Le Lion et la Gazelle : Suite 2

 

Mlle Gazelle Ă©tait au bord de l’explosion. Elle avait Ă  nouveau envie de se dĂ©fouler sur lui, de lui cracher tout son mĂ©pris, toute sa haine mais prĂ©fĂ©ra finalement s’en abstenir. Elle avait un objectif Ă  atteindre et ce ne serait certainement pas Lui qui dĂ©ciderait du cours de son destin ! Hors de question ! Alors, pour l’amadouer, elle  adopta un comportement un peu plus aimable.

« Lion, j’ai moi aussi une chose Ă  te dire »

DĂ©contenancĂ© et assez mĂ©fiant, Mr Lion se demanda si ce serait quelque chose de bon vu qu’elle venait de couper court Ă  leur conversation. Mais sa curiositĂ© l’emportant, il avait plutĂŽt hĂąte de l’entendre.

« Voilà. Je ne peux pas mettre de cÎté le fait que tu ais souhaité me laisser la vie sauve et je tenais à te remercier »

Surpris et flattĂ©, Mr Lion bomba le poitrail. C’Ă©tait la premiĂšre fois que la Gazelle lui disait une parole gentille et il en Ă©tait trĂšs heureux.

« De rien Gazelle. C’Ă©tait mon souhait et je n’ai aucun regret de l’avoir fait »

« Oui, je te l’accorde. Cependant, j’ai une requĂȘte »

« De quoi s’agit-il ? » demanda t-il un peu inquiet.

« Tu m’as dit tout Ă  l’heure que je t’avais changĂ©. C’est bien ça ? »

« Oui, c’est exact Gazelle »

« On est d’accord sur ce point. Je t’ai changĂ©, tu m’as changĂ©e. Mais comme tu le sais, j’ai perdu toute ma famille »

« Oui et j’en suis encore navré »

« Oui, tu l’es mais vois-tu, en ce qui me concerne la vie ne m’intĂ©resse plus »

Mr Lion comprit alors oĂč elle voulait en venir et en fut trĂšs abattu.

« Ah non !! Je refuse de te tuer Gazelle ! » s’Ă©cria t-il soudainement, bien dĂ©terminĂ© Ă  lui ĂŽter cette idĂ©e morbide de la tĂȘte.

« Et pourquoi donc ?! Puisque, moi je souhaite mourir !! » lui rĂ©torqua t-elle avec vĂ©hĂ©mence, espĂ©rant le faire changer d’avis.

« Je ne peux plus faire ça Gazelle ! En tout cas, pas avec toi ! »

« Ah oui ? Et avec une autre ? Tu le ferais sans hésitation ? »

« Oui, parce que je reste avant tout un Lion. Mais en ce qui te concerne, je ne veux plus te tuer »

« Et pourquoi donc ? » insista t-elle, trÚs agacée.

« Parce que c’est comme ça ! J’ai Ă©tabli un lien avec toi maintenant »

« Un lien ?? Mais je te rappelle que je reste avant tout ton bifteck ! »

« ArrĂȘte de dire ça ! Tu es devenue bien plus pour moi »

« Tu te fiches de moi ? Je suis une Herbivore pacifiste et toi un Carnivore meurtrier ! On n’a rien en commun ! »

« Je le sais bien mais je ne veux pas pour autant te tuer. C’est comme ça ! Accepte tout simplement de rester en vie »

Mais elle ne le souhaitait pas et en avait assez qu’il veuille Ă  tout prix diriger sa ligne de conduite. DĂ©terminĂ©e Ă  le faire changer d’avis, elle dĂ©cida alors de changer de tactique.

« Et si subitement je me mettais Ă  courir comme j’aurai dĂ» le faire lorsque je t’avais aperçu la premiĂšre fois ? »

Mr Lion expira fortement. Dieu, qu’elle Ă©tait agaçante ! Elle voulait encore tout remettre en question !  

