Le Lion et la Gazelle : Suite 1

 

Luttant contre cette idĂ©e macabre qui venait Ă  nouveau de germer dans  son esprit, c’est alors qu’il lui dit avec insistance :

« Accepte mon offre Gazelle et ne sois pas si compliquĂ©e. Tu pourras mĂȘme te vanter plus tard de raconter Ă  quiconque cette extraordinaire histoire. Celle d’un Lion qui avait souhaitĂ© Ă©pargner la vie d’une Gazelle. Ce n’est pas si  commun, je trouve ! Alors ? Tu es d’accord ? »

Mlle Gazelle le trouva parfaitement odieux. Ce Lion Ă©tait en train de la rabaisser. Pire, il sous-estimait son intelligence.

« Une anecdote que je pourrais me vanter de raconter plus tard ? Tu te fiches de moi ? » lui cria t-elle, furibonde.

« Non, pourquoi ? C’est bien la premiĂšre fois que je laisse en vie une  Gazelle. Aucun autre Lion n’a fait de mĂȘme que je sache »

Mr Lion fut extrĂȘmement fier de sa derniĂšre  rĂ©plique. C’Ă©tait un vĂ©ritable coup de maĂźtre pour un Roi ! Il ne manquait plus qu’une rĂ©ponse positive de la part de la Gazelle et le tour serait jouĂ©.

Mais c’Ă©tait sans compter sur celle-ci qui fulminait dĂ©jĂ  de l’intĂ©rieur tant elle trouvait que ce Roi se prenait un peu trop pour la cuisse de Jupiter. Il Ă©tait temps d’ailleurs qu’elle le fasse redescendre de son piĂ©destal. Ce qu’elle fit sur le champ :

« Eh bien, laisse-moi te dire une chose Lion. PremiĂšrement, je refuse d’ĂȘtre un pion que tu dĂ©placerais Ă  ta guise. DeuxiĂšmement, je ne suis pas l’un de tes sujets et troisiĂšmement, sois certain que je ne me soumettrai jamais Ă  ta volontĂ© »

Mr Lion n’en revint pas. Elle osait Ă  prĂ©sent lui vocifĂ©rer toutes ces paroles injustes. Et pire lui donner Ă  nouveau des leçons. Mais pour qui se prenait-elle ? C’en Ă©tait trop pour Lui. Maintenant, il se montrerait beaucoup  plus ferme et nettement moins tolĂ©rant avec elle. Et s’il fallait ĂȘtre grossier, eh bien, il n’hĂ©siterait plus.

« Bon ! Écoute moi bien Miss Gazelle. Ça suffit maintenant de vouloir Ă  tout prix me tenir tĂȘte ! Je te laisserai la vie sauve. Point final ! Et il n’y a rien Ă  en redire ! Est-ce suffisamment clair pour toi ?! »

« Non, je ne suis pas d’accord du tout » osa t-elle lui rĂ©torquer aussi  vite que l’Ă©clair.

« Tu te fiches de moi ? Mais pourquoi veux-tu Ă  ce point te faire dĂ©vorer ? Je n’arrive pas Ă  te comprendre. Tu ne tiens pas Ă  la vie ? Pourquoi agis-tu ainsi ? »

Mlle Gazelle dĂ©tourna la tĂȘte. Elle hĂ©sitait Ă  lui rĂ©pondre. Elle, qui n’avait pourtant pas sa langue dans sa poche semblait Ă   prĂ©sent vouloir se dĂ©rober.

« Allons ! Dis-le moi ! Explique-moi pourquoi tu tiens tant à mourir ? Tu ne manques pourtant pas de courage ! Alors pourquoi te défiles-tu  maintenant ? »

« Je ne me dĂ©file pas ! Et je n’ai pas peur de toi ! » lui cria t-elle aussitĂŽt en le foudroyant du regard. « Et puis tu as beau ĂȘtre le Roi de la Savane ! Je m’en fiche royalement ! » ajouta t-elle l’instant d’aprĂšs.

Ses yeux emplis de colĂšre commencĂšrent Ă  s’embuer de larmes. À cet instant-lĂ , elle Ă©tait devenue trĂšs dure, trĂšs sombre, voire haineuse. Ses larmes coulaient mais   n’adoucissaient en rien la colĂšre qui s’Ă©tait subitement emparĂ©e d’elle. Au contraire, elles ne faisaient que l’accentuer.

Surpris par ce ton extrĂȘmement rageur, Mr Lion ne put s’empĂȘcher de faire un mouvement de recul. Jamais encore il n’avait vu une Gazelle dans un tel Ă©tat de fureur ! Et avec ses deux cornes sur la tĂȘte, on aurait dit une vraie Diablesse ! Si bien, qu’il eut presque peur d’elle. Oui, peur d’elle, Lui, le Grand Roi Lion des Steppes d’Afrique ! Et fort heureusement qu’il n’y avait personne dans les environs sinon il aurait paru bien ridicule et mĂȘme risible vis-Ă -vis de ses congĂ©nĂšres.

Il essaya de vite retrouver ses esprits. Il ne fallait surtout pas qu’il perde son self-control. Ce n’Ă©tait vraiment pas le moment de redevenir le Lion sauvage et brutal qu’il Ă©tait. Hors de question qu’il rĂ©duise Ă  nĂ©ant tous ses efforts. Mais ce n’Ă©tait pas si Ă©vident avec cette Gazelle au caractĂšre bien trempĂ©. Une vraie Lionne dans un corps de Gazelle ! Et vraisemblablement prĂȘte Ă  tout pour dĂ©fendre son honneur.

Il resta encore  quelques secondes paralysĂ© non pas par la peur de ce regard si noir qui le foudroyait encore mais plutĂŽt par le fait de s’ĂȘtre fait rabrouĂ© et criĂ© dessus comme un petit  Lionceau. Jamais encore quiconque n’avait osĂ© lui parler sur ce ton et encore moins une Gazelle. C’Ă©tait vĂ©ritablement une premiĂšre pour lui. Et il devait bien se l’avouer, elle l’épatait de plus en plus. Quelle audace ! Et quel tempĂ©rament ! Elle Ă©tait vraiment unique en son genre. Unique mais aussi terriblement entĂȘtĂ©e


Bien-sĂ»r qu’il aurait Ă©tĂ© si  facile pour lui de la faire taire d’un seul coup de griffes mais bizarrement  il s’y refusait. Pourquoi ? Que lui arrivait-il ? Devenait-il fou ? Non, il ne l’Ă©tait pas. Par contre un changement certain s’Ă©tait insinuĂ© en lui dĂšs lors oĂč cette Gazelle avait osĂ© le dĂ©fier au moment mĂȘme oĂč il allait s’apprĂȘter Ă  la tuer.

Se pourrait-il alors que le redoutable Roi de la Savane soit en train de se  métamorphoser en un  ronronnant et gentil félin ?

C’est alors que la Gazelle le fit redescendre de son petit nuage en lui lançant avec dĂ©dain :

« Tu veux savoir pourquoi je n’ai pas peur de la mort ? »

Curieux, Mr Lion s’empressa de vite lui rĂ©pondre :

 « Oui Gazelle, je voudrais bien le savoir »

Les yeux de la Gazelle étaient à présent secs, ternes et vides.

