Le Lion et la Gazelle : Suite 5

 

Il plissa alors davantage les yeux afin de s’assurer qu’il n’avait pas rĂȘvĂ© mais ce n’était pas si Ă©vident Ă  cause de la forte luminositĂ© du soleil.

Les yeux toujours étrécis, il essayait tant bien que mal de distinguer « la chose » bien camouflée dans les hautes herbes.

Quelques minutes aprÚs, le mystÚre fut levé lorsque celle-ci se mit brusquement à remuer.

AffolĂ©, les battements de cƓur de Masoandro se mirent Ă  battre Ă  tout rompre. Sa vue perçante ne l’avait pas trompĂ©. Il s’agissait bien de l’oreille d’un animal


« Oh non ! Pas ça ! » faillit-il crier tant il était paniqué.

À cet instant-lĂ , l’oreille ronde au revers noir venait Ă  nouveau de remuer tentant de chasser une autre mouche qui lui tournait autour.

Masoandro crut dĂ©faillir. Non pas qu’il soit peureux, loin de lĂ , mais plutĂŽt inquiet pour la Gazelle. Car il n’y avait plus le moindre doute ! Il s’agissait bien d’un Lion et il se tenait lĂ , bien cachĂ©, parmi les hautes herbes en train de les Ă©pier. Depuis combien de temps ? Ça, il l’ignorait mais sans doute depuis un certain moment. Ce qui l’horrifia davantage.

Vite ! Les sens en alerte, il Ă©difia dans sa tĂȘte en quelques fractions de secondes le plan de sauvetage le plus appropriĂ© pour protĂ©ger Tsara. Il n’Ă©tait sans doute plus aussi intrĂ©pide qu’autrefois mais il avait encore gardĂ© de trĂšs bons rĂ©flexes pour son Ăąge alors il ferait tout voire l’impossible pour maintenir sa protĂ©gĂ©e saine et sauve. Tel Ă©tait son objectif et il s’y tiendrait jusqu’au bout.

Sans plus attendre une minute de plus, il bondit en avant tel un boulet de canon, contourna la Gazelle en veillant Ă  ne pas la heurter puis se posta rapidement juste derriĂšre elle, face Ă  son ennemi.

Sa grande masse corporelle faisant office de bouclier, il serait ainsi plus amĂšne de la protĂ©ger contre toute Ă©ventuelle attaque surprise de l’intrus.

****

« Mince ! Trop tard ! » grogna Ratsy Fanahy.

Cet imbĂ©cile de Masoandro venait Ă  l’instant de le repĂ©rer et se tenait maintenant face Ă  lui prĂȘt Ă  dĂ©fendre sa chĂšre Gazelle.

« Pas grave » se dit-il dans un rictus.

De toute façon, il aurait tĂŽt ou tard cette fichue Herbivore alors autant se charger d’abord d’Ă©liminer le Roi comme ça il obtiendrait aussitĂŽt son propre couronnement tant espĂ©rĂ©. Et finalement, ce ne serait pas plus mal.

Sans plus attendre, il se leva des hautes herbes et fixa droit dans les yeux Masoandro. Le duel pouvait commencer.

Ses babines se retroussĂšrent juste assez pour impressionner son rival et lui faire montrer qu’il n’Ă©tait plus le jeune Lion d’autrefois. Non, il Ă©tait pire


Un Lion qui avait gagnĂ© en puissance musculaire. Un Lion devenu autant cruel qu’il ne l’Ă©tait dĂ©jĂ  et tout ça grĂące au bannissement qu’il avait subi et qui n’avait fait que l’endurcir d’annĂ©es en annĂ©es. Et donc, un mal pour un bien se moqua t-il intĂ©rieurement tout en toisant du regard le Roi.

Maintenant que le destin lui donnait l’opportunitĂ© de se venger alors il ne se ferait pas prier. D’autant plus que ce Masoandro de malheur avait dĂ©jĂ  bien trop longtemps rĂ©gnĂ©. Mais dĂ©sormais ce ne serait plus si important que ça puisqu’il ne tarderait pas Ă  rejoindre bientĂŽt l’au-delĂ .

