Un bref instant elle eut une pensée pour ses parents en regardant la progression de deux gros nuages blancs qui se suivaient l’un derrière l’autre. Se pourrait-il qu’elle ne s’en sorte pas et qu’elle ne les reverrait plus jamais ? Cette idée la fit frémir. Pourtant, il ne fallait pas qu’elle baisse les bras mais alors quel serait son destin ici à Diamond ?

Soudain elle trouva que le nom de cette île était ironique. Son séjour ici n’avait rien d’éclatant ni de lumineux, bien au contraire. Mais alors, quel en serait le dénouement ? La noirceur ou la lumière ? Elisa l’ignorait encore…

A contre coeur, elle détourna son regard de cette si jolie plage puis avec force et détermination suivit Tamara sans davantage se poser de questions.

****

Toutes les deux venaient de pénétrer dans les profondeurs de la jungle de « Diamond » qui paraissait être inhospitalière tant il y faisait sombre.
Impénétrable, infranchissable et épaisse : tels fut les adjectifs péjoratifs qu’Elisa eut en tête lorsqu’elle se retrouva au coeur de cet enfer verdoyant qui était envahi de lianes et de toutes sortes de végétations luxuriantes.

Il faisait si chaud et lourd que l’air était suffocant, presque irrespirable si bien qu’Elisa commençait à beaucoup transpirer et que sa tunique certes très légère lui collait déjà à la peau. Quelle sensation désagréable que de se sentir toute poisseuse ! se dit-elle en pestant.

Quelques moustiques virulents venaient de lui piquer les bras et les jambes et n’avaient de cesse de lui tournoyer tout autour en faisant de perpétuels bruits de « bzz » aigus à ses oreilles ; ce qui devenait de plus en plus horripilant.
Elle tentait à chaque fois de les chasser de la main mais en vain, ils revenaient toujours…

Décidément rien n’allait sur cette île !

Depuis qu’elle marchait dans cette forêt, elle avait l’impression que le poids de son sac avait augmenté de volume alors qu’il n’en était rien.

Le frottement de la bandoulière en nylon lui lacérait littéralement l’épaule droite lui causant d’affreuses douleurs qui l’épuisaient mais elle tenait bon car il était hors de question qu’elle abandonna son sac. Il y avait à l’intérieur bien trop de choses importantes qui lui seraient sans doute indispensables pour la suite des évènements alors elle se devait d’être courageuse et de ne surtout pas baisser les bras.

Oui, elle détestait au plus haut point cette forêt car elle s’y sentait oppressée et mal à l’aise mais hélas elle n’avait pas d’autre choix que d’avançer sans se plaindre.

Cela faisait déjà un certain temps qu’elle et Tamara marchaient inlassablement et pourtant elles n’avaient toujours pas atteint leur objectif : celui de se rendre à la fameuse cabane.

Il était 14H45.

****

Par certains endroits, il y avait des raies de lumières qui filtraient à travers les branchages des hauts arbres, rendant une ambiance un peu plus rassurante à ce lieu qui n’était guère accueillant.

Mais malgré ces rares éclaboussures lumineuses, Elisa trouvait encore que cette forêt était bien trop sombre et elle regrettait déjà d’avoir quitté la plage.

De temps à autre, le silence de la jungle était troublé par le bruissement des feuilles, le craquement des branches sous leurs pas ainsi que par toutes sortes de bruits d’animaux : cris d’oiseaux, coassements d’amphibiens, insectes volants, ect..

Soudain Elisa sentit le chatouillement de quelque chose qui venait de se coller sur son avant-bras gauche.

En regardant d’un peu plus près, elle constata que c’était une toile d’araignée alors d’un revers de main et à plusieurs reprises, elle essaya tant bien que mal de retirer les fils de soie qui étaient à la fois très résistants et fortement élastiques.

Lorsqu’elle y arriva enfin et qu’elle pensait en avoir fini avec cette malencontreuse rencontre, subitement elle aperçut une grande araignée noire à la forme allongée avec de très longues pattes en train de descendre de son fil provenant d’une immense toile circulaire qui devait bien atteindre dans les 2m de diamètre. La toile ressemblait à s’y méprendre à un hamac.

En voyant l’araignée qui pendait toujours sur son fil, Elisa ne pu s’empêcher de pousser un petit cri d’effroi puis un second lorsque celle-çi tomba juste à ses pieds. Pour éviter qu’elle ne lui grimpa dessus, elle eut un mouvement de recul puis s’écria avec dégoût « Quelle horreur ! »

Elisa connaissait bien cette espèce d’araignée qu’elle avait déjà vu dans le jardin de sa maison à Antinéa et dont elle en avait une peur bleue. C’était une Néphile dorée. Une araignée qui était certes passive et inoffensive mais dont la morsure pouvait être douloureuse.

Et dire qu’elle aurait pu me tomber dessus ! se dit-elle dans son for intérieur mais heureusement il y eut plus de peur que de mal.
Alertée par les cris d’Elisa, Tamara venait de se retourner et lui demanda avec inquiétude :

« Que se passe t-il Elisa ? »

« Désolée, je suis tombée sur une araignée et j’ai eu peur. Mais tout va bien à présent »

Entre-temps, la Nephile dorée s’était éloignée en courant à toutes pattes vers un immense arbre entouré de lianes et venait de totalement disparaître sous des feuillages.
Après ce petit incident, les deux jeunes femmes continuèrent leur ascension vers le sommet de la montagne.

Il était 15H10.

****

Elisa se demandait encore si elles avaient eu raison de pénétrer dans cette forêt. Et si tout cela les menait au contraire vers le tueur ?
De plus, la situation ne ferait qu’empirer avec la tombée de la nuit ; ce qui ne la rassura pas du tout et amplifia davantage sa peur.

Elle regarda devant elle, la longue queue de cheval noire qui se balançait de droite à gauche.
Tamara marchait d’un pas décidé et ne semblait pas autant perturbée qu’elle. Elle suivait son chemin et rien ne semblait pouvoir l’arrêter.

D’ailleurs, pas une seule fois, mis à part l’épisode de l’araignée, elle ne s’était retournée pour lui demander si tout allait bien.
Etrange jeune femme se dit-elle mais elle ne pouvait pas non plus lui porter un jugement trop hâtif étant donné qu’elle venait de perdre son mari dans d’affreuses circonstances.

Elisa était exténuée et commençait à entendre les gargouillis de son estomac. Elle avait très faim. Et dire que pour le repas de ce midi, elle devait déguster de délicieuses langoustes au beurre d’ail et au lieu de cela, elle se retrouvait ici à marcher sans fin. Et pour noircir le tableau, un homme dangereux se cachait quelque-part, sans doute en train de les épier à cet instant même.

Et de son côté, Tamara ne lui avait plus jamais adressé la parole. Elle continait sa route sans se retourner alors n’en pouvant plus, Elisa décida de briser le silence et cria à son attention :

« Tamara ! Tamara ! Vous pouvez vous arrêter un instant s’il vous plaît ! »

La jeune femme s’arrêta aussitôt puis fit volte face.

« Que se passe-t-il encore ? » demanda t-elle avec une pointe d’agacement.

Elisa fut surprise par le ton de sa voix mais ne lui en tenu pas rigueur.

« On pourrait faire une petite pause ? Je suis morte de fatigue et j’ai faim pas vous ? J’ai des petits pains aux raisins dans mon sac. Cela ne nous prendra que quelques minutes pour les manger »

Tamara changea immédiatement d’attitude en lui faisant un petit sourire ; sans doute pour se rattraper du ton qu’elle avait employé envers elle.

« Désolé Elisa. Oui, biensûr on va s’arrêter un peu. Vous avez raison, moi aussi j’ai faim. Et puis ce ne sont pas ces quelques minutes de repos qui vont nous faire perdre du temps. On a déjà bien avancées »

Elisa s’empressa de fouiller dans son sac de plage et en extirpa un paquet de petits pains aux raisins.

