√Čtiquette : aimer

L’absence ūüƆ

L’absence est si dure √† vivre‚Ķ

Je dirais qu’elle est intol√©rable et comparable √† un barom√®tre‚Ķ

Tant√īt un degr√© de souffrance plus √©lev√©‚Ķ

Tant√īt un peu moins selon ses pens√©es envers l’√™tre disparu‚Ķ

Ce n’est pas constant‚Ķ

C’est tr√®s variable‚Ķ

On ne saura alors jamais vraiment à quel degré on va se situer…

Cela dépend des jours…

Cela dépend de notre humeur…

Cela d√©pend de soi…

L‚Äôabsence, quant √† elle, viendra parfois s’immiscer dans votre esprit‚Ķ

Tout doucement… Sans faire de bruits…

Ensuite vous voudrez absolument la matérialiser…

La rendre vivante…

Comme si l’√™tre cher disparu √©tait √† nouveau face √† vous en train de vous sourire‚Ķ

C’est alors que vous lui rendrez le v√ītre tant vous serez heureux de voir cette merveilleuse apparition juste l√†, devant vos yeux‚Ķ

Mais h√©las suivant votre pens√©e ; cette soudaine apparition pourra tout aussi bien dispara√ģtre‚Ķ

Et l√†, vous serez √† nouveau confront√© √† la dure r√©alit√© de l’absence‚Ķ

Cette absence si douloureuse‚Ķ si omnipr√©sente‚Ķ qu’elle en devient suffocante‚Ķ presque irrespirable‚Ķ

Vous souhaiterez alors que l’apparition fugace revienne √† nouveau comme par enchantement‚Ķ

Et pour ce faire, il faudra vous remémorer un souvenir…

Un souvenir tout simple qui vous liait à la personne disparue…

Un souvenir heureux ou encore malheureux…

Car oui‚Ķ il peut y avoir des souvenirs pas tr√®s gais aussi‚Ķ mais peu importe du moment que l’√™tre cher revienne √† nouveau aupr√®s de vous‚Ķ

La mémoire est donc primordiale dans ces moments là…

Oui, l’absence n’est vraiment pas facile √† g√©rer‚Ķ

Elle vous ronge parfois de l’int√©rieur surtout les soirs de solitude‚Ķ

Mais la question est : Peut-on vivre avec l’absence ?

Oui et non‚ĶL’absence vous serrera toujours le cŇďur‚Ķ

C’est ainsi car vous aimiez tant cet √™tre cher disparu qu’il ne peut en √™tre autrement‚Ķ

La seule solution serait alors d’oublier…

Mais si vous ne le souhaitez pas ?

Si vous préférez au contraire raviver le passé en repensant à cet absent si précieux…

Si vous préférez au contraire le revoir près de vous…

Le rendre √† nouveau bien vivant en train de vous serrer dans les bras, vous faire un bisou sur la joue…

Revoir tout simplement son sourire ou encore ses √©clats de rire…

Revoir tout son être, juste là devant vos yeux embués de larmes…

Car les larmes finiront par tomber…

D’abord une le long de votre joue puis d’autres encore qui finiront par suivre‚Ķ

Vous n’y pourrez rien‚Ķ

C’est ainsi‚Ķ √† part si vous contr√īlez votre vive √©motion mais il est pr√©f√©rable au contraire de se laisser aller…

De se laisser emporter…glisser…

De vous réfugier dans les souvenirs du passé…

Cela vous fera du bien mais aussi du mal…

Telle est la dure loi de l’absence‚Ķ

Une r√®gle que l’on ne peut h√©las outrepasser‚Ķ

Et pourquoi résister de toute façon ?