« Cela n’y changerait rien Gazelle. Mais tu ne comprends pas que c’est toi qui a changĂ© le cours de l’histoire ? »

« Hein ?? Mais alors si je comprends bien tout est de ma faute ? »

« Non. Je n’ai pas dit ça. Tu dois juste admettre que plus rien ne pourra ĂȘtre comme avant »

« Mais alors je n’aurais jamais dĂ» te dĂ©fier ! Je regrette de l’avoir fait ! »

« Non, Gazelle ! Tu as eu raison d’agir ainsi. Et puis je te rĂ©pĂšte que ce n’Ă©tait ni calculĂ© ni prĂ©mĂ©dité »

« Le crois-tu vraiment ? »

« Oui, absolument. Je dirai qu’à ce moment-lĂ , ce fut ton impulsivitĂ© qui entra en ligne de compte »

Mlle Gazelle admit une fois de plus que ce lion avait raison. Cependant, une question lui taraudait encore l’esprit.

« Mais pourquoi tiens-tu absolument à ce que je reste en vie ? »

« Parce que tu es unique Gazelle et que tu mérites de vivre. Tu as ta place dans cette Savane »

« Et mes parents ? Et ma petite sƓur ? Eux, ne l’avaient pas peut-ĂȘtre ? »

« Mais bien-sĂ»r que si ! Je n’ai pas dit ça ! »

« Et pourtant, Ă  t’entendre, on dirait que tu t’en fiches qu’ils soient morts ! »

« Pas du tout ! J’en suis parfaitement conscient mais je pense aussi qu’ils n’auraient pas voulu que tu te donnes la mort. Ils auraient souhaitĂ© au contraire que tu vives ! J’en suis persuadĂ© Gazelle ! »

ExcĂ©dĂ©e, la Gazelle en avait marre qu’il se prenne pour le bon Samaritain.

« Tu n’es pas logique Lion ! »

« Pourquoi dis-tu ça ? »

« Tu me dis que tu as maintenant une conscience. C’est bien ce que tu affirmes ? »

« Oui »

« Alors, dĂ©sormais, tu ne tueras plus aucune proie. C’est bien ça ? »

Toujours autant incisive cette Gazelle ! Elle ne manquait pas de mordant et savait avec finesse et intelligence le mettre toujours devant le fait accompli.

« MĂȘme si je le voudrais bien Gazelle, je ne le pourrais pas puisque je reste avant tout un Carnivore »

« J’en Ă©tais persuadĂ©e !! » s’écria t-elle, agacĂ©e. En fait, tu n’as pas changĂ© et tu ne changeras jamais ! »

« Et pourtant si ! » se dĂ©fendit-il. « Je te rappelle que j’aurais pu te tuer mais que je ne l’ai pas fait »

« Et alors ? Tu voudrais peut-ĂȘtre une mĂ©daille pour ça ? »

« Je ne demande rien. Je dis juste que pour la premiĂšre fois de ma vie, je sais ce que veut dire le mot conscience. Avant, je l’ignorais »

« Tant mieux pour toi ! »

« Mais pourquoi es-tu si en colÚre Gazelle ? »

« Et tu oses en plus me le demander ? »

« Je souhaite tout simplement que tu vives. OĂč est le mal ? »

« OĂč est le mal ?! » lui cria t-elle furieuse et rĂ©voltĂ©e. « HĂ© oh !! Aurais-tu oubliĂ© ta vraie nature d’assassin ? Elle reprendra vite le dessus. Alors, dis-moi, Ă  quoi elle te servira ta fichue conscience ? »

« Elle me rendra meilleur ! »

« Hein ?! Mais qu’est-ce que tu racontes ? »

« Avant, je tuais mes proies sans le moindre Ă©tat d’Ăąme. DĂ©sormais, ce ne sera plus le cas »

« Ah oui ? Tu leur feras une priÚre avant de les tuer ? » répliqua t-elle.