Avec hâte, elle retira l’attache du sachet puis commença à en prendre un à l’intérieur qu’elle tendit à Tamara. Elle en reprit un autre pour elle puis sans plus attendre commença à le dévorer tellement elle avait faim. Tamara n’était pas en reste elle non plus, et à peine eut-elle terminé le sien, qu’elle en réclama un second. Elisa l’imita. A toutes les deux, elles avaient mangé trois petits pains chacune tout en buvant quelques gorgées d’eau.

« C’était très bon Elisa, merci beaucoup. Au moins, nous avons pu reprendre des forces. En plus nous ne sommes plus très loin des cabanes. Remettons nous vite en route si vous le voulez bien ! »

Sur ces mots, elle continuèrent à nouveau leur marche dans l’épaisse forêt de Diamond.
A travers les branchages des hauts arbres, on pouvait aperçevoir que le ciel changeait légèrement de nuances.

Elisa regarda sa montre. Le cadran indiquait qu’il était déjà 16H15.

****

Au bout d’un instant, Elisa crut entendre le ruissellement d’une eau qui coulait dans les environs.
Non elle ne rêvait pas, c’était tout proche et le bruit de l’eau s’accentuait au fur et à mesure qu’elle et Tamara s’en rapprochait.

Soudain une image à couper le souffle leur apparut.
Elle virent droit devant elles un spectacle d’une magnificence absolue.
D’une paroi rocheuse très abrupte, jaillissait une incroyable chute d’eau qui venait se jeter en contrebas dans un grand bassin d’eau claire, l’accompagnant d’un fort bruit de percussion tellement son débit était fort et rapide.

De là où elle se trouvait, Elisa pouvait sentir le souffle humide de la cascade lui caresser le front et les joues tout en faisant légèrement virevolter sa longue queue de cheval blonde.

Et de ce flot ininterrompu, de fines gouttelettes d’eau vinrent se projeter sur son visage et ses membres, enveloppant peu à peu sa peau d’une fine pellicule de bruine.
C’était une sensation assez agréable, quoique un peu trop rafraîchissante à son goût surtout en cette fin de journée. D’ailleurs, elle ne pu s’empêcher de frissonner.

C’était donc lui le géant de la nature de Diamond ; le fameux voile de la Mariée qui faisait parti des visites incontournables de cette île et qu’Elisa était en train d’admirer à cet instant même mais dans des circonstances pas très réjouissantes.

Elle se rapprocha du grand bassin, se pencha légèrement en avant et commença à le scruter dans les moindres détails lorsque Tamara lui tapota.

« C’est juste après cette chute d’eau, en montant un peu plus vers le haut, que mon mari est mort »

Les sourcils froncés, Elisa n’avait pas vraiment écouté ce qu’elle venait de lui dire car elle était soucieuse.
En effet, elle avait beau regarder le bassin, elle ne voyait toujours pas le cadavre du Guide Batisto qui normalement, aurait dû flotter à la surface de l’eau alors sans plus attendre, elle l’interrogea :

« Tamara, je ne vois pas le corps de Batisto ? où est-il ? Il devrait flotter à la surface de l’eau… »

Tamara se rapprocha davantage du bassin et commença à l’examiner à son tour. Ne voyant pas le corps de celui-çi, elle ne pu que confirmer ses propos.

« Je ne comprends vraiment pas ! Pourtant je vous assure qu’il était bien dans ce bassin puisque je l’ai vu s’y noyer. J’avoue que c’est incompréhensible… »

« Vous êtes certaine qu’il était bien mort ? »

« Mais oui ! » dit Tamara d’un ton agacé. « Je vous avais déjà expliqué auparavant que j’étais restée un long moment à le regarder se débattre dans l’eau. J’ai bien vu ensuite qu’il était mort puisqu’il ne bougeait plus du tout. Je vous assure que je vous dis la stricte vérité ! Vous ne me croyez pas ? »

« Eh bien…Je vous crois biensûr. Mais son corps n’est pas là…C’est tout de même étrange… »

Elisa avait apprit au cours de ses études que lorsqu’une personne se noie et qu’elle décède, elle coule progressivement au fond de l’eau car la densité d’un corps mort (poumons vides d’air) est très légèrement supérieure à celle de l’eau.

Elle savait aussi que sous l’impulsion de la putréfaction qui provoque la formation de gaz ; cela donne au corps un poids spécifique qui le fera flotter puis remonter alors progressivement à la surface.

Il fallait également mettre en compte que dans l’eau de mer, la densité en sel est importante, c’est pourquoi un corps remontera plus rapidement entre 3 et 7 jours par rapport à l’eau douce entre 20 jours à 1 mois en moyenne.

Mais dans ce cas précis, Tamara avait bien expliqué qu’elle avait d’abord donné un coup de couteau dans le ventre de Batisto avant de le pousser ensuite dans ce bassin.

Il était donc blessé et se vidait de son sang alors selon toute probabilité, son cadavre qui devait être en état de putréfaction aurait dû remonter à la surface étant donné qu’il s’était déjà écoulé quelques heures depuis qu’il y était tombé.
Alors qu’en déduire ? se demanda t-elle en regardant Tamara qui venait de lui tourner le dos.

Est-ce que Batisto était vraiment tombé dans ce bassin ? et si oui, il aurait dû alors flotter à la surface de l’eau. Et si jamais il se trouvait tout simplement au fond de l’eau, alors dans ce cas-là, il serait pratiquement impossible d’avoir le fin mot de l’histoire, vu la profondeur de celui-çi.

Que de questions sans réponses ! se dit-elle.

Soudain, elle entendit des sanglots. C’était Tamara qui était en train de pleurer à chaudes larmes, alors contre toute attente, elle se rapprocha d’elle et lui pressa doucement l’épaule.

« Que vous arrive t-il Tamara ?

« Mais c’est à cause de vous si je pleure. Vous avez l’air de douter de tout ce que je vous ai dit et ça me fait beaucoup de mal »

Elisa regrettait déjà le fait qu’elle se soit un peu trop appesanti sur cette histoire de cadavre flottant et s’empressa de le lui dire :

« Excusez-moi Tamara. Je n’aurais pas dû autant insister. Le corps de ce Batisto doit certainement se trouver au fond de ce bassin. Je ne voudrais pas que vous pensiez que j’ai douté de tout ce que vous m’avez dit depuis le début, bien au contraire, sinon je ne vous aurai jamais suivi dans cette forêt. C’était juste que je me posai quelques questions mais à présent, tout va bien. Vous me croyez j’espère ? »

Les yeux rougis de Tamara la fixaient avec une telle intensité de tristesse, qu’Elisa se savait plus où se mettre.

« Pourtant, vous avez douté de moi Elisa. Je trouve ça dommage. Vous savez, c’est suffisamment assez dur pour moi de revenir ici, là où mon mari est mort. J’aurai aimé plus de soutien de votre part » dit-elle d’un ton larmoyant et quelque peu accusateur.

« Mais j’ai confiance en vous Tamara. C’était juste une simple question que je me posai, rien de plus. Il ne faut surtout pas que vous y voyiez un quelconque reproche. Je ne vous accuse de rien. De toute façon je suis certaine que cette ordure doit se trouver au fond de ce bassin. Allez ! n’en parlons plus si vous le voulez bien. Nous devrions quitter cet endroit à présent pour rejoindre la cabane car il se fait tard »

« D’accord, mais j’espère que vous ne douterez plus de moi désormais car je vous apprécie Elisa »

« Oui, ne vous inquiétez plus pour ça. Et comme je vous l’ai déjà dit, je vous soutiendrai jusqu’au bout »

« Merci Elisa » dit Tamara en prenant un pan de sa tunique pour s’essuyer les yeux.

