Le Lion et la Gazelle : Suite 4

 

Sans plus attendre, il s’extirpa de sa cachette et se tapit dans les hautes herbes jusqu’Ă  s’y fondre totalement comme s’il venait d’enfiler une tenue de camouflage puis commença Ă  marcher lentement. Inutile de se mettre Ă  courir : il avait tout son temps


Lentement mais sĂ»rement il avançait Ă  pas de loup parmi les hautes herbes. Tel un tueur Ă  gage, il n’avait qu’une seule et unique obsession en tĂȘte : tuer le Roi mais aussi la petite Gazelle qui l’accompagnait. Et rien ni personne ne l’arrĂȘterait pas mĂȘme tous les Lions de la Savane qui avaient osĂ© le bannir Ă  jamais de leurs clans. Non, car il Ă©tait avant tout Ratsy Fanahy l’implacable et impitoyable machine de guerre Ă©crasant tout sur son passage sans la moindre pitiĂ© afin d’obtenir tout ce qu’il convoitait. Et lĂ , le titre de grand Roi des Steppes d’Afrique n’attendait plus que lui. C’est pourquoi il prendrait un malin plaisir Ă  faire souffrir comme il se doit ses deux victimes afin de pleinement savourer en retour l’éclatant rayonnement de son futur couronnement.

Toujours bien dissimulĂ© dans les hautes herbes, il avançait encore et encore tout en mesurant ses pas afin de ne pas se faire entendre de la Gazelle. Car oui, un simple froissement d’herbes aurait risquĂ© d’alerter son ouĂŻe si fine et ça, il en Ă©tait hors de question !

Il continuait toujours d’avancer Ă  pas de loup. BientĂŽt, il se retrouverait tout prĂšs de ses proies et rien que d’y penser il Ă©tait dĂ©jĂ  tout excitĂ©.

Enfin ! Objectif atteint ! Il Ă©tait Ă  prĂ©sent Ă  trois ou quatre mĂštres d’elles et trĂšs prĂ©cisĂ©ment juste derriĂšre la petite Gazelle. Et rien que de la voir de dos, ses sens en furent tout Ă©moustillĂ©s.

« Miam miam !! » chuchota t-il faiblement entre ses longs crocs bien aiguisés.

Il avait hĂąte de mordre avec fĂ©rocitĂ© dans sa chair si tendre et moelleuse. Oui, hĂąte d’entendre le doux bruit de ses os se briser puis se broyer sous l’impact de ses crocs d’acier…

Sa langue rĂąpeuse claquait dĂ©jĂ  Ă  l’idĂ©e de sentir bientĂŽt le goĂ»t du sang chaud et salĂ© se rĂ©pandre par grandes giclĂ©es Ă  l’intĂ©rieur de sa gueule.

« Hummm
 Quel dĂ©lice ! » pensa t-il alors avec perversitĂ©.

Si bien que de longs filets de bave commencĂšrent Ă  pendre de chaque cĂŽtĂ©s de ses babines. L’adrĂ©naline montait en lui tel un embrasement de feux de forĂȘts. Rien ne l’arrĂȘterait ! D’ailleurs, l’attaque surprise Ă©tait plus qu’imminente !

Mais avant toute chose, il avait encore envie d’Ă©couter juste par curiositĂ© la petite conversation insignifiante de ces deux-lĂ . Certes, des plus ennuyeuse Ă  mourir mais qu’importe puisqu’il avait tout son temps.

« Autant leur laisser un ultime sursis de vie » se dit-il en esquissant un petit rictus machiavĂ©lique qui en disait long…

           ****

Comme pour la conforter dans son choix, le soleil venait d’inonder de clartĂ© les grands yeux jaunes clairs de Mr Lion.

Des yeux qui ne mentaient pas. Des yeux emplis de sincĂ©ritĂ© profonde qui ne l’effrayaient plus


Des yeux qui venaient Ă  cet instant de lui ĂŽter tous doutes aux questions qu’elle se posait encore.

C’est alors qu’elle lui demanda :

« Lion, est-ce que ta proposition tient toujours ? »

Surpris mais ravi, le Roi s’empressa de lui rĂ©pondre :

« Mais bien-sûr Gazelle ! »

« Alors je l’accepte Lion »

Mr Lion n’en revint pas. La Gazelle Ă©tait dĂ©cidĂ©ment trĂšs surprenante mais ce n’Ă©tait pas pour lui dĂ©plaire.

« J’en suis trĂšs heureux Gazelle ! Mais dis-moi qu’est-ce qui t’a fait changĂ©e d’avis ? »

« Je me suis dit que tout compte fait j’avais ma place dans cette savane »

« Et tu as bien raison Gazelle ! »

Mais elle ne lui avait pas entiÚrement tout dit. Du moins, pas ce qui la poussait véritablement à vouloir rester en vie. Alors elle décida de le mettre dans la confidence en toute sincérité.