« J’ai perdu toute ma famille. Mes »

ProfondĂ©ment Ă©mue et dĂ©vastĂ©e par le chagrin qui la submergeait, elle dĂ» s’interrompre. Mr Lion ressentit alors sa vive Ă©motion et en fut immĂ©diatement touchĂ©. Les secondes qui s’ensuivirent restĂšrent silencieuses. Les yeux baissĂ©s, la Gazelle restait muette, incapable de reprendre le cours de son histoire. À ce moment-lĂ , Mr Lion aurait bien voulu  l’encourager mais il n’en fit rien de peur de la brusquer.

Comme si elle venait d’entendre ses pensĂ©es, c’est alors que celle-ci leva Ă  nouveau ses grands yeux noirs vers lui et trouva suffisamment de force en elle pour  poursuivre son douloureux rĂ©cit :

« Mes parents ainsi que ma petite sƓur ont Ă©tĂ© assassinĂ©s. Ils ont tous les trois Ă©tĂ© massacrĂ©s et dĂ©vorĂ©s par deux Lionnes »

Elle marqua Ă  nouveau  un temps d’arrĂȘt. Il lui Ă©tait insoutenable de parler de la mort de sa famille Ă  ce Lion mais  elle se devait de le faire. Plus dĂ©terminĂ©e que jamais, elle reprit alors le cours de son histoire :

« Pendant que les miens agonisaient, j’Ă©tais cachĂ©e. Mais de lĂ  oĂč je me trouvais, j’ai pu tout voir. Et depuis ce jour, je n’ai plus envie de vivre. VoilĂ  pourquoi la mort ne me fait pas peur »

Mr Lion resta quelques instants muet. Il avait du mal Ă  compatir Ă©tant donnĂ© qu’il Ă©tait lui-mĂȘme un Lion. Mais bizarrement, pour la premiĂšre de sa vie il fut touchĂ© par l’effroyable drame qu’elle avait dĂ» subir. Perdre tous les siens en un seul jour, ce n’Ă©tait pas rien.

Ce genre de drame Ă©tait pourtant perpĂ©tuel et on ne peut plus normal dans son vaste royaume. Car oui, aussi cruel soit-il, tuer restait un acte nĂ©cessaire, voire vital  pour les prĂ©dateurs tel que Lui. Ils ne pouvaient  faire autrement. Toutes  ces proies innocentes Ă©taient donc fauchĂ©es sans le moindre Ă©tat d’ñme ni remords. C’Ă©tait ainsi. Seule la loi du plus fort gagnait toujours et les Gazelles en payaient hĂ©las souvent le prix.

Alors que rajouter d’autre au drame atroce que Mlle Gazelle venait de subir ? Que lui dire de plus sans hypocrisie ?

Il ne pouvait  certainement pas la consoler mais il ne pouvait pas non plus rester indiffĂ©rent Ă  sa souffrance. AprĂšs tout, c’Ă©tait bien lui qui avait dĂ©cidĂ© de changer une des rĂšgles fondamentale de son Royaume en voulant Ă©pargner sa vie. Il  se devait donc d’assumer ce choix jusqu’au bout.

C’est alors qu’il dĂ©cida de lui dire sans dĂ©tours :

« Je suis vraiment dĂ©solĂ© Gazelle. Ce que tu viens de me rĂ©vĂ©ler a dĂ» ĂȘtre trĂšs difficile pour toi Ă©tant donnĂ© que je suis un Lion »

« Oui
 ça n’a pas Ă©tĂ© facile Ă©tant donnĂ© que tu es un assassin » rĂ©pliqua t-elle, aussi tranchante que la lame d’un rasoir.

Mr Lion ne releva pas sa rĂ©torque. Il Ă©tait bien normal qu’elle rĂ©agisse ainsi. C’Ă©tait sa douleur qui s’exprimait en colĂšre et il ne pouvait que l’accepter.

Alors qu’elle le foudroyait Ă  nouveau d’un regard noir et mĂ©prisant, un flash lui traversa soudainement l’esprit. Un flash oĂč plutĂŽt une Ă©claircie autant lumineuse que les rayons du soleil. Se pourrait-il qu’il comprit pour la premiĂšre fois de son existence le dĂ©sarroi d’une Gazelle ayant perdu tous les siens ? Se pourrait-il aussi qu’il puisse alors Ă©prouver de la compassion et mĂȘme de l’empathie envers celle-ci ? Mais alors dans ce cas-lĂ , se pourrait-il qu’il puisse avoir une conscience ? Les rĂ©ponses dans sa tĂȘte  restaient invariablement « oui »…

Le cerveau de Mr Lion Ă©tait en Ă©bullition. Mais alors ? Se pourrait-il qu’il soit devenu un Lion exceptionnel ou encore  hors du commun ?

Un Lion faisant preuve de bontĂ© et de compassion envers une Gazelle, cela ne s’Ă©tait encore jamais vu dans l’histoire de son Royaume. Et il en Ă©tait de mĂȘme pour cette Gazelle qui avait osĂ© le dĂ©fier, Lui, le Grand Roi des Steppes d’Afrique. Les  deux cas restaient donc uniques !

Heureux d’apprendre toutes ces rĂ©vĂ©lations, Mr Lion se sentit pousser des ailes sur les flancs. Incroyable ! Il Ă©tait donc dotĂ© d’une conscience tout comme les humains. Et cette mĂ©tamorphose, il la devait Ă  Mlle Gazelle !

Tout excitĂ© et ne  pouvant plus garder  pour lui ce qui venait d’Ă©clairer sa lanterne, il s’empressa de lui faire part de ses pensĂ©es :

« Gazelle ! Je voudrais te dire une chose trĂšs importante. Je viens d’avoir une rĂ©vĂ©lation ! Et je  »

« Une rĂ©vĂ©lation ? » le coupa t-elle aussitĂŽt. « Et alors ? Qu’est ce que tu veux que cela me fasse ! »

À nouveau emportĂ©e par la colĂšre, elle ne voulait rien entendre de ce qu’il avait pourtant Ă  lui dire.

« Attends Gazelle ! Laisse-moi au moins m’exprimer »

« Pour quoi faire ?? Cela ne ramÚnera pas ma famille que je sache »

« Tu as raison et j’en suis encore navrĂ© mais je voudrais te parler. C’est important ! Puis-je m’exprimer ? »

Étant d’une nature curieuse, Mlle Gazelle accepta finalement de l’Ă©couter. De son cĂŽtĂ©, Mr Lion avait une certaine apprĂ©hension car il craignait sa rĂ©action  mais tanpis il irait jusqu’au bout de ce qu’il devait lui rĂ©vĂ©ler.

« VoilĂ . Depuis que nos chemins se sont croisĂ©s, je suis devenu un Lion diffĂ©rent et  »

« Différent ? Et en quoi ? » le coupa t-elle à nouveau.

Mr Lion ne fut pas Ă©tonnĂ© de sa rĂ©action  et termina sa phrase comme si de rien n’Ă©tait :

« En fait, j’ai appris une chose trĂšs importante grĂące Ă  toi »

« GrĂące Ă  moi ?? » s’exclama t-elle interloquĂ©e. « Et quelle est donc cette chose que je t’ai soit-disant apprise ? »

Ça y est ! Il avait rĂ©ussi Ă  attiser sa curiositĂ© et s’en rĂ©jouit d’avance. Mais le plus dur restait Ă  faire.