Décidément Elisa manquait de tact envers cette pauvre jeune femme mais désormais elle ferait attention.
Et puis de toute façon, elle n’avait pas le choix, il fallait bien qu’elle lui fasse confiance alors sans réfléchir davantage elle essaya de mettre en arrière plan, cette histoire de cadavre flottant même si ce point restait tout de même un mystère incompréhensible…

****

Quelques minutes plus tard, les deux jeunes femmes se retrouvèrent côte à côte devant le vertigineux précipice que Tamara avait décrit et qui se trouvait non loin des deux cabanes.

Tout à fait en bas, une vision d’horreur : on pouvait aperçevoir dans de hautes herbes tout près d’un amoncellement de pierres, le corps d’un homme qui gisait face contre terre, dans une mare de sang noirâtre avec près de lui, un sac éventré et tout autour, toutes sortes de débris d’objets indescriptibles.

Son dos était transperçé d’un long pique et au niveau de sa perforation, il y avait une large auréole de sang qui maculait son t-shirt bleu ciel.

Elisa n’avait encore jamais vu un cadavre de sa vie et surtout pas dans un tel état : il s’agissait tout de même d’un meurtre perpétré par deux hommes sans scrupules.

Soudain elle fut prise de spasmes et faillit vomir mais elle réussit tant bien que mal à se ressaisir.
De son côté, Tamara les bras croisés avait les yeux rivés sur son défunt mari et ne semblait avoir aucune réaction. Que pouvait bien t-elle ressentir en le revoyant ainsi ? se demanda t-elle avec une certaine inquiétude.

****

Il commençait à se faire tard et le ciel s’assombrissait de plus en plus.
Le soleil ne tarderait pas à décliner.
Il était exactement 17H20.

Les deux jeunes femmes étaient toujours en train d’observer le cadavre qui se trouvait au fond du ravin lorsqu’Elisa souhaita en savoir davantage concernant l’étrange pique qui était planté dans le dos de celui-çi.

« Tamara ? vous voyez ce que je vois » dit-elle en pointant du doigt le cadavre. « Il a un pique ou une sorte de lance qui lui transperçe le dos. Vous savez de quoi il s’agit ? »

Tamara plissa les yeux et commença à scruter davantage le cadavre de son mari.

« Oui vous avez raison, je ne me rappelai pas du tout qu’il avait ce pique dans le dos » dit-elle hébétée. « Maintenant que vous m’en parlez…Je sais que lorsque votre guide me battait, je n’avais pas pu voir ce que Batisto lui faisait subir. Il a du sans doute le lui enfoncer lorsque j’étais évanouie. Mais par contre je ne sais vraiment pas de quel genre de pique il s’agit »

« Ok. De toute façon on n’aura jamais le fin de mot de cette histoire puisque comme vous dîtes, vous étiez évanouie au moment où ces hommes ont tué votre mari. Par contre, j’avais une dernière question Tamara »

« Oui allez y. Je vous écoute »

« C’était le sac à dos de votre mari que je vois là ? »

« Oui, effectivement. Il en avait un avec tous nos affaires dedans. Moi, par contre, j’avais décidé de ne rien porter car j’ai des problèmes de dos »

« Ah d’accord ! Mais tous ces débris de couleur vert que je vois autour de lui, vous savez ce que c’est ? On aurait dit des morceaux de plastique mais je n’en suis pas certaine. Et vous ? Qu’en pensez-vous ? »

« Oui, je sais ce que c’est. C’est notre glacière. Elle était de couleur verte clair. Mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi elle se trouve au fond de ce ravin. Ces hommes l’auraient jetée mais pour quelle raison ? Il y avait juste des aliments et des bouteilles d’eau à l’intérieur. C’est bizarre je trouve… »

« Oui, vous avez raison. Mais pourquoi auraient-ils fait ça alors ? C’est étrange tout de même… »

Décidément, il y avait bien trop de mystères dans cette forêt qui restaient en suspens et sans réponses ; ce qui n’était pas du tout évident pour Elisa de ne pas pouvoir les élucider et devoir en fin de compte les accepter tels quels sans broncher…

« Elisa? Vous m’écoutez ? Vous semblez ailleurs… »

« Heu…Excusez-moi…Vous disiez ? »

« Je disais que nous sommes à quelques mètres des cabanes. Nous devrions quitter cet endroit maintenant. J’ai du mal à… »

Elisa regarda Tamara qui avait des larmes aux yeux et comprit une fois de plus qu’elle venait à nouveau d’être maladroite.

« Je suis vraiment désolée Tamara. Oui biensûr, je comprends. Quittons cet endroit au plus vite »

« Ce n’est pas grave Elisa. Si je pleure ce n’est pas parce que j’ai vu son cadavre au fond de ce précipice même si biensûr cela m’a fait beaucoup de mal de le revoir dans cet état…Non, je repensai plutôt à notre arrivée sur cette île, que nous étions tellement heureux lui et moi mais c’est si loin tout ça. N’en parlons plus. Je préfèrerais quitter cet endroit au plus vite. Les cabanes se trouvent à quelques mètres seulement mais on ne peux pas les voir d’ici à cause des arbres et de la végétation. Dépêchons-nous s’il vous plaît. Il se fait tard et la nuit ne va pas tarder à tomber »

« Oui, allons-y ! » dit Elisa qui était partagée entre la tristesse pour Tamara et l’espoir de rejoindre enfin les cabanes.

****

Toutes les deux se dirigeaient avec hâte vers les deux cabanes qui étaient placées, l’une derrière l’autre, avec un grand espace de végétation entre les deux.

« Enfin ! voici les fameuses cabanes » se dit Elisa qui voulait au plus vite s’engouffrer à l’intérieur de l’une d’elles. C’est vrai qu’elles étaient vraiment bien cachées et personne n’aurait pu se douter un seul instant, qu’il y en avait deux ici à part les connaisseurs de cette île.

L’ossature des cabanes (murs et charpentes) était entièrement construite en bois ainsi que la couverture de leurs toits (tuiles en bois). Tamara n’avait pas menti lorsqu’elle avait précisé leur rusticités et biensûr, elles étaient conçues sans eau, ni électricité.

****

La première cabane dont avait parlé Tamara était effectivement restée entrouverte mais impossible de savoir s’il y avait quelqu’un ou pas à l’intérieur.
Pour en avoir le coeur net, Tamara insista pour s’y rendre seule afin de vérifier si celle-çi était vraiment inoccupée.

Pendant ce temps, Elisa l’attendait, cachée derrière un énorme tronc d’arbre tout en observant les alentours.
Tamara se retrouva enfin devant la façade de celle-çi, près de sa porte d’entrée puis y donna un magistral coup de pied. Elle s’ouvrit alors davantage mais il faisait tellement sombre à l’intérieur que c’était difficile de distinguer quoi que ce soit.

Armée d’un long bâton en bois qu’elle venait de trouver par terre, Tamara commença à franchir le seuil de la porte et tout en avançant à petits pas, le brandit en faisant de grands va-et-vient de droite à gauche comme si elle se battait contre une personne mais invisible.

Elle renouvella ce geste plusieurs fois tout en frappant le sol, le mobilier et les objets qui se trouvaient dans les alentours puis constatant qu’il n’y avait vraiment personne, se retourna et cria très fort à l’attention d’Elisa :

« Il n’y a personne ! Venez Elisa ! Dépêchez-vous ! » dit-elle avec un grand sourire de satisfaction.

Elisa n’avait eu de cesse de l’observer et ce fut avec un grand soulagement qu’elle accueillit la bonne nouvelle. « Tant mieux » se dit-elle en soupirant.

Par contre, en ce qui concernait l’individu en question ; elle se posait toujours d’innombrables questions à son sujet. Qu’était-il réellement devenu ? Il était blessé. Aurait-il pu alors dans ce cas là, succomber à ses blessures ? Mais ce n’était qu’une hypothèse.

