Catégorie : Le Noêl de mon enfance

Je raconte le Noêl de mon enfance en 3 parties…

Le Noêl de mon enfance : Troisième partie

nativite_ane_boeufJPG

 

Minuit passé : Jésus Christ est né :

61895

Une fois après avoir dégusté nos savoureuses mignardises, mon frère et moi, nous étions endormi devant la télévision.
Soudain je sentis une main qui me touchait l’épaule. C’était Maman qui me réveillait tout doucement en me chuchotant à l’oreille :

« Cécile ? Il y a quelqu’un qui frappe à la porte d’entrée. Je crois bien que c’est le Papa Noêl… »

J’étais toute endormie mais très vite je me mis à sourire tellement j’étais heureuse d’apprendre la bonne nouvelle.

« Le Papa Noêl vient d’arriver ? » demandai-je en me frottant les yeux.

« Oui ma poupoule, il est là et il vous attend ton frère et toi »

Sans plus attendre, je me levai et me dirigeai vers le fauteuil où mon petit frère dormait encore.

« Olivier ! Olivier ! Réveille toi ! Le Papa Noêl est là ! Il est arrivé ! Vite ! dépêche toi ! »

Le réveil fut tonitruant mais très efficace puisqu’il se leva presque aussitôt puis dit à Maman, d’une voix quelque peu endormie :

« Il est là ?? Mais où ça ? Maman ? il est où le Papa Noêl ? »

« Il vous attend mes cocos. Venez, suivez-moi, maintenant »

Je me souviens encore que mon frère et moi étions tout excités à l’idée de voir enfin ce cher Papa Noêl et qui plus est dans notre belle demeure.

En suivant Maman dans le couloir qui menait vers la porte d’entrée, mon coeur se mit à battre la chamade. Mon frère ne tenait plus en place tellement il était impatient.
Plus que quelques secondes et nous le verrions enfin …

****

maison-du-pere-noel

Soudain nous le vîmes ! il se trouvait là juste devant nous et il arborait un large sourire.
Incroyable mais vrai ! me dis-je avec stupéfaction tant j’étais surprise de le voir ici, chez nous. Je n’en revenais toujours pas.

Il était grand et plutôt imposant. Il revêtait un manteau et un pantalon rouge vif qui ressemblaient aux images d’un livre que Maman avait l’habitude de nous faire montrer lorsqu’elle nous parlait de lui, lors des fêtes de Noêl.

Mais là, il n’était plus une image sur papier glacé. Il était bien réèl et se tenait debout, juste devant nous.
Il portait une capuche de la même couleur que sa tenue, lui tombant sur le front et lui couvrant légèrement les oreilles.

Je dois bien avouer qu’au début il me fit un peu peur sans doute à cause de sa longue barbe blanche impressionnante qui lui mangeait le visage.
D’ailleurs, j’avais du mal à distinguer ses traits. Je ne voyais que ses yeux à travers ses lunettes ainsi que son nez.
C’est alors qu’il s’avança vers nous et de sa grosse voix, nous dit :

« Bonjour les enfants, je suis le Père Noêl ! Vous allez bien ? »

Mon frère et moi lui dirent en choeur :

« Oui ! »

« Et, avez-vous été bien sage ? »

« Oui ! »

Nous étions tellement intimidés que nous répondions invariablement la même réponse concise.

« Rapprochez-vous les enfants. Vous savez, j’ai fait un très long voyage pour venir ici dans votre maison et je ne pourrai pas rester très longtemps car j’ai d’autres maisons à visiter »

Tout en continuant à parler, le Père Noêl s’asseya sur une chaise car il disait être fatigué de son long voyage. Il nous souriait constamment puis nous demanda à nouveau de venir près lui.

Nous étions quelque peu réticents à cause de son imposante barbe blanche qui nous faisait peur mais heureusement que Maman était là pour nous rassurer. Elle nous demanda d’aller lui faire un bisou car elle nous dit qu’il était très gentil d’être venu de si loin pour nous apporter nos cadeaux.

