Étiquette : nature

Pierrot et ma Maman 🐩 đŸ’˜

Pour toi, Maman : 

Je souhaitais faire ce petit article pour exprimer tout l’amour que je ressens pour toi, ma douce Maman…

Souvent on ne pense jamais Ă  dire Ă  quel point on aime ses proches…

Aujourd’hui j’ai dĂ©cidĂ© de dĂ©dier cette page en ton honneur, pour te dire que je t’aime trĂšs fort, tout simplement


GrĂące Ă  toi, je suis devenue une belle personne. Et je ne parle pas de mon physique mĂȘme si j’ai hĂ©ritĂ© de ta beauté 

Je parle de ton cƓur, de ton ñme


Tu m’as transmis de belles valeurs qui resteront Ă  jamais en moi ; qui me suivront toujours dans mon Ă©volution de femme…

Tu es ma force ; tu es mon tout
 Merci de t’ĂȘtre si bien occupĂ©e de moi durant tant d’annĂ©es


Alors pour te remercier
 Je dĂ©sirais le faire par Ă©crit ; le jour de la fĂȘte des Mamans ; ce Dimanche 28 Mai 2017.

JE T’AIME À L’INFINI POUR TOUTE LA VIE ET SANS MESURE CAR MON AMOUR POUR TOI EST DÉMESURÉ, FORT ET SANS AUCUNE LIMITE


Pour toi, et en toute sincĂ©rité 

MAMOUNETTE CHÉRIE :

C’est un petit surnom que j’aime beaucoup et qui te correspond parfaitement, je trouve…

Tu es nĂ©e Ă  Madagascar, Ă  Namakia (tout comme moi, d’ailleurs) et tu fais partie d’une grande famille de 7 enfants…

Enfant, (ĂągĂ©e de 10 ans Ă  peine) tu voulais toujours protĂ©ger les tiens…

Le mot « justice » faisait dĂ©jĂ  partie intĂ©grante de ton vocabulaire car tu ne supportais pas une seule seconde que l’on puisse s’en prendre Ă  un membre de ta famille.

À Namakia, dans la cour de ton Ă©cole, si un Ă©lĂšve osait s’en prendre Ă  un cheveu de tes frĂšres et sƓurs ; tu n’hĂ©sitais pas Ă  aller au devant de lui ou elle pour l’affronter ; qu’il soit petit, grand, costaud ou mĂȘme plus ĂągĂ© que toi… Tu n’avais vraiment pas froid aux yeux…

Du haut de tes 10 ans, tu avais le coeur brave et tu dĂ©testais l’injustice ainsi que la mĂ©chancetĂ© gratuite…

Dans tes veines coulaient dĂ©jĂ  deux grandes valeurs qui te tenaient particuliĂšrement Ă  cƓur : « La Famille » et la « LoyautĂ© ».

Tu avais donc hérité des nombreuses qualités de tes parents : La grùce, la beauté et la douceur de ta mÚre mais aussi le caractÚre bien trempé de ton pÚre ainsi que son sens des valeurs familiales.

De biens belles valeurs que tu possĂšdes encore et toujours…

Pour moi, tu incarnes : la sincĂ©ritĂ©, l’honnĂȘtetĂ©, la tempĂ©rance, l’harmonie ainsi que cette si belle gĂ©nĂ©rositĂ© qui te caractĂ©rise tant


Et moi je suis fiĂšre d’ĂȘtre ta fille ; d’ĂȘtre ta petite CĂ©cile…

C’est pourquoi j’ai souhaitĂ© te dĂ©dier cette page car je trouve que l’on ne dit jamais assez « je t’aime » aux personnes que l’on aime…

Et plutĂŽt que d’avoir des regrets, moi je voulais te dire aujourd’hui et sans attendre : « Je t’aime Maman et je t’aimerai toujours Ă©ternellement… »

BONNE FÊTE MAMAN D’AMOUR !