Tuer Ă©tant comme une seconde nature pour lui, il s’acharnerait encore et encore jusqu’Ă  ce que le sang de ce maudit Roi coule Ă  flot.

D’ailleurs, Ă  compter d’aujourd’hui, son nouveau slogan serait le suivant : « Tuer pour mieux rĂ©gner »

Un jour Ă  marquer d’une pierre blanche…

Et pour parfaire son meurtre, il avait déjà tout orchestré dans son cerveau diabolique.

En premier lieu, faire un brin de causette avec le Roi. Mais pourquoi faire ? La raison Ă©tait pourtant Ă©vidente. Afin qu’il ne puisse garder en mĂ©moire que ses derniĂšres paroles assassines Ă  Lui et non celles si doucereuses de cette idiote de Gazelle.

En deuxiĂšme lieu, se jeter sur lui en ne boudant pas son plaisir de le faire atrocement souffrir jusqu’Ă  ce qu’il succombe dans une lente agonie.

Et enfin, parce qu’il fallait tout de mĂȘme garder le meilleur pour la fin. DĂ©vorer bien sauvagement la petite Gazelle aux os si fins et si croustillants.

Un joli programme en perspective se dit Ratsy Fanahy dans un sourire machiavĂ©lique qu’il adressa directement au Roi avant de s’avancer enfin vers lui


****

De son cĂŽtĂ©, Tsara tremblait de tous ses membres tant elle ne s’Ă©tait pas attendu Ă  ce que le Roi bondisse aussi brusquement. En fait, elle n’avait absolument rien vu venir…

Mais qu’était-il en train de se passer ? se demanda t-elle trĂšs affolĂ©e et apeurĂ©e.

Le Roi avait dĂ» trĂšs certainement voir quelque chose de terrible et c’est pourquoi il s’Ă©tait Ă©lancĂ© si brutalement sans mĂȘme avoir pris le temps de l’avertir.

À prĂ©sent, elle pouvait sentir le pelage de sa grande masse corporelle derriĂšre elle, tout contre elle et cela la rassura un peu. Mais juste un peu seulement car elle restait terriblement inquiĂšte


Tous deux se tournaient le dos et ce n’Ă©tait pas si Ă©vident pour elle de ne devoir plus le voir. Elle aurait tant voulu alors se retourner pour voir ce qui se passait mais elle avait si peur de faire le moindre geste qu’elle y renonça. Et pas mĂȘme lui adresser un seul mot de peur de le dĂ©concentrer.

Ses muscles Ă©taient crispĂ©s. Elle Ă©tait si angoissĂ©e. Mais que faire ? Alors, elle restait figĂ©e sur place, paralysĂ©e, attendant un signe du Roi. Un petit signe de sa part qui lui redonnerait espoir…

En vain
 Toujours rien…

De son cĂŽtĂ©, Masoandro ne quittait pas des yeux l’intrus. Tout se bousculait dans sa tĂȘte car il s’inquiĂ©tait beaucoup pour la Gazelle. Ce qu’il voulait lui, c’Ă©tait avant tout la mettre hors de danger. Car une chose Ă©tait certaine, en restant ici Ă  ses cĂŽtĂ©s, elle devenait son talon d’Achille et pire encore, une proie facile pour son ennemi. Une situation des plus bancale qui le mettait en porte Ă  faux surtout s’il tenait Ă  rester bien concentrĂ© et combatif au moment oĂč il devrait affronter son adversaire. Il Ă©tait donc primordial pour lui de mettre toutes les chances de son cĂŽtĂ©. Et pour ce faire, il avait un plan…

Gardant toujours un Ɠil sur l’intrus, il tourna lĂ©gĂšrement sa tĂȘte de biais afin de ne pas Ă©veiller les soupçons de celui-ci puis chuchota tout doucement Ă  l’oreille gauche de la Gazelle :

« Tsara ! Cours droit devant toi sans t’arrĂȘter !  Maintenannnnnt !! »

En entendant le murmure d’alerte de Mr Lion, elle fut Ă  la fois paniquĂ©e et chamboulĂ©e. Ce qu’il venait de lui souffler signifiait qu’il y avait un grave danger, qu’il Ă©tait crucial qu’elle l’Ă©coute Ă  la lettre sans se poser de questions.