A peine eut-elle prononcé le mot magique « cadeau » que nous commençâmes à nous dérider et venir timidement vers lui.
Chacun notre tour, nous embrassâmes tant bien mal ses joues qui étaient envahi de barbe soyeuse, ondulée.

****

A un moment donné, il mit sa main gantée sur mon épaule et me demanda :

« Comment t’appelles tu jolie petite fille ? »

« Cécile » répondis-je toute intimidée.

« Et toi petit garçon ? Comment t’appelles-tu ? »

« Olivier »

« Vous m’avez dit tout à l’heure, que vous aviez été bien sages. C’est vrai, les enfants ? »

« Oui » répondîmes nous en choeur.

« C’est très bien les enfants. Et n’oubliez pas, il faudra toujours être bien sages entre vous deux ainsi qu’avec vos parents. Vous me le promettez Cécile et Olivier ? »

« Oui ! »

« Merci, vous êtes très gentils. Vous savez, j’ai apporté tous les cadeaux que vous m’avez demandé dans vos lettres. J’espère que vous les aimerez ! »

« Oui ! »

« Je suis très content d’être venu chez vous ! Vous êtes vraiment de gentils enfants. Mais je voulais vous dire aussi qu’il y a une bêtise que vous faites toujours et pourtant, vous m’aviez promis dans vos lettre que vous ne recommenceriez plus. »

Mon frère et moi le regardèrent interloqués car nous ne comprenions pas de quelle promesse il voulait bien nous parler mais au bout de quelques instants je compris de quoi il s’agissait.

« Cécile, J’ai vu que tu suçais encore ton pouce » me dit-il de sa grosse voix mais toujours dans un large sourire.

« Oui » répondis-je honteusement.

« Ce n’est pas très grave Cécile mais il faudra me promettre que tu feras attention de ne plus sucer ton pouce. D’accord petite Cécile ? Et c’est pareil pour toi Olivier. D’accord les enfants ?

« oui »

« Je suis content de vous avoir vu les enfants. Surtout, travaillez bien à l’école et soyez toujours gentils entre vous deux ainsi qu’avec vos parents. Papa Noêl est vraiment fier de vous deux ! Maintenant, je vais devoir partir car j’ai d’autres enfants à voir et plein de cadeaux à livrer »

Sur ces belles paroles, le Père Noêl se leva de sa chaise et se pencha pour venir nous embrasser chacun notre tour.
Après nous avoir fait la bise, il nous dit au-revoir de la main.

« Au-revoir Cécile et Olivier ! Amusez-vous bien avec vos jouets ! »

Il tourna les talons et repartit comme il était venu par la porte d’entrée.

****

Je n’en revenais toujours pas ! On aurait dit un rêve mais non, c’était bien réèl ! et nous venions de voir enfin le Père Noêl.
Même si au début nous avions eu un peu peur de lui, on était triste à présent qu’il soit déjà parti.

Mais je savais qu’il devait voir d’autres enfants et livrer encore plein de cadeaux alors je me disais qu’il ne fallait pas que je sois égoiste étant donné qu’il était venu chez nous pour nous donner les nôtres.

Je l’imaginai alors dans un ciel étoilé, son traîneau tiré par des rennes en partance pour de nouvelles contrées, bravant le froid polaire afin de donner de la joie aux enfants du monde entier en leur apportant des jouets.

NOEL-BLANC

Je repensais encore à sa grosse voix et me disais intérieurement que je ferais tout pour tenir ma promesse car il avait réalisé mon rêve : celui de le voir en personne.
Oui, le simple fait de l’avoir vu et entendu avait suffit à ravir mon coeur de petite fille insouciante que j’étais…

****

C’est alors que Maman nous dit :

« Vous étiez contents de voir le Père Noêl ? »

« Oui ! » nous empressâmes de lui crier à coeur joie.

« Vous avez vu les beaux cadeaux qu’il vous a apporté ? Venez les voir ! »

Maman nous entraîna à l’intérieur d’une pièce et nous fit montrer les cadeaux qui reposaient sur la moquette. Nous étions émerveillés devant tous ces jouets.

l_04373251

« Wahou ! ils sont trop beaux nos vélos, Maman ! » dis-je toute excitée.

