√Čtiquette : j√©sus

Ma plus belle √©toile ūüƆ

En ce jour de 24 D√©cembre 2017 ; un de ces jours que j’aime particuli√®rement ; un de ces jours que tous les enfants du monde entier affectionnent tant ; un de ces jours qui me ram√®neront toujours loin en arri√®re‚Ķ.

Un de ces jours o√Ļ tous mes plus beaux souvenirs de No√ęl me reviennent en t√™te‚Ķ

De merveilleux souvenirs de repas de No√ęl pass√©s en famille‚Ķ

Le sapin scintillant, la crèche toute illuminée attendant la venue au monde du Christ…

Les jolies d√©corations d’or et d’argent faisant briller mes yeux de joie‚Ķ

Le festin de fête préparé avec amour de Maman…

Les bonnes odeurs alléchantes de tous ces mets me faisant frétiller les narines de plaisir…

Les mignardises sucr√©s √† souhait…

Les douces et chaleureuses m√©lodies de No√ęl me transportant dans une all√©gresse et me faisant verser quelques larmes‚Ķ

Des larmes que je verse encore aujourd’hui mais surtout pour un √™tre cher que j’ai perdu et qui nous a quitt√©s ce Mercredi 15 Novembre 2017‚Ķ

Un √™tre exceptionnel que j’aimais si fort‚Ķ

Un √™tre qui aimait beaucoup l’ambiance de No√ęl, sa magie et toute sa f√©erie…

Un √™tre qui n’est autre que mon Cher Papa ador√©…

Un Papa au cŇďur d’or avec une g√©n√©rosit√© extr√™me pr√™t √† toujours aider son prochain ; tendre la main‚Ķ

Un Papa aimant et tolérant…

Un Papa qui aimait la vie, tout simplement…

Un homme fort, courageux, combatif et veillant tel un Papa Poule sur sa petite famille…

Oui, tu étais bien tout cela mon Papa…

Et tu aimais particuli√®rement les veill√©es de No√ęl comme celle d’aujourd’hui qui te rendaient toujours si √©mu‚Ķ

Un Papa si fort et si sensible à la fois…

Et moi, ta fille ; je souhaitais te d√©dier cet article en ce 24 D√©cembre 2017…

Tu n’es pas l√† mais tu veilleras toujours sur nous‚Ķ sur ta petite famille que tu aimais tant‚Ķ

Tu n’es pas mort‚Ķ Tu es juste parti faire un voyage dans le ciel‚Ķparmi les √©toiles toutes illumin√©es et tu nous observes de l√† haut‚Ķ

Tu es toujours l√† ; pr√®s de nos cŇďurs‚Ķ

Tes jolis yeux verts p√©tillants nous regardent avec ce bel amour que tu portais √† chacun d’entre nous‚Ķ

Le plus grand amour de ta vie : Notre Maman que tu ch√©rissais tant t’accompagnera pour l’√©ternit√© et √† jamais dans ton long voyage‚Ķ

Il en sera de m√™me pour nous, tes enfants… Olivier et Moi‚Ķ.

Oui, un Papa merveilleux qui restera pour toujours dans nos cŇďurs car nous t‚Äôaimons tr√®s fort et √† l’infini‚Ķ

Un Amour de Papa…

Ma plus belle √©toile qui scintillera √† jamais dans le ciel…ūüƆ

Joyeux No√ęl ! Papa ! On t’aime !‚̧‚̧‚̧

Joyeux No√ęl √† tous ! ūüíóūüíĖūüíĖūüíĖūüíĖūüíĚ

La Suricate.

Le No√™l de mon enfance : Troisi√®me partie

nativite_ane_boeufJPG

 

Minuit passé : Jésus Christ est né :

61895

Une fois après avoir dégusté nos savoureuses mignardises, mon frère et moi, nous étions endormi devant la télévision.
Soudain je sentis une main qui me touchait l’√©paule. C’√©tait Maman qui me r√©veillait tout doucement en me chuchotant √† l’oreille :

« C√©cile ? Il y a quelqu’un qui frappe √† la porte d’entr√©e. Je crois bien que c’est le Papa No√™l… »

J’√©tais toute endormie mais tr√®s vite je me mis √† sourire tellement j’√©tais heureuse d’apprendre la bonne nouvelle.