« VoilĂ . Ce n’est pas facile Ă  dire mais je viens de me rendre compte que j’avais une conscience »

« Une conscience ?? » se moqua la Gazelle en rĂ©primant un rire nerveux. « Parce que tu n’as pas voulu me dĂ©vorer ? C’est ça ? N’importe quoi ! »

« Et pourtant c’est la stricte vĂ©rité ! » s’Ă©cria le Roi de la Savane, blessĂ© dans son estime.

« Et c’est ça que Mr le tueur-nĂ© tenait  absolument Ă  me dire !? »

« Tu peux trouver ça totalement absurde et insensĂ© Gazelle. Pourtant, tu as vraiment changĂ© mon Ă©tat d’esprit »

« N’importe quoi ! Tu es surtout restĂ© trop longtemps au soleil ! »

« Non. Mais je dirai par contre que sa lumiĂšre m’a ouvert les yeux »

« Tu es devenu fou Lion ! »

« Tu peux penser cela Ă  ta guise Gazelle mais je dirai que moi aussi je t’ai changĂ©e »

« Changée ? Et en quoi ? »

« Tu ne vois vraiment pas ? »

La Gazelle fouilla rapidement dans sa mĂ©moire et trouva de quoi il s’agissait.

« Parce que j’ai osĂ© te dĂ©fier ? Et alors ? Je ne trouve pas que ce soit un exploit ! »

« Et pourtant si ! C’est ce qui a fait toute la diffĂ©rence. Crois-moi »

Mlle Gazelle fut bien obligĂ©e de reconnaĂźtre qu’il disait vrai. Normalement et Ă  l’heure actuelle, elle n’aurait plus Ă©tĂ© de ce monde s’il n’avait pas agit diffĂ©remment des autres prĂ©dateurs de son espĂšce. Mais elle Ă©tait si fiĂšre qu’il lui Ă©tait extrĂȘmement pĂ©nible voire impossible d’admettre cette vĂ©ritĂ©. Sans doute Ă  cause de la perte trĂšs rĂ©cente des siens qui la rongeait encore. Pourtant, elle ne pouvait pas non plus rester Ă©ternellement campĂ©e sur ses positions.

Mais pourquoi diable ce satanĂ© Lion avait-il changĂ© la donne de son destin ? Elle, qui voulait rĂ©ellement mourir ne pensait pas qu’il lui aurait laissĂ© la vie sauve. Non, vraiment pas


Soudain, Mr Lion interrompit ses pensées :

« Vois-tu oĂč je veux en venir Gazelle ? »

Un peu dĂ©sorientĂ©e par ce qu’il venait de lui rĂ©vĂ©ler et quelque peu agacĂ©e, elle lui rĂ©pondit machinalement :

« Non, mais tu vas certainement me le dire »

Mr Lion ressentit alors  qu’elle Ă©tait Ă  nouveau sur la dĂ©fensive. Qu’une  autre colĂšre ne tarderait pas Ă  s’abattre sur lui mais qu’importe, cette fois-ci, il irait droit au but sans craindre ses remarques.

« Je suis persuadĂ© que nos chemins devaient se croiser. Que c’Ă©tait Ă©crit »

« Mais pour quoi faire ? » demanda t-elle aussitÎt.

« J’y viens Gazelle. Tout d’abord, je voulais te dĂ©vorer mais finalement je ne l’ai pas fait. Et toi, tu voulais me dĂ©fier pour te donner la mort mais finalement tu n’es pas morte »

« Et alors ? Tout ça on le savait dĂ©jĂ . Ce n’est pas une dĂ©couverte. OĂč veux-tu en venir ? »

« En fait, aucun de nous deux n’a pu obtenir ce que nous voulions au point de dĂ©part »

« Et alors ?? » s’impatienta la Gazelle.

Elle Ă©tait Ă  nouveau furibonde et en avait assez de l’Ă©couter jouer les Sherlock Holmes sur  une situation qu’elle-mĂȘme trouvait bizarre et inexplicable.

« Tu ne trouves pas ça incroyable Gazelle ? »

« Pas plus que ça ! Et puis je m’en fiche ! »

« Mais reconnaĂźt quand mĂȘme que ce qui s’est passĂ© entre nous est exceptionnel »

« Oui, voilĂ , je le reconnais » s’obligea t-elle Ă  lui rĂ©pondre rapidement. « Mais je ne vois vraiment pas oĂč tout cela nous mĂšnera »

« Sans doute nulle part. Mais tout ce que je sais, moi, c’est que grĂące Ă  toi, aujourd’hui, j’ai pu contrĂŽler mon envie de tuer »

« TrĂšs bonne nouvelle pour toi Lion ! Et moi ? Qu’est-ce que j’y gagne dans tout ça ? »

« Une nouvelle vie Gazelle ! »

« Une nouvelle vie ? Tu te moques de moi ? Alors que j’ai tout perdu ! »

« J’en suis parfaitement conscient. Mais peut-ĂȘtre que ta destinĂ©e ne voulait pas de ton suicide »

« Ben voyons ! Et bientĂŽt tu me diras que c’est toi qui m’a sauvĂ©e ? C’est ça ? »

« Je ne sais pas puisque rien n’Ă©tait prĂ©mĂ©ditĂ© entre nous. Mais sans doute que j’Ă©tais destinĂ© Ă  t’empĂȘcher de mourir »

****

Pour lire la suite,

Cliquez ICI

****

Publicités

Le Lion et la Gazelle :


Il était une fois un lion qui voulait dévorer une gazelle.
Il l’épiait, lĂ , bien cachĂ© derriĂšre les hautes herbes de son immense royaume : La Savane. Mais ce qu’il ignorait encore Ă©tait qu’Elle, Mlle Gazelle l’avait dĂ©jĂ  bel et bien remarqué 
Mr Lion, lui, ne s’en doutait absolument pas et allait s’apprĂȘter Ă  bondir pour se jeter sur elle lorsque soudain se produisit un Ă©trange phĂ©nomĂšne qui le laissa de longues minutes en arrĂȘt, figĂ© sur place

Mlle Gazelle venait de se dĂ©placer et marchait d’une allure nonchalante droit dans sa direction. Perplexe et quelque peu dĂ©contenancĂ©, Mr Lion ne savait plus trop comment se comporter ni sur quelle patte danser alors il l’attendit bien sagement et ce malgrĂ© son irrĂ©sistible envie de la mettre sauvagement en piĂšce

Mlle Gazelle, quant Ă  elle, continuait d’avancer tranquillement vers lui, semblant ne point le craindre tout en le fixant droit dans les yeux. Mr Lion, Lui, commençait Ă  trĂ©pigner d’impatience. Il n’avait qu’une seule hĂąte : sentir le goĂ»t du sang sur sa langue bien rĂąpeuse et pouvoir enfin s’en dĂ©lecter les babines…
Qu’on en finisse !! invectiva t-il entre ses longs crocs prĂȘts Ă  mordre dans de la bonne chair fraĂźche.
N’empĂȘche que cette Gazelle lĂ , avait l’art et la maniĂšre de totalement le surprendre. Comment se pouvait-il qu’elle osa Ă  ce point le dĂ©fier, Lui, le si grand roi de la Savane ? Pour qui se prenait-elle ?
Subitement, le poitrail bombĂ© en avant, il se mit Ă  rugir de rage, toutes griffes dehors, prĂȘt Ă  sauter Ă  la gorge de cette Ă©trange proie.