Et si jamais, il était plutôt caché quelque-part ici à les épier. Pourtant elle n’avait rien remarqué à moins qu’elle n’ait pas fait suffisamment attention. A cette idée, elle se mit à frémir et sans plus tarder, courut très vite vers la cabane où Tamara l’attendait sur le seuil de la porte avec beaucoup d’impatience.

« Venez Elisa ! rentrons enfin à l’intérieur. Heu…Dites-moi, vous n’auriez pas à tout hasard de quoi nous éclairer ? On ne voit pas grand chose à l’intérieur »

« Oui j’ai ce qu’il faut » répondit Elisa avec un premier petit sourire rempli d’espoir.

Il était exactement 17H55 et dans quelques minutes il ferait nuit noire dans la lugubre forêt de Diamond.

****

La dernière danse de la lune : Chapitre 1 : Elisa

la derniere danse de la lune

 

Elisa marchait le long de la plage de sable fin tout en chantonnant son air préféré : « Wonderful life » du chanteur Black.
Une bien jolie chanson qui était tout à fait en adéquation avec ce moment de pur bonheur qu’elle était en train de savourer sans se soucier du temps qui passe.

Ce fameux temps qui nous fait tant défaut dans notre monde moderne actuel et qui nous empêche d’apprécier les joies simples de la vie.
Elisa avait conscience qu’elle avait beaucoup de chance d’être ici ; seule au monde (enfin presque) et loin de tout.

Elle avait enfin réalisé son rêve : celui de se promener bien tranquillement sur cette immense plage déserte car jamais, auparavant elle n’aurait cru cela possible et pourtant c’était bel et bien réel et ce pour son plus grand plaisir.
Et comme le disait si bien la chanson : la vie est merveilleuse !

****

Elle se souvenait encore de son inoubliable périple en catamaran avant de débarquer ici sur cette jolie petite île qui portait le nom de « Diamond » en raison de la pureté de son lagon et de son sable si blanc.

La veille, elle se trouvait à Bambousya (un village touristique et balnéaire de la côte ouest de l’île Epicéa) dans un charmant hôtel-restaurant, le « Paradise Beach » situé en bordure de mer avec un accès direct sur une plage privée.

L’hôtel disposait de 40 chambres équipées de la climatisation, minibar, téléphone, ect, sans oublier l’accès gratuit à internet, ce qui n’était pas négligeable étant donné qu’Elisa avait du mal à vivre sans son smartphone ou sa tablette.
Mais pas pour aujourd’hui où elle avait bien volontiers ranger toutes ces technologies modernes dans le placard de sa chambre afin de profiter pleinement de ce moment de liberté et d’évasion !

Et puis de toute façon, la petite île « Diamond » était située dans une zone blanche donc il n’y avait pas de réseau internet et encore moins de wifi.

****

Le « Paradise Beach » proposait diverses activités tels que : Golf, bodyboard, Planche à voile, Kayak , Voile, Sentier de randonnée à pied ou à bicyclette, Parachutisme ascensionnel, Cours de golf y compris des excursions en bateau (catamaran ou grands voiliers) tout autour de la côte, vers de magnifiques îlots.

Son Guide touristique qui s’appelait Philippo lui avait décrit qu’il y avait près d’une centaine de petits îlots dont certains étaient proches de la côte et d’autres plus loin et plus difficiles d’accès et que quelques-uns d’entre eux seulement étaient des réserves naturelles avec une faune endémique exceptionnelle où l’on pouvait y croiser quelques spécimens d’animaux tout en se baladant.

Leurs eaux cristallines étaient idéales pour y faire de la plongée en apnée ou encore du scooter sous-marin avait-il précisé. Plusieurs activités s’offraient aux touristes s’ils le désiraient car tout était possible selon lui si l’on souhaitait réaliser un rêve bien précis.

D’ailleurs, il lui avait fortement conseillé de visiter l’un d’entre eux : « Diamond », réputé pour être plus au calme car moins fréquenté et qui d’après lui était un véritable paradis terrestre qu’elle ne serait pas près d’oublier et que l’occasion ne se présenterait pas deux fois si elle voulait en avoir plein la vue et vivre enfin une aventure extraordinaire à la Robinson Crusoé.
En effet, un bien joli programme en perspective…

Elisa avait donc fait son choix : elle avait opté pour deux jours et une nuit à Diamond en incluant les déjeuners/dîners, pique-niques, barbecues y compris quelques activités telles que : Kayak, plongée sous-marine dans l’océan Pacifique, farnientes et balades dans l’îlot inhabité.

Le périple s’effectuerait en catamaran de croisière privée en compagnie de son Guide Philippo qui serait le navigateur.
Mais ce qui l’enthousiasmait le plus dans toute cette expédition de rêve était de dormir une nuit dans une cabane qui se trouvait en haut d’une montagne, au coeur de la forêt luxuriante de Diamond et à quelques mètres d’une chute d’eau qui portait le nom du « Voile de la Mariée » et qui d’après son Guide était d’une beauté exceptionnelle à couper le souffle.

****

Et voici qu’elle était en train de marcher sur cette magnifique plage de sable fin qui ressemblait à de la poudre de diamant tellement son éclat était intense et d’un blanc immaculé.
Diamond portait vraiment bien son nom ! Tout était sublime ici. Un vrai paysage de carte postale et d’un calme olympien…

Le soleil était à son zénith, il lui mordait la peau mais qu’importe puisqu’elle avait pris le soin de bien s’enduir le corps et le visage de protection solaire qui sentait agréablement bon la fleur de Tiaré.
De plus, elle portait une casquette et par dessus son maillot de bain deux pièces, une tunique de plage en voile soyeux de couleur bleue ciel, agrémentée de manches courtes chauve-souris joliment fendues sur les épaules.

Cette tenue fluide et aérienne était bien appropriée à la chaleur intense d’aujourd’hui.
Et pour ne pas déplaire, il y avait même une légère brise qui venait lui caresser le visage, les cheveux ; ce qui rendait agréable sa marche, sous le soleil ardent de cette belle matinée de ce samedi 26 Août 2015.

****

Cela faisait déjà une bonne vingtaine de minutes qu’elle se promenait tranquillement sur cette plage et pas un seul chat à l’horizon.
Son Guide Philippo ne lui avait pas menti ; cette petite île était encore méconnue des touristes car difficile d’accès et seuls les insulaires et les guides expérimentés tel que lui pouvaient connaître cet endroit béni des Dieux !

Elisa ne regrettait vraiment pas cette excursion ; elle se sentait bien ici, elle était heureuse et parfaitement en osmose avec la nature.

****

Philippo ne tarderait pas à la rejoindre, il était resté sur le catamaran qui était amarré non loin d’ici afin d’y prendre quelques équipements pour cette nuit et ramener le repas et les boissons pour le déjeuner de ce midi.

Le menu prévu par le restaurant de l’Hôtel était des plus alléchants :

– Salade de crudités variées et sambos au poisson,
– Langoustes grillées au beurre d’ail accompagnées de riz blanc, de curry de courgettes et d’aubergines avec du bon pili-pili (piment). Et pour terminer ce repas, en guise de dessert : Des bananes flambées au Rhum des îles avec boules de glace au coco. Un vrai festin !

****

Elisa avait hâte de déjeuner car elle commençait à avoir faim.
Elle regarda sa montre bracelet waterproof qui avait été d’une très grande étanchéité lorsqu’elle avait fait de la plongée sous-marine il y a une heure de temps déjà, en compagnie de son Guide.

Il était 10H55.
Elle s’arrêta un instant, se retourna, mit sa main en visière à cause du soleil éblouissant et regarda au loin.
Elle avait dû beaucoup marcher car elle ne voyait plus du tout le catamaran. Mais que pouvait bien faire Philippo ? Il n’était toujours pas revenu la rejoindre.