Petites anecdotes de ma Maman :

Pierrot, le perroquet :

Toute petite dĂ©jĂ , tu adorais les animaux car tes parents avaient toute une mĂ©nagerie dans leur maison de Namakia (Madagascar) : une chatte toute blanche qui avait eu plusieurs portĂ©es de chatons en plusieurs annĂ©es ; un enclos qui comportait des poules et des coqs ; un lapin qui portait le nom de Lapinot et aussi un perroquet tout gris que ta Maman t’avait offert…

Tu adorais ce perroquet que tu avais baptisĂ© : « Pierrot » et avec qui tu aimais bien passer du temps lorsque tu avais fini tes cours d’Ă©cole…

En effet, tu aimais bien t’occuper de lui en lui faisant sa toilette, lui donner Ă  manger (bananes, morceaux de pains nappĂ©s de beurre, ect…) ou encore lui apprendre Ă  parler. Il Ă©tait capable de prononcer quelques mots ou encore des petites phrases toutes simples…

D’ailleurs, il y a une charmante anecdote Ă  ce sujet que je vais vous raconter :

Lorsque ton pĂšre revenait de son travail et qu’il empruntait le chemin qui menait Ă  votre maison ; Pierrot n’en loupait pas une miette en l’observant au loin et il ne pouvait alors s’empĂȘcher de rĂ©pĂ©ter la phrase suivante tout en hochant la tĂȘte de bas en haut et en se dandinant d’une patte sur l’autre :

« Qui c’est qui arrive ? Qui c’est qui arrive ? »

Et en l’entendant rĂ©pĂ©ter cette fameuse phrase ; et mĂȘme si tu te trouvais Ă  l’intĂ©rieur de la maison, tu savais qu’il s’agissait de ton pĂšre qui revenait enfin de son travail.

TrĂšs intelligent, ce perroquet ! Il avait trouvĂ© son propre signal pour annoncer l’arrivĂ©e de votre pĂšre.

C’est pourquoi, jusqu’Ă  aujourd’hui, lorsque tu me racontes cette petite anecdote de ton enfance ; tu ne cesse de me dire avec une certaine Ă©motion que toi et ton perroquet, vous Ă©tiez vraiment des insĂ©parables…

Si bien, que lorsqu’il dĂ©cĂ©da un jour, des suites d’une grave maladie ; tu fus tellement inconsolable que tu mis un certain temps Ă  te remettre de sa disparition car pour toi « Pierrot » reprĂ©sentait beaucoup Ă  tes yeux…

C’était bien plus qu’un simple oiseau
 c’était ton petit compagnon avec lequel tu aimais bien te confier et cajoler


(Petite parenthĂšse : LePerroquet Vaza :

Le Perroquet vaza (Coracopsis vasa) est avec le Perroquet noir (coracopsis nigra) une des deux espĂšces du genre Coracopsis.

Ce perroquet peuple Madagascar et les Comores.

Il a Ă©tĂ© introduit Ă  la rĂ©union (probablement la sous-espĂšce vasa) oĂč il est aujourd’hui apparemment Ă©teint.

Il mesure 50 cm environ.

Son plumage est brun sombre mais légÚrement plus pùle sur les parties inférieures.

Le Perroquet vasa peuple les forĂȘts tropicales et subtropicales humides caducifoliĂ©es, les cocoteraies littorales, les savanes arborĂ©es, les riziĂšres, et autres cultures voisines des massifs boisĂ©s mais aussi les zones subdĂ©sertiques).

Voici que mon article ne va pas tarder Ă  se terminer mĂȘme si je voudrais que celui-ci ne s’arrĂȘte jamais car j’ai tellement de mots pour toi…

Des milliards de mots… qui n’en finissent pas et qui se bousculent dans ma tĂȘte tellement je suis sous l’effet de l’Ă©motion…

Une Ă©motion qui me submerge et qui m’emporte dans de nombreux souvenirs… Des souvenirs Ă  jamais gravĂ©s dans mon coeur…

Des souvenirs inaltĂ©rables ; anciens ou nouveaux et si merveilleux qui me chuchotent comme une douce voix Ă  mes oreilles ; jusqu’au plus profond de moi ; la joie immense, la grande chance que celle de t’avoir pour Maman…

Une Maman unique, irremplaçable qui m’aime autant que je l’aime…

Seules les personnes qui aiment trĂšs fort leur Maman pourront comprendre ce lien indĂ©fectible qui nous uni…

Maman, je t’aime pour l’Ă©ternitĂ© et Ă  jamais.