« Le Papa No√™l vient d’arriver ? » demandai-je en me frottant les yeux.

« Oui ma poupoule, il est l√† et il vous attend ton fr√®re et toi »

Sans plus attendre, je me levai et me dirigeai vers le fauteuil o√Ļ mon petit fr√®re dormait encore.

« Olivier ! Olivier ! R√©veille toi ! Le Papa No√™l est l√† ! Il est arriv√© ! Vite ! d√©p√™che toi ! »

Le r√©veil fut tonitruant mais tr√®s efficace puisqu’il se leva presque aussit√īt puis dit √† Maman, d’une voix quelque peu endormie :

« Il est l√† ?? Mais o√Ļ √ßa ? Maman ? il est o√Ļ le Papa No√™l ? »

« Il vous attend mes cocos. Venez, suivez-moi, maintenant »

Je me souviens encore que mon fr√®re et moi √©tions tout excit√©s √† l’id√©e de voir enfin ce cher Papa No√™l et qui plus est dans notre belle demeure.

En suivant Maman dans le couloir qui menait vers la porte d’entr√©e, mon coeur se mit √† battre la chamade. Mon fr√®re ne tenait plus en place tellement il √©tait impatient.
Plus que quelques secondes et nous le verrions enfin …

****

maison-du-pere-noel

Soudain nous le v√ģmes ! il se trouvait l√† juste devant nous et il arborait un large sourire.
Incroyable mais vrai ! me dis-je avec stup√©faction tant j’√©tais surprise de le voir ici, chez nous. Je n’en revenais toujours pas.

Il √©tait grand et plut√īt imposant. Il rev√™tait un manteau et un pantalon rouge vif qui ressemblaient aux images d’un livre que Maman avait l’habitude de nous faire montrer lorsqu’elle nous parlait de lui, lors des f√™tes de No√™l.

Mais l√†, il n’√©tait plus une image sur papier glac√©. Il √©tait bien r√©√®l et se tenait debout, juste devant nous.
Il portait une capuche de la même couleur que sa tenue, lui tombant sur le front et lui couvrant légèrement les oreilles.

Je dois bien avouer qu’au d√©but il me fit un peu peur sans doute √† cause de sa longue barbe blanche impressionnante qui lui mangeait le visage.
D’ailleurs, j’avais du mal √† distinguer ses traits. Je ne voyais que ses yeux √† travers ses lunettes ainsi que son nez.
C’est alors qu’il s’avan√ßa vers nous et de sa grosse voix, nous dit :

« Bonjour les enfants, je suis le P√®re No√™l ! Vous allez bien ? »

Mon frère et moi lui dirent en choeur :

« Oui ! »

« Et, avez-vous √©t√© bien sage ? »

« Oui ! »

Nous étions tellement intimidés que nous répondions invariablement la même réponse concise.

« Rapprochez-vous les enfants. Vous savez, j’ai fait un tr√®s long voyage pour venir ici dans votre maison et je ne pourrai pas rester tr√®s longtemps car j’ai d’autres maisons √† visiter »

Tout en continuant √† parler, le P√®re No√™l s’asseya sur une chaise car il disait √™tre fatigu√© de son long voyage. Il nous souriait constamment puis nous demanda √† nouveau de venir pr√®s lui.

Nous √©tions quelque peu r√©ticents √† cause de son imposante barbe blanche qui nous faisait peur mais heureusement que Maman √©tait l√† pour nous rassurer. Elle nous demanda d’aller lui faire un bisou car elle nous dit qu’il √©tait tr√®s gentil d’√™tre venu de si loin pour nous apporter nos cadeaux.

A peine eut-elle prononc√© le mot magique « cadeau » que nous commen√ß√Ęmes √† nous d√©rider et venir timidement vers lui.
Chacun notre tour, nous embrass√Ęmes tant bien mal ses joues qui √©taient envahi de barbe soyeuse, ondul√©e.

****

A un moment donné, il mit sa main gantée sur mon épaule et me demanda :

« Comment t’appelles tu jolie petite fille ? »

« C√©cile » r√©pondis-je toute intimid√©e.

« Et toi petit gar√ßon ? Comment t’appelles-tu ? »

« Olivier »

« Vous m’avez dit tout √† l’heure, que vous aviez √©t√© bien sages. C’est vrai, les enfants ? »

« Oui » r√©pond√ģmes nous en choeur.