Miniz12boyRouge

« Wahou ! Et la grosse boîte de playmobiles Safari ! wahou ! trop bien ! t’as vu Cécile ? »

« Oui, j’ai vu ! On pourra bien s’amuser ! Je suis trop contente ! »

 

 

safari-1-

 

Mon frère et moi, étions vraiment très heureux car nous avions eu les cadeaux de nos rêves.

« Maman ? où il est Papa ? Il était pas là quand le Papa Noêl est venu » dit Olivier en faisant une moue boudeuse.

« Il était aux toilettes, mon coco. Mais ce n’est pas bien grave, il le verra l’année prochaine. Vous êtes contents que le Papa Noêl soit venu chez nous ? »

« Oh oui ! en plus il avait une très grosse barbe ! Maman ? il doit être très vieux le Papa Noêl ! Sa barbe, elle était toute blanche ! » dit Olivier en faisant la grimace.

« Oui,mon coco, tu as raison, il est très vieux »

Soudain notre père fit son apparition.

« Coucou les enfants ! j’étais à l’étage. Maman m’a dit que vous aviez vu le Père Noêl pendant que je n’étais pas là. Comment il était ? Il était gentil avec vous ? »

« Oui, très gentil, Papa ! » s’empressa de lui répondre Olivier.

« Et il nous a donné tous les jouets qu’on voulait ! les vélos et les playmobiles ! » lui dis-je en souriant.

« Je suis content pour vous deux ! Ce sont de bien beaux cadeaux qu’il vous a apporté pour Noêl ! Moi, je n’ai pas pu le voir mais promis la prochaine fois je le verrai »

« Les enfants, il se fait tard » dit Maman. « Il faudra aller vous coucher maintenant et demain vous pourrez jouer avec vos playmobiles. D’accord ? Comme ça, vous pourrez vous amuser toute la journée avec vos jouets. Et vous avez vu comme la boîte était très grosse ? »

« Oui Maman, c’est vrai. La boîte, elle est géante ! Et demain on pourra mieux jouer, hein Olivier ? » dis-je en regardant mon petit frère de connivence.

« Oui ! super ! Ce sera trop bien demain ! Tu viens Cécile ? on va regarder encore la boîte »

Et nous voici tous les deux en train d’examiner sur toutes les coutures la fameuse grosse boîte de playmobiles Safari tout en nous exclamant sur les petites images qui se trouvaient au dos de celle-çi.
Nous faisions des commentaires sur tel ou tel personnage en vantant les mérites de chacun.

****

Après nous être soigneusement brossé les dents, nos parents vinrent nous souhaiter une bonne nuit en nous embrassant l’un après l’autre.
Quelques instants plus tard, nous dormions à poing fermés.

Bien au chaud, sous mes draps, je rêvais à la venue du bon vieux monsieur à la barbe blanche qui nous avait apporté de biens jolis cadeaux.

Je rêvais également au lendemain qui serait le jour le plus merveilleux de la terre, lorsque nous nous amuserions mon petit frère et moi, avec nos jouets tant désirés.

423990353

 

Publicités

Le Noêl de mon enfance : Deuxième partie

IMG_121104154543339

 

Le Menu de fête lors de la veillée de Noêl :

sxqv6tap
Maman fit réchauffer tous les bons petits plats qu’elle avait concocté la veille.
Du salon, je pouvais sentir toutes les effluves qui s’échappaient de la porte entrouverte de la cuisine.

Hum ! toutes ces bonnes odeurs alléchantes qui me mettaient l’eau à la bouche…
Ah ! les bons menus de fête de Maman ! C’était tout de même quelque chose !

 

Voici le menu de fête de cette soirée mémorable :

L’apéritif :

amb_bretzel_sticks_bio

– Biscuits apéritifs,
– oeufs de lump sur toasts,

oeuf de lump bon
– olives vertes et noix de cajou,

olives-vertes-denoyautees-piquantes
– Bretzels,
– jus de fruits pour les enfants et Punch ou Kirr (ou vin blanc) pour les adultes…

jus-fruits-maison

Pour cette occasion, nos parents nous avaient autorisé à boire quelques larmes de punch afin d’être dans l’ambiance de la fête.