Voici cette vidĂ©o pour toi ; elles nous parle beaucoup et nous fait couler Ă  chaque fois une petite larme lorsque nous l’Ă©coutons… Une larme remplie d’amour…

Et voici une autre vidĂ©o pour toi. Je sais que tu ne l’as encore jamais entendue et que ce sera donc une totale surprise pour toi. Elle te fera sans aucun doute verser d’autres petites larmes… des larmes d’amour entre une mĂšre et sa fille… Que veux-tu, j’ai Ă©galement hĂ©ritĂ© de ta grande sensibilitĂ©. Alors voici rien que pour toi cette belle chanson… Je t’aime trĂšs fort ma Mamounette…

MĂ©tamorphose 🩋

0a16

Je me souviens encore d’un joli souvenir de mon enfance passĂ©e en GuinĂ©e Ă  Conakry. C’Ă©tait dans les annĂ©es 88 et j’avais 11 ans. Mon petit frĂšre, quant Ă  lui Ă©tait ĂągĂ© de 10 ans.

Maman adorait nous faire dĂ©couvrir tout ce qui Ă©tait en relation avec la nature : aussi bien dans le domaine vĂ©gĂ©tal qu’animal.

Depuis que nous vivions en Guinée, nous avions déjà appris pas mal de choses sur ces divers sujets et je dois bien avouer que nous aimions bien les découvrir au fur et à mesure car en matiÚre de bestioles, la Guinée en regorgeait de toutes sortes.

Et il ne fallait pas aller bien loin pour pouvoir les observer.

En effet, le jardin de notre maison de fonction Ă©tait un vĂ©ritable sanctuaire pour dĂ©nicher diverses espĂšces d’insectes…

Mon frĂšre et moi Ă©tions Ă  un Ăąge oĂč nous voulions tout savoir sur le rĂšgne animal et vĂ©gĂ©tal. Quoique pour ma part, je prĂ©fĂ©rais de loin les vĂ©gĂ©taux…

Par contre, mon frĂšre lui, aimait bien les deux (le monde vĂ©gĂ©tal et animal) et en savait dĂ©jĂ  un rayon par rapport Ă  moi car il se documentait beaucoup concernant ces deux sujets qu’il affectionnait particuliĂšrement.

****

L’expĂ©rience :

Ce jour-lĂ , je m’en souviens encore comme si c’Ă©tait hier. Maman voulait nous faire montrer une petite expĂ©rience qu’elle avait faites dĂ©jĂ  elle-mĂȘme lorsqu’elle Ă©tait enfant et qu’elle vivait Ă  Madagascar Ă  Namakia.

A cette Ă©poque lĂ , elle avait Ă  peu prĂšs le mĂȘme Ăąge que nous et aimait bien explorer la nature et ses insectes environnants.

Il fut donc primordial pour elle de nous faire montrer Ă  son tour, ladite expĂ©rience et je dois bien avouer que nous Ă©tions dĂ©jĂ  trĂšs excitĂ©s et impatients, mon frĂšre et moi, de pouvoir enfin la dĂ©couvrir…

Avant de nous entraĂźner dehors, elle prit une grosse boĂźte d’allumettes vide qu’elle transporta avec elle et nous dit qu’elle en aurait besoin au moment voulu.

boite

****

Exploration dans notre jardin :

Maman, mon petit frĂšre et moi sortĂźmes donc dehors et nous retrouvĂąmes dans notre charmant jardin puis elle nous dit sans plus attendre qu’elle Ă©tait Ă  la recherche d’une chenille Ă  papillons pour pouvoir rĂ©aliser sa fameuse expĂ©rience.

Au bout de quelques instants, elle finit par en trouver une qui Ă©tait collĂ©e Ă  l’envers sur une des feuilles d’un petit arbuste.

papillon cocon

Elle commença alors Ă  la dĂ©coller tout doucement car elle Ă©tait fragile et qu’il ne fallait pas trop la manipuler avec les doigts puis, une fois dĂ©collĂ©e de sa feuille, elle la dĂ©posa bien dĂ©licatement Ă  l’intĂ©rieur de la boĂźte d’allumettes qu’elle tenait toujours dans sa main.

La chenille en question s’Ă©tait dĂ©jĂ  enroulĂ©e dans son cocon de soie et remuait encore lĂ©gĂšrement Ă  l’intĂ©rieur de celui-çi car elle n’Ă©tait pas tout Ă  fait arrivĂ©e au stade de sa transformation en chrysalide.

En effet, maman voulait tout d’abord nous faire dĂ©couvrir l’Ă©volution de celle-çi lorsqu’elle s’Ă©tait Ă  peine enturbannĂ©e dans son fil de soie.