« C’est tr√®s bien les enfants. Et n’oubliez pas, il faudra toujours √™tre bien sages entre vous deux ainsi qu’avec vos parents. Vous me le promettez C√©cile et Olivier ? »

« Oui ! »

« Merci, vous √™tes tr√®s gentils. Vous savez, j’ai apport√© tous les cadeaux que vous m’avez demand√© dans vos lettres. J’esp√®re que vous les aimerez ! »

« Oui ! »

« Je suis tr√®s content d’√™tre venu chez vous ! Vous √™tes vraiment de gentils enfants. Mais je voulais vous dire aussi qu’il y a une b√™tise que vous faites toujours et pourtant, vous m’aviez promis dans vos lettre que vous ne recommenceriez plus. »

Mon fr√®re et moi le regard√®rent interloqu√©s car nous ne comprenions pas de quelle promesse il voulait bien nous parler mais au bout de quelques instants je compris de quoi il s’agissait.

« C√©cile, J’ai vu que tu su√ßais encore ton pouce » me dit-il de sa grosse voix mais toujours dans un large sourire.

« Oui » r√©pondis-je honteusement.

« Ce n’est pas tr√®s grave C√©cile mais il faudra me promettre que tu feras attention de ne plus sucer ton pouce. D’accord petite C√©cile ? Et c’est pareil pour toi Olivier. D’accord les enfants ?

« oui »

« Je suis content de vous avoir vu les enfants. Surtout, travaillez bien √† l’√©cole et soyez toujours gentils entre vous deux ainsi qu’avec vos parents. Papa No√™l est vraiment fier de vous deux ! Maintenant, je vais devoir partir car j’ai d’autres enfants √† voir et plein de cadeaux √† livrer »

Sur ces belles paroles, le Père Noêl se leva de sa chaise et se pencha pour venir nous embrasser chacun notre tour.
Après nous avoir fait la bise, il nous dit au-revoir de la main.

« Au-revoir C√©cile et Olivier ! Amusez-vous bien avec vos jouets ! »

Il tourna les talons et repartit comme il √©tait venu par la porte d’entr√©e.

****

Je n’en revenais toujours pas ! On aurait dit un r√™ve mais non, c’√©tait bien r√©√®l ! et nous venions de voir enfin le P√®re No√™l.
M√™me si au d√©but nous avions eu un peu peur de lui, on √©tait triste √† pr√©sent qu’il soit d√©j√† parti.

Mais je savais qu’il devait voir d’autres enfants et livrer encore plein de cadeaux alors je me disais qu’il ne fallait pas que je sois √©goiste √©tant donn√© qu’il √©tait venu chez nous pour nous donner les n√ītres.

Je l’imaginai alors dans un ciel √©toil√©, son tra√ģneau tir√© par des rennes en partance pour de nouvelles contr√©es, bravant le froid polaire afin de donner de la joie aux enfants du monde entier en leur apportant des jouets.

NOEL-BLANC

Je repensais encore à sa grosse voix et me disais intérieurement que je ferais tout pour tenir ma promesse car il avait réalisé mon rêve : celui de le voir en personne.
Oui, le simple fait de l’avoir vu et entendu avait suffit √† ravir mon coeur de petite fille insouciante que j’√©tais…

****

C’est alors que Maman nous dit :

« Vous √©tiez contents de voir le P√®re No√™l ? »

« Oui ! » nous empress√Ęmes de lui crier √† coeur joie.

« Vous avez vu les beaux cadeaux qu’il vous a apport√© ? Venez les voir ! »

Maman nous entra√ģna √† l’int√©rieur d’une pi√®ce et nous fit montrer les cadeaux qui reposaient sur la moquette. Nous √©tions √©merveill√©s devant tous ces jouets.

l_04373251

« Wahou ! ils sont trop beaux nos v√©los, Maman ! » dis-je toute excit√©e.

Miniz12boyRouge

« Wahou ! Et la grosse bo√ģte de playmobiles Safari ! wahou ! trop bien ! t’as vu C√©cile ? »

« Oui, j’ai vu ! On pourra bien s’amuser ! Je suis trop contente ! »

 

 

safari-1-

 

Mon frère et moi, étions vraiment très heureux car nous avions eu les cadeaux de nos rêves.

