√Čtiquette¬†: mangue

Le Manguier voyageur

J’aimerais vous raconter un souvenir de la Guin√©e qui me touche particuli√®rement √† chaque fois que j’y songe lorsque j’ai de la nostalgie par rapport √† mon enfance pass√©e en Afrique…

A cette √©poque l√†, je devais bien avoir 9 ou 10 ans et je m’en souviens encore comme si c’√©tait hier…

****

Le manguier de l’√©vasion :

IMG_8411
Comme je vous l’avais d√©j√† racont√© lors de mes pr√©c√©dentes anecdotes, notre maison de fonction √©tait situ√©e en bordure de mer et sa fa√ßade faisait face √† un haut mur ajour√© d’alv√©oles par lesquelles on pouvait aper√ßevoir une magnifique plage de sable blanc…

Parfois, il pouvait m√™me arriver que l’un de nos 3 chats passait la t√™te √† travers l’une d’entre elles ; afin de regarder sans doute juste par curiosit√© ; ce qui se passait derri√®re…

Et au devant, tout √† fait √† droite de ce haut mur,¬†se trouvait un grand et bel arbre fruitier qui n’√©tait autre qu’un manguier…

La partie inf√©rieure des branchages de celui-√ßi venait se coucher litt√©ralement sur le dessus du mur qui √©tait incrust√© de brisures de verres de bouteilles tr√®s tranchantes afin de dissuader les voleurs de franchir le mur c√īt√© plage.

****

Mon arbre à moi !
Un arbre qui √©tait pour moi comme un confident bien vivant et bien plus encore car il me transportait √† chaque fois que je le souhaitais, loin du monde r√©√®l dans des voyages extraordinaires, au-del√† des fronti√®res, dans les airs ! vers de nouvelles contr√©es…

J’adorais ce manguier qui me permettait de m’√©vader l’esprit et de r√©aliser chacun de mes r√™ves rien qu’en regardant de mes yeux √©merveill√©s, la mer, le ciel et les nuages si blancs…

ciel_bleu2
De mon arbre, juch√©e tout √† fait en haut de la cime, je pouvais aper√ßevoir toute l’immensit√© de l’oc√©an Atlantique et sentir ses agr√©ables odeurs d’algues et d’embruns…

vac-aux-seychelles_logo
J’√©coutais avec all√©gresse le bruit du ressac de la mer mais aussi celui du vent, entrem√™l√©s par les cries de joie des quelques enfants Guin√©ens qui jouaient, non loin de l√†, sur la plage…

Tous mes sens étaient en éveil :
– La vue de ce superbe tableau repr√©sentait tant√īt, (suivant les jours) une mer houleuse ou lisse comme une ardoise…

– Le bruit des vagues me ber√ßait tandis que le souffle du vent de la mer venait me rafra√ģchir les yeux qui restaient l√©g√®rement pliss√©s √† cause de la force de celui-√ßi…

– Le vent me caressait tout doucement le visage et me procurait une v√©ritable sensation de bien-√™tre et de fra√ģcheur gr√Ęce √† sa ventilation ; tellemement il faisait extr√™mement chaud en Guin√©e…

Je me rappelle qu’√† ces moments l√†, je me sentais si sereine, si libre, si heureuse et¬†en totale harmonie avec la nature, la mer, le ciel et le vent…

Ce vent que j’aimais tant et qui faisait virevolter par moment, ma longue queue de cheval blonde qui venait me chatouiller le visage…

A ces moments l√†, j’avais l’impression de m’envoler tel un oiseau dans ce ciel si bleu, parsem√© de nuages et qui me fascinait tant…