C’est pourquoi, elle avait fait exprĂšs de la choisir Ă  ce stade de mutation afin que nous puissions observer par la suite, chaque dĂ©tail de sa future transformation…

****

Petite parenthĂšse : La chenille :

papillon guinée

La chenille est la larve éruciforme des papillons. Certains hyménoptÚres dont les larves ressemblent beaucoup à celles des lépidoptÚres sont appelées fausse-chenille.

La chenille, une fois arrivĂ©e Ă  son plein dĂ©veloppement, s’enveloppe dans un cocon afin de se transformer en chrysalide qui va Ă  son tour devenir l’insecte adulte.

Seules certaines espĂšces de chenille tissent autour d’elles un vĂ©ritable cocon pour se mettre Ă  l’abri en vue de leur nymphose (la nymphose Ă©tant le passage Ă  l’Ă©tat de nymphe, que l’on appelle chrysalide chez les papillons).

chenille pour papy

D’autres se contentent de se fixer Ă  un support par une ceinture de soie, fil sĂ©crĂ©tĂ© de la mĂȘme maniĂšre, mais en faible quantitĂ©.

D’autres encore s’enterrent dans l’humus Ă  faible profondeur, dans une loge plus ou moins soyeuse : c’est le cas de la plupart des Sphinx.

chenille chenille

  1. TĂȘte 
  2. Thorax
  3. Abdomen
  4. Segment
  5. Corne post-abdominale
  6. Fausses pattes
  7. Stigmate
  8. Pattes
  9. PiĂšces buccales

****

Observation de la bestiole :

En ce qui concernait notre petite expĂ©rience, notre chenille avait d’ores et dĂ©jĂ  tissĂ© autour d’elle son fameux cocon (pas dans son intĂ©gralitĂ©) si particulier qui Ă©tait encore transparent et pas tout Ă  fait opaque puisqu’on pouvait encore la voir Ă  l’intĂ©rieur.

En effet, je pouvais aperçevoir son Ă©trange petite tĂȘte ainsi que son corps de couleur vert clair qui continuait Ă  se mouvoir dans sa fine enveloppe blanchĂątre.

A l’intĂ©rieur de son fin cocon, la bestiole semblait tout droit venir de la planĂšte Mars tellement elle avait un drĂŽle d’aspect. On aurait dit un petit alien…

Cela me faisait bizarre de pouvoir l’observer ainsi en direct, sur toutes les coutures et non dans un documentaire animalier.

C’Ă©tait bien plus intĂ©ressant et je dois bien avouer assez fascinant de la regarder et de la jauger dans les moindres dĂ©tails.

Elle paraissait Ă  la fois forte et fragile : d’une part Ă  cause de son cocon dont elle Ă©tait prisonniĂšre mais d’autre part, bien vivace lorsque qu’elle remuait de temps en temps Ă  l’intĂ©rieur de celui-çi.

En somme, ce petit ĂȘtre si bizarre et si petit soit-il avait dĂ©jĂ  une certaine force de caractĂšre qui ne nous laissait pas indiffĂ©rent, mon frĂšre et moi.

Elle avait rĂ©ussi Ă  attiser notre grande curiositĂ© et nous Ă©tions dĂ©jĂ  trĂšs impressionnĂ©s par elle…

Mais il n’empĂȘche qu’elle me faisait Ă©galement un peu peur Ă©tant donnĂ© que je n’aimais pas trop le monde des insectes…

****

La bestiole dans sa boĂźte d’allumettes :

Notre petite trouvaille Ă  l’intĂ©rieur de sa boĂźte d’allumettes lĂ©gĂšrement entrouverte ; maman, mon petit frĂšre et moi rentrĂąmes Ă  nouveau Ă  l’intĂ©rieur de notre maison.

Maman dĂ©posa la boĂźte sur l’une des Ă©tagĂšres du grand buffet de notre salon. Ainsi, nous pourrions voir facilement l’Ă©volution de la fameuse chenille lorsque nous le souhaiterions…

« VoilĂ  les enfants. Vous avez vu que la chenille remuait encore Ă  l’intĂ©rieur de son cocon. Ensuite, de plus en plus, elle va le consolider pour se transformer enfin en une chrysalide » dit-elle en nous souriant.