 

Le hors d’oeuvre :

Les-huitres

– Huîtres,
– Saumons fumés,

53d8bad5e4920_bon saumon fumé
– Foie gras accompagnés de ses petits toasts,

FOIE GRAS
– Bouchées à la reine et sa salade pêcheur grand rivage (crevettes, miettes de crabes, salade verte, ect…)

crevette bon
– Boisson alcoolisée pour les parents : Vin gris.

Le plat de résistance :

roti-longeporc-grille410

– Petites cailles rôties accompagnées de pommes de terres, de champignons à la Bretonne et de riz blanc.
ou encore :

pomme-de-terre-sautees_47426_large
– Rôti de porc au lait accompagné de pommes de terre sautées, de légumes (carottes à la crème et champignons forestières) et de riz blanc.

5670333626_07838b3f06
– Boissons alcoolisées pour les adultes : vin gris et vin rouge.

3486_8189

Et pour parfaire ce repas de fête, 13 desserts tous aussi bons les uns que les autres furent servis à table :

Les treize desserts ou calenos (desserts provençaux de Noêl) sont présentés à la fin du repas de Noêl et font parti de la tradition provençale ancienne.
Le nombre de ces desserts doit toujours être de 13 si vous souhaitez bien suivre la tradition. les treize desserts représentent le nombre de convives lors de la Cène, le repas rassemblant le Christ et les douze apôtres.

 

Voici les 13 desserts :

buche-glacee-de-lanvin-10367042dsfvh
– Une bûche de noêl glacée ou encore une bûche pâtissière au chocolat,
– Des calissons,

calisson marseille

Le Christ : représenté par des fruits venus de l’orient :
– Des dattes,

dattes

Le pénitent blanc : représente la pureté par sa blancheur :
– Du nougat blanc,

nougat-artisanal-en-vrac-nougat-blanc-214110z0

Le pénitent noir : évoque la dureté et les forces du mal :
– Du nougat noir,

nougat-noir-de-noel

Les 4 mendiants :
– Des amandes et des raisins secs,
– Des noix et des noisettes,

amande bonnes

shutterstock_155242016_920

Puis des fruits :

– Des pâtes de fruits,

pate fruits
– Des oranges et des mandarines ou des clémentines,

manda fruit

orange frais

Dégustations de chocolats :

cadeau-de-noel-en-chocolat-dans-sa-boite-ecrue-et-fuchsia-1-l
Pour terminer ce grand repas de réveillon de Noêl, nous avions quitté la table et nous étions installé dans nos fauteuils pour déguster quelques rochers de chocolat au lait, des boudoirs, ou encore de délicieux assortiments de chocolats.

boite_paysage_noel_2

zoom-rocher

413641_c

Mes parents buvaient leurs flûtes de champagne blanc ou rosé tout en regardant avec nous les émissions de Noêl qui passaient à la télévision.

2010

Pour cette occasion, mon frère et moi avions eu l’autorisation de tremper nos lèvres dans leurs coupes afin de pouvoir goûter (comme les grands) cette boisson qui à dire vrai ne me plaisait pas du tout à cette époque là.

Aujourd’hui, biensûr, c’est bien différent puisque j’apprécie de boire le champagne lors de grandes occasions de fêtes mais seulement du rosé.

champagne rosé

Ces moments de noêl partagés en famille, je ne les oublierai jamais car nous étions tous les 4 en totale harmonie et que pour moi, c’était des instants magiques, tout simplement…

****

Pour lire la suite, cliquez sur la Troisième partie.

Le Noêl de mon enfance : Première partie

detail-sapin-neige-et-or

 

J’ai toujours aimé la magie de Noêl ainsi que tous les préparatifs qui précèdent ce si grand et bel évènement.
Quel plaisir de pouvoir se remémorer chaque instant de son enfance rien qu’en décorant le sapin de boules, de guirlandes scintillantes et d’ampoules électriques multicolores.