Sans doute qu’elle s’inquiétait pour rien. Il n’allait plus tarder à présent alors en attendant son retour, Elisa décida de faire une petite halte ici.
Elle déposa son sac de plage qu’elle portait en bandoulière puis en extirpa une grande serviette qu’elle étala sur le sable chaud.
Avant de s’allonger dessus, elle fouilla à nouveau dans celui-çi et en sortit une petite bouteille d’eau dont elle but quelques gorgées qui la désaltérèrent aussitôt tellement c’était bien frais.

Jamais elle n’aurait pu faire ce petit voyage sans son fidèle sac de plage. En effet, il y avait pas mal de choses qu’elle avait transportées à l’intérieur : une petite glacière isotherme souple contenant trois petites bouteilles d’eau glacées et une canette de jus d’orange Minute Maid, un paquet d’une dizaine de petits pains aux raisins qu’elle avait acheté ce matin à la pâtisserie de l’Hôtel, ses tennis pour la promenade de tout à l’heure dans la forêt tropicale de Diamond pour y voir « le voile de la mariée », sa grande serviette éponge et une autre plus petite pour s’essuyer après ses baignades, un maillot de bain une pièce de couleur bleu marine, des vêtements de rechange, un gros tube de crème solaire, une trousse de toilette et sans oublier sa grosse lampe de poche étanche pour ce soir.

Et pour je ne sais quelle raison, elle avait aussi prévu d’emmener avec elle, un briquet offert par l’hôtel (non pas qu’elle fumait, bien au contraire mais juste au cas où) ainsi que son couteau Suisse 21 pièces multifonctions ultra compact que son père lui avait offert pour son anniversaire, il y a 6 mois de ça et qu’elle avait dissimulé dans un mouchoir en tissu fleuri afin de le protéger des intempéries. Un accessoire idéal pour les déplacements en extérieur lui avait-il souligné. Elle le revoyait encore en train de lui rabâcher, dans un large sourire :

« Et surtout ne te déplace jamais sans lui, il pourrait t’être utile et ce à n’importe quelle occasion. C’est un couteau magique qui te simplifiera la vie…Je t’assure Elisa ! Prends en bien soin »

Et elle lui répondait invariablement :

« Oui, d’accord Papa c’est noté ! Je le garderai bien précieusement avec moi et je l’emmènerai partout où j’irais… »

Et c’est ce qu’elle avait fait aujourd’hui.
De toute façon ses parents lui avaient appris à devenir une personne très prévoyante et ce depuis sa plus tendre enfance alors disons que c’était presque inné chez elle de se déplacer avec pas mal de choses dans son sac afin de ne rien manquer.

Et comme disait un certain proverbe : « Mieux vaut trop que pas assez ».
C’est pourquoi, même si son guide était chevronné dans son domaine et qu’il avait tout prévu pour ces deux jours, elle préférait faire confiance à son instinct.

Quoique pour l’instant tout allait pour le mieux ; pas le moindre nuage en vu, au sens propre comme au sens figuré.
Tout s’était parfaitement bien déroulé jusqu’à présent ; alors aucune inquiétude à avoir se dit Elisa en esquissant un demi-sourire.

****

Allongée sur sa serviette, sa casquette à visière lui couvrant le visage ; Elisa ferma les paupières et commença à s’endormir tout en écoutant paisiblement le doux murmure du vent et le ressac incessant de la mer.
Et le temps s’écoula, s’égrena…
Elisa venait de s’assoupir et n’avait pas vu le temps passer…

Il était déjà 12H15.

****

Soudain, des petites gouttes d’eau froides lui tombèrent sur la jambe et le pied droit.
Oh non ! Se pourrait-il qu’il pleuve ?? Pourtant il faisait un temps si radieux !
Que c’était désagréable ! Si bien qu’Elisa commença à se réveiller peu à peu.

Elle retira sa casquette qui lui bouchait la vue puis avec effroi et stupéfaction vit une jeune femme qui se tenait là, debout juste à côté d’elle, le dos légèrement courbé en avant avec de longs cheveux noirs éparses et dégoulinants d’eau…

La jeune femme grelottait de froid ; sans doute dû à cause de l’humidité de ses vêtements qui lui collaient à la peau.
Elle avait le visage tuméfié avec un énorme bleu violacé sur le front et des traces de griffures sur la joue gauche.
Un petit filet de sang lui coulait le long de la narine droite jusqu’au menton et ses grands yeux noirs étaient rougis par des larmes incessantes.

Elle portait un t-shirt blanc cassé, déchiré à l’encolure et tâché d’auréoles de sang délavé au niveau du ventre. Son bermuda bleu ciel était maculé de traces de sang comme si elle s’était essuyé les mains dessus quant à ses baskets, on ne distinguait plus vraiment leurs couleurs tellement elles étaient sales.

Elle était vraiment dans un piteux état et n’arrêtait pas de pleurer.
Elisa se redressa rapidement à l’aide de ses coudes et se mit debout face à la jeune femme puis lui demanda :

« Que vous est-il arrivée ? vous êtes blessée…qui vous a fait ça ? »

« J’étais dans la montagne là-bas, avec mon mari et… »

La jeune femme renifla puis d’un revers de main essuya le petit écoulement de sang qui lui sortait de sa narine droite. Les mots ne sortaient plus de sa bouche et elle semblait tétanisée alors Elisa s’approcha davantage d’elle et lui pressa gentiment l’épaule pour l’encourager à parler.

« Continuez, je vous prie…Que s’est-il passé ? »

La jeune femme cessa de pleurer et dit d’une voix éteinte :

« On était dans cette forêt là-bas… »

Elle désigna du doigt une étendue de verdure luxuriante qui se trouvait au loin, juste après la plage.

« J’étais en train de préparer des sandwichs. On se trouvait près de notre cabane. Mon mari discutait avec notre Guide Batisto et je coupai du pain. Soudain, j’ai vu un homme qui venait vers nous. Il était sorti de nulle part et il avait l’air très menaçant. J’ai crié très fort pour avertir mon mari et Batisto mais subitement je ne sais pas pourquoi notre Guide s’en ait pris à mon mari. Il le battait tellement fort qu’il s’est retrouvé par terre. Batisto n’arrêtait pas de lui taper dessus sans fin. Oh mon Dieu ! mon pauvre mari ! Je le voyais qu’il souffrait mais j’étais impuissante, incapable de l’aider. J’étais terrifiée. Subitement, l’autre homme s’est retrouvé près de moi. Je ne l’avais pas vu venir car j’étais préoccupée par mon mari. J’ai tenté de m’enfuir mais il m’a rattrapé. Ensuite, il n’a pas arrêté de me battre ; il me donnait de violent coups sur tout le corps mais le pire fut lorsqu’il me donna un violent coup de poing au front. Je pense que j’ai dû m’évanouir car je ne me souviens plus de rien. je ne sais plus ce qui s’est passé en ce qui concerne mon mari. Et je…. »

La jeune femme s’arrêta de parler. Des larmes lui coulaient à nouveau le long de ses joues et tout son corps était secoué de tremblements tellement elle devait avoir froid mais malgré le choc qu’elle avait subi, elle continua son histoire :