Olivier Ă©tait beaucoup plus curieux que moi et lui demanda presque aussitĂŽt :

« Maman ? Est-ce que la chenille va bien respirer ? »

« Mais oui Olivier. Regarde, j’ai laissĂ© entrouverte la boĂźte pour justement qu’elle ait son oxygĂšne. Ne t’inquiĂšte pas. Tout ira bien pour elle jusqu’Ă  ce qu’elle se transforme en chrysalide »

« Chouette ! On verra toute sa transformation alors ? » dit-il dans un large sourire.

« Eh oui mon Coco ! Toi et ta soeur pourrez voir toute son Ă©volution en direct. Ce sera bien mieux qu’un documentaire tĂ©lĂ©visĂ© ! »

En ce qui me concernait, je n’osais pas trop toucher la boĂźte oĂč Ă©tait logĂ©e cette Ă©trange bestiole mais cela m’intĂ©ressait tout de mĂȘme. Il est vrai que je n’aimais pas trop le monde des insectes mais en ce qui concernait celle-çi, j’avais envie de connaĂźtre son Ă©volution.

Et puis maman m’avait assurĂ© que la bestiole en question ne pourrait guĂšre s’enfuir vu que la boĂźte d’allumettes n’Ă©tait que lĂ©gĂšrement entrouverte. D’ailleurs, en voyant mon air inquiet, maman se mit Ă  rire.

« Mais ne t’inquiĂšte pas CĂ©cile ! Tu vois bien que cette chenille est enroulĂ©e dans son cocon. En plus, bientĂŽt elle ne bougera plus du tout. Crois-moi, tu ne risques rien. Et lorsqu’elle commençera Ă  sortir de son cocon, maman t’a dĂ©jĂ  dit qu’on irait ensemble dehors pour qu’elle puisse dĂ©ployer ses ailes. D’accord ? Tu es rassurĂ©e maintenant ma Poupoule ? »

« Oui, maman » dis-je dans un timide sourire quelque peu crispĂ©.

****

Olivier, contrairement Ă  moi Ă©tait fou de joie. De temps en temps il ne pouvait pas s’empĂȘcher de regarder par l’ouverture de la boĂźte pour y observer notre petite chenille.

Une fois qu’il l’avait pour la Ă©niĂšme fois observĂ©e sur toutes les coutures ; il revenait alors en sautillant vers moi qui Ă©tait sagement installĂ©e dans le canapĂ© du salon en train de jouer Ă  un jeu vidĂ©o puis invariablement il me disait avec beaucoup d’enthousiasme :

« CĂ©cile ! J’ai encore regardĂ© la chenille. Elle remue toujours un peu. J’ai hĂąte qu’elle devienne une chrysalide comme maman nous a dit »

Sachant qu’il affectionnait particuliĂšrement le monde des insectes, je lui demandais alors :

« Et tu sais ce que c’est une chrysalide ? »

« BiensĂ»r. Maman nous a dĂ©jĂ  expliquĂ©. Et puis j’ai aussi appris en lisant mon magazine « Sciences et vies Junior ». Tu sais, c’est trop incroyable ces bĂȘtes lĂ  ! Moi, en tout cas je les aime bien. Et toi ? »

« Oui ça va. De toute façon, maman a dit que la chenille ne pouvait pas s’enfuir de la boĂźte… » dis-je avec une pointe d’apprĂ©hension dans la voix.

« Pfff ! N’importe quoi ! Tu vas pas avoir peur aussi de cette chenille ! BientĂŽt, elle ne pourra plus bouger du tout. Et puis maman nous a dit qu’elle ne voulait pas qu’elle sorte totalement de sa chrysalide lorsqu’elle deviendra un papillon. T’as rien Ă  craindre du tout CĂ©cile ! Je t’assure ! T’es trop inquiĂšte toi ! Allez, viens la voir de plus prĂšs avec moi » dit-il en m’attrapant dĂ©jĂ  par le bras.

« Oui ! Attends, j’Ă©teins d’abord mon jeu vidĂ©o puis je viens tout de suite la voir avec toi » dis-je un peu Ă  contre-coeur.