La gazelle, elle, se tenait Ă  prĂ©sent toute proche de lui et ne semblait toujours pas le craindre. Était-elle si innocente que ça ? ou tout simplement incroyablement idiote de vouloir se mesurer Ă  lui ?
« Bon, allez !! Ça suffit maintenant !! » rugit-il Ă  nouveau.
Il allait se jeter vĂ©ritablement sur elle lorsque soudainement celle-ci lui lança d’une petite voix sans le moindre tremblement :
« Lion
 Pourquoi voulez-vous vous en prendre Ă  moi ? »
ÉtonnĂ© et totalement abasourdi par une telle question, il lui rĂ©pondit aussitĂŽt avec une pointe d’ironie :
« Mais tout simplement parce que j’ai faim ! »
Puis, tout en plissant extrĂȘmement ses grands yeux jaunes clairs, il ajouta :
« Ta question est totalement absurde ma chĂšre
 Ne sais-tu donc pas qui je suis ? »
La gazelle ne sourcilla pas et ne se troubla point. Elle avait fait son choix de vouloir le dĂ©fier et ne craignait pas de mourir. Ses jolis yeux noirs en amande le fixaient toujours lorsqu’elle osa lui dire :
« Je n’ai pas peur de vous Lion et je ne voulais surtout pas vous donner l’immense plaisir de me pourchasser. Je suis Ă  votre merci de toute façon alors pourquoi m’enfuirais-je ? »
Le lion n’en revenait pas de tels arguments. Habituellement, les gazelles Ă©taient si farouches. Le moindre froissement d’herbes les faisait toujours dĂ©taler comme des lapins. Mais apparemment, pas cette gazelle lĂ 
Quelle situation bien dĂ©routante se dit-il tout en rentrant ses imposantes griffes acĂ©rĂ©es. Son irrĂ©sistible envie de vouloir la dĂ©vorer venait subitement de s’estomper. Mais pourquoi diable cette Ă©trange gazelle se comportait-elle ainsi ?
C’est alors qu’elle lui dit avec un certain mĂ©pris :
« Vous voulez me dĂ©vorer ? Eh bien, qu’il en soit ainsi. Mais ce sera avec mon consentement. Toutefois, je veux bien admettre que vous trouviez cela stupide ou totalement insensĂ© mais moi pas. Alors, allez-y dĂ©vorez-moi ! »
AprĂšs avoir prononcĂ© ces quelques mots, Mr Lion remarqua qu’une larme venait de perler de son Ɠil droit. Juste une seule car les autres ne suivirent pas…
Mais quel courage ! Et quelle dignitĂ© ! pensa t-il alors en ne la quittant pas des yeux. Il constata qu’elle avait Ă  prĂ©sent le regard fixe, comme noyĂ© dans le vide. Cependant, elle restait toujours autant imperturbable et dĂ©terminĂ©e Ă  se faire tuer. Mais qu’essayait t-elle de lui prouver ?
Puis sans ajouter autre parole, elle tourna sa tĂȘte de biais et tendit son cou fin et dĂ©licat vers lui. Surpris par autant de sang froid ou encore d’audace, le lion ne put s’empĂȘcher de faire un mouvement de recul.

La gazelle avait maintenant les yeux fermĂ©s et attendait sa mort inĂ©luctable sans aucune rĂ©sistance. Ah non alors ! C’Ă©tait beaucoup trop pour lui et si dĂ©routant ! Il Ă©tait Ă  la fois partagĂ© entre la compassion, la pitiĂ© et la colĂšre. Il se mit alors Ă  rugir d’agacement et d’Ă©nervement tant il trouvait ce retournement de situation des plus incroyable. Une gazelle qui consentait Ă  se faire dĂ©vorer sans mĂ©nagement, cela n’avait encore jamais existĂ© dans son royaume. C’Ă©tait vraiment le monde Ă  l’envers et il n’arrivait pas Ă  l’admettre ni mĂȘme Ă  l’ingurgiter

Bon allez ! se dit-il en son for intĂ©rieur. Comporte toi en bon Lion que tu es et fais tout simplement ce que tu as Ă  faire. DĂ©vore-la et point final. AprĂšs tout, elle n’est ni plus ni moins que de la bonne viande rouge ambulante comme toutes les autres !
Il se mit alors Ă  renifler trĂšs bruyamment le long cou frĂȘle qui s’offrait Ă  lui puis finit par entrouvrir sa large et si fĂ©roce gueule. Ses impressionnants crocs Ă©taient Ă  prĂ©sent directement en contact avec la veine jugulaire saillante et palpitante de sa victime. D’ailleurs, il pouvait ressentir les battements saccadĂ©s de son cƓur affolĂ©. Ce qui redoubla davantage son excitation de vouloir la mordre avec fĂ©rocitĂ©. Mais il rĂ©sistait et luttait pour ne pas succomber. Il se battait intĂ©rieurement contre lui-mĂȘme comme s’il refusait de s’en prendre Ă  cette gazelle. Mais pourquoi donc ?

Au fond, il le savait dĂ©jĂ . Cette chasse n’Ă©tait pas comme il l’aurait souhaitĂ©e, c’est-Ă -dire Ă  la loyale comme Ă  son accoutumĂ©e et cela ne lui plaisait pas du tout.

****

Encerclant toujours de ses puissants crocs le long cou de la gazelle, il lui suffisait juste de presser davantage et alors celle-ci mourait sur le champ. Mais encore une fois, tout ceci le dĂ©plaisait fortement. Tuer de cette maniĂšre serait indigne de sa part. Indigne par rapport Ă  son rang de Roi de la Savane et surtout indigne par rapport Ă  ses congĂ©nĂšres qui le respectaient tant. Et mĂȘme si Ă  cet instant prĂ©cis, il n’y avait pas Ăąme qui vive aux alentours, il ne tuerait pas pour autant cette Ă©trange Gazelle.

Il était nettement plus préférable de pourchasser avec fougue et délectation une proie apeurée et terrifiée courant dans tous les sens et tentant en vain de lui échapper plutÎt que de tuer celle-ci avec simplicité et fadeur sans le moindre plaisir ni adrénaline.

Sur ce, son choix étant fait, il décida de retirer ses puissants crocs du cou de la gazelle qui ne bougeait toujours pas le moindre muscle puis lui rugit haut et fort :
« Gazelle ! Regarde-moi ! »
La gazelle cligna des paupiĂšres puis ouvrit doucement les yeux. Elle avait sentit sa fin approcher mais voilĂ  que ce lion voulait discuter avec elle. Timidement, elle releva la tĂȘte. Elle Ă©tait quelque peu effrayĂ©e mais faisait tout pour ne pas le montrer.
Face Ă  ce Lion imposant, elle paraissait si petite. Petite et vraiment insignifiante. Il faut dire aussi qu’elle avait quelques faiblesses. Notamment, ses longues pattes si fines qui ne pouvaient certainement pas se mesurer Ă  celles du Lion, elles, nettement plus massives et redoutablement armĂ©es de griffes acĂ©rĂ©es.

Mais avait-elle le choix des armes ? Si ce n’est que de devoir encore tenir bon et de ne surtout pas flancher.
Un silence pesant se fit alors durant quelques secondes oĂč seuls les regards se fixaient.