« Lorsque j’ai repris connaissance et que je me suis relevé, j’ai vu à nouveau cet inconnu qui m’avait frappé. Il riait avec notre Guide mais par contre je ne voyais plus nulle part mon mari. J’avais très mal à la tête. Je titubais puis à un moment donné j’ai vu par terre mon couteau de cuisine alors je m’en suis vite emparé et je l’ai caché derrière mon dos. C’est alors que Batisto s’est avancé vers moi. Il n’arrêtait pas de rire puis il m’a dit qu’il avait tué mon mari et qu’il avait adoré lui faire du mal. Il me disait que mon Mari avait crié comme une gonzesse. Ce sont ses propres mots. Cette ordure me débitait ça avec le plus grand mépris alors comme j’avais beaucoup de haine à ce moment là et qu’il se rapprochait de plus en plus de moi, je n’ai pas hésité, je me suis jetée sur lui et je lui ai enfoncé le couteau dans le ventre, au plus profond que j’ai pu puis je l’ai vite retiré pour le garder avec moi. Il a crié très fort et ensuite il est tombé par terre. L’autre type a vu son acolyte au sol et il a couru vers moi. J’étais effrayée. J’ai tenté de me sauver mais il a finit par me rattraper et il m’a donné une grande gifle. J’avais très mal mais je ne sais comment et par quel miracle j’ai réussi à lui donner un coup de pied dans les parties. C’est à ce moment là que j’ai vite ramassé le couteau que j’avais perdu et lorsqu’il s’est approché à nouveau de moi, je le lui ai enfoncé dans la poitrine. L’homme criait de rage et il m’insultait en me regardant d’un air menaçant. Puis il a retiré le couteau qui était toujours planté dans sa poitrine et l’a jeté par terre. Il y avait une grosse tâche de sang sur son t-shirt. Je me souviens ensuite qu’il m’avait menacé en me disant qu’il reviendrait me tuer puis il a couru et a disparu dans la forêt. Depuis, je ne l’ai plus jamais revu. Je ne sais pas ce qu’il est devenu mais j’aurais voulu qu’il meurt … »

Elisa en avait la chair de poule. Ce que venait de vivre cette jeune femme était insoutenable.

« Mon Dieu ! Mais c’est terrible ce que vous venez de vivre ! C’est inimaginable ! Je suis vraiment désolée. Et qu’est devenu votre Mari ? Et ce guide qui l’avait battu ? »

La jeune femme continua son histoire :

« Lorsque cet homme qui m’avait frappé s’est sauvé, j’ai essayé de rechercher Batisto car je ne le voyais plus nulle part alors je suis allée vers la chute d’eau qui se trouve à quelques mètres des deux cabanes. C’est là que je l’ai revu. Il rampait tout près du bassin de la cascade. Je l’ai vu se redresser et marcher avec difficulté vers l’avant de la forêt ; il voulait sans doute s’enfuir lui aussi comme l’avait fait son acolyte, alors sans hésiter, je me suis précipité vers lui et je l’ai violemment poussé dans le bassin. Il est tombé dedans et lorsque je me suis rapproché, j’ai vu qu’il se débattait dans l’eau pendant un certain temps puis plus rien. J’ai constaté alors qu’il était mort. »

Elisa n’en revenait toujours pas. Quelle épouvantable histoire !!

« Et donc ce Batisto s’est noyé dans ce bassin. Mais en ce qui concerne votre mari ? qu’est-il devenu ? »

« Mon mari est mort et je… »

« Mon Dieu ! ce n’est pas possible ! Mais où l’avez-vous retrouvé ? » dit Elisa totalement affarée.

« Je l’ai cherché partout et j’ai fini par tomber sur une de ses baskets que j’ai trouvé à côté d’un ravin, pas très loin de notre cabane. C’est là que j’ai revu mon mari au fond de ce précipice. Il y avait plein de sang autour de lui…
« Mon Dieu ! mais c’est abominable ! Je suis tellement désolée que vous ayez perdu votre mari… »

Elisa était abasourdie par ce qu’elle venait d’entendre. Elle commençait à avoir de plus en plus peur mais elle ne pouvait pas se permettre de perdre son sang-froid face à cette jeune femme qui était en état de choc et de détresse. Alors elle se ressaisit et lui demanda :

« Comment vous appelez-vous ? »

« Tamara »

« Moi c’est Elisa. Encore désolée Tamara de vous rencontrer ainsi, en de telles circonstances. C’est si triste pour votre mari. Vous étiez ici en excursion ? »

« Oui, mon mari Juanes et moi étions venus ici pour notre voyage de noces. Je ne comprends pas pourquoi il y a eu tout ça. J’ai tout perdu à cause de ces deux hommes. Ces monstres… »

Elisa n’avait plus de mots et ne savait comment consoler la jeune femme qui avait tellement subi alors elle fouilla dans son sac de plage et en sorti une petite serviette qu’elle tendit à la jeune femme.

« Tenez, vous devriez vous essuyer. Vous êtes trempée. Vous devez avoir froid. J’ai aussi des vêtements de rechange. Vous devriez retirer les vôtres et enfiler ceci. Je pense qu’elle vous ira »

« Merci. C’est vrai que j’ai froid… »

La jeune femme s’exécuta. Elle retira son t-shirt tâché de sang ainsi que son bermuda qu’elle jeta en boule, à ses pieds. Elle était en petite tenue mais ne semblait pas trop être gênée devant Elisa. Elle commença à s’essuyer frénétiquement le corps puis les cheveux.

En la regardant faire, Elisa remarqua qu’elle avait quelques bleus au niveau de la poitrine et des épaules. Ces individus avaient dû beaucoup la brutaliser d’où l’apparition de ces marques. Cette femme avait vraiment beaucoup souffert mais elle avait réussi à se défendre face à ces deux tortionnaires et Elisa trouvait qu’elle avait eu beaucoup de cran et de courage pour se sortir de cet enfer.

Lorsque Tamara eut terminé de se sécher, elle enfila la tunique en voile imprimée de couleur fushia qui ressemblait à celle que portait Elisa à la seule différence du coloris.
En les voyant habillées ainsi, on aurait dit deux soeurs jumelles à part que l’une était blonde à la peau claire et l’autre brune à la peau ambrée.

« Vous êtes plus au sec ainsi et la tunique vous va bien » lui dit Elisa. Elle s’approcha de Tamara et lui toucha doucement le front.

« Est-ce que c’est encore douloureux ? »

« Un peu, mais ça va. Et je me sens beaucoup mieux dans ce vêtement. Merci beaucoup Elisa »

« De rien. Et votre nez ? J’ai vu que vous saigniez tout à l’heure… »

« Non, ce n’est rien. J’ai parfois des saignements de nez et ce depuis mon enfance mais ça n’a rien à voir avec ces sales brutes. Mais ça va maintenant, je ne saigne plus du tout »

« Alors je suis rassurée »

Elisa avait remarqué que les cheveux de Tamara étaient très emmêlés alors elle lui proposa son peigne à larges dents pour les discipliner.

« Auriez-vous aussi un élastique pour que je puisse les attacher ? Je ne les supporte plus comme ça » demanda Tamara, tout en coiffant sa longue chevelure ébène.

« Oui, biensûr »

Elisa fouilla dans sa trousse de toilette et en sorti un chouchou en velours noir.

« Tenez, c’est un chouchou. Je n’ai pas d’élastique »

« ça ira très bien. Merci Elisa »

Tamara était en train de nouer ses cheveux en une haute queue de cheval. Coiffée ainsi, elle était complètement différente. Cela lui donnait un air dynamique et encore plus combatif que jamais, prête à affronter n’importe quel adversaire. Du moins, c’est l’apparence que lui donnait cette nouvelle coiffure. En l’observant dans les détails, Elisa avait encore une question qui lui brûlait les lèvres ; un élément qu’elle n’arrivait pas à comprendre, alors elle se lança :

« Je me posais une question Tamara… »

« Oui, allez-y »

« Pourquoi étiez-vous toute trempée lorsque vous êtes venue vers moi ? »

« Heu…Oui c’est vrai, j’ai oublié de vous dire. Lorsque j’ai vu mon mari en bas dans le précipice avec tout ce sang autour de lui, je ne pouvais plus supporter d’avoir le sang de ces sales types sur les mains alors j’ai décidé d’aller me les laver à la cascade. En marchant, j’ai aperçu mon couteau de cuisine par terre qui était plein de sang alors je l’ai ramassé puis je me suis dirigé à la source de la cascade. Je me suis d’abord lavé les mains puis j’ai commencé à rincer la lame du couteau. Mais c’est à ce moment là que je n’ai pas fait attention et que j’ai glissé. J’ai perdu l’équilibre et je suis tombée dans le bassin où se trouvait le cadavre de cette ordure de Batisto. Heureusement, j’ai réussi à me sortir de là tant bien que mal car le bassin est très profond. J’étais entièrement mouillée et je venais de perdre mon couteau alors j’ai voulu quitter cet endroit de malheur au plus vite. Au cours de mon trajet pour retourner à la plage, j’avais beaucoup transpiré et je me sentais toute poisseuse et sale, alors lorsque je me suis retrouvé face à la mer, j’ai vite retiré mes baskets et sans réfléchir je me suis jeté à l’eau. Je voulais me laver de toute cette crasse. Et c’est vrai qu’à un moment donné, lorsque je nageais sous l’eau, j’ai repensé à mon mari. J’étais à nouveau bouleversée et très en colère. Alors j’ai voulu mourir…mais… »