Se laisser aller est donc le meilleur remède qui soit afin de pouvoir rejoindre votre absent…

Pour juste le revoir…

Le revoir quelques instants… quelques minutes… ou quelques secondes…

Peu importe le temps qui vous s√©pare de lui ; du moment qu’il transformera son absence en pr√©sence‚Ķ

Une pr√©sence qui vous comblera de joie m√™me si celle-ci restera √©ph√©m√®re…

Une présence que je voudrais tant garder près de moi…

Une présence qui me manque tous les jours…

Une présence qui reste pourtant dans mon esprit…

Papa…. Ton absence est si difficile à vivre…

Que je ne peux m’emp√™cher de te refaire revivre comme si tu n’avais jamais quitt√© cette terre‚Ķ

Comme si tu étais toujours là…

D’ailleurs, il en sera toujours ainsi‚Ķ

Pour moi, tu es l√†‚ĶOui, tu es toujours l√†…

Ton absence ne fait que raviver un peu plus chaque jour ta rayonnante présence…

Tu ne fais pas parti de mon passé…

Tu suivras toujours mes pas…

Tu me guideras…

Tu resteras ma lumi√®re √©clatante lorsque j’aurai peur dans la nuit noire‚Ķ

Tu resteras un père présent pour moi…

Car oui, plus que jamais, ton absence ne fait que raviver tout ton être…

Ton existence telle une seconde naissance…

L’absence ne pourra pas t‚Äôeffacer car moi je ne cesserai jamais de t’aimer √† travers mes pens√©es‚Ķ

Des pens√©es qui me feront √©ternellement voyager pour √™tre toujours √† tes c√īt√©s‚Ķ

Des pens√©es qui te font d’innombrables fois rena√ģtre √† l’infini dans les profondeurs de mon esprit…

Un esprit qui me relie un peu plus chaque jour √† toi…

Je t’aime Papa ūüíüūüíüūüíü

Publicités

Pour ton anniversaire, Maman

je-t-aime-love-maman-d-amour-131481770890

Je souhaitai faire ce petit article pour exprimer tout l’amour que je ressens pour toi Maman…
En ce jour d’anniversaire, ce 28 Novembre 2015 : ma ch√®re petite Mamounette d’amour que j’aime tant, je voulais te d√©dier cette page pour te dire √† quel point je t’aime et que je t’aimerai pour toujours et √† jamais…

Heureux Anniversaire Maman !

Carte-Joyeux-Anniversaire-1

 

joyeux-anniversaire-amoureux

Une petite surprise juste pour toi, en toute sinc√©rit√©…

Ma belle mamounette adorée

Te voici √† Namakia (Madagascar) √† l’√Ęge de 16 ans

 

Un petit souvenir de ton enfance :

Un jour, ta Ma√ģtresse (une Religieuse originaire de la Suisse qu’on appelait « Soeur Myriam ») vous aviez demand√© √† toi ( tu devait avoir 12/13 ans) et √† tes camarades de classe de bien vouloir apprendre par coeur une chanson d’√©cole dont vous veniez de recopier les paroles sur vos cahiers de chants.

De retour √† la maison, tu avais donc appris les paroles de ladite chanson mais comme tu n’aimais pas trop sa m√©lodie, tu d√©cidas d’en apprendre aussi une autre que tu aimais particuli√®rement et dont le titre √©tait : « Les Marionnettes » du chanteur Christophe. Un chanteur populaire qui √©tait tr√®s √† la mode √† cette √©poque l√† et qui avait pas mal de succ√®s.

002-2009-08-99-christophe

Certes, la chanson ne faisait pas partie du registre musical de l’enseignement auquel les instituteurs avaient pour habitude de partager avec leurs √©l√®ves mais qu’importe, du moment qu’elle te plaisait…

****

Le lendemain matin, durant le cours de chant, la Soeur Myriam d√©signa au hasard quelques √©l√®ves afin qu’il puisse chanter la fameuse chanson d’√©cole puis vint enfin ton tour…

Tu te levas alors de ton banc puis tu commen√ßas √† entonner les premi√®res notes de la m√©lodie que tu n’aimais pas beaucoup. Tu la chantas si parfaitement bien que la Soeur Myriam te f√©licita pour ta prestation. Avant de te rasseoir, tu te lan√ßas et lui demanda timidement :

« Soeur Myriam, j’ai appris aussi une autre chanson que j’aimerais vous chanter s’il vous pla√ģt… »

Quelque peu surprise, la Soeur Myriam te répondit :

« Une chanson ? Mais tu sais qu’elle ne comptera pas dans ta note car je vous avais demand√© de n’apprendre que cette chanson que tu viens de nous chanter. Mais bon, je veux bien que tu nous la chantes. Quel est le titre de cette chanson H√©liette ? »

« Le titre de la chanson est : « Les Marionnettes du chanteur Christophe… » lui dis-tu avec une petite voix mais n√©anmoins avec assurance et satisfaction car tu te r√©jouissais de pouvoir la chanter devant elle et tes camarades.