PartagĂ©e entre la peur et le remord de devoir le laisser seul, elle hĂ©sita encore quelques secondes puis courut sur le champ aussi vite qu’elle put droit devant elle sans mĂȘme une seule fois se retourner.

Tout en courant, le remord la submergea tout Ă  coup. Comment avait-elle pu s’enfuir comme ça en le laissant tout seul ? Seul avec cet espĂšce d’animal qui devait ĂȘtre trĂšs certainement un Lion


Mais qu’est-ce qu’une Gazelle comme elle aurait-elle pu faire alors pour l’aider ? Pas grand-chose


C’est pourquoi elle continuait de courir comme il le lui avait recommandĂ©. Courir droit devant elle sans s’arrĂȘter.

En pleine course, elle accĂ©lĂ©rera davantage la cadence tout en faisant des bonds de deux mĂštres. Elle courait si vite qu’Ă  un moment donnĂ©, elle crut que son cƓur allait exploser tant celui-ci battait beaucoup trop fort. Il faut dire aussi qu’elle avait si peur.

D’ailleurs, dans sa course effrĂ©nĂ©e, elle ne voyait mĂȘme plus les alentours de la Savane. Il n’y avait plus qu’elle et le vent ne formant alors plus qu’un lorsqu’elle faisait ses bonds de deux mĂštres. Un peu comme s’il la soutenait davantage en l’air pour l’aider Ă  ĂȘtre plus lĂ©gĂšre qu’elle ne l’Ă©tait. Et c’est vrai qu’Ă  ce moment si dramatique de sa vie, il Ă©tait devenu son meilleur alliĂ©. Au moins, avec lui, elle n’avait pas trop l’impression d’ĂȘtre seule. Quoique Ă  cet instant prĂ©cis, elle aurait prĂ©fĂ©rĂ© se retrouver tout prĂšs de Mr Lion


Soudain, alors qu’elle courait toujours Ă  perdre haleine, elle vit un Ă©norme baobab se dresser droit devant elle. Le premier qu’elle rencontrait car dans ce territoire aride de la Savane, la vĂ©gĂ©tation Ă©tait quasi inexistante.

Fallait-il alors qu’elle le contourna pour continuer son interminable course oĂč plutĂŽt qu’elle s’arrĂȘta ici afin de se cacher derriĂšre lui pour voir ce que devenait Mr Lion ? Car oui, elle s’inquiĂ©tait de plus en plus pour lui. Pourtant, il lui avait bien recommandĂ© de ne pas s’arrĂȘter. Mais c’Ă©tait plus fort qu’elle. Elle avait besoin de savoir ce qu’il devenait alors contre toute attente elle dĂ©cida de se cacher derriĂšre l’énormissime baobab et commença Ă  observer au   loin.

Elle Ă©tait trĂšs Ă©loignĂ©e du lieu oĂč se trouvait Mr Lion mais grĂące Ă  sa vue perçante de Gazelle c’Ă©tait un peu comme si elle voyait Ă  travers la lentille de verre d’une longue-vue. Une longue-vue lui permettant alors d’avoir une vision nettement plus rapprochĂ©e de tout ce qui se trouvait si loin d’elle.

Et ce qu’elle vit Ă  travers celle-ci lui glaça le sang jusqu’Ă  la pĂ©trifier. Elle Ă©tait en train d’assister en direct Ă  la plus terrifiante et Ă  la plus sauvage de toutes les scĂšnes du rĂšgne animal de la Savane. Celle d’un combat Ă  mort…

Un combat Ă  mort d’une extrĂȘme violence entre deux forces de la nature.