« Non, mais je leur serai reconnaissant d’ĂȘtre toujours en vie grĂące Ă  elles »

« Ben, voyons. C’est facile pour toi de dire ça. Et nous, les herbivores ? On n’a pas notre mot Ă  dire dans tout ça ? »

Mr Lion savait pertinemment qu’elle avait raison. C’Ă©tait un fait. Tous deux n’Ă©taient pas du tout sur le mĂȘme pied d’Ă©galitĂ©. L’un Ă©tait carnassier et l’autre herbivore. Deux espĂšces totalement diffĂ©rentes surtout en ce qui concernait leurs besoins nutritionnels. Une situation des plus complexe qu’il ne pouvait pas balayer d’un simple revers de patte. Et le dĂ©bat promettait d’ĂȘtre conflictuel puisque Lui ne pouvait pas se passer de viande et qu’Elle restait inoffensive en mangeant du vĂ©gĂ©tal (herbes, feuilles et graminĂ©s). Cependant, il espĂ©rait qu’elle veuille bien rentrer dans son raisonnement de Lion afin qu’elle puisse mieux le comprendre sachant bien-sĂ»r d’avance qu’elle serait difficile Ă  convaincre.

Il aurait tant voulu alors qu’elle cesse de lui jeter constamment la pierre en le traitant de meurtrier. Car oui, cela le blessait. Mais comment s’entendre lorsqu’on est diamĂ©tralement opposĂ©s ? Alors pour sa dĂ©fense, il dĂ©cida de lui Ă©noncer quelques arguments tangibles qu’elle serait amĂšne de juger librement par elle-mĂȘme.

« Les humains tuent et mangent des animaux pour leurs propres plaisirs gustatifs »

« Oui, mais pas tous ! » contrecarra la Gazelle.

« Oui, c’est vrai mais tu es d’accord avec moi qu’ils ont tous une conscience »

« Oui, puisque ce sont des humains »

« Et pourtant, une grande majoritĂ© d’entre eux mange de la viande alors qu’ils pourraient trĂšs bien s’en abstenir »

« Oui, trĂšs juste » admit-elle. « Mais je sais aussi qu’il y en a beaucoup qui nous protĂšgent. Comme dans cette rĂ©serve oĂč nous vivons. Tu ne peux pas nier que cet endroit nous permet de prĂ©server notre espĂšce »

« Oui, tu as raison. Mais lĂ , n’est pas le sujet Gazelle »

« Et c’est quoi le sujet ? Accepter de se faire dĂ©vorer par vous, les Lions ? Alors Ă  tout prendre je prĂ©fĂšre les humains »

« Oui, mais Ă  la diffĂ©rence des Humains, moi, je ne tue pas pour le plaisir. Je tue uniquement pour ma survie car je ne peux pas faire autrement. Les Humains, eux, ont le choix d’arrĂȘter de tuer et de manger des animaux. Moi, pas »

Un point pour Mr Lion ! Et voilà ! Il venait de tout dire en une seule phrase mais il semblait oublier à qui il avait à faire.

« Et donc, pour rĂ©sumer, tu as le droit de nous dĂ©vorer, nous, les Gazelles. C’est bien ça ta conclusion ? »

« Je reconnais que nous ne sommes pas égaux sur ce point. Mais que faire ? »

« Il y a pourtant une solution »

« Mais laquelle ? »

« Devenir herbivore comme nous, les Gazelles »

« Mais tu sais fort bien que c’est du domaine de l’impossible ! » rĂ©crimina t-il.

« Je me doutais bien de ta rĂ©ponse. Alors, arrĂȘte de te cacher derriĂšre ta soit-disant conscience ! »

« Je ne me cache pas ! » s’Ă©cria t-il, vexĂ©.

« Tu te trouves toujours des tas d’excuses. N’empĂȘche que tu restes avant tout un meurtrier ! »

« Je dirai alors que je suis comme tes amis les humains. Tu sais, ceux qui aiment manger de la viande »

« Tout ce que je sais, moi, c’est que ma famille a Ă©tĂ© dĂ©cimĂ©e par ton espĂšce et non par eux ! » hurla t-elle, les yeux rĂ©vulsĂ©s.