Je respirais l’air marin √† pleins poumons et je me sentais libre face au vent de la mer comme si je gouvernais le monde entier…(exactement comme la fameuse sc√®ne du film « Titanic » ou le h√©ros « Jack » se sentait √™tre le « Roi du Monde »)

jack
Je me sentais √™tre la Reine de tout l’oc√©an Atlantique !¬†et pourquoi pas du monde entier tellement j’√©tais devenue une g√©ante dot√©e d’une force surnaturelle qui pouvait surmonter n’importe quel probl√®me et biens√Ľr pouvoir aider mon prochain en un claquement de doigt et ce, sans aucun effort, telle une h√©roine de bande dessin√©e…

miss-heros
Oui, gr√Ęce √† mon arbre magique, je pouvais accomplir tout ce que je ne pouvais pas r√©aliser en tant qu’√™tre humain mortel sur cette terre…

Ce manguier me grandissait et me permettait d’√™tre au-dessus de tout, rien qu’en touchant son √©corce qui √©tait √† la fois douce et rugueuse..

Oui, je pouvais ressentir toute sa force…

tf2qzrff7w9ls4z
Gr√Ęce √† lui, j’avais des ailes virtuelles dans le dos et je pouvais tout combattre sans craindre qui que ce soit car je devenais invincible et intouchable gr√Ęce √† ses pouvoirs surnaturels qu’il m’avait transmise…

neo-arrete-le-temps

****

Mon chat Poussy-cat :

p1040810
J’aimais bien √©galement, emmener avec moi mon adorable chat Poussy-cat que j’installais bien confortablement dans son panier en raphia.

Ensuite, je reliais ensemble les deux anses du panier par une épaisse corde en plastique en formant un triple noeud afin que cela soit bien solide.

Panier-172
Puis je rattachais le bout de la corde √† une grosse branche bien costaude afin que mon chat puisse dormir en toute tranquillit√© sans risque que la corde ne c√®de et que celui-√ßi ne tombe en bas de l’arbre.

Ce que je tiens √† signaler, c’est que ce genre de d√©sagr√©ment ne lui √©tait encore jamais arriv√© car je faisais toujours tr√®s attention √† la robustesse de la corde et biens√Ľr √† la solidit√© de la branche √† laquelle son panier √©tait suspendu.

Et voil√† que mon chat dormait paisiblement dans son panier qui faisait de temps en temps des vas et vient tel un balan√ßier √† cause du vent o√Ļ tout simplement parce qu’il s’√©tait mis debout sur ses 4 pattes pour pouvoir changer de position.

A ces moments-l√†, il faisait remuer assez dangereusement son panier mais disons qu’il √©tait tr√®s habile puisqu’il ne perdait jamais l’√©quilibre et qu’il arrivait toujours √† stabiliser le fameux balan√ßier.

Le panier de mon chat était suspendu à la plus haute des branches, tout près de moi et souvent je me mettais à lui caresser le dos, le ventre et la tête tout en lui murmurant des mots doux.

Inutile de vous dire que nous √©tions lui et moi en totale symbiose…

Poussy-cat n’avait pas du tout le vertige et cela se voyait qu’il avait totalement confiance en moi puisqu’il arrivait √† dormir pr√®s de deux heures de temps dans son panier qui √©tait suspendu dans le vide…

Je crois m√™me qu’il adorait ces moments-l√† avec moi et biens√Ľr, c’√©tait r√©ciproque en ce qui me concernait.

Il faut dire que je l’adorais tellement mon Poussy-cat…

****

Une petite frayeur :
Je me rappelle d’un certain jour…

J’√©tais debout sur une des grosses branches du manguier et je regardais l’oc√©an droit devant moi tout en r√™vassant.

Il pouvait m’arriver √©galement de cueillir une ou deux mangues bien m√Ľres que je pla√ßais ensuite √† l’int√©rieur d’un sac en plastique rest√© accroch√© √† l’une des branches de l’arbre.

mangue
Je n’aimais pas les mangues √† l’√©poque ; par contre ma Maman en raffolait alors le plus souvent je les lui donnais.