« Maman ? o√Ļ il est Papa ? Il √©tait pas l√† quand le Papa No√™l est venu » dit Olivier en faisant une moue boudeuse.

« Il √©tait aux toilettes, mon coco. Mais ce n’est pas bien grave, il le verra l’ann√©e prochaine. Vous √™tes contents que le Papa No√™l soit venu chez nous ? »

« Oh oui ! en plus il avait une tr√®s grosse barbe ! Maman ? il doit √™tre tr√®s vieux le Papa No√™l ! Sa barbe, elle √©tait toute blanche ! » dit Olivier en faisant la grimace.

« Oui,mon coco, tu as raison, il est tr√®s vieux »

Soudain notre père fit son apparition.

« Coucou les enfants ! j’√©tais √† l’√©tage. Maman m’a dit que vous aviez vu le P√®re No√™l pendant que je n’√©tais pas l√†. Comment il √©tait ? Il √©tait gentil avec vous ? »

« Oui, tr√®s gentil, Papa ! » s’empressa de lui r√©pondre Olivier.

« Et il nous a donn√© tous les jouets qu’on voulait ! les v√©los et les playmobiles ! » lui dis-je en souriant.

« Je suis content pour vous deux ! Ce sont de bien beaux cadeaux qu’il vous a apport√© pour No√™l ! Moi, je n’ai pas pu le voir mais promis la prochaine fois je le verrai »

« Les enfants, il se fait tard » dit Maman. « Il faudra aller vous coucher maintenant et demain vous pourrez jouer avec vos playmobiles. D’accord ? Comme √ßa, vous pourrez vous amuser toute la journ√©e avec vos jouets. Et vous avez vu comme la bo√ģte √©tait tr√®s grosse ? »

« Oui Maman, c’est vrai. La bo√ģte, elle est g√©ante ! Et demain on pourra mieux jouer, hein Olivier ? » dis-je en regardant mon petit fr√®re de connivence.

« Oui ! super ! Ce sera trop bien demain ! Tu viens C√©cile ? on va regarder encore la bo√ģte »

Et nous voici tous les deux en train d’examiner sur toutes les coutures la fameuse grosse bo√ģte de playmobiles Safari tout en nous exclamant sur les petites images qui se trouvaient au dos de celle-√ßi.
Nous faisions des commentaires sur tel ou tel personnage en vantant les mérites de chacun.

****

Apr√®s nous √™tre soigneusement bross√© les dents, nos parents vinrent nous souhaiter une bonne nuit en nous embrassant l’un apr√®s l’autre.
Quelques instants plus tard, nous dormions à poing fermés.

Bien au chaud, sous mes draps, je rêvais à la venue du bon vieux monsieur à la barbe blanche qui nous avait apporté de biens jolis cadeaux.

Je rêvais également au lendemain qui serait le jour le plus merveilleux de la terre, lorsque nous nous amuserions mon petit frère et moi, avec nos jouets tant désirés.

423990353

 

Le No√™l de mon enfance : Premi√®re partie

detail-sapin-neige-et-or

 

J’ai toujours aim√© la magie de No√™l ainsi que tous les pr√©paratifs qui pr√©c√®dent ce si grand et bel √©v√®nement.
Quel plaisir de pouvoir se rem√©morer chaque instant de son enfance rien qu’en d√©corant le sapin de boules, de guirlandes scintillantes et d’ampoules √©lectriques multicolores.

C’est pourquoi j’ai d√©cid√© de vous raconter √† travers cette page, quelques anecdotes du No√™l de mon enfance pass√© √† Marseille, plus pr√©cis√©ment √† Sausset-Les-Pins.

carte-carry-le-rouet

 

Un Noêl à Sausset-Les-Pins :

Je me souviens encore de mes noêls passés à Sausset-Les-Pins, dans notre charmante villa qui se trouvait dans un lotissement à Carry Le rouet à Marseille.
Ces noêls là étaient vraiment magiques !

Je me rappelle encore avec beaucoup d’√©motion, l’un d’entre eux o√Ļ mon fr√®re et moi avions re√ßu comme cadeaux, de magnifiques v√©los rouges tout terrain ainsi que toute la panoplie compl√®te des playmobiles cat√©gorie « Safari en Afrique ».