C’est pourquoi j’ai décidé de vous raconter à travers cette page, quelques anecdotes du Noêl de mon enfance passé à Marseille, plus précisément à Sausset-Les-Pins.

carte-carry-le-rouet

 

Un Noêl à Sausset-Les-Pins :

Je me souviens encore de mes noêls passés à Sausset-Les-Pins, dans notre charmante villa qui se trouvait dans un lotissement à Carry Le rouet à Marseille.
Ces noêls là étaient vraiment magiques !

Je me rappelle encore avec beaucoup d’émotion, l’un d’entre eux où mon frère et moi avions reçu comme cadeaux, de magnifiques vélos rouges tout terrain ainsi que toute la panoplie complète des playmobiles catégorie « Safari en Afrique ».

Vous me diriez alors que c’était tout à fait de bon augure étant donné qu’après avoir vécu 5 belles années à Marseille ; mes parents, mon petit frère et moi allions faire quelques années plus tard, notre premier voyage africain direction la Guinée à Conakry.

Une petite parenthèse s’impose : mes parents connaissaient déjà la Côte d’Ivoire puisque nous y avions vécu 1 an et demi avant de faire construire notre villa à Sausset-Les-Pins. Par contre, mon frère et moi étions beaucoup trop petits pour nous souvenir de l’afrique.

Et donc, pour reprendre mon histoire, lorsque nous avions reçu ces magnifiques cadeaux, je devais bien avoir 6 ans et mon petit frère 5 ans (année 1983).

 

Préparatifs avant Noêl :

Quelques jours avant Noêl, notre maman nous avait aidé à fabriquer deux petites crèches pour mon frère et moi que nous avions par la suite, installées dans nos chambres respectives.

Elles étaient vraiment très jolies et le soir, lorsque je m’allongeais sur mon lit, j’adorais admirer la mienne tout en rêvassant et en pensant au Papa Noêl qui ne tarderait pas à venir dans notre maison pour nous donner nos cadeaux.

1260095007_39020creche20noel20santons20jesusnaissance2002

J’étais émerveillée et ne cessais de me dire que j’avais beaucoup de chance de pouvoir fêter Noêl avec mes parents et mon petit frère.
Oui j’étais très consciente du bonheur que j’avais et je m’en délectais chaque jour qui passait jusqu’à ce que Noêl arrive enfin.

****

Au moment du coucher, en me glissant sous les couvertures, je ne manquais jamais de faire mes prières pour la Sainte Vierge Marie et son mari Saint Joseph afin que tout puisse bien se passer pour eux ainsi que la future venue au monde de leur enfant Jésus Christ.

creche-mane

Il est vrai également que je n’oubliais jamais de mentionner le Petit Papa noêl car je me disais qu’il lui faudrait beaucoup de courage pour livrer tous ces cadeaux dans chacune des maisons et ce sans en oublier une seule, surtout par ce froid si glacial.

Oui, je voulais que Dieu prenne bien soin de lui afin qu’il puisse nous apporter sans encombres à mon petit frère et à moi nos jouets et pourquoi pas d’autres petites surprises étant donné que nous avions tout fait pour être des enfants très sages avec nos parents (c’est du moins ce que je pensais).

Je priais aussi pour ma petite famille et demandais assez régulièrement pardon (pratiquement tout le temps) au Seigneur et au Petit Papa Noêl d’avoir une fois de plus sucer mon pouce et ce chaque soir durant. Oui, je dois bien avouer que c’était ma plus grande faiblesse enfantine et qu’il m’était difficile de m’en détacher.

Et ce, malgré le vernis au goût amer que ma mère prenait le soin d’appliquer tous les une fois par semaine car elle ne voulait pas que je me déforme la dentition.
En y repensant aujourd’hui, je me demande encore comment je pouvais bien faire pour continuer tout de même à sucer mon pouce alors que l’amertume du vernis était bien prononcée !

Pour vous dire à quel point j’étais totalement accro de ce satané pouce ! ce qui n’arrangea rien du tout puisque 2 ans après je fus obligé de porter un appareil dentaire puis par la suite des bagues inesthétiques pour redresser mes dents.
Oui une véritable torture mais au moins je remercie encore mes parents (et mon dentiste) de m’avoir fait faire ce traitement d’orthodontie sinon je n’aurais jamais pu arborer un joli sourire, aujourd’hui.