Aujourd’hui, j’ai appris √† les appr√©cier et je dois bien avouer qu’elles sont devenues l’un de mes fruits exotiques pr√©f√©r√©es.

De temps en temps, j’aimais bien aussi regarder la villa de notre voisin qui se trouvait √† droite de notre manguier, derri√®re le haut mur de cl√īture.

Comme je me trouvais √† la cime de l’arbre,¬†j’arrivais facilement √† observer son jardin o√Ļ se baladaient deux grands l√©vriers Afghans gris qui ne pouvaient pas me voir tellement j’√©tais bien cach√©e parmi les feuillages de mon manguier…

J’aimais bien les regarder et de temps en temps je voyais √©galement un des domestiques sortir de la villa pour leur donner √† manger.

levrier_afghan2

 

Manguier-mangues
A un moment donn√©, je voulais juste changer de position car j’avais un peu des fourmis dans les jambes alors je d√©cidai d’agripper une des branches afin de me soutenir puis une autre et encore une autre quand soudain je faillis basculer en arri√®re.

En effet, avec horreur je m’aper√ßus que je tenais dans ma main droite un esp√®ce de long b√Ęton, un peu mou…

C’√©tait un phasme ! un de ces horribles phasmes bizarres que je d√©teste tant !

phasme

Petite parenthèse : Le Phasme :
Les phasmes sont des insectes herbivores qui se fondent dans leur environnement en imitant à la perfection des brindilles, des feuilles mortes ou vertes, voire des lichens.

On parle dans ce cas d’homotypie et d’homochromie (respectivement « m√™me forme, m√™me couleur ») et ce type de mim√©tisme est √† l’origine de son nom vernaculaire : le ¬ę B√Ęton du Diable ¬Ľ.

Ce camouflage est pouss√© jusque dans leur fa√ßon de se mouvoir, puisqu’ils se d√©placent lentement, par √†-coups, comme une branche ballott√©e par le vent.¬†La plupart peuvent √©galement rester parfaitement immobiles pendant des heures.

****

Je poussai un grand cri¬†puis avec effroi et d√©go√Ľt je secouai fr√©n√©tiquement ma main puis illico presto cette esp√®ce de petite branche qui n’en √©tait pas une du tout tomba sur les graviers par terre, juste au pied de l’arbre…

Ameut√© par mes cris, le gardien de jour courut tr√®s vite vers le manguier o√Ļ j’√©tais perch√©e ; leva les yeux vers moi et me dit en fron√ßant les sourcils :

« C’est quoi C√©cile ! toi vu b√™te ? »

Du haut de mon arbre, Je lui répondis en criant :

« Oui Bas ! » (notre gardien de jour s’appelait Bas) « Il y a une grosse b√™te. Regarde ! Elle se trouve juste √† c√īt√© de toi. Regarde ! pr√®s de tes pieds. L√† ! L√† ! Il est toujours l√†, pr√®s de tes pieds ! »

Je lui d√©signai du doigt l’horrible bestiole qui marchait tr√®s lentement sur les petits cailloux blancs.

67515824morose4-jpg
Bas venait enfin d’aper√ßevoir le grand phasme…

Il le ramassa et le jeta tr√®s haut et tr√®s loin par dessus le mur de cl√īture puis l’horrible insecte vint alors s’√©craser sur le sable de la plage.¬†De l√† ou j’√©tais, j’avais vu toute la sc√®ne…

C’√©tait la seule et unique m√©saventure que j’avais eu sur mon arbre ! et heureusement !