L’un, froid comme l’acier voulant Ă  tout prix impressionner et l’autre farouchement dĂ©terminĂ© Ă  vouloir affronter son adversaire. Un affrontement, certes, perdu d’avance pour elle mais ne valait-il mieux pas cela plutĂŽt qu’une misĂ©rable fuite Ă  perdre haleine dans la Savane ?
Mr Lion, Lui, espĂ©rait grandement qu’elle finirait par rendre les armes et donc Ă  s’avouer vaincue. Mais rien n’Ă©tait moins sĂ»r avec elle alors cela le rendait nerveux. Terriblement nerveux.

Et le vent qui venait de se lever n’arrangea guĂšre les choses en Ă©bouriffant sa longue et volumineuse criniĂšre commençant alors Ă  flotter en tout sens puis Ă  lui chatouiller au passage le bout de la truffe.

Une truffe qu’il mourait d’envie Ă  cet instant-mĂȘme de gratter avec frĂ©nĂ©sie avec sa grosse patte.
Ah ! Dieu que sa criniĂšre pouvait ĂȘtre parfois embarrassante dans certaines situations ! soupira t-il en essayant de rester le plus imperturbable possible.

Mais cela ne servait Ă  rien de vouloir dissimuler sa gĂȘne Ă  Mlle Gazelle qui l’avait dĂ©jĂ  bel et bien remarquĂ©e. D’ailleurs, elle failli mĂȘme s’en amuser en lui sortant une de ses rĂ©pliques assassines. Mais la situation ne s’y prĂȘtant guĂšre, elle prĂ©fĂ©ra y renoncer. De toute façon, elle savait qu’elle n’Ă©tait pas de taille face Ă  cette force de la nature mais elle voulait juste encore le dĂ©fier pour avoir le dernier mot. Il en valait de sa fiertĂ© et de son rang de Gazelle.
Observant toujours du coin de l’Ɠil l’Ă©bouriffante et indomptable criniĂšre qui volait en tout sens, elle comprit alors pourquoi tant de mammifĂšres comme elle redoutaient de devoir croiser un jour, un de ces fĂ©roces lions sur leur chemin. Leurs impressionnantes criniĂšres aurĂ©olant leurs tĂȘtes mettaient clairement en valeur leurs si puissantes mĂąchoires. De terribles mĂąchoires dotĂ©es de redoutables crocs ainsi que de longues canines (de 6 cm) capables de dĂ©chiqueter et de broyer sans aucune difficultĂ© peaux, chairs et os de leurs victimes.
Ainsi, voilĂ  pourquoi les lions suscitaient autant de craintes et de peurs au sein du Royaume. Avec autant d’atouts en leurs faveurs, ils restaient indĂ©niablement les grands MaĂźtres de la chasse. C’est pourquoi Mr Lion avait une si haute estime de lui-mĂȘme puisqu’en rĂšgle gĂ©nĂ©rale, il gagnait toujours tout ce qu’il convoitait.

C’était du moins ce qu’il croyait jusqu’Ă  ce qu’il tomba sur une rĂ©calcitrante Gazelle qui subitement voulait changer les rĂšgles de son territoire en lui tenant tĂȘte. Mais y arriverait-elle ?

****

Mlle Gazelle Ă©piait toujours les grands yeux jaunes clairs fixĂ©s sur elle. Cependant, ceux-ci ne semblaient plus autant menaçants qu’au dĂ©but de leur rencontre. Était-ce le fruit de son imagination ?
C’est alors que d’une voix extrĂȘmement rauque qui l’a fit sursauter, Mr Lion lui rugit :
« Gazelle ! Sois maintenant rassurée. Je ne souhaite plus te dévorer et ni donc te tuer ! »
La Gazelle en resta sans voix. Ses grands yeux noirs en amandes s’arrondirent d’Ă©tonnement. Était-ce un piĂšge ou encore une mĂ©diocre ruse pour se jouer d’elle ?
« Mais pourquoi avoir changĂ© d’avis ? » osa t-elle brusquement lui demander.
Mr Lion hésita.
« Parce que
 Parce que je ne veux tout simplement plus te tuer. VoilĂ  tout. Et puis je n’ai pas Ă  me justifier »
« Mais pourquoi ? » se risqua t-elle à répéter à nouveau tout en plissant ses grands yeux. Méfiante, elle restait perplexe face à son changement soudain de vouloir épargner sa vie.
Mr Lion, Lui, commençait Ă  s’agaçer de ce questionnement sans fin. Mais quelle Ă©trange gazelle que voilĂ  ! fulmina t-il intĂ©rieurement. Une vĂ©ritable effrontĂ©e oĂč alors une incorrigible inconsciente. C’est alors qu’il ajouta avec calme, sans se dĂ©monter :
« Tu n’es vraiment pas comme les autres toi. Eh bien, si tu veux tout savoir, depuis que je rĂšgne ici, aucune gazelle n’avait encore agit de la sorte avec moi. Tu es pour ainsi dire la seule »
« La seule ? Vraiment ? » s’exclama t-elle stupĂ©faite.
« Oui et c’est pour cette raison que je te laisserai la vie sauve »
Mlle Gazelle ne pouvait pas se contenter de cet argument et riposta aussitĂŽt :
« Mais pourquoi agir ainsi puisque vous me tuerez plus tard ou encore demain ? Pourquoi me laisser un dĂ©lai de vie ? Cela ne rime Ă  rien. Et je dirai mĂȘme que c’est plutĂŽt cruel de votre part »
Cruel de ma part ?? s’étonna t-il immĂ©diatement avec indignation alors qu’au contraire il voulait pour une fois faire preuve de bontĂ©.

Piqué au vif, il riposta alors à son tour :
« Je ne te tuerai pas ! Point Ă  la ligne ! Ni aujourd’hui et ni les jours suivants. Es-tu enfin rassurĂ©e ? »
La gazelle soutenait son regard. Cherchait-elle Ă  le dĂ©stabiliser ou encore Ă  le narguer ? C’est alors qu’elle lui rĂ©pliqua :
« Ah oui ? Et les autres lions de ton espĂšce ? Eux, n’auront aucune pitiĂ© envers moi alors pourquoi agir diffĂ©remment d’eux ? »
Dans sa colĂšre, elle avait dĂ©cidĂ© elle aussi de le tutoyer afin de mieux l’atteindre. Mr Lion se sentit alors tout bĂȘte mais surtout quelque peu humiliĂ©. Il n’avait pas encore de rĂ©ponse adĂ©quate Ă  sa pertinente question et cela l’agaçait. Cette Gazelle lĂ  ne manquait vraiment pas de toupet et non seulement ça, elle osait maintenant le tutoyer. Mais ne faisait-elle pas en fin de compte que l’imiter ?