****

Un petit retour en arriĂšre avant le duel Ă  mort des deux lions, juste au moment oĂč la Gazelle venait de s’enfuir…

****

Ratsy Fanahy vit soudainement courir la petite Gazelle Ă  toutes vitesses droit devant elle. Elle faisait un vĂ©ritable sprint et bientĂŽt elle se retrouverait si loin de ses griffes acĂ©rĂ©es qu’il ne saurait mĂȘme plus oĂč elle est. Mais qu’importe, ce n’Ă©tait pas la patience qui lui manquait alors il finirait bien par la retrouver puis par la tuer bien sauvagement avant de la dĂ©vorer tranquillement sous un arbre. Et donc, inutile de se prendre la tĂȘte avec elle se dit-il en bĂąillant.

Pour l’heure, il avait mieux Ă  faire…

Et pourquoi ne pas dĂ©clencher le premier les hostilitĂ©s ? C’est ce qu’il savait faire de mieux dans la vie. Et lĂ , c’Ă©tait plutĂŽt de bon augure…

Il s’avança davantage du Roi qui ne bougeait toujours pas le moindre muscle si bien qu’on aurait dit qu’il Ă©tait devenu une vĂ©ritable statue de marbre. Sans doute Ă©tait-ce une de ses tactiques pour impressionner ses adversaires avant de les combattre mais en ce qui le concernait lui, elle ne fonctionnait point du tout. Bien au contraire, elle l’amusait


C’est fou comme Masoandro Ă©tait tendu ! Alors pour le dĂ©tendre un peu oĂč plutĂŽt pour un peu plus le narguer, il lui lança en ricanant :

« Comme on se retrouve Masoandro ! Ça faisait longtemps, n’est-ce pas ? »

« J’aurais prĂ©fĂ©rĂ© ne plus jamais revoir ta sale tĂȘte » rĂ©torqua immĂ©diatement le Roi.

« Rhooo
 À ce point là ? Tu me fais de la peine. Pourtant, moi, je suis ravi de te revoir »

« C’est ça ! Je vais te croire ! »

« Et pourtant c’est vrai. Quoique, peut-ĂȘtre que j’exagĂšre un tantinet.  Bon, allez… Venons en aux festivitĂ©s que j
 »

« ArrĂȘte immĂ©diatement ton cirque ! » coupa aussitĂŽt le Roi d’une voix cinglante.

« Rhooo ! T’es vraiment pas drĂŽle ! »

« On n’est pas lĂ  pour rigoler ! » rĂ©pliqua t-il excĂ©dĂ©.

« Toujours aussi sĂ©rieux Ă  c’que j’vois. Bon, je reprends puisque tu m’as coupĂ©. Primo, je me ferai un plaisir de te tuer.  Secondo
 Eh bien je pense que tu dois t’en douter. Je m’occuperai de ta chĂšre petite Gazelle »

« Tu ne lui feras rien du tout car c’est moi qui te tuerai avant ! »

« Oh la la ! Mais tu t’entends mon pov’ vieux ? Aurais-tu oubliĂ© de quoi je suis capable ? »

« Justement ! Il est temps que tu payes pour tes crimes ! »

« Ah ! Ah ! Ah ! Laisse moi rire ! Tu crois vraiment ĂȘtre de taille face Ă  moi ? »

« Plus que tu ne le crois Charogne ! »

« Ok Looser ! Mais avant de rejoindre ta tombe, j’aimerais te demander une derniĂšre petite chose. Je peux ? »

« Crache ton venin Vermine ! Qu’on en finisse ! »

« Comment se fait-il que tu puisses parler Ă  un bifteck ? Je n’arrive pas Ă  te comprendre et je dois bien avouer que cela m’intrigue »

« C’est bien normal vu que tu as tuĂ© trois des nĂŽtres, espĂšce d’assassin ! »