Et je me rappelle que ce jour-l√† j’avais eu la trouille de ma vie surtout pour une personne telle que moi qui d√©teste tous les insectes √† part la coccinelle que j’arrive √† peu pr√®s √† tol√©rer…

Sinon en dehors de cette petite frayeur que j’avais eu, ce manguier √©tait pour moi un v√©ritable petit refuge dont j’adorais y passer des heures et des heures car il me permettait de voyager entre terre, mer et ciel comme si j’√©tais un oiseau ou tout simplement un des √©l√©ments de la nature tel que le vent…

C’est pourquoi, j’ai d√©cid√© √† travers cet article de l’appeler : Le manguier voyageur…

Je tenais absolument √† vous faire partager cette petite anecdote que je n’oublierai jamais car cela restera pour moi un de mes plus beaux moments magiques de mon enfance, pass√©e en Guin√©e √† Conakry…

Découverte de Conakry

Arrivée à Conakry :
Lorsque nous nous retrouv√Ęmes moi et ma famille √† l’int√©rieur de l’a√©roport de Conakry ; mon p√®re cherchait des yeux notre chauffeur de voiture qui s’appelle « Momo »…

Petite parenthèse :
Auparavent, mon p√®re avait d√©j√† effectu√© une p√©riode de travail (p√©riode d’essai de 4 mois) en tant que contr√īleur de gestion dans la soci√©t√© « SOGUICOM » (une soci√©t√© commerciale de transport qui √©tait charg√©e de fret a√©rien et de fret maritime) et c’est pourquoi il connaissait d√©j√† assez bien la ville de Conakry et ses alentours (restaurants, h√ītels, ect…)

Durant sa p√©riode d’essai, mon p√®re habitait donc dans une maison de fonction situ√©e en plein centre-ville de Conakry…
Dans cette maison, mon p√®re avait du personnel dont notamment : – un cuisinier et un « boy » (un boy d√©signe en Afrique francophone, tout employ√© salari√© de maison) et en ce qui concerne l’ext√©rieur de celle-√ßi, il avait √©galement : 1 chauffeur de voiture, 1 gardien de jour et 1 gardien de nuit…

Découverte de Conakry :
Parmi la foule qui se trouvait √† l’int√©rieur de l’a√©roport ; mon p√®re cherchait des yeux notre chauffeur « Momo »….
Puis soudain mon p√®re s’√©cria en d√©signant une personne qui se tenait pr√®s de la porte de sortie de l’a√©roport : « Voici, notre chauffeur, vite allons vers lui… »
Nous all√Ęmes donc vers « Momo » qui venait de nous aper√ßevoir et qui nous souriait au loin…
Mon p√®re dit : « Bonjour Momo, tu vas bien ? Nous venons √† peine d’arriver…C’est bien que tu sois d√©j√† l√†…je te cherchai…Je te pr√©sente ma famille ; voici mon √©pouse et mes enfants… »
Ma m√®re, mon petit fr√®re et moi le salu√®rent puis Momo nous dit : « Bienvenue √† vous et bienvenue √† Conakry…Je suis content de conna√ģtre la petite famille de Monsieur et j’esp√®re que vous vous plairez dans notre pays, en Guin√©e… »
Puis apr√®s ces paroles chaleureuses, Momo nous aida √† ranger nos valises ainsi que nos bagages √† main dans le coffre de notre voiture puis nous commen√ß√Ęmes √† entreprendre notre trajet direction notre maison de fonction…
Durant le trajet, je ne cessai de regarder tous ces beaux paysages que je n’avais jamais encore vu…
Nous √©tions en p√©riode de saison des pluies ; et le temps √©tait tr√®s nuageux ; ce qui rendait encore plus belle toute cette atmosph√®re africaine…