La Soeur Myriam ajouta :

« Mais ce n’est pas une chanson d’√©cole ? Bon, je veux bien que tu nous la chantes mais comme je te l’ai dit tout √† l’heure, elle ne sera pas not√©e. Vas-y H√©liette, on t’√©coute maintenant. »

Ce fut un tr√®s grand moment d’√©motion pour toi lorsque tu commen√ßa √† chanter les premi√®res notes des « marionnettes ». Tu √©tais un peu intimid√©e mais fi√®re de la chanter haut et fort et ce jusqu’au bout sans faire une seule fois trembler ta voix ni faire de fausses notes.

D’ailleurs, la Soeur Myriam ne put s’emp√™cher de te f√©liciter tellement tu l’avais merveilleusement bien chant√©e.
Quant √† Tes camarades ils n’avaient eu de cesse de t’encenser car eux aussi avaient √©t√© bluff√© par ta prestation musicale.
Il faut dire que tu avais une voix magnifique qui ne pouvait laisser quiconque indifférent lorsque tu te mettais à chanter toutes sortes de mélodies.

Et de toi m√™me, tu √©tais consciente de ce fabuleux don que tu avais mais tu restais modeste car tu n’aimais pas trop te mettre au devant de la sc√®ne. Cependant, tu n’avais aucune g√™ne √† chanter chez toi, dans ton cocon familial car tu t’y sentais pleinement heureuse et sereine.

Oui, chanter était ta passion et tes parents disaient de toi que tu étais le petit pinson de votre maison.
D’ailleurs, ne dit-on pas : « gai comme un pinson ». Un petit rappel s’impose pour ceux qui ne le savent pas : Les pinsons europ√©ens sont des oiseaux chanteurs et de ce fait les ¬ę Pinsonneux ¬Ľ les √©l√®vent pour participer √† des concours de chants.

84898331_o

Je trouve que tes parents avaient bien eu raison de te comparer à ce joli petit oiseau chanteur.

****

D√©j√†, lorsque tu √©tais enfant (d√®s l’√Ęge de 8 ans) tu aimais beaucoup chanter et cette passion ne fit que s’accro√ģtre au fur et √† mesure jusqu’√† ce que tu atteignis ton adolescence o√Ļ tu pris √† ce moment l√†, un peu plus d’assurance par rapport √† ta voix.

Tous les dimanches matins, toi et ta famille aviez pour habitude d’aller √† la messe (√† la petite √©glise de Namakia √† Madagascar) et tu ne manquais jamais de chanter avec all√©gresse chaque chant religieux en faisant ressortir du plus profond de ton √™tre et de ton √Ęme toute la puissance de ta voix d’alto.

Etant de religion catholique, tu aimais beaucoup te rendre dans cette √©glise pour prier car tu avais la foi en notre Seigneur et que tu appr√©ciais chanter tous ces chants liturgiques que tu trouvais beaux et m√©lodieux. De plus, ils te permettaient de travailler ta voix et de l’embellir un peu plus davantage.

****

Découverte des musiques de chambre :

Dans ton √©cole de Namakia (√† Madagascar), lorsque toi et tes camarades de classe aviez cours de dessin, ta Ma√ģtresse d’√©cole, la Soeur Myriam aimait bien vous faire √©couter ses vinyles de musique classique tel que le c√©l√®bre compositeur Wolfgang Amadeus Mozart ou encore Bethoveen, ect…

408px-Wolfgang-amadeus-mozart_1

Ce fut d’ailleurs √† cette p√©riode l√† que tu commen√ßas √† appr√©cier les musiques de chambre.

En effet, lorsque tu √©coutais ce genre musical, tu √©tais encore plus inspir√©e et ton imagination devenant fertile, tu prenais encore plus de plaisir √† dessiner (toi, tes fr√®res Christian et Francis ainsi que ta soeur Denise aimiez bien dessiner √† vos heures perdues car c’√©tait votre grande passion. Il arrivait √©galement que Christian, Francis et toi r√©alisiez des bandes dessin√©es. Tout ceci pour dire √† quel point vous √©tiez dou√©s pour le dessin dans la famille et ce d√®s votre plus jeune √Ęge.)