« Ah ! ça ? C’Ă©tait juste une nĂ©cessitĂ©. Tu vas pas en faire tout un plat. T’es bien rancunier dis-moi »

« Sale ordure ! Il est temps d’en finir avec toi maintenant ! »

« Héééé ! On s’calme ! J’vois que t’es mĂ©ga furax ! Et tout ça pour une petite Gazelle de rien du tout ? J’en reviens pas »

« ArrĂȘte de parler moulin Ă  vent ! Et viens plutĂŽt te mesurer Ă  moi ! »

« Ok ! Roi de Pacotille ! Je suis tout Ă  fait d’accord avec toi ! Et comme le vent tourne en ma faveur alors prĂ©pare toi Ă  me cĂ©der ta place ! »

« Jamais !! »

« C’est c’qu’on verra ! » grogna fĂ©rocement Ratsy Fanahy en se jetant subitement toutes griffes dehors droit sur lui.

Masoandro rĂ©pliqua alors aussitĂŽt en lui assenant un magistral coup de patte Ă  la gorge d’oĂč jaillit instantanĂ©ment une giclĂ©e de sang.

« Arghh ! Tu perds rien pour attendre sale vieillard ! » rugissa fortement Ratsy Fanahy, les yeux emplis de fureur.

Le combat ne faisait que commencer mais il promettait d’ĂȘtre sanglant…

****

Pour lire la suite,

Cliquez ICI

****

 

****

Publicités

15 réflexions sur “Le Lion et la Gazelle : Suite 5

      1. Ce sont des mots malgache. Masoandro veut dire Soleil et Ratsy Fanahy veut dire mĂ©chant…
        J’ai voulu faire un clin d’Ɠil Ă  mon pays natal Madagascar 😉. Gros bisous mon Pitounet . Passe une belle soirĂ©e et encore merci de me lire…. 😁😁😀

        Aimé par 1 personne

      2. Tu te rapproches de la finale… L’essentiel est que tu aimes lire cette histoire… Et moi cela me fait plaisir…
        On ne me prenait jamais au sĂ©rieux concernant mes Ă©crits… C’est rĂ©ellement ma passion. D’ailleurs, j’Ă©cris encore actuellement sur un autre projet…
        Alors un grand merci à toi mon Pitou 😁😀😀😀

        Aimé par 1 personne

  1. Tu es etonnante ma Cecilou. Ton imaginaire et ta maitrise de la plume dans ce genre de rĂ©cit. J’avoue, je suis « ,baba ». Aussi, je me ferai un plaisir de te relire Ă  tĂȘte bien reposĂ©e, chzpitre apres chapritre. Pour les commenter.
    Je pensais pouvoir tout lire d’,une traite. Il m’en reste trois je crois.
    Alors je repasserai. Mais d„res et déjà felicitations. Une belle hidtoire !
    As-tu deja songé à ecrire des livres pour enfants ? Audios, encore mieux, car ils sont parfois paresseux pour les trop longues lectures.
    En tous cas, je crois bien que tu as le don pour ça.
    Gros gros bisous ma Suricate Ă  tres tres bientot. Et merci pour le partage de ces ecrits qui te tiennent tant Ă  coeur. đŸ˜˜â€đŸŒč

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ma Soli adorĂ©e 💖.
      Je suis trĂšs touchĂ©e par ton commentaire… Surtout venant de toi qui a tant de talent pour l’Ă©criture…
      Le monde des enfants m’a toujours attirĂ©… Je ne sais pas pourquoi… Peut-ĂȘtre suis je restĂ©e une grande enfant…
      Mais tu as raison… Je me suis tournĂ©e vers les histoires imaginaires enfantines car cela me plaĂźt vĂ©ritablement…
      Merci en tous les cas pour tes mots justes envers mes Ă©crits… Ils m’encouragent beaucoup…
      Je t’aime fort et t’embrasse ma Soli. À trĂšs bientĂŽt 💋💋💕. Prends bien soin de toi 💖💞💗

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s