Ravalant alors sa fierté, il fini par lui avouer le fond de sa pensée :
« Tu as raison Gazelle et je te dois la vĂ©ritĂ©. Tout Ă  l’heure, lorsque je devais t’attaquer, je dois bien avouer que tu m’avais impressionnĂ© en osant t’avancer vers moi »
Mlle Gazelle n’en fut pas pour autant flattĂ©e.
« Ah oui, je vois. Et voilĂ  pourquoi tu voudrais maintenant me gracier. Tu dĂ©ciderais donc de mon sort Ă  ta guise selon ton bon plaisir et juste parce que tu es le Roi. C’est bien ça, n’est-ce pas ? »
Mr Lion faillit s’étrangler en entendant cette remarque des plus dĂ©sobligeante et disons-le assez mĂ©chante. Cette Gazelle mettait ses nerfs Ă  rude Ă©preuve mais elle ne gagnerait certainement pas sur lui. Hors de question !
C’est alors que d’un air solennel sans le moindre sarcasme ni mĂ©pris, il lui dit :
« Oui, je suis le grand Roi de la Savane mais ne puis-je pas non plus faire preuve de bonté envers mon prochain ? »
Mlle Gazelle s’attendait Ă  ce genre de remarque.
« Oui, faire preuve de bontĂ© est trĂšs honorable mais pas de la maniĂšre dont tu t’y prends »
« Comment cela ? Je ne vois pas oĂč tu veux en venir ? » se dĂ©fendit-il tout dĂ©contenancĂ©.
La Gazelle se montrait de plus en plus audacieuse et si insolente qu’il en restait outrĂ©. OutrĂ© et mĂȘme vexĂ© car elle osait lui donner des leçons Ă  Lui, le si grand Roi des Steppes d’Afrique. Impatient de connaĂźtre la suite de ses reproches, il invita celle-ci Ă  continuer son monologue d’accusation. Ainsi, il ferait preuve d’indulgence et de tolĂ©rance, ce qui n’Ă©tait pas plus mal en tant que Roi.

Mlle Gazelle, elle, savait pertinemment qu’elle jouait avec le feu mais ne pouvait s’en empĂȘcher et continua de lui assĂ©ner ses quatre vĂ©ritĂ©s :
« Tout d’abord, tu voulais me tuer puis ensuite me dĂ©vorer comme si je n’Ă©tais rien qu’un vulgaire morceau de viande Ă  l’Ă©talage. Et maintenant, tu prĂ©tends vouloir me considĂ©rer comme ton Ă©gale ? Et tout ça, parce que j’ai osĂ© m’avancer vers toi ? »
Mr Lion avala difficilement sa salive et sentit monter en lui un grondement de colĂšre qu’il refrĂ©na presque aussitĂŽt. Il fallait absolument qu’il se contienne pour ne pas se jeter sur elle et la dĂ©vorer illico presto toute crue. Dieu qu’elle Ă©tait pĂ©nible avec ses propos insolents ! Mais il ferait preuve de sagesse et non d’impulsivitĂ©.

Et mĂȘme si cette Gazelle faisait exprĂšs de le titiller, elle ne remporterait certainement pas la partie ! Il lui prouverait qu’il n’Ă©tait pas qu’un brutal carnivore en quĂȘte d’herbivores pour se nourrir.
Afin de la mettre en confiance, il radoucit le ton de sa voix et lui dit le plus sincĂšrement possible :
« Tu as une fois de plus raison Gazelle. D’ailleurs, je dois bien avouer que tu me surprends avec tous tes arguments qui se valent fort bien. Mais Ă  mon tour de vouloir te surprendre »
« Me surprendre ? Et en quoi ? » répliqua t-elle, agacée.
« En souhaitant tout simplement Ă©pargner ta vie. Et crois-moi, je n’ai qu’une seule parole ! Alors accepte plutĂŽt mon offre et sois en reconnaissante. Ensuite, nous pourrons enfin repartir chacun de notre cĂŽtĂ© »
Mlle Gazelle jugea ce Roi des plus présomptueux et le lui fit bien comprendre :
« Tu penses vraiment agir avec bonté en me laissant la vie sauve ? »
« Oui, pourquoi pas ? » lui rĂ©pondit-il avec assurance tout en se demandant oĂč elle voulait en venir.
« Et en plus, je devrais t’ĂȘtre redevable pour cette bonne action ? » lui cria t-elle au bord de l’explosion.
« Je ne vois pas oĂč est le mal. Tu es bien compliquĂ©e Gazelle ! » soupira t-il d’agacement avant de reprendre une grande inspiration pour se calmer.

DĂ©cidĂ©ment, cette Gazelle lui donnait beaucoup de fil Ă  retordre ! Si bien, qu’il se demanda si son souhait de ne pas vouloir la dĂ©vorer n’allait finalement pas se retourner contre lui.

En fin de compte, n’aurait-il mieux pas valu se dĂ©barrasser d’elle comme il Ă©tait convenu depuis le dĂ©but de l’histoire ? Mais il n’Ă©tait pas encore trop tard pour le faire


****

Pour lire la suite,

Cliquez ICI

****

LE LION ET LA GAZELLE : Sujet de l’histoire

 

LE LION ET LA GAZELLE :

C’est l’histoire d’une rencontre inĂ©dite entre deux espĂšces totalement diffĂ©rentes : L’un, redoutable Carnassier et l’autre, pacifiste Herbivore. Deux espĂšces que tout oppose…

Deux espĂšces qui devaient se rencontrer pour changer le cours de leurs destinĂ©es…

DĂ©couvrez l’histoire du Lion et de la Gazelle Ă  travers ce petit conte insolite qui ne vous laissera pas indiffĂ©rent…

 

Pour lire l’histoire,

Cliquez ICI

 

Nouvelle Ă©crite par CĂ©cile Vidal.

Dédiée à mon pÚre bien aimé qui nous a quittés le 15/11/17

Je t’aime Papa.

****

****

Ma petite Ă©toile đŸŒŸ

Pour toi, mon Papa… Ma petite Ă©toile…

****

****

Un sĂ©duisant jeune homme trĂšs charmeur…

****

Aimant dĂ©jĂ  beaucoup les voyages….

****

Un charme fou… On comprend pourquoi Maman tomba amoureuse de toi et toi d’elle rien qu’en la voyant sur une certaine plage dĂ©serte de Madagascar portant le nom de « Empassy Bueny ». Tu avais ce jour-lĂ  succombĂ© Ă  sa grande beautĂ©… Tu Ă©tais  tombĂ© trĂšs amoureux de celle qui serait devenue un beau jour ta femme… Vous Ă©tiez vĂ©ritablement faits l’un pour l’autre ❀…

****

Deux belles Ăąmes soeurs ❀❀… Deux destins qui devaient se rencontrer dans la Grande Île de Madagascar…

****

Une histoire d’amour qui dura trĂšs longtemps… 49 ans !!! ❀

****

Un souvenir de ta 1Ăšre Communion… Cet ange te protĂ©geait tout au long de ta vie. Tu le gardais bien prĂ©cieusement dans tes affaires… Aujourd’hui, c’est un honneur pour moi de le garder Ă  mon tour, bien prĂ©cieusement…

****

En ce dimanche 17 Juin 2018, je pense à toi


Je revois encore ton joli sourire lorsque je te souhaitais une bonne fĂȘte des Papas


Lorsque je t’offrais des petits cadeaux accompagnĂ©s d’une jolie carte…

Une carte que tu aimais lire Ă  haute voix tant cela te faisait plaisir…

Et quel plaisir des yeux que celui de te voir heureux en ces jours de fĂȘte des pĂšres…

Tu sais… je revois tant de souvenirs de toi que je ne peux m’empĂȘcher de verser quelques larmes
.

Tu me manques tant
 Je n’y peux rien… C’est ainsi…

Ton absence est si dure à vivre
.