****

Quelques instants aprĂšs, j’Ă©tais Ă  ses cĂŽtĂ©s en train d’observer l’Ă©trange bestiole qui n’Ă©tait vraiment pas jolie…

Quant Ă  mon frĂšre, lui, il semblait totalement sous le charme de ladite bĂ©bĂȘte. Il en Ă©tait littĂ©ralement fascinĂ©.

papillon vert

J’aimais bien le regarder en train de s’extasier et s’exclamer au sujet de celle-çi. Il faut dire qu’il adorait tout ce qui se rapportait Ă  la nature. Tout l’intriguait Ă  ce sujet. Le monde des insecte l’Ă©merveillait. A ce sujet, il ressemblait Ă©normĂ©ment Ă  maman lorsqu’elle avait son Ăąge. Il Ă©tait d’ailleurs autant curieuse qu’elle et voulait toujours tout savoir et plus particuliĂšrement sur ces chĂšres insectes…

Oui, j’aimais bien le regarder en train d’observer notre chenille. C’est pourquoi il est tellement facile pour moi de vous raconter dans les moindres dĂ©tails ce joli souvenir de mon enfance.

Pendant qu’il observait la bestiole, moi, j’immortalisais cet instant dans un coin de ma tĂȘte tout en ne sachant pas qu’un beau jour j’aurais souhaitĂ© le retranscrire Ă  l’Ă©crit et qui plus est dans le vaste monde du virtuel.

Et puis, comme je vous l’avais dĂ©jĂ  dit dans un de mes nombreux articles de souvenirs, Olivier ne m’avait jamais fait un sale petit tour de gamin comme le font certains petits frĂšres envers leurs soeurs.

Non, je dois bien avouer qu’il n’Ă©tait pas du tout comme ça. Il savait que j’avais peur des insectes et que j’en avais une sainte horreur ; d’ailleurs il s’en moquait parfois mais jamais il n’allait plus loin que ça en m’en lançant une sur moi par exemple. Non, et fort heureusement d’ailleurs, sinon je n’aurais guĂšre apprĂ©ciĂ© et cela aurait valu Ă  mes yeux, d’ĂȘtre une trahison, ni plus, ni moins !

Bref, j’Ă©tais surtout intriguĂ©e par mon jeune frĂšre.

Le voir autant passionnĂ© par ces Ă©tranges bestioles me sidĂ©rait quelque peu mais je finissais par m’y adapter. Sans doute Ă©tait-ce dĂ©jĂ  l’amour inconditionnel d’une soeur aĂźnĂ©e envers son petit frĂšre car il faut bien que je l’avoue, j’Ă©tait totalement attendrie par lui.

C’Ă©tait disons plutĂŽt lui qui me fascinait autant que la petite bestiole.

Et vous me diriez alors pourquoi ? Tout simplement parce que d’une part je l’aimais et que d’autre part, je le trouvais trĂšs dĂ©brouillard pour son jeune Ăąge et trĂšs vif d’esprit.

C’Ă©tait dĂ©jĂ  un vĂ©ritable trombe de l’air qui adorait explorer, s’aventurer, trifouiller, fouiner sans peurs ni craintes dans Ă  peu prĂšs tout et n’importe quoi… Un vrai petit aventurier qui Ă©tait avide de savoir et de tout connaĂźtre sur notre belle et si vaste nature…

J’Ă©tais tout l’inverse, c’est pourquoi je l’admirais tant car contrairement Ă  lui, je n’Ă©tais pas une fanatique de la nature et encore moins des insectes…

Non, moi c’Ă©tait de grimper sur MON MANGUIER VOYAGEUR , de me jucher sur la plus haute des branches afin d’admirer le ciel, les nuages, les oiseaux, l’ocĂ©an, les vagues, ressentir le vent, laisser les rayons du soleil me chauffer le visage et le corps et observer de temps en temps, mon cher petit frĂšre en train de jouer en bas sur la terre ferme avec tous ces Ă©tranges insectes…

fourmi noire

 

1751106966_6573725355

Je lui laissai bien volontiers ce plaisir et prĂ©fĂ©rais le regarder du haut de mon arbre, en train de s’extasier sur telle ou telle espĂšce d’insecte qu’il venait de dĂ©nicher…

A le voir ainsi si dĂ©brouillard et si mĂ©ticuleux avec ces bĂ©bĂȘtes, je me disais souvent au plus profond de moi-mĂȘme qu’il Ă©tait l’aĂźnĂ© et que moi, j’Ă©tais sa petit soeur… Je ne ne sais pas pourquoi mais je le pensais rĂ©ellement Ă  cette Ă©poque lĂ . Il semblait si sĂ©rieux et attentionnĂ© envers la nature qui l’entourait alors que moi j’en Ă©tais parfaitement dĂ©sinvolte.