arton70
On aurait dit un magifique tableau enchanteur !!!
Puis √† un moment donn√©, ma m√®re aper√ßu au bord de la route, des √©talages de fruits et de l√©gumes qui √©taient dispos√©s sur de grandes nattes √† m√™me le sol, tels que : Mangues, ananas, goyaves, papailles, bananes, ect…
Ma m√®re s’√©cria : « Regardez les enfants ; vous avez vu les mangues, les avocats ? et regardez, il y a m√™me des ma√ģs grill√©s ; hum, les bons ma√ģs grill√©s… »
C’est alors que Momo lui r√©pondit : « Ah oui Madame, je vois que vous connaissez bien. Monsieur m’a dit que vous √©tiez n√©e √† l’√©tranger… Ici, en Guin√©e, il y a beaucoup de marchands sur le bord des routes, qui vendent souvent des ma√ģs grill√©s et toutes sortes de fruits… »
Maman lui dit : « Eh oui…effectivement, je connais bien car je suis n√©e √† Madagascar. Momo, ton pays est vraiment tr√®s beau et de plus quand je vois tous ces fruits et l√©gumes exotiques ; √ßa me rappelle vraiment mon pays natal.
Momo, tu pourrais t’arr√™ter ici, s’il te pla√ģt ; j’aimerai acheter quelques ma√ģs grill√©s pour les faire go√Ľter aux enfants… »
Momo dit : « Mais biens√Ľr Madame, pas de probl√®me ; j’allais vous le proposer… »

img_7632
Une fois la voiture arr√™t√©e devant l’√©talage de ma√ģs grill√©s ; ma m√®re ouvrit sa porti√®re et une marchande Guin√©enne vint √† elle en lui disant : « Bonjour Madame, tu veux ma√ģs grill√©s ? Tu veux combien ? j’ai d’autres fruits aussi si tu veux…C’est pas cher… »
Ma m√®re dit √† la marchande : « Je voudrais juste 3 ma√ģs grill√©s, s’il te pla√ģt… » puis la marchande enroula alors dans du papier journal, 3 ma√ģs grill√©s et les tendit √† ma m√®re avec un large sourire.
Puis ma m√®re r√©gla la marchande en lui donnant les premiers billets de banque Guin√©en, (le franc CFA) qu’elle d√©couvrait pour la premi√®re fois…
Une fois apr√®s avoir achet√© les ma√ģs ; Maman nous les donna et nous continu√Ęmes √† nouveau notre trajet vers notre maison ; direction Madina Corniche, tout en mangeant tranquillement nos fameux ma√ģs qui √©taient vraiment tr√®s bons…
Notre maison située à Madina Corniche :

Conakry24122008
Arriv√©s devant le haut portail de notre maison, Momo klaxonna 3 fois (c’√©tait un code pour le gardien) et le gardien de jour nous ouvrit…
Une fois la voiture gar√©e dans l’all√©e ; mon p√®re nous pr√©senta le gardien de jour qui s’appellait « Bah » et qui avait l’air tr√®s sympathique…
Puis nous entrepr√ģmes enfin de faire le tour du propri√©taire…
C’√©tait vraiment une maison magnifique et n’en parlons pas du jardin qui se trouvait en bordure de mer…
D’ailleurs, de l√† ou je me trouvais, je pouvais entendre le ressac…
Le jardin √©tait cl√ītur√© par de hauts murs infranchissables…
En effet, par dessus ces murs, on pouvait aperçevoir des rangées de verres de bouteilles incrustés à même le ciment afin de pouvoir dissuader les voleurs.
Le seul mur qui √©tait ajour√© et qui se trouvait √™tre en fa√ßade de notre maison, donnait sur la mer…
Je d√©cidai alors, de m’en approcher et √† travers les alv√©oles, j’aper√ßu toute l’immensit√© de l’oc√©an Atlantique…
Quelle merveille !!! quel plaisir de regarder cette superbe vue et de sentir tous ces embruns…