Avec du recul, je me dis qu’un pouce peut bien faire des dégâts sans qu’on s’en rende compte durant son enfance !

****

Lettre au père Noêl :

2370

En écrivant ma lettre au Papa noêl et avant de la lui adresser par l’intermédiaire de mes parents, je lui promettais que je ferais tout pour ne plus sucer mon pouce mais que si jamais je le faisais (sans faire exprès biensûr), je lui demandais de bien vouloir ne pas trop m’en tenir rigueur.

J’espérais donc secrètement qu’il me pardonnerait cette petite incartade involontaire et qu’il tiendrait plutôt compte de ma gentillesse et du fait que je fus durant tout le mois de novembre et décembre, une enfant très sage avec ses parents et son petit frère (du moins c’est ce que je pensais puisque j’étais une vraie petite fille modèle : douce, polie et appliquée).

Ensuite, je terminai ma lettre en le remerciant et en lui dessinant des petits coeurs au bas de la page pour lui prouver à quel point je l’aimais beaucoup.
J’étais pour ainsi dire comme tous les enfants du monde entier qui souhaitaient tout simplement que le Papa Noêl leur apporterait tous les jouets dont ils avaient rêvé durant le mois de décembre.

****

La Chrétienté :

Tout petits déjà, Maman nous avait inculqué à mon frère et à moi, les valeurs de la Chrétienté car c’était très important pour elle de nous transmettre ce que ses parents lui avaient appris étant enfant.

Pour ma part j’y croyais très fortement et j’aimais lorsqu’elle nous racontait l’histoire de la naissance de Jésus Christ à quelques jours de sa venue au monde…

ADORATION DE JESUS

 

Elle nous parlait aussi de tout ce qu’il avait accompli en grandissant et ce que les hommes lui avaient fait subir avant de mourir sur la croix.

jesus christ la croix

 

J’aimais ces instants là car j’étais fascinée par la vie de Jésus Christ : cet homme si bon qui ne ressemblait à personne et qui avait tant souffert mais toujours pardonné à son prochain.

JESUS 3

 

****

Le soir, mon frère et moi ne manquions jamais de faire nos prières avant de nous coucher car c’était tout simplement ancré en nous et que nous y avions pris l’habitude grâce à Maman.
Depuis mes convictions chrétiennes n’ont toujours pas changées et je reste très croyante en ce qui concerne ma religion catholique.

JESUS 7

 

 

Petit spectacle de marionnettes :

80027420_Marionnette-Fille_2
Régulièrement, et même assez souvent, notre Maman aimait bien nous raconter des petites histoires lorsqu’elle en avait le temps.
Je me rappelle que durant la période des fêtes de Noêl, elle faisait tout pour nous faire plaisir en nous en racontant davantage d’histoires car elle adorait nous faire rire et nous rendre heureux.

On s’asseyait bien sagement face à elle et on l’écoutait attentivement.
Le plus souvent, elle nous racontait ses petites histoires comme ça, juste en improvisant et elle y arrivait fort bien. Il pouvait lui arriver également d’utiliser des marionnettes-main ou encore à fil pour agrémenter ses contes inventées.

Et le simple fait d’enfiler sa marionnette-main ou encore de la faire se mouvoir à l’aide de ses fils, suffisaient à l’inspirer et à commençer le début de son histoire.
Oui, elle aimait improviser et je dois dire qu’elle était extrêmement douée pour inventer de biens jolies petites histoires qui nous fascinaient mon frère et moi.

Elle nous racontait également les contes traditionnels que tout un chacun connaît bien, tels que : le petit chaperon rouge, Cendrillon ou encore Blanche Neige et les sept nains, ect…
Lorsque mon frère et moi l’écoutions et regardions la marionnette qui s’animait, le temps était comme suspendu et nous étions totalement subjugués par toute cette magie qu’elle déployait devant nos yeux ébahis.

Les marionnettes nous faisaient tantôt rire selon certaines situations ou peur lorsqu’elle faisait son étrange voix qui imitait celle d’un animal que l’on connaissait bien ou encore celle d’une sorcière ou d’un monstre d’un conte de fées.
Mon frère et moi ne voulions jamais que le spectacle s’arrête et nous en redemandions toujours et encore afin que cela puisse continuer à l’infini mais ne dit-on pas que les bonnes choses ont irrémédiablement une fin ?