« Pour tout avouer Lion, si je fais ce choix c’est avant tout pour ma famille. Car je suis leur relĂšve et que je me dois de rester en vie pour eux, pour tout ce qu’ils m’ont apportĂ© et transmis dans la vie »

« Et c’est une trĂšs belle raison Gazelle »

« Je le pense aussi. Et puis je les aimais tant ! »

« Et je suis certain qu’ils doivent ĂȘtre fiers de ta dĂ©cision »

Repenser Ă  sa famille fut trĂšs Ă©mouvant pour elle mais elle se devait d’avancer pour pouvoir continuer Ă  nouveau le cours de sa vie.

Et comme Elle et Mr Lion n’allaient plus tarder Ă  devoir se quitter, elle souhaita Ă©galement que leur histoire qui avait mal dĂ©butĂ©e se termina sur une note un peu plus gaie afin que tous deux ne puissent en garder que le meilleur.

Elle lui dit alors d’un ton enjoué :

« Et puis comme ça, je continuerai à vous faire courir »

« Nous faire courir ? » l’interrogea t-il aussitĂŽt.

« Ben oui Lion ! Ne sais-tu donc pas que les Gazelles peuvent courir à plus de 100 km/h ? »

Mr Lion Ă©tait heureux de dĂ©couvrir une autre Gazelle. Une Gazelle qui prenait Ă  prĂ©sent le ton de la plaisanterie alors qu’elle avait tant souffert en perdant tous les siens. Mais comme elle ne manquait pas de courage ni de dĂ©termination, il Ă©tait maintenant persuadĂ© qu’elle saurait mieux que quiconque affronter tous les dĂ©boires de la vie.

À son tour, il lui rĂ©pondit d’un ton amusĂ© :

« Ah ça ! Pour courir, je sais fort bien que vous ĂȘtes des championnes en la matiĂšre ! »

« Eh oui Lion ! Sans oublier nos bonds de deux mĂštres qui ont tendance Ă  vous dĂ©courager et mĂȘme Ă  vous fatiguer ! »

« Fort bien Gazelle ! Il est vrai que vous ĂȘtes de vĂ©ritables coriaces pour nous distancer ! »

« Ben, il vaudrait mieux si on ne veut pas se faire dévorer par vous ! » ricana t-elle aussitÎt.

« Tu es vraiment Ă©patante Gazelle ! Je suis si content de t’avoir connu »

« Pareil pour moi Lion ! »

En effet, elle aussi l’Ă©tait car il avait su avec patience lui faire ouvrir les yeux sur certaines choses qu’elle ignorait. GrĂące Ă  lui, elle avait appris que la vie valait d’ĂȘtre vĂ©cue et ce malgrĂ© les pires chagrins endurĂ©s.

Et cette vie se dit la Gazelle, elle ne devait surtout plus la gĂącher mais au contraire l’apprĂ©cier Ă  sa juste valeur.

Ainsi, en lui ayant Ă©pargnĂ© la vie, Mr Lion lui avait permis de renaĂźtre. Une chose qu’elle n’oublierait jamais
 Non jamais


Sans plus attendre, elle souhaita le lui dire de vive voix :

« Lion, je voulais te dire une chose »

« Je t’écoute Gazelle »

« VoilĂ . Alors que bien d’autres Lions n’auraient pas hĂ©sitĂ© Ă  me tuer, toi, tu as souhaitĂ© me laisser en vie. C’est un geste que je n’oublierai jamais. Et je tenais encore Ă  te remercier »

Mr Lion fut trĂšs touchĂ© d’entendre ces mots Ă  son Ă©gard et faillit mĂȘme verser sa petite larme d’émotion mais prĂ©fĂ©ra se contrĂŽler car il restait avant tout un Lion. Et mĂȘme si Ă  cet instant-lĂ , il avait peut-ĂȘtre tort de penser ainsi


« Merci ma chĂšre Gazelle. C’est trĂšs gentil de me dire cela. Moi aussi, j’aimerais te dire une chose »

« Je t’écoute Lion »

« GrĂące Ă  toi, j’ai appris aujourd’hui ce que voulait dire le mot conscience. Cela m’a permis d’ouvrir les yeux sur ton espĂšce. Si je n’étais pas tombĂ© sur toi, jamais je ne l’aurai su. Alors, merci Ă  toi de t’ĂȘtre trouvĂ©e sur mon chemin »

« Oh ! Merci Lion. J’en suis flattĂ©e. Il est vrai que je n’aurais jamais cru que cela puisse ĂȘtre possible »

« Et pourtant, tu y es arrivĂ© ! Tu es l’unique Gazelle de la Savane Ă  avoir rĂ©ussi cet exploit »

« Alors j’en suis fiĂšre Lion »

« Tu peux l’ĂȘtre Gazelle. Et permets-moi aussi de te souhaiter une trĂšs longue vie ici dans notre rĂ©serve »

« Merci beaucoup Lion ! Sois certain que j’y veillerai car je sais dĂ©sormais ĂŽ combien la vie est prĂ©cieuse »

****

Ratsy Fanahy Ă©tait au bord de l’apoplexie.