P1000816
J’√©tais tout simplement sous le charme de ce magnifique spectacle et je me disais en mon fort int√©rieur, que j’avais √©norm√©ment de chance de me retrouver ici, en famille et qui plus est dans un tr√®s beau pays tel que la Guin√©e…
Dans ce jardin, il y avait également, 3 immenses manguiers et une charmante gloriette qui se trouvait non loin de la véranda extérieure de notre maison.
Tout √©tait si beau et si parfait que j’avais l’impression de r√™ver mais pourtant j’√©tais bel et bien en train de vivre ce joli r√™ve…
Apr√®s avoir fait le tour du propri√©taire, nous visit√Ęmes enfin l’int√©rieur de la maison…
Tout ce que je peux en dire en me souvenant de cette visite int√©rieure, c’est que je trouvai une fois de plus que tout √©tait parfait.
En effet, mon fr√®re et moi avions chacun notre chambre et notre salle de bain…
Alors que demander de plus ?
La chambre de mes parents se trouvait non loin de la n√ītre et ils avaient eux aussi leur propre salle de bain, attennante √† leur chambre.
Le salon √©tait immense et la salle √† manger se trouvait pr√®s de la cuisine…
La maison √©tait vraiment bien agenc√©e et tr√®s agr√©able…
Bref tout √©tait parfait √† part quelques r√©novations qui √©taient d√©j√† pr√©vus tels que : peinture des murs du salon et des chambres ou encore changement du carrelage de la salle √† manger et de la cuisine puis pose de la moquette dans les 3 chambres…
La visite de notre maison termin√©e, et pour nous remmettre de notre long voyage, mon p√®re d√©cida de nous emmener d√©jeuner dans un restaurant qui √©tait tr√®s r√©put√© √† Conakry et qui s’appellait : « Chez Papy »…

Un repos bien mérité :
Arriv√©s au restaurant, mon p√®re nous pr√©senta « Papy », une figure de Conakry et qui avait la r√©putation de faire de la bonne cuisine…
Et je peux vous dire que cette halte au restaurant f√Ľt de tr√®s bonne augure √©tant donn√© que nous √©tions tous les 4 tr√®s fatigu√©s de notre voyage…
La cuisine √©tait vraiment excellente…
Je me rappelle encore de ce fameux steak √† cheval (un oeuf sur le plat pos√© dessus) accompagn√© de savoureuses frites fa√ģtes maison…
Un pur régal des papilles !!!
« Papy » m√©ritait vraiment sa r√©putation de bon cuisiner √† Conakry…
Et ce f√Ľt donc, le ventre bien rempli que nous quitt√Ęmes ce si bon restaurant, direction notre maison…
Arriv√©s chez nous ; Maman d√Ľ nettoyer rapidement la partie de nos chambre afin que nous puissions vite nous reposer…

****

Les jours suivants d√©but√®rent les premiers travaux puis ainsi de suite jusqu’√† ce que notre maison soit totalement habitable…
Il est vrai que lorsque les travaux furent termin√©s ; nous v√©curent, tous les 4 ; vraiment tr√®s heureux dans cette si belle et vaste maison…
J’ai gard√© de tr√®s bons souvenirs de notre vie pass√©e en Guin√©e √† Conakry…

Ir√®ne Peyre De Lescure : Ma Mamie

Pour toi, Mamie :

Je d√©die cette page √† mes grands-parents maternels qui me manquent vraiment beaucoup…

Je souhaitais leur rendre cet hommage afin de leur dire à quel point je les trouvais formidables.

Je les regrette √©norm√©ment…

Je sais qu’ils me regardent de l√† o√Ļ ils se trouvent et je me dis qu’ils auraient √©t√© fiers de moi ; de la personne que je suis devenue…

En effet, ils n’ont pas eu le temps de me conna√ģtre davantage ; ce que je regrette infiniment, car ils sont partis beaucoup trop t√īt…

Lorsqu’ils sont partis,¬†ma famille et moi √©tions √† l’√©tranger (Guin√©e puis Tchad).

En ce qui concerne leur d√©c√®s : j’√©tais √Ęg√©e de 11 ans lorsque ma Mamie est d√©c√©d√©e (Je vivais en Guin√©e) et j’avais 15 ans lorsque mon Papy nous a quitt√©… (Je vivais au Tchad)

****

Ma Grand-Mère maternelle :

Ma Grand-M√®re maternelle « Ir√®ne Peyre de Lescure » est n√©e √† Majunga (ses origines sont R√©unionnaise et de Poitiers, France).

carte_majunga

Carte de Madagascar (Vous pouvez aperçevoir Majunga)

Carte Google de Majunga

carte-reunion

Ile de la Réunion

france

Ma Mamie est d√©c√©d√©e √† l’√Ęge de 70 ans en France.