Les yeux de Tamara étaient embués de larmes qu’elle ne pouvait réfréner. Emue par ce qu’elle venait de lui révéler, Elisa eut un geste de tendresse envers elle. Elle lui prit les mains et les enserra tout doucement dans les siennes puis constatant qu’elle ne portait pas d’alliance, elle ne pu s’empêcher de lui dire :

« Je viens de remarquer que vous ne portez pas d’alliance à votre doigt ? »

Tamara regarda un instant sa main gauche qui était effectivement dénudée. Elle resta un instant sans voix comme si elle se sentait fautive puis se remit à pleurer si bien qu’Elisa regrettait déjà de lui avoir posé cette question.

« Vous allez trouver ça complètement idiot de ma part mais je vous assure que c’est la vérité. Lorsque je prends ma douche, j’ai pour habitude de retirer ma bague pour ne pas l’abîmer. Mais cette fois-çi j’ai dû oublier de la remettre à mon doigt. La bague est donc restée chez nous dans notre maison à Antinéa. Biensûr lorsque mon mari et moi sommes venus à Diamond, je m’en suis aperçu mais c’était déjà trop tard. Vous pensez que c’était un mauvais présage ? C’est vrai maintenant que j’y pense. Comment ai-je pu oublier mon alliance… » dit-elle les yeux noyés de larmes.

« Non, Tamara. Ne vous méprenez pas. Si je vous ai posé cette question, ce n’est pas pour vous accabler. Vous ne devez pas vous sentir coupable par rapport à cette bague, cela n’a rien à voir du tout ! C’était juste un oubli. Rien de plus. Ce n’était en aucun cas un mauvais présage comme vous venez de le dire. Non, rien de cela. Et puis, vous ne pouviez pas prévoir ce qui allait se passer sur cette île »

« Je ne sais pas mais tout ce que je sais, c’est que j’ai perdu mon mari… »

« Oui et c’est vraiment tragique ce que vous avez vécu mais je vous en prie Tamara, chassez de votre esprit cette histoire de mauvais présage. Vous n’y êtes absolument pour rien. Et moi, je suis là avec vous. Et je voulais vous dire aussi que lorsque vous m’avez raconté tout à l’heure que vous vouliez vous suicider, eh bien, j’ai été très émue d’apprendre cela. Je suis sincère Tamara. Et sachez une chose, votre mari n’aurait jamais voulu que vous fassiez ce geste. Vous êtes en vie et c’est tout ce qui compte. Vous m’avez entendu ? Vous êtes une personne très forte. Et vous avez tout mon soutien »

« Merci Elisa. Vous êtes si gentille avec moi. Mais vous savez, c’est grâce à vous si je ne suis pas passée à l’acte »

« Grâce à moi ? »

« Oui, grâce à vous. Lorsque je nageais sous l’eau et que je suis remontée à la surface pour reprendre une dernière fois mon souffle, j’ai remarqué au loin une petite tâche bleue sur la plage. Je n’en croyais pas mes yeux alors je suis vite sortie de l’eau, j’ai enfilé mes baskets et j’ai couru sans m’arrêter vers cette tâche. Puis au fur et à mesure que je m’en rapprochai, j’ai constaté que c’était bien une personne qui était allongée sur une serviette. Et à partir de ce moment là, vous ne pouvez pas savoir à quel point ce fut une véritable délivrance pour moi lorsque je suis tombée sur vous et qui plus est une femme. Je n’aurais sans doute pas eu confiance si j’étais tombée sur un homme. C’est pourquoi je tenais à vous remercier Elisa. Encore merci d’être là et de me soutenir »

« Mais c’est tout à fait normal Tamara. Et je vous soutiendrai encore jusqu’au bout »

****

Elisa jeta un bref coup d’oeil à sa montre. Il était déjà 13H20.

Les sourcils froncés, elle regarda au loin l’imposante montagne qui se dressait juste après la plage puis avec une certaine anxiété dans la voix, s’empressa de dire à Tamara :

« Je voulais vous demander. En ce qui concerne l’homme qui s’est enfui. Il pourrait revenir ici pour nous faire du mal ? Il doit sans doute nous épier au moment même où nous parlons. Vous ne pensez pas ? Et si jamais il vous avez suivi ? »

« Non, il ne m’a pas suivi et j’en suis certaine car je n’ai eu de cesse de regarder autour de moi avant de venir sur cette plage »

Pourtant, il y avait quelque-chose qui clochait se dit Elisa dans son for intérieur. Une chose qui la tracassait encore. Mais quoi donc ? Soudain elle fut prise de panique. Elle l’avait complètement oublié. C’était son Guide Philippo. Mais qu’était-il devenu depuis tout ce temps ??

Avec affolement, elle fit part de son inquiétude à Tamara et sans plus attendre commença à lui raconter le début de son histoire :
« Moi aussi j’étais en excursion sur cette île. Mais avant de me retrouver ici à Diamond, j’étais en catamaran avec mon Guide.

C’est lui qui naviguait le bateau et au cours de notre périple, on avait fait de la plongée sous-marine ensemble. Ensuite on a débarqué sur cette plage, il a amarré le bateau puis il m’a dit que je pouvais aller me promener un peu plus loin si je le souhaitai pendant qu’il déchargerait nos affaires. Je me suis donc baladé puis j’ai décidé de m’allonger un peu en l’attendant. Je me suis endormie et vous êtes apparu. Et depuis notre rencontre, je n’ai plus jamais revu mon Guide qui s’appelle Philippo…Je me dema.. »

Soudain Tamara lui coupa la parole.

« Vous dîtes qu’il s’appelait Philippo ? Ce prénom me dit vaguement quelque-chose. C’est encore flou mais il me semble que j’ai entendu ce prénom lorsque j’étais évanouie. J’entendais des bribes de voix. Oui, j’en suis certaine maintenant. Je me souviens de ce prénom… »

Elisa n’osait y croire. L’idée même de penser que Philippo pouvait avoir un lien avec toute cette sordide histoire lui fit dresser les cheveux sur la tête. Pour en avoir le coeur net elle posa la question cruciale qui éclairerait enfin sa lanterne :

« Vous souvenez-vous des vêtements que cet homme portait ? »

« oui, je m’en souviens clairement » s’empressa de dire Tamara. « Il portait un t-shirt jaune avec une inscription dessus. Attendez, ça va me revenir. Oui voilà, c’était écrit : Black and White »

Mon Dieu ! c’était donc son Guide Philippo. Elle n’en croyait toujours pas ses oreilles et pourtant c’était bien lui. Il n’y avait plus aucun doute là-dessus. Elisa en avait la nausée.