Vous me diriez alors que c’√©tait tout √† fait de bon augure √©tant donn√© qu’apr√®s avoir v√©cu 5 belles ann√©es √† Marseille ; mes parents, mon petit fr√®re et moi allions faire quelques ann√©es plus tard, notre premier voyage africain direction la Guin√©e √† Conakry.

Une petite parenth√®se s’impose : mes parents connaissaient d√©j√† la C√īte d’Ivoire puisque nous y avions v√©cu 1 an et demi avant de faire construire notre villa √† Sausset-Les-Pins. Par contre, mon fr√®re et moi √©tions beaucoup trop petits pour nous souvenir de l’afrique.

Et donc, pour reprendre mon histoire, lorsque nous avions reçu ces magnifiques cadeaux, je devais bien avoir 6 ans et mon petit frère 5 ans (année 1983).

 

Préparatifs avant Noêl :

Quelques jours avant Noêl, notre maman nous avait aidé à fabriquer deux petites crèches pour mon frère et moi que nous avions par la suite, installées dans nos chambres respectives.

Elles √©taient vraiment tr√®s jolies et le soir, lorsque je m’allongeais sur mon lit, j’adorais admirer la mienne tout en r√™vassant et en pensant au Papa No√™l qui ne tarderait pas √† venir dans notre maison pour nous donner nos cadeaux.

1260095007_39020creche20noel20santons20jesusnaissance2002

J’√©tais √©merveill√©e et ne cessais de me dire que j’avais beaucoup de chance de pouvoir f√™ter No√™l avec mes parents et mon petit fr√®re.
Oui j’√©tais tr√®s consciente du bonheur que j’avais et je m’en d√©lectais chaque jour qui passait jusqu’√† ce que No√™l arrive enfin.

****

Au moment du coucher, en me glissant sous les couvertures, je ne manquais jamais de faire mes prières pour la Sainte Vierge Marie et son mari Saint Joseph afin que tout puisse bien se passer pour eux ainsi que la future venue au monde de leur enfant Jésus Christ.

creche-mane

Il est vrai √©galement que je n’oubliais jamais de mentionner le Petit Papa no√™l car je me disais qu’il lui faudrait beaucoup de courage pour livrer tous ces cadeaux dans chacune des maisons et ce sans en oublier une seule, surtout par ce froid si glacial.

Oui, je voulais que Dieu prenne bien soin de lui afin qu’il puisse nous apporter sans encombres √† mon petit fr√®re et √† moi nos jouets et pourquoi pas d’autres petites surprises √©tant donn√© que nous avions tout fait pour √™tre des enfants tr√®s sages avec nos parents (c’est du moins ce que je pensais).

Je priais aussi pour ma petite famille et demandais assez r√©guli√®rement pardon (pratiquement tout le temps) au Seigneur et au Petit Papa No√™l d’avoir une fois de plus sucer mon pouce et ce chaque soir durant. Oui, je dois bien avouer que c’√©tait ma plus grande faiblesse enfantine et qu’il m’√©tait difficile de m’en d√©tacher.

Et ce, malgr√© le vernis au go√Ľt amer que ma m√®re prenait le soin d’appliquer tous les une fois par semaine car elle ne voulait pas que je me d√©forme la dentition.
En y repensant aujourd’hui, je me demande encore comment je pouvais bien faire pour continuer tout de m√™me √† sucer mon pouce alors que l’amertume du vernis √©tait bien prononc√©e !

Pour vous dire √† quel point j’√©tais totalement accro de ce satan√© pouce ! ce qui n’arrangea rien du tout puisque 2 ans apr√®s je fus oblig√© de porter un appareil dentaire puis par la suite des bagues inesth√©tiques pour redresser mes dents.
Oui une v√©ritable torture mais au moins je remercie encore mes parents (et mon dentiste) de m’avoir fait faire ce traitement d’orthodontie sinon je n’aurais jamais pu arborer un joli sourire, aujourd’hui.

Avec du recul, je me dis qu’un pouce peut bien faire des d√©g√Ęts sans qu’on s’en rende compte durant son enfance !

****

Lettre au père Noêl :

2370

En √©crivant ma lettre au Papa no√™l et avant de la lui adresser par l’interm√©diaire de mes parents, je lui promettais que je ferais tout pour ne plus sucer mon pouce mais que si jamais je le faisais (sans faire expr√®s biens√Ľr), je lui demandais de bien vouloir ne pas trop m’en tenir rigueur.