Elle est d√©c√©d√©e des suites d’un cancer g√©n√©ralis√©…

C’est vraiment « d√©gueulasse » cette maladie,¬†elle emporte les personnes que l’on aime comme √ßa, sournoisement, sans faire de bruit…

Et cette « saloperie » de maladie m’a enlev√©e ma jolie Maminette…

Ma tendre Maminette qui √©tait si douce et si gentille…

****

Mamie, une fine cuisinière :

Je me rappelle d’un souvenir de toi Mamie, o√Ļ tu √©tais install√©e √† une table, √† l’int√©rieur de ta cuisine ; tu √©tais en train d’√©craser des cacahu√®tes grill√©es dans un mortier, afin de les r√©duire en poudre (un mortier et un pilon en pierre que tu avais pr√©cieusement ramen√© de ta terre natale : Madagascar).

Mortier-et-pilon-en-pierre-PS

Mortier et pilon en pierre

Dans cette cuisine, je revois encore tr√®s clairement ;¬†cette sc√®ne de toi, o√Ļ √† travers la vitre d’une fen√™tre, filtrait un petit rayon de soleil, venant illuminer ton doux et joli visage, ainsi que toute ta personne…

Un bien joli tableau, que cet instant l√† !¬†dont je n’oublierai jamais…(dommage que je n’ai pas pu immortaliser cet instant magique, par une photographie).

Et donc tu continuais tranquillement √† piler les cacahu√®tes…

Puis, une fois que celles-√ßi furent r√©duites en p√Ęte ; tu pr√©paras ton fameux « rougail cacahu√®tes » (sans doute un de tes p√©ch√©s mignons dont tu raffolais tant et qui provenait de tes origines r√©unionnaises).

C’est vrai que c’√©tait tr√®s bon !

58344689

****

Ma Mamie aimait beaucoup faire la cuisine et autrefois lorsqu’elle habitait √† Namakia avec mon Papy et leurs enfants, il lui arrivait souvent de faire les recettes suivantes :

emince-poulet-lait-coco-L-1-1-

  • Poulet au coco,
  • R√īti de porc aux pois du Cap,
  • Br√®des mafanes ou Romazava,

imgp5412

Pois du Cap cru

artimage_340214_3189667_201101300540637

Pois du Cap en sauce

6a00d8341ca86653ef01156f96c95d970c-500wi

Brèdes mafanes

17322942

Romazava

  • Rougail pistaches,
  • Rago√Ľt de viandes de boeuf aux bananes vertes et au lait de coco,
  • Eminc√©s de viandes de pot au feu aux confits d’oignons d√©glac√©s au vinaigre de vin,
  • Grains de ma√ģs bouillis au lait sucr√©,
  • G√Ęteaux de patates douces,
  • Beignets de manioc,

Fresh_Green_Banana_Class_A_Banana_Green_Banana_Fresh_Fruit

Bananes vertes

gateau-fondant-patate-douce-L-2-1-

G√Ęteau de patates douces

****

Les bonnes confitures de ma Mamie qu’elle concoctait elle-m√™me :

mangue

  • Confiture de tamarin,
  • Confiture de mangue,
  • Confiture de papaille,
  • Confiture de goyave,
  • Confiture de z√©vi,

tamarin-fruit

Tamarins

med-zevi-ou-evi-nain-visoflora-46342

Voici des Zévis

goyave

Goyaves

confiture-dorange-papaye-et-citron-au-gingembre-4

C’est Maman qui m’a racont√© tous les souvenirs culinaires de sa m√®re car elle aimait bien la regarder cuisiner (lorsqu’elle vivait chez ses parents √† Namakia) et du coup en l’observant, elle m√©morisait et apprenait chaque recette de celle-√ßi.