Mais comme tu peux le voir
 je n’ai pas pu m’empĂȘcher de te dĂ©dier encore un article car j’y tenais tout simplement…

Pour moi, c’est juste une magnifique preuve d’amour…

Une preuve que je t’aime fort…

Et quoi de plus beau que de pouvoir parler de toi…

Cela veut dire que je ne t’oublie pas et que tu restes dans mes pensĂ©es…

C’est pourquoi je tenais Ă  te souhaiter aujourd’hui une bonne fĂȘte des Papas et mĂȘme si tu n’es plus Ă  nos cĂŽtĂ©s


Oui
 mĂȘme si tu n’es plus lĂ  car je sais que tu nous regardes de ton nouveau monde et que tu nous Ă©coutes


Tu es notre petite Ă©toile d’amour
.

Tu nous Ă©claires de ta rayonnante clartĂ© et tu nous protĂšges…

Tu avais tant de bontĂ© en toi…

Oh Papa… Je t’aime tant…❀

Je ne cesserai jamais de te souhaiter ta fĂȘte des PĂšres en pensant trĂšs fort Ă  toi…

Tu restes Ă  jamais dans mon cƓur… 💘

Un cƓur qui te pleure encore et encore…

Je t’aime 💘


Ta fille, CĂ©cile ❀

****

Petits souvenirs de ton parcours professionnel dont je suis si fiĂšre :

****

Un pin’s de la SociĂ©tĂ© « SAGA » pour laquelle tu travaillais en Afrique. Une expatriation merveilleuse Ă  travers plusieurs pays : Madagascar en 1968, CĂŽte D’Ivoire en 1980, GuinĂ©e en 1987, Tchad en 1989, Madagascar en 1992… Des voyages que je n’oublierai jamais… De jolis souvenirs passĂ©s Ă  l’Ă©tranger en famille que je garde jusqu’Ă  prĂ©sent en mĂ©moire…

****

Montre de la SociĂ©tĂ© Saga… je la garde bien prĂ©cieusement en souvenir de toi 💗.

****

Voici quelques chansons pour toi 💘 : Je sais que tu les Ă©couteras avec plaisir et beaucoup d’Ă©motions :

****

****

****

****

Je t’aime fort mon Papa 💖💖💖. Je te garde dans mon coeur pour toujours ❀❀

Pour toi, Maman â€đŸ’‹

Pour toi, Maman :

En ce Dimanche 27 Mai 2018, je voulais te dĂ©dier ces mots en l’honneur de ta fĂȘte des MĂšres


Une fĂȘte des Mamans qui sera bien diffĂ©rente de toutes les autres


DiffĂ©rente par la grande absence si douloureuse de l’amour de ta vie qui n’est dĂ©sormais plus Ă  tes cĂŽtĂ©s


L’amour de ta vie qui Ă©tait toujours prĂ©sent Ă  chacune de tes fĂȘtes des mĂšres


Qui aimait participer Ă  cet Ă©vĂ©nement en t’offrant un magnifique bouquet de fleurs


Qui Ă©tait si fier d’avoir eu deux beaux enfants avec toi


Qui ne pouvait aussi s’empĂȘcher de te faire des petites surprises car oui il aimait tant te faire sourire
 te faire rire


Il aimait tout simplement la vie et toutes ces petites choses qui nous entourent et qui contribuent à nous rendre heureux sur cette terre


Et la fĂȘte des MĂšres en faisait largement partie


Une fĂȘte des MĂšres qu’il aurait souhaitĂ© joyeuse tout en Ă©coutant tes airs favoris


****

****

****

****

****

Car oui, il nous regardera du nouveau monde d’oĂč il se trouve et voudra trĂšs certainement voir un joli sourire sur ton doux visage…

Ce que je voudrais voir Ă©galement ma petite Maman d’amour et mĂȘme si je sais fort bien que l’Ă©motion finira par te faire pleurer


Laisse couler tes larmes ma petite Maman


Elles ne seront que le reflet de ton immense amour envers ton Ăąme sƓur et tes deux enfants…

Elles n’en seront alors que plus belles et si bouleversantes de sincĂ©rité 

Maman, je t’aime tant…

Aujourd’hui, c’est avec beaucoup d’Ă©motion que je te souhaite une trĂšs belle fĂȘte des Mamans


Et plus que jamais… plus que tout
 Si ce n’est davantage depuis la trĂšs grande perte de Papa qui nous manque tant…

« Bonne fĂȘte ma Mamounette ChĂ©rie !! »

Je ne cesserai jamais de continuer Ă  te cĂ©lĂ©brer cet Ă©vĂ©nement car je t’aime fort


Si fort


Et sans aucun doute plus fort que jamais car il ne me reste désormais plus que toi depuis que Papa nous as quittés


Et de savoir cela
 me fait déjà monter les larmes aux yeux, et craindre le futur


Craindre de te perdre un jour comme j’ai perdu Papa


Je sais que je ne devrais pas penser à cela


Je le sais fort bien
 mais je ne peux m’en empĂȘcher car tu reprĂ©sentes tant pour moi


Tu es ma principale confidente


Je partage tant de choses avec toi


On s’entend si bien


On s’aime fort, tout simplement…

C’est pourquoi j’espĂšre de tout mon cƓur te souhaiter encore et encore de trĂšs belles fĂȘte des Mamans durant de nombreuses et nombreuses annĂ©es


Plus que jamais


Plus que tout


Par delà les frontiùres


Sans aucune limite…

Car je dĂ©borde d’amour pour toi…

Et que mon cƓur ne cessera jamais de battre pour toi d’un amour intense


VoilĂ  pourquoi c’Ă©tait si important pour moi de te dĂ©dier ce texte
 pas pour te prouver mon amour Ă  travers le monde entier mais juste pour te dire que tu m’as donnĂ© le plus beau des cadeaux sur Terre : la vie


Sans toi
 je n’aurais jamais pu voir le jour…

Je n’aurai jamais eu l’immense joie de te connaĂźtre en tant que Maman…

Et je suis si fiĂšre d’ĂȘtre ta fille…

Et pour ce magnifique lien de sang entre toi et moi ; je voulais te faire aujourd’hui Ă  mon tour ce petit cadeau… t’Ă©crire une lettre… une lettre d’amour 💟…

Un cadeau que tous les enfants, petits et grands, devraient offrir Ă  leur Maman en ce jour de fĂȘte des mĂšres… et pas uniquement ce jour d’ailleurs…

Car donner la vie Ă  un petit ĂȘtre
 c’est ce qu’il y a de plus beau dans ce monde
 Rien ne pourrait surpasser un tel acte d’amour


Non, absolument rien
 pas mĂȘme tout l’or du monde…

Bonne fĂȘte Ă  toi ma si prĂ©cieuse Maman ! Et merci de m’avoir donnĂ© la vie et d’ĂȘtre toujours lĂ  pour moi…

Je t’aime fort et Ă  l’infini 💟💟💟

Ta fille, CĂ©cile.

****

À toi, l’amour de ma vie đŸ’˜

****

Voici un texte que ma Maman a Ă©crit pour rendre hommage Ă  mon pĂšre Guy ❀ :

****

À toi, l’amour de ma vie :

Mon coeur est parti avec toi et dans l’immensitĂ© du ciel Ă©toilĂ©, mes yeux se brouillent de larmes et l’Ă©motion m’envahit…

J’ai perdu mon pilier d’amour, si grand, si fort, si protecteur et toujours lĂ  Ă  mes cĂŽtĂ©s, un matin du 15 Novembre 2017.