« C’est bien lui » dit-elle avec dégoût. « C’est mon Guide. Il portait effectivement un t-shirt de cette couleur avec l’inscription que vous venez de mentionner : Black and White. Mon Dieu, et dire que j’avais fait de la plongée avec lui. Il semblait si gentil. C’est totalement insensé ! Mais pourquoi aurait-il fait tout ça ? »

« Je ne sais pas. Mais en tous cas, il avait l’air de bien connaître notre guide Batisto. Je me rappelle encore de leurs satanés rires !! Moi aussi je n’aurais jamais cru que notre Guide nous aurait fait du mal. Et comme vous dîtes, lui aussi il paraissait être très gentil. Les apparences sont parfois trompeuses. On croit connaître une personne mais c’est tout l’inverse et j’en sais quelque-chose. A cause de ces deux hommes, j’ai tout perdu. Finalement, mon mari et moi n’aurions jamais dû venir sur cette fichue île de malheur. Il serait encore en vie maintenant. Je regrette tellement qu’on soit venus ici ! »

« Vous avez raison Tamara. A cause d’eux, vous avez perdu votre mari. C’est tellement horrible ce que vous avez vécu ! Qu’allons nous faire maintenant ? On se retrouve toutes les deux seules sur cette île perdue. Qu’allons-nous devenir ? Qui va venir nous sortir de là ? »

« Je ne sais pas Elisa mais on va tout faire pour pouvoir s’en sortir. Et puis heureusement nous sommes deux »

« Oui, c’est vrai mais ce n’est pas rassurant avec ce sale type qui est dans les parages. J’ai quand même peur. Vous auriez un plan en tête pour se sortir de cette galère ? »

« Oui j’ai un plan qui pourrait être possible. Dîtes-moi, quelle heure est-il ? »

Elisa regarda sa montre. Et dire qu’en venant sur cette île, elle se disait qu’elle oublierait les heures qui passent ; eh bien ce n’était plus le cas à présent, au contraire le temps était compté plus que jamais…

« Il est exactement 14H00 »

« Il faudrait quitter cet endroit au plus vite » dit Tamara.

« Mais pour aller où ? »

Tamara regarda la forêt luxuriante qui était à environ 3 kilomètres de là où elles se trouvaient puis elle dit :

« Je pense qu’on devrait aller là-bas dans la forêt. Ici on est trop en vue. Et la nuit va vite tomber. En haut de cette montagne, il y a deux cabanes qui se trouvent l’une à côté de l’autre. La deuxième qui était juste derrière la première était fermée à clef car elle était inoccupée. Mon mari et moi dormions dans la première cabane. Ces cabanes sont des sortes de refuge pour les rares touristes qui séjournent ici. On pourrait vous et moi, s’enfermer à clef dans la cabane que je connais. Je me souviens que la porte d’entrée était restée entrouverte avant que les deux hommes nous attaquent mon mari et moi. Je le sais car j’étais en train de préparer des sandwichs et que je faisais des allées et venues entre la cabane et l’extérieur. Moi, je ne vois que cette solution pour nous protéger de cet homme »

« Mais où se trouve cette clef pour pouvoir s’enfermer dans cette cabane ? »

« Lorsque mon mari et moi dormions dans la cabane, nous nous y enfermions à clef pendant que Batisto de son côté dormait sous sa tente à quelques mètres de nous. Je me rappelle que tous les matins, il avait pour habitude de nous réclamer à chaque fois la clef de notre cabane et j’avais remarqué qu’il la rangeait toujours dans l’une des poches extérieures de son sac à dos. Et quand votre guide nous avait agressé, le sac se trouvait à l’intérieur de notre cabane. Il était posé sur la table à manger. Et je suis certaine qu’il doit toujours y être. Il faudrait absolument mettre la main dessus et récupérer la fameuse clef. Et à ce moment là, on serait sauvées vous et moi ! Du moins, on serait beaucoup plus en sécurité qu’à l’extérieur. Je ne vois que cette solution pour l’instant. Ensuite, on verra bien ce qu’on pourra faire pour la suite des évènements »

« Mais, vous oubliez un détail Tamara ? Et si jamais ce Philippo était revenu sur ses pas pendant que vous êtes venue sur cette plage ? Il pourrait alors se trouver dans cette cabane et avoir la fameuse clef avec lui ! C’est vraiment trop dangereux et risqué d’aller là-bas ! »

« Oui c’est vrai que c’est risqué ! Mais nous n’avons pas le choix ! On ne peut pas rester ici indéfiniment. Personne ne viendra nous chercher. Mon mari et moi avions opté pour 4 jours d’excursion à Diamond et depuis notre arrivée ici, nous n’y avons dormi que 2 nuits. Alors vous comprendrez que dans l’immédiat, personne ne viendra s’inquiéter de notre sort. Et en ce qui vous concerne, c’est pareil puisque vous venez à peine de débarquer aujourd’hui sur cette île. Rappelez-moi Elisa, vous deviez séjourner ici durant combien de jours ? »

« 2 jours et 1 nuit » dit-elle avec amertume.

« Vous voyez bien ! Personne ne viendra nous sauver avant ! Croyez-moi Elisa, il faut absolument rejoindre cette cabane si on veut s’en sortir ! »

Elisa constata avec effroi, qu’effectivement personne ne viendrait les secourir tant que ces jours d’excursions n’auraient pas été écoulés. Et donc cette nuit promettait d’être longue et angoissante…

« Qu’en pensez-vous Elisa ? Il faut se décider maintenant. Le temps est compté ! »

« Vous avez sans doute raison mais c’est effrayant de savoir que ce type est toujours là quelque part… »

« Oui, c’est vrai. Mais il est blessé à la poitrine et il perdait déjà beaucoup de sang lorsque je l’ai vu s’enfuir. Il est donc en état de faiblesse. Et n’oubliez pas, nous sommes deux ! On a un avantage sur lui ! on pourra mieux se défendre si jamais ça tournait mal »

Elisa était tout de même perplexe mais ce que disait Tamara n’était pas dénué de sens, bien au contraire. En effet, comme elle venait de le souligner à l’instant, Philippo était blessé mais elle ne savait pas pourquoi, elle avait tout de même peur de devoir s’aventurer dans cette forêt.

« Et si on tentait d’aller plutôt là où le catamaran est amarré ? » dit-elle.

« Surtout pas ! et pour y faire quoi ? Il pourrait même déjà y être pendant que nous discutons. De plus on n’y serait pas à l’abri vous et moi. Il faut au contraire partir d’ici et se diriger vers la cabane où l’on pourrait s’y enfermer à clef. On y serait beaucoup plus en sécurité. Je vous assure. Et comme je vous l’ai déjà dit, je connais bien l’endroit »

« D’accord, vous devez sans doute avoir raison. Il vaut mieux s’en tenir à votre plan. Je pense effectivement qu’on serait beaucoup plus en sécurité à l’intérieur de la cabane »

« Oui, je le pense aussi. Il vaut mieux se dépêcher Elisa car la nuit tombe vite ici. Ne perdons plus un instant. Allons-y »

Sur les conseils de Tamara, Elisa échangea sa paire de tongues par ses tennis puis ramassa le reste de ses affaires qu’elle rangea à l’intérieur de son sac de plage. Elle était fin prête mais elle avait peur. Pourtant, il fallait bien qu’elle fasse confiance à Tamara qui avait l’air d’être une personne combative et très déterminée. Ce qui était rassurant en un sens mais voilà elle doutait encore et ne pouvait s’empêcher d’avoir de l’appréhension.

****

Et voici que les deux jeunes femmes couraient vers la grande étendue de forêt verdoyante qui se trouvait droit devant elles.

Tamara avait prévenu Elisa que la cabane se trouvait tout de même assez loin et qu’il faudrait accélérer le pas afin de ne pas se faire prendre par la nuit.
Et c’est ce qu’elles faisaient à cet instant là. Courir sans s’arrêter.

****

Enfin arrivées à l’orée de la forêt, toutes deux s’immobilisèrent.

Elles étaient essoufflées par leur course alors avant de continuer leur chemin, Elisa proposa à Tamara de boire un peu d’eau afin de reprendre des forces.
Une fois après avoir étanché leur soif, elles étaient prêtes à se remettre en route.

« Allons-y Elisa !! et surtout faites attention où vous mettrez les pieds. C’est assez caillouteux par certains endroits… »

« OK. Merci Tamara. Je ferai attention »

****