Ce n’Ă©tait pas pĂ©joratif pour moi de penser que j’Ă©tais sa petite soeur, bien au contraire puisque cela me rĂ©confortait de le savoir diffĂ©rent de moi. De le savoir si audacieux et si aventureux…

Tout ceci pour vous dire que notre chenille Ă©tait certes une formidable dĂ©couverte mais dĂ©couvrir le cĂŽtĂ© explorateur de mon jeune frĂšre l’Ă©tait tout autant…

****

Quelques jours aprĂšs (disons 5 jours plus tard), notre fameuse chenille ne bougeait plus du tout comme si celle-çi Ă©tait morte mais ce n’Ă©tait pas du tout le cas.

En fait, son enveloppe corporelle avait totalement changĂ©e d’aspect et de couleur. Elle semblait plus solide qu’avant et sa teinte Ă©tait entre le marron et le beige clair.

marron beige chrysalide

Olivier en était davantage fasciné car il savait que bientÎt la chrysalide deviendrait un majestueux papillon.

Il trĂ©pignait d’impatience et ne cessait de me rĂ©pĂ©ter :

« T’as vu CĂ©cile ! ça y est ! c’est comme maman nous a dit ! BientĂŽt, elle va dĂ©chirer sa chrysalide. J’ai trop hĂąte ! et toi ? »

« Moi aussi » dis-je dans un petit sourire.

Je ne sais pas pourquoi mais Ă  cet instant prĂ©cis oĂč je lui parlais, j’Ă©tais vraiment sincĂšre. J’avais hĂąte Ă©galement de voir enfin l’envolĂ©e de cette bestiole.

****

Petite parenthĂšse : La chrysalide :

chrysalide transf

Chez les insectes holomĂ©taboles (c’est-Ă -dire aux mĂ©tamorphoses complĂštes, par exemple les papillons et les abeilles), qui effectuent deux mues de mĂ©tamorphose, la chrysalide est le stade de dĂ©veloppement intermĂ©diaire entre la larve et l’adulte.

Les chrysalides durcissent et changent de couleur. Les papillons selon les espĂšces se mĂ©tamorphosent au bout d’une semaine.

Quelques heures avant l’émergence du papillon, l’enveloppe de la chrysalide devient transparente chez certaines espĂšces et laisse apparaĂźtre les couleurs des papillons.

Lorsque les segments abdominaux se distendent, l’émergence est imminente. Un autre nom pour dĂ©signer ce stade intermĂ©diaire est la nymphe.

chrysalide papillon

Une des caractĂ©ristiques de la nymphe est qu’elle ne se nourrit pas (ses piĂšces buccales et son tube digestif subissent aussi une mĂ©tamorphose importante) et qu’elle vit sur ses rĂ©serves.

La nymphe des lĂ©pidoptĂšres est souvent appelĂ©e chrysalide. La nymphe peut, selon les espĂšces, ĂȘtre protĂ©gĂ©e par un cocon.

****

La métamorphose :

Voici une vidĂ©o intĂ©ressante sur la mutation d’une chenille Ă  papillon : ici, il s’agit du Papillon Monarque.

****

Deux jours plus tard, maman s’Ă©cria :

« Regardez les enfants ! Venez voir ! Vite ! La bĂȘte est en train de crever son enveloppe. Vous voyez, regardez bien »

Je n’en revenais pas et je dois bien avouer que j’en fus littĂ©ralement subjuguĂ©e.

En effet, l’Ă©trange bĂȘte semblait pousser avec sa tĂȘte la fibre du cocon dans lequel elle Ă©tait enfermĂ©e.

De nouveau (comme au tout dĂ©but, oĂč maman l’avait dĂ©collĂ©e de sa feuille), l’insecte bougeait Ă  l’intĂ©rieur de son enveloppe qui Ă©tait trĂšs Ă©paisse et opaque.

Sous nos yeux d’enfants Ă©merveillĂ©s et fascinĂ©s, la vie naissait.