« Mais quelle farce ! » pesta t-il tout doucement afin de ne pas se faire entendre.

Un lion souhaitant qu’une Gazelle reste le plus longtemps possible en vie ! C’Ă©tait Ă  peine croyable et pourtant c’Ă©tait bien ce que venait de dire cet idiot de Masoandro Ă  la petite Gazelle.

« Ça surpasse la folie ou encore la bĂȘtise ! » maugrĂ©a t-il rageusement tant il Ă©tait excĂ©dĂ© d’entendre de telles stupiditĂ©s de la part d’un Lion et qui plus est d’un soit-disant Roi des Steppes d’Afrique.

Et de plus, le voilĂ  en train d’affirmer dur comme fer qu’il Ă©tait Ă  prĂ©sent dotĂ© d’une conscience grĂące Ă  cette herbivore !

Un Lion dotĂ© d’une conscience pour contrĂŽler ses envies de tueries ? Du jamais vu ! Et du grand n’importe quoi !

Est-ce que Masoandro serait devenu complĂštement fou ? En tout cas, Ă  l’Ă©couter, on dirait bien que oui


Mais qu’importe ! De toute façon, il en aurait bientĂŽt terminĂ© avec cette sale vermine alors autant le laisser encore discuter avec la petite Gazelle qui, elle non plus, ne tarderait pas Ă  devenir son festin de Roi.

Et quoi de mieux que de fĂȘter son couronnement en dĂ©vorant un met bien goĂ»teux et savoureux se dit-il dans un rictus des plus diabolique.

****

Il Ă©tait temps pour eux deux de se dire adieu. Mais ni l’un, ni l’autre, n’Ă©tait encore prĂȘt Ă  se sĂ©parer.

Il faut dire aussi que jamais pareil cas n’avait encore existĂ© dans l’histoire de la Savane


La rencontre d’un Lion et d’une Gazelle, deux espĂšces si diffĂ©rentes en train de discuter ensemble et mĂȘme de finir par s’entendre aurait pu paraĂźtre totalement impossible et pourtant cela s’Ă©tait bel et bien produit ici dans cette rĂ©serve.

Mais ne dit-on pas que les plus belles choses ont toujours une fin ? Et là, il était grand temps pour eux de conclure leur histoire.

Mais avant de se séparer, Mr Lion souhaitait savoir une toute derniÚre chose sur la petite Herbivore :

« Gazelle ! J’aimerais beaucoup savoir ton prĂ©nom »

La Gazelle en fut ravie. D’autant plus qu’elle Ă©tait fiĂšre de son nom qui d’aprĂšs ses parents symbolisait la grĂące et la beautĂ©.

« Je m’appelle Tsara »

« TrĂšs joli nom ! Tu peux ĂȘtre certaine Tsara que je me souviendrai longtemps de toi »

« Merci beaucoup Lion ! Et toi ? Quel est le tien ? »

« Mon nom est Masoandro. Ce qui signifie Soleil dans ma communauté »

« Soleil ? » s’Ă©tonna t-elle. « C’est Ă©trange que tu dises cela »

« Pourquoi ? »

« Tout Ă  l’heure, son Ă©clatante lumiĂšre s’était reflĂ©tĂ© dans tes yeux et Ă  partir de ce moment-lĂ , j’avais fait le choix de vouloir rester en vie »

Wahou ! Masoandro ne savait plus oĂč se mettre. Jamais encore on ne lui avait fait un tel compliment et encore moins une Gazelle.

« Merci Tsara. Ce que tu viens de me dire me touche beaucoup »

Soudain, au mĂȘme moment oĂč il venait de prononcer ces paroles, Masoandro cru apercevoir Ă  quelques mĂštres derriĂšre la Gazelle, juste Ă  sa droite, parmi les hautes herbes jaunies de la Savane, l’oreille dressĂ©e d’un animal.

****

Pour lire la suite,

Cliquez ICI

****

Publicités

6 réflexions sur “Le Lion et la Gazelle : Suite 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s