Un jour tu demandas √† la Soeur Myriam si elle pouvait te pr√™ter un de ses disques classiques, notamment le vinyle de Mozart (l’un de tes pr√©f√©r√©s) afin de pouvoir l’√©couter bien tranquillement chez toi.

Elle en fut d’abord agr√©ablement surprise puis te r√©pondit que oui car elle √©tait tr√®s fi√®re de constater que tu aimais bien la musique classique.
Et inutile de dire que tu t’en r√©jouissais d√©j√† √† l’avance car tu pourrais le r√©√©couter √† loisir et autant de fois que tu le voudrais.

****

Lorsque tu avais du temps libre devant toi, tu ne pouvais t’emp√™cher de chanter car cela te procurait de la joie. Ta famille (Tes parents : Ir√®ne et Th√©odore ainsi que tes fr√®res et soeurs : Solange, Christian, Denise, Francis, Alain et Patricia) savait que tu avais beaucoup de talent en la mati√®re et que tu r√™vais d’√™tre une chanteuse.

Ta meilleure amie (Renée) le savait aussi puisque vous aimiez bien chanter ensemble vos airs préférés.

Il pouvait t’arriver de chanter rien que pour ta Maman ou ton papa ou m√™me devant tes soeurs a√ģn√©es (Solange et Denise) rien que pour le plaisir ou tout simplement parce qu’ils te le demandaient car ils aimaient bien √©couter ta jolie voix.

Dans ces moments l√† tu ouvrais ton coeur et ton √Ęme car tu adorais leur faire plaisir. Oui, tu avais le don magique de vouloir toujours les rendre heureux, les rassembler.

Ta Maman √©tait ta plus grande fan et elle te demandait souvent de lui chanter une ou plusieurs de ses chansons favorites des artistes suivants : Alain Barri√®re, Salvatore Adamo ou encore Charles Aznavour…

Foto-JGWT7RQJ

 

0000027729_350
Dans ces instants l√†, vous partagiez toutes les deux de grands moments de complicit√© et d’√©motion car tout comme toi elle aimait la musique alors le simple fait de voir ses jolis yeux noirs p√©tiller de bonheur suffisait √† te procurer une immense joie.

Ta soeur a√ģn√©e Solange aimait bien √©galement lorsque tu lui chantais les chansons de son artiste pr√©f√©r√©e : Dalida car elle trouvait que ta voix ressemblait beaucoup √† celle de l’artiste.

dalida-gonzales

En effet, tu arrivais facilement √† imiter la voix si particuli√®re de Dalida en roulant les R, si bien que Solange en √©tait totalement admirative. D’ailleurs, avant de chanter tous les airs pr√©f√©r√©s de son artiste, elle ne manquait jamais de te demander de chanter toujours en premier lieu sa chanson f√©tiche qui n’√©tait autre que « Gondolier » interpr√©t√©e par Dalida.

0004400650412_600

****

Le plaisir de chanter en duo :

Souvent, il pouvait t’arriver de chanter avec ta meilleure amie « Ren√©e » (ton amie d’enfance) car en mati√®re de chant, vous √©tiez vraiment deux ins√©parables.
Vous chantiez √† tue-t√™te et d’ailleurs vos parents ne manquaient jamais de vous dire que vous aviez vraiment de la voix, toutes les deux !

Vous aimiez chanter ensemble toutes sortes de chansons des artistes suivants : Dalida, Salvatore Adamo, Marie Lafor√™t ou encore Christophe…

113989651
Chanter, faisait parti de l’un de vos passe-temps favoris et il faut dire qu’√† ce sujet, vous vous accordiez fort bien…

****

La passion pour le chant et la musique :

Le chant faisait donc parti int√©grante de ta vie et tout comme le peuple Malgache qui aime chanter (√† savoir que le Malgache a une √Ęme de chanteur et de musicien) tu avais la passion de la musique dans le sang.

Chanter pour toi √©tait comme une seconde nature…

Dans la maison de tes parents, vous aviez un transistor et tu aimais bien √©couter les derni√®res nouveaut√©s qui passaient sur les ondes. D√®s lors o√Ļ il y avait une chanson qui te plaisait, tu prenais tout de suite ton cahier pour y recopier les paroles de celle-√ßi afin que tu puisses l’apprendre par coeur et pouvoir par la suite la chanter.