Un petit ĂȘtre voulait sortir de sa prison qui l’avait pourtant protĂ©gĂ©e jusqu’alors car il Ă©tait tout simplement dĂ©sireux de connaĂźtre la libertĂ©…

Du coin de l’oeil, j’observais Ă©galement mon petit frĂšre et j’Ă©tais heureuse de le voir heureux…

« Regarde maman, il vient de passer sa trompe. Il va pas tarder Ă  sortir de sa chrysalide. Hein, pas vrai maman ? »

trompe papillon

« Oui, mon Coco ! Effectivement. D’ailleurs, nous allons vite aller dehors, maintenant. Venez, suivez-moi. Vite, il va pas tarder Ă  sortir entiĂšrement de son cocon »

Maman transporta avec elle la boĂźte d’allumettes dont elle avait retirĂ© complĂštement le couvercle et sortit rapidement dehors avec nous, Ă  ses cĂŽtĂ©s.

****

L’envolĂ©e majestueuse :

le papillon et son cocon

A présent, le papillon dont les ailes étaient froissées et fripées ne tarderait plus à sortir de son épais cocon.

Il se dĂ©battait tant bien que mal mais s’arrĂȘtait de temps en temps car il Ă©tait encore faible.

Il se tortillait dans tous les sens et ne cessait de fissurer son cocon à force de se débattre.

Les antennes de sa tĂȘte Ă©taient d’ores et dĂ©jĂ  sorties Ă  l’extĂ©rieur ainsi que ses ailes et bientĂŽt la coque si Ă©paisse de son enveloppe ne tarderait pas Ă  se dĂ©tacher de son abdomen.

« Maman ! CĂ©cile ! Regardez ! ça y est ! il vient de sortir totalement de son cocon ! Vous avez vu ?? Wahou ! Il est trop beau ! T’as vu les couleurs de ses ailes CĂ©cile ? » s’exclama Olivier en me les montrant du doigt.

« Oui. Ses ailes sont jolies » rĂ©pondis-je tout bas, sous le coup de l’Ă©motion et de la fascination.

****

Maman Ă©tait vraiment heureuse de nous faire dĂ©couvrir en direct ce qu’elle mĂȘme avait vĂ©cu des annĂ©es auparavant lorsqu’elle n’Ă©tait qu’une enfant.

« Vous voyez les enfants. VoilĂ  ce que Maman avait vu lorsqu’elle Ă©tait petite fille Ă  Madagascar et dont je vous parlais Ă  chaque fois Ă  Sausset-Les-Pins. C’est beau, non ? »

« Oh oui Maman ! » rĂ©pondit aussitĂŽt mon petit frĂšre qui ne cessait de sourire tellement il Ă©tait Ă©merveillĂ©.

« Il va bientĂŽt s’envoler Maman ? »demandais-je un peu intriguĂ©e.

« Oui, ma Poupoule. Il ne va plus tarder »

J’Ă©tais aux anges de voir ma mĂšre et mon petit frĂšre si complices vu qu’ils aimaient bien les papillons puis spontanĂ©ment je fis une bise Ă  Maman comme pour la remercier de cet instant, de ce partage qu’elle venait de nous faire vivre.

« VoilĂ  ! il va s’envoler ! » s’exclama Olivier en tapant dans ses mains.

« Oui, mon Coco ! Il va s’envoler, maintenant » dit Maman, les yeux brillants de joie.

A cet instant prĂ©cis, Olivier ne put s’empĂȘcher d’effleurer les ailes du papillon.

« Ses ailes sont douces » chuchota t-il.

Et Ă  peine eut-il prononcĂ© cette phrase, que le papillon Ă©tira ses ailes et commença Ă  voleter maladroitement vers la branche la plus basse d’un arbuste.

papillon

Il s’y posa dessus puis commença Ă  se faire une petite toilette Ă  l’aide de ses longues pattes qu’il ne cessait de mouvoir vers sa petite tĂȘte.

envol du papillon

Au bout de quelques instants, il quitta sa branche puis vola davantage plus haut jusqu’Ă  ce qu’on ne puisse plus l’aperçevoir du tout.

En effet, il venait de voler par dessus le haut mur de clÎture alvéolé qui faisait face à la mer.

Sans doute avait-il Ă©tĂ© attirĂ© par l’ocĂ©an. Nul ne le saura jamais.

Quoi qu’il en soit, nous avions assistĂ© en direct, mon frĂšre et moi Ă  sa majestueuse envolĂ©e vers le vaste monde.

butter vole loin

****

Un spectacle magnifique de la nature que je tenais Ă  vous dĂ©crire dans les moindres dĂ©tails Ă  travers cet article et que je n’oublierai jamais.