Étiquette : désertique

Invasion de criquets dans la ville de N’Djamena

722px-NSE_TG

Je me souviens d’un jour ou nous devions aller séjourner 2 ou 3 jours dans un Hôtel qui s’appelle : « Novotel »…

the-hotel

Voici l’Hôtel Novotel à N’Djamena

Et ce jour-là comme par hasard, il y avait à N’Djamena ; une invasion de criquets nomade…
Afin de nous rendre à l’hôtel Novotel ; ma famille et moi avions emprunté notre voiture et c’était très dur pour mon père de conduire car la visibilité de la route était assez réduite à cause de tous ces innombrables criquets qui volaient un peu partout dans l’air et qui venaient le plus souvent se fracasser contre notre pare-brise…
Et d’ailleurs, pour pouvoir déloger tous ces criquets vivants ou morts ; mon père fut obligé d’utiliser ses essuie-glaces ; ce qui lui permit d’avoir une meilleure visibilité de la route ; quoique ce n’était pas non plus gagné, tellement il y avait bien trop de criquets !!!

Wanderheuschrecke-03Tout le long de notre parcours, je ne pouvais m’empêcher de regarder tous ces nombreux criquets qui volaient dans tous les sens et qui venaient se coller contre la vitre de ma portière…

essaim_criquetsEt je peux vous dire que je détestais les voir marcher, ces vilaines bestioles sur les vitres de notre voiture ; car j’en ai une peur bleue de ces insectes !!!
Mais le plus dur et le plus pénible pour moi fut lorsque nous arrivâmes enfin à notre hôtel et que nous devions obligatoirement sortir de notre véhicule afin de regagner la porte d’entrée de celui-çi…

6a00d83451c73369e200e54f3a88fe8833-800wi

Voici une invasion de criquets !

Malgré que mes parents et mon frère faisaient un rempart autour de moi afin de me protéger des criquets ; je ne pouvais m’empêcher de pousser des petits cris tellement j’étais effrayé par ces horribles insectes…(dans ma famille, je suis la seule à en avoir peur !!!)

photo_1246459646603-1-0

Des myriades de criquets !

Et donc, nous courûmes tous les 4 très rapidement, vers les portes d’entrées de l’hôtel afin de nous y engouffrer mais une fois à l’intérieur et avant que les portes ne se refermèrent derrière nous ; une dizaine de criquets nous avaient suivi dans notre course folle ; ce qui ne me rassurait pas du tout. Et comme vous pouvez vous l’imaginer ; il y en avaient qui voletaient un peu partout à l’intérieur du hall de l’hôtel.

1001048-Criquetcriquets1Mais disons que cela n’était rien comparé aux innombrables criquets qui volaient à l’extérieur !!!
C’est bien simple ; on ne pouvait plus distinguer la couleur du ciel tellement celui-çi était obscurcit par une nuée d’essaims de criquets faisant un bruit assourdissant à cause du frottement incessant de leurs ailes…

index2

Vue du ciel : Invasion d’essaims de criquets

239987

A l’accueil de l’hôtel, lorsque l’hôtesse nous remit les clefs de nos chambres ; je ne savais pas qu’une autre épreuve m’attendait…

Cliquez sur ce lien pour découvrir L’Hôtel Novotel de N’Djamena :

Hôtel Novotel

L’Hôtel Novotel :

0957_ho_00_p_953x385

novotel-la-tchadienne

0957_sl_00_p_953x385

En effet, il se trouvait que nos chambres communicantes donnaient sur une des ailes extérieures de l’hôtel ; ce qui ne m’enchanta pas du tout…

0957v02_J

3185592930_c4a6b66f42

Couloirs extérieurs de l’Hôtel Novotel menant à nos chambres

78975794c1-Novotel_N_Djamena_La_Tchadienne

the-hotel-1-

Et au moment d’ouvrir la porte de notre chambre ; nous fîmes donc, très attention de ne pas entraîner dans notre sillage les fameux insectes ; étant donné qu’il y en avaient encore un peu partout qui volaient dans tous les sens ou encore d’autres, qui restaient agglutinés contre les murs des couloirs extérieurs de l’hôtel…

9y8ia9s3Mais heureusement tout se passa sans encombres et finalement aucune de ces affreuses bestioles ne s’engouffra ou même ne se trouva à l’intérieur dans nos chambre…
Je pouvais enfin me détendre…
Une fois après avoir pris une bonne douche, je m’allongeai sur mon lit et avec un soupir de soulagement je me disais en mon for intérieur, que j’étais en sécurité ici ; alors qu’à l’extérieur ; la ville de N’Djamena était envahie de ces essaims de criquets…

a41d30ca-48fe-11e1-8c33-83a9aa16abdcEt pourtant, je dois avouer que cette nuit là, mon sommeil avait été très réparateur mis à part quelques mauvais rêves concernant ces indésirables envahisseurs…

Je tenais à vous raconter cette anecdote de ma vie d’expatriation passée au Tchad car ce fut pour moi un souvenir fort mémorable…Ce n’est pas tous les jours qu’on voit ce genre d’invasion d’insectes !!!

Criquet-1

Quelques explications sur le criquet nomade :

Schistocerca-gregaria-AdultLe criquet nomade ou criquet rouge est une espèce de criquet de la famille Acrididae, la seule du genreNomadacris.