Je n’oublierai jamais ces merveilleux instants que je garderai toujours en mémoire…
Il est vrai que parfois j’aurais aimé me projeter dans le passé et me retrouver alors l’enfant que j’étais, en train d’écouter et de savourer les belles histoires de Maman.

5414834861556_2

 

Les belles décorations de Noêl :

500_image0

Je me souviens encore des belles décorations de noêl que Maman avait pris le soin d’installer un peu partout dans notre grand salon.
Il y avait des accordéons de guirlandes dorées/argentées accrochés au plafond ainsi que de grandes images autocollantes sur les vitres des fenêtres représentants des scènes de noêl tels que des petits anges, des étoiles, des sapins ou encore des petits pères Noêl.

boule_sapin

Pour moi, le salon de notre maison semblait alors tout droit sortir d’un conte de fées tellement il était magnifiquement bien décoré et qu’il s’en dégageait une telle magnificence que j’en étais subjuguée.
Je me rappelle aussi qu’à ces moments là, cette pièce m’apparaissait encore plus grande et démesurée.

f3025c85

Ne dit-on pas que tout peut nous paraître plus grand lorsque l’on est un petit enfant ?
Pour moi, c’était ça aussi la magie de noêl : toutes ces belles décorations qui mettaient immédiatement dans l’ambiance et émerveillaient mes yeux à chaque fois que je les admirais.

 

Le soir du 24 décembre, avant la naissance de Jésus Christ :

61895

Ce soir là, Maman nous avait passé plein de disques de Noêl et l’intérieur de notre demeure baignait dans une chaleur humaine très intense.
En effet, nous avions chanté tous ensemble de très jolis chants de Noêl tels que :

Foto-3MZY6MO7

– Petit Papa Noêl,

– Vive le vent d’hiver,

– Mon beau sapin,

– Noêl blanc, ect…

 

Tous ces chants mélodieux étaient si merveilleux qu’ils enveloppaient nos coeurs de joie. Je me sentais en symbiose avec ma famille et en sécurité à l’intérieur de notre chez nous.

Cette nuit là, fut une bien belle veillée de Noêl.

 

Le sapin et la crèche :

LA-NATIVITE-1
Je revois encore avec mes yeux d’enfant ce superbe et haut sapin vert (en synthétique) orné de boules, de guirlandes scintillantes ainsi que de guirlandes électriques multicolores qui l’illuminaient joliment.

Le sapin trônait fièrement dans notre salon et il était accompagné de sa jolie crèche que Maman avait construite de ses mains pour l’occasion (elle est très douée pour faire en deux temps trois mouvements des merveilles avec de simples matériaux : papier, colle, ruban, ect ou avec du matériel de récupération).
Ah cette crèche ! Elle était vraiment magnifique !

****

La féérie de Noêl :

Christmas_Screensavers
Au moment où notre salon fut plongé dans le noir mais tamisé par de doux éclairages d’abat-jours, le spectacle fut tout simplement féérique !

Les petites ampoules multicolores du sapin clignotaient par intermittence et rendaient un effet très cosy à toute la pièce.
Les effets de lumières colorées qui se projetaient sur la crèche lui donnaient un aspect magique, presque surréaliste qui me faisait rêver.

nativite_ane_boeufJPG

Les santons qui se trouvaient à l’intérieur semblaient alors vivants comme s’ils étaient sur le point de se mouvoir devant nos yeux émerveillés.
Et devant un tel spectacle, je me mettais à penser au Papa Noêl qui ne tarderait plus à venir chez nous et me disait qu’il devait déjà être en chemin s’il ne voulait pas être en retard.

J’avais hâte d’arriver au lendemain mais restais patiente car j’adorais cette veillée de Noêl en famille !
Demain, mon frère et moi aurions l’immense joie de pouvoir découvrir nos cadeaux et d’y jouer avec.

****

Pour lire la suite, cliquez sur Deuxième partie.