D’ailleurs ce f√Ľt gr√Ęce √† ses parents que ma Maman tomba tr√®s t√īt dans la marmite de la passion culinaire et c’est pour cela qu’elle cuisine autant bien aujourd’hui…

En ce qui me concerne, je n’ai vraiment pas de talent en la mati√®re mais je dois avouer que la cuisine m’int√©resse alors peu que peu j’apprends beaucoup √† travers ma Maman…

****

Souvenir gravé dans mon coeur :

3669_KID050_1
Je me rappelle aussi d’un autre souvenir de toi, Mamie, o√Ļ tu m’avais donn√© un bien joli cadeau ; une petite gourmette en or.

Je m’en souviens encore comme si c’√©tait hier…

Tu me l’avais offerte comme √ßa ; sans occasion particuli√®re…(ce n’√©tait pas mon anniversaire)

Et je me rappelle encore de ce que tu m’avais dit¬†lorsque tu m’avais mis la gourmette autour de mon poignet :

« C’est pour toi…√ßa te portera bonheur C√©cile…Je te la donne car tu es une gentille fille comme ta Maman et que tu es si jolie…tu es comme une poup√©e… »

Puis tu m’avais tendrement embrass√© sur la joue…

Je n’oublierai jamais ce beau moment de complicit√© entre toi et moi ma Maminette Ch√©rie…

Je me rappelle qu’√† cette p√©riode, je devais bien avoir 8 ou 9 ans lorsque tu m’avais donn√© ce joli bracelet.

Ce jour-l√†, je me souviens que tu m’avais fait un grand honneur en me l’offrant comme √ßa, juste par amour envers moi…

Mais ce qui est le plus triste dans cette belle histoire ma ch√®re Maminette Ch√©rie ; c’est que j’ai eu la malchance de perdre ce joli bracelet auquel je tenais tant…et je ne sais comment d’ailleurs…

Un jour, je m’√©tais aper√ßue qu’il n’√©tait plus attach√© √† mon poignet et prise de panique j’ai bien essay√© de le chercher partout en me disant que je finirais bien par le retrouver mais non il s’√©tait volatilis√© √† jamais…

Alors, j’ai d√Ľ me r√©soudre au pire : le bracelet √©tait tomb√© quelque part ; je ne sais dans quel endroit ; bref il √©tait bel et bien perdu dans la nature et c’√©tait une certitude que je ne le retrouverais plus jamais…

D’ailleurs, je m’en √©tais beaucoup voulue¬†(jusqu’√† aujourd’hui d’ailleurs…) de l’avoir perdu car cette gourmette repr√©sentait tellement pour moi…

Non seulement par sa mati√®re pr√©cieuse (en or) mais aussi par ce qu’il en √©manait un lien profond qui me rattachait √† toi, ma douce Mamie…

Aujourd’hui je ne poss√®de peut-√™tre plus ce joli bijou mais je garderai toujours et √©ternellement ce beau souvenir de toi…

****

Et telle une gourmette sur laquelle on y graverait son pr√©nom ; je tiens √† te dire ma douce Maminette que je graverai √† jamais dans mon coeur ; cette belle image de toi, m’offrant ce merveilleux cadeau…

Je t’aime Mamie et je ne t’oublierai jamais. Ta petite fille : C√©cile

****

Cliquez sur ce lien si vous souhaitez √©couter la musique que j’ai concoct√© pour ma Grand-M√®re maternelle :

MUSIQUE DE MA MAMIE

****

Alors vous l’aurez compris ; voil√† pourquoi je souhaitais absolument rendre hommage √† mes grands-parents maternels afin de leur dire tout simplement que je les aime et que je ne les oublierai jamais….