SauteriauSa morphologie :
Taille des ailés mâles : 6 à 7 cm.
Taille des ailés femelles : 6 à 8,5 cm.

Son comportement :
Le criquet nomade a un comportement semi-arboricole.
Il privilégie les environnements herbacés souvent embroussaillés et denses avec de hautes graminées tels que : mais, canne à sucre, sorgho.
En saison sèche, il utilise des perchoirs arbustifs voire arborés.

3385054893_7930ebb74fSon alimentation :
L’espèce est considérée comme nuisible de par les ravages qu’elle peut faire sur les plantes.
Le criquet nomade est un ravageur polyphage (le terme polyphage désigne ou qualifie tout organisme se nourrissant d’aliments variés.
Les Tchadiens :
En général, durant l’invasion des criquets, les Tchadiens aiment bien les attrapper pour ensuite les faire frire afin de pouvoir les déguster un peu comme à la manière des petites fritures de poissons…
Pour ma part, je n’ai jamais goûté à ce genre de met et je pense que je ne m’y risquerai jamais…

criquets-frits

Voici une friture de criquets !

criquet2

L’harmattan

Ce fut en 1989 que l’on repartait (mes parents, mon frère et moi-même) pour de nouvelles aventures Africaines !!! et cette fois-çi direction : Le Tchad à N’Djamena (la Capitale)….
Comme vous pouvez l’imaginer, Le Tchad était complètement différent de la Guinée puisque son climat est désertique au Nord et tropical au Sud…

carte_afrique_000

Il y a d’ailleurs des périodes de grandes sécheresses ou l’on peut voir apparaître des vents chauds, secs et poussiéreux que l’on appelle : harmattan et qui n’arrivent qu’au nord du Tchad…

Crecerellettetroupeauweb

CIMG0332

 

paysage-sahelien-un-jour-d-harmattan1

Lorsqu’arrive cette période d’intense sécheresse ; je peux vous dire qu’il ne vaut mieux pas se retrouver à l’extérieur mais plutôt se calfeutrer à l’intérieur de sa maison…
L’harmattan ne dure en général qu’1 à 2 jours consécutifs puis peut disparaître totalement….mais il peut tout aussi bien revenir tout au long de l’année…

piste-rurale-en-periode-dharmattan

Début de l’harmattan qui commence à se lever

harmattan

L’harmattan ne cesse de s’amplifier jusqu’à ce que la visibilité devienne de plus en plus réduite…

A ces moments là ; le ciel devient rouge ou de couleur ocre…et on n’y voit plus rien tellement l’air est chargé de poussières de sable qui viennent du Sahara…

L’Harmattan :

vent_sable_002L’harmattan est un vent (alizé) chaud, sec et poussiéreux d’Afrique de l’ouest qui souffle vers le sud en provenance du Sahara dans le golfe de Guinée en hiver, entre la fin novembre et le milieu du mois de mars.

r_20050205104847-1696616674

Chargé de poussières et de sables (fines particules de 0,05 à 1 micromètre), il peut obscurcir l’atmosphère durant plusieurs jours et favorise les épidémies de méningite dans les pays sahéliens ;
Notamment au Burkina Faso, au Mali et au Tchad, ce qui entraîne :
– La fragilisation des muqueuses par les particules en suspension ;

et/ou

– Par leur déssèchement, facilitant le passage du méningocoque dans le sang. La date de son début d’apparition (entre fin novembre et début janvier), sa durée et son intensité peuvent fortement influencer les récoltes agricoles en Afrique de l’Ouest.
En effet, il repousse le front intertropical (FIT) au-dessus du golfe de Guinée, empêchant les pluies sur l’ensemble de la région.
On a remarqué pendant sa présence une nette augmentation des accidents de circulation et des accidents aériens.
Les hopitaux ont aussi noté un nombre plus important d’hospitalisations pour des causes variées :
– brûlures domestiques,
– poussées d’hypertension artérielle,
– bronchites,
Рd̩compensation psychiatrique (agitation, d̩pression, etc.).
Harmattan à N’Djamena :

f01Je me souviens encore d’un jour ou nous devions fêter le nouvel an dans un établissement et qu’il fallait prendre la voiture pour pouvoir y accéder et c’était justement au moment ou il y avait l’harmattan…
Ce fut un véritable cauchemar….
Mon père qui conduisait n’y voyait plus rien….et il fut même obligé d’utiliser ses essuie-glaces afin de retirer toute cette accumulation de poussière de sable…
Lorsque nous arrivâmes enfin tant bien que mal, sur le fameux lieu ou se déroulait la fête…je peux vous dire que l’air était tout simplement irrespirable tant la poussière était extrêmement fine…
Cet air était suffocant.
Si bien qu’il fallait se boucher le nez, fermer les yeux et la bouche et courir rapidement, se réfugier à l’intérieur du restaurant afin de ne pas se faire asphyxier par la poussière qui restait en suspension dans l’air…
C’est vrai que de me rappeler de l’harmattan n’est pas vraiment un très bon souvenir ; mais bon, au moins j’ai su ce que c’était vraiment…
Les Tchadiens connaissent bien l’harmattan et pour se protéger de cette fine poussière de sable ; ils portent un tissu enroulé autour de leur tête, tel que vous pouvez l’aperçevoir sur cette photo…

nomade-desert