J’esp√©rais donc secr√®tement qu’il me pardonnerait cette petite incartade involontaire et qu’il tiendrait plut√īt compte de ma gentillesse et du fait que je fus durant tout le mois de novembre et d√©cembre, une enfant tr√®s sage avec ses parents et son petit fr√®re (du moins c’est ce que je pensais puisque j’√©tais une vraie petite fille mod√®le : douce, polie et appliqu√©e).

Ensuite, je terminai ma lettre en le remerciant et en lui dessinant des petits coeurs au bas de la page pour lui prouver √† quel point je l’aimais beaucoup.
J’√©tais pour ainsi dire comme tous les enfants du monde entier qui souhaitaient tout simplement que le Papa No√™l leur apporterait tous les jouets dont ils avaient r√™v√© durant le mois de d√©cembre.

****

La Chrétienté :

Tout petits d√©j√†, Maman nous avait inculqu√© √† mon fr√®re et √† moi, les valeurs de la Chr√©tient√© car c’√©tait tr√®s important pour elle de nous transmettre ce que ses parents lui avaient appris √©tant enfant.

Pour ma part j’y croyais tr√®s fortement et j’aimais lorsqu’elle nous racontait l’histoire de la naissance de J√©sus Christ √† quelques jours de sa venue au monde…

ADORATION DE JESUS

 

Elle nous parlait aussi de tout ce qu’il avait accompli en grandissant et ce que les hommes lui avaient fait subir avant de mourir sur la croix.

jesus christ la croix

 

J’aimais ces instants l√† car j’√©tais fascin√©e par la vie de J√©sus Christ : cet homme si bon qui ne ressemblait √† personne et qui avait tant souffert mais toujours pardonn√© √† son prochain.

JESUS 3

 

****

Le soir, mon fr√®re et moi ne manquions jamais de faire nos pri√®res avant de nous coucher car c’√©tait tout simplement ancr√© en nous et que nous y avions pris l’habitude gr√Ęce √† Maman.
Depuis mes convictions chr√©tiennes n’ont toujours pas chang√©es et je reste tr√®s croyante en ce qui concerne ma religion catholique.

JESUS 7

 

 

Petit spectacle de marionnettes :

80027420_Marionnette-Fille_2
R√©guli√®rement, et m√™me assez souvent, notre Maman aimait bien nous raconter des petites histoires lorsqu’elle en avait le temps.
Je me rappelle que durant la p√©riode des f√™tes de No√™l, elle faisait tout pour nous faire plaisir en nous en racontant davantage d’histoires car elle adorait nous faire rire et nous rendre heureux.

On s’asseyait bien sagement face √† elle et on l’√©coutait attentivement.
Le plus souvent, elle nous racontait ses petites histoires comme √ßa, juste en improvisant et elle y arrivait fort bien. Il pouvait lui arriver √©galement d’utiliser des marionnettes-main ou encore √† fil pour agr√©menter ses contes invent√©es.

Et le simple fait d’enfiler sa marionnette-main ou encore de la faire se mouvoir √† l’aide de ses fils, suffisaient √† l’inspirer et √† commen√ßer le d√©but de son histoire.
Oui, elle aimait improviser et je dois dire qu’elle √©tait extr√™mement dou√©e pour inventer de biens jolies petites histoires qui nous fascinaient mon fr√®re et moi.

Elle nous racontait √©galement les contes traditionnels que tout un chacun conna√ģt bien, tels que : le petit chaperon rouge, Cendrillon ou encore Blanche Neige et les sept nains, ect…
Lorsque mon fr√®re et moi l’√©coutions et regardions la marionnette qui s’animait, le temps √©tait comme suspendu et nous √©tions totalement subjugu√©s par toute cette magie qu’elle d√©ployait devant nos yeux √©bahis.

Les marionnettes nous faisaient tant√īt rire selon certaines situations ou peur lorsqu’elle faisait son √©trange voix qui imitait celle d’un animal que l’on connaissait bien ou encore celle d’une sorci√®re ou d’un monstre d’un conte de f√©es.
Mon fr√®re et moi ne voulions jamais que le spectacle s’arr√™te et nous en redemandions toujours et encore afin que cela puisse continuer √† l’infini mais ne dit-on pas que les bonnes choses ont irr√©m√©diablement une fin ?