On se prĂ©pare Ă  toutes Ă©ventualitĂ©s et malgrĂ© tous les remparts pour me protĂ©ger, ta prĂ©sence me manque…

Le passĂ© est devant moi et je m’accroche Ă  tous nos souvenirs pour avancer…

Ils seront mes piliers…

Pour ton anniversaire, ce 22 Mai 2018, je te dĂ©die ces trĂšs belles musiques et chansons qui retracent ton arrivĂ©e Ă  Madagascar, Ă  Namakia le 26 FĂ©vrier 1968 et le dĂ©but de notre histoire d’amour en Juillet 1968 scellĂ© par un mariage le 26 FĂ©vrier 1972 Ă  Namakia, suivi de deux naissances : CĂ©cile en 1977 Ă  Namakia et Olivier en 1978 Ă  Antananarivo.

Ce matin-lĂ  du 15 Novembre 2017 qui devait ĂȘtre une journĂ©e ordinaire et lĂ©gĂšre, tu nous as quittĂ©s…

DĂ©sarmĂ©e et dĂ©semparĂ©e, je me suis effondrĂ©e devant cette fatalitĂ© dont personne n’est jamais prĂ©parĂ©…

Je m’allonge, je t’enlace et je m’endors contre toi…

Notre amour sera toujours Ă©ternel.

Ton HĂ©liette qui t’aime… tout simplement.

HĂ©liette Vidal

****

****

****

****

****

****

****

****

GUY (33 ans) ET HÉLIETTE (16 ans) EN 1968 ❀

****

LE BONHEUR EST LÀ ❀ :

****

****

****

****

****

TOUT EST BEAU ❀ :

****

LES JOIES ET LES SAVEURS ❀ :

****

****

****

****

****

****

UNE TRÈS BELLE JOURNÉE ENSOLEILLÉE POUR TON ANNIVERSAIRE, CE 22 MAI 2018 ❀ :

****

****

****

DÉTENTES ET SORTIES ❀ :

****

****

****

****

****

****

****

JE TE GARDERAI TOUJOURS DANS MON COEUR ❀ ❀ :

HĂ©liette Vidal

L’absence 🌠

L’absence est si dure Ă  vivre


Je dirais qu’elle est intolĂ©rable et comparable Ă  un baromĂštre


TantĂŽt un degrĂ© de souffrance plus Ă©levé 

TantĂŽt un peu moins selon ses pensĂ©es envers l’ĂȘtre disparu


Ce n’est pas constant


C’est trĂšs variable


On ne saura alors jamais vraiment à quel degré on va se situer


Cela dépend des jours


Cela dépend de notre humeur


Cela dĂ©pend de soi…

L’absence, quant Ă  elle, viendra parfois s’immiscer dans votre esprit


Tout doucement
 Sans faire de bruits


Ensuite vous voudrez absolument la matérialiser


La rendre vivante


Comme si l’ĂȘtre cher disparu Ă©tait Ă  nouveau face Ă  vous en train de vous sourire


C’est alors que vous lui rendrez le vĂŽtre tant vous serez heureux de voir cette merveilleuse apparition juste lĂ , devant vos yeux


Mais hélas suivant votre pensée ; cette soudaine apparition pourra tout aussi bien disparaßtre


Et lĂ , vous serez Ă  nouveau confrontĂ© Ă  la dure rĂ©alitĂ© de l’absence


Cette absence si douloureuse
 si omniprĂ©sente
 qu’elle en devient suffocante
 presque irrespirable


Vous souhaiterez alors que l’apparition fugace revienne Ă  nouveau comme par enchantement


Et pour ce faire, il faudra vous remémorer un souvenir


Un souvenir tout simple qui vous liait à la personne disparue


Un souvenir heureux ou encore malheureux


Car oui
 il peut y avoir des souvenirs pas trĂšs gais aussi
 mais peu importe du moment que l’ĂȘtre cher revienne Ă  nouveau auprĂšs de vous


La mĂ©moire est donc primordiale dans ces moments là


Oui, l’absence n’est vraiment pas facile Ă  gĂ©rer


Elle vous ronge parfois de l’intĂ©rieur surtout les soirs de solitude


Mais la question est : Peut-on vivre avec l’absence ?

Oui et non
L’absence vous serrera toujours le cƓur


C’est ainsi car vous aimiez tant cet ĂȘtre cher disparu qu’il ne peut en ĂȘtre autrement


La seule solution serait alors d’oublier


Mais si vous ne le souhaitez pas ?

Si vous préférez au contraire raviver le passé en repensant à cet absent si précieux


Si vous préférez au contraire le revoir prÚs de vous


Le rendre Ă  nouveau bien vivant en train de vous serrer dans les bras, vous faire un bisou sur la joue…

Revoir tout simplement son sourire ou encore ses Ă©clats de rire…

Revoir tout son ĂȘtre, juste lĂ  devant vos yeux embuĂ©s de larmes


Car les larmes finiront par tomber


D’abord une le long de votre joue puis d’autres encore qui finiront par suivre


Vous n’y pourrez rien


C’est ainsi
 Ă  part si vous contrĂŽlez votre vive Ă©motion mais il est prĂ©fĂ©rable au contraire de se laisser aller…

De se laisser emporter
glisser


De vous rĂ©fugier dans les souvenirs du passé 

Cela vous fera du bien mais aussi du mal


Telle est la dure loi de l’absence


Une rĂšgle que l’on ne peut hĂ©las outrepasser


Et pourquoi résister de toute façon ?

Se laisser aller est donc le meilleur remùde qui soit afin de pouvoir rejoindre votre absent


Pour juste le revoir


Le revoir quelques instants
 quelques minutes
 ou quelques secondes


Peu importe le temps qui vous sĂ©pare de lui ; du moment qu’il transformera son absence en prĂ©sence


Une prĂ©sence qui vous comblera de joie mĂȘme si celle-ci restera Ă©phĂ©mĂšre…

Une présence que je voudrais tant garder prÚs de moi


Une présence qui me manque tous les jours


Une présence qui reste pourtant dans mon esprit


Papa
. Ton absence est si difficile à vivre


Que je ne peux m’empĂȘcher de te refaire revivre comme si tu n’avais jamais quittĂ© cette terre


Comme si tu Ă©tais toujours là


D’ailleurs, il en sera toujours ainsi


Pour moi, tu es là
Oui, tu es toujours lĂ …

Ton absence ne fait que raviver un peu plus chaque jour ta rayonnante présence


Tu ne fais pas parti de mon passé 

Tu suivras toujours mes pas


Tu me guideras


Tu resteras ma lumiĂšre Ă©clatante lorsque j’aurai peur dans la nuit noire


Tu resteras un pÚre présent pour moi


Car oui, plus que jamais, ton absence ne fait que raviver tout ton ĂȘtre


Ton existence telle une seconde naissance


L’absence ne pourra pas t’effacer car moi je ne cesserai jamais de t’aimer Ă  travers mes pensĂ©es


Des pensĂ©es qui me feront Ă©ternellement voyager pour ĂȘtre toujours Ă  tes cĂŽtĂ©s


Des pensĂ©es qui te font d’innombrables fois renaĂźtre Ă  l’infini dans les profondeurs de mon esprit…

Un esprit qui me relie un peu plus chaque jour Ă  toi…

Je t’aime Papa 💟💟💟