Tu avais aussi un mange-disque qui te permettait d’√©couter tes vinyles pr√©f√©r√©s. Pour dire, √† quel point tu √©tais une grande m√©lomane et que pour toi c’√©tait tout √† fait impossible de vivre sans musique !

mange-disque
Aujourd’hui, rien n’a chang√© puisque tu es toujours autant passionn√©e de musique et d’ailleurs nous avons les m√™mes go√Ľts musicaux toi et moi.

Cela peut aller de Kendji Girac, Lady Gaga, Enrique Iglesias, Florent Pagny √† Shy’m, Johnny Hallyday ou encore aux musiques d’ambiance des √ģles, jusqu’aux musiques de films telles que : la BO de 1492 Christophe Colomb, Gladiator ou encore Out of Africa…La liste n’est pas exhaustive.

Voici ta Musique du moment que tu adores écouter actuellement :

174435-enrique-iglesias-takin-back-my-love-637x0-1

 

more_gladiator

Tes registres sont tr√®s vari√©s et on se ressemble beaucoup de ce c√īt√© l√† vu que nous sommes deux m√©lomanes…
Et non seulement tu es une passionn√©e de musique, mais tu adores aussi danser…

****

La danse :

C’est d’ailleurs gr√Ęce √† toi si j’ai appris un jour, √† faire mes premiers pas de danse rien qu’en te regardant danser sur la piste…
Et depuis ce jour, je suis devenue (sans me vanter) une excellente danseuse tout comme toi…
Ce fut Papa qui t’appris √† danser car il √©tait lui-m√™me un excellent danseur qui savait d√®s son plus jeune √Ęge danser le rock, la valse, le paso doble, ect…

Et jusqu’√† pr√©sent, Papa et toi, dansez superbement bien et je dois bien avouer que j’adore vous regarder lorsque vous √™tes sur la piste de danse.
Concernant notre famille, je dois dire que la rel√®ve est bien assur√©e puisque la danse fait partie aussi de l’une de mes innombrables passions…

Du coup, on sait tr√®s bien danser (Toi, Papa et Olivier) ! si bien que les pistes de danses n’ont aucun secrets pour nous car nous avons le swing et le rythme dans la peau ! ce qui n’est pas donn√© √† tout le monde !

****

Pour terminer ma page en l’honneur de ton anniversaire :

coeur

Je voulais te dire que tu incarnes pour moi : la loyaut√©, la sinc√©rit√©, l’honn√™tet√©, la temp√©rance, l’harmonie et la g√©n√©rosit√© sans oublier l’√©clat de ta beaut√© dont j’ai h√©rit√©…

Et moi je suis fi√®re d’√™tre ta fille, d’√™tre ta petite C√©cile…

C’est pourquoi je souhaitai te d√©dier cette page en ton honneur car je trouve que l’on ne dit jamais assez « je t’aime » aux personnes que l’on aime…

Aujourd’hui comme hier et pour tous les autres jours √† venir : « Je t’aime Maman ».

mamounette à moi

Je te souhaite un très bon anniversaire !

cc_el_140019

Ta fille Cécile.

****

Voici les paroles de la chanson : « Les Marionnettes » du Chanteur « Christophe » :

Refrain
Moi je construis des marionnettes
Avec de la ficelle et du papier
Elles sont jolies les mignonnettes
Je vais, je vais vous les présenter

L’une d’entre elles est la plus belle
Elle sait bien dire papa maman
Quand à son frère il peut prédire
Pour demain la pluie ou bien le beau temps

Refrain
Moi je construis des marionnettes
Avec de la ficelle et du papier
Elles sont jolies les mignonnettes
Je vais, je vais vous les présenter

Chez nous √† chaque instant c’est jour de f√™te
Gr√Ęce au petit clown qui nous fait rire
Même Alexa cette pauvrette
Oublie, oublie, qu’elle a toujours pleur√©

Refrain
Moi je construis des marionnettes
Avec de la ficelle et du papier
Elles sont jolies les mignonnettes
Elles vous diront, elles vous diront
Que je suis leur ami, que je suis leur ami
Que je suis leur ami, leur ami, leur ami