Je n’oublierai jamais ces merveilleux instants que je garderai toujours en m√©moire…
Il est vrai que parfois j’aurais aim√© me projeter dans le pass√© et me retrouver alors l’enfant que j’√©tais, en train d’√©couter et de savourer les belles histoires de Maman.

5414834861556_2

 

Les belles décorations de Noêl :

500_image0

Je me souviens encore des belles d√©corations de no√™l que Maman avait pris le soin d’installer un peu partout dans notre grand salon.
Il y avait des accordéons de guirlandes dorées/argentées accrochés au plafond ainsi que de grandes images autocollantes sur les vitres des fenêtres représentants des scènes de noêl tels que des petits anges, des étoiles, des sapins ou encore des petits pères Noêl.

boule_sapin

Pour moi, le salon de notre maison semblait alors tout droit sortir d’un conte de f√©es tellement il √©tait magnifiquement bien d√©cor√© et qu’il s’en d√©gageait une telle magnificence que j’en √©tais subjugu√©e.
Je me rappelle aussi qu’√† ces moments l√†, cette pi√®ce m’apparaissait encore plus grande et d√©mesur√©e.

f3025c85

Ne dit-on pas que tout peut nous para√ģtre plus grand lorsque l’on est un petit enfant ?
Pour moi, c’√©tait √ßa aussi la magie de no√™l : toutes ces belles d√©corations qui mettaient imm√©diatement dans l’ambiance et √©merveillaient mes yeux √† chaque fois que je les admirais.

 

Le soir du 24 décembre, avant la naissance de Jésus Christ :

61895

Ce soir l√†, Maman nous avait pass√© plein de disques de No√™l et l’int√©rieur de notre demeure baignait dans une chaleur humaine tr√®s intense.
En effet, nous avions chanté tous ensemble de très jolis chants de Noêl tels que :

Foto-3MZY6MO7

РPetit Papa Noêl,

– Vive le vent d’hiver,

– Mon beau sapin,

– No√™l blanc, ect…

 

Tous ces chants m√©lodieux √©taient si merveilleux qu’ils enveloppaient nos coeurs de joie. Je me sentais en symbiose avec ma famille et en s√©curit√© √† l’int√©rieur de notre chez nous.

Cette nuit là, fut une bien belle veillée de Noêl.

 

Le sapin et la crèche :

LA-NATIVITE-1
Je revois encore avec mes yeux d’enfant ce superbe et haut sapin vert (en synth√©tique) orn√© de boules, de guirlandes scintillantes ainsi que de guirlandes √©lectriques multicolores qui l’illuminaient joliment.

Le sapin tr√īnait fi√®rement dans notre salon et il √©tait accompagn√© de sa jolie cr√®che que Maman avait construite de ses mains pour l’occasion (elle est tr√®s dou√©e pour faire en deux temps trois mouvements des merveilles avec de simples mat√©riaux : papier, colle, ruban, ect ou avec du mat√©riel de r√©cup√©ration).
Ah cette crèche ! Elle était vraiment magnifique !

****

La féérie de Noêl :

Christmas_Screensavers
Au moment o√Ļ notre salon fut plong√© dans le noir mais tamis√© par de doux √©clairages d’abat-jours, le spectacle fut tout simplement f√©√©rique !

Les petites ampoules multicolores du sapin clignotaient par intermittence et rendaient un effet très cosy à toute la pièce.
Les effets de lumières colorées qui se projetaient sur la crèche lui donnaient un aspect magique, presque surréaliste qui me faisait rêver.

nativite_ane_boeufJPG

Les santons qui se trouvaient √† l’int√©rieur semblaient alors vivants comme s’ils √©taient sur le point de se mouvoir devant nos yeux √©merveill√©s.
Et devant un tel spectacle, je me mettais √† penser au Papa No√™l qui ne tarderait plus √† venir chez nous et me disait qu’il devait d√©j√† √™tre en chemin s’il ne voulait pas √™tre en retard.

J’avais h√Ęte d’arriver au lendemain mais restais patiente car j’adorais cette veill√©e de No√™l en famille !
Demain, mon fr√®re et moi aurions l’immense joie de pouvoir d√©couvrir nos cadeaux et d’y jouer avec.

****

Pour lire la suite, cliquez sur Deuxième partie.