« Un point pour toi Gazelle ! Mais moi, je ne tue pas pour le plaisir. Eux, oui ! »

L’ambiance devenait de plus en plus Ă©lectrique. Tous deux restaient campĂ©s sur leurs positions et la guerre Ă©tait Ă  nouveau dĂ©clarĂ©e.

N’ayant pas dit son dernier mot, Mlle Gazelle attisa davantage les flammes de leur discorde :

 « Tu méprises tant les humains et pourtant eux aussi protÚgent ton espÚce ! »

« Ah oui ? Et que dis-tu des braconniers qui nous déciment juste pour avoir nos dents et nos griffes ! »

La Gazelle s’en Ă©tonna. Mr Lion venait subitement de lui ĂŽter les mots de la bouche.

« Eh oui Gazelle ! Voici l’autre face du genre humain. Ils arrachent nos dents et nous tranchent les pattes juste pour satisfaire leurs plaisirs et s’enrichir »

La Gazelle s’horrifia d’apprendre que ce genre d’humain puisse exister. Qu’ils puissent s’en prendre Ă  des animaux avec une telle cruautĂ© la sidĂ©rait. Et surtout, pourquoi s’en prenaient-ils aux Lions qui pourtant ne reprĂ©sentaient aucune menace envers eux ? Pourquoi leur faire subir de telles atrocitĂ©s ? Elle ne comprenait pas…

Soudain, elle se posa mille et une questions sur le genre humain. Ils Ă©taient donc pire que les lions puisqu’ils tuaient sans aucune raison valable. Tout se bouscula alors dans sa tĂȘte. Elle, qui jusque-lĂ  mĂ©prisait au plus haut point la race des Lions se surprit pour la premiĂšre fois de sa vie Ă  les comprendre et mĂȘme Ă  avoir de la compassion pour eux.

« J’ignorais que ton espĂšce subissait autant d’atrocitĂ©s de la part des humains » reconnut-elle, affligĂ©e.

« Ah ! Si tu savais Gazelle… Avant, ils nous traquaient pour nos peaux mais c’Ă©tait si compliquĂ© pour eux de les transporter clandestinement d’un pays Ă  l’autre qu’ils ont prĂ©fĂ©rĂ© nos dents et nos griffes nettement plus facile Ă  dissimuler »

« Mais que font-ils de vos dents et de vos griffes ? » l’interrogea t-elle, intriguĂ©e.

« Elles leur servent Ă  fabriquer des bijoux, des pendentifs ainsi que des amulettes qu’ils vendront ensuite au marchĂ© noir pour satisfaire certains touristes. Et bien-sĂ»r, tout ça dans un seul but ! Se faire de l’argent ! »

« Mais c’est horrible ! » s’Ă©cria la Gazelle, rĂ©voltĂ©e.

« Oui, c’est moche ! Mais ce n’est pas tout. Ils sont aussi persuadĂ©s que nos dents les protĂšgeront de tous maux y compris de toutes sortes de maladies. En fait, selon eux, ce serait un remĂšde miracle bien plus efficace qu’un mĂ©dicament. Une sorte de potion magique qui les rendrait invincibles »

« Mais c’est du grand n’importe quoi ! Comment peuvent-ils penser ça ? »

« Ben, c’est comme ça que rĂ©flĂ©chissent certains Humains Gazelle »

La Gazelle était à nouveau perdue et ne savait plus trop quoi penser des nouvelles révélations que Mr Lion venait de lui énoncer.

C’est alors qu’elle lui posa une autre question qui la turlupinait :

« Mais comment font les braconniers pour vous tuer ? On est pourtant bien protégés dans cette réserve. Je ne comprends pas »

Mr Lion fut extrĂȘmement touchĂ© qu’elle s’intĂ©ressa Ă  leur sort alors qu’elle venait de perdre tous les siens Ă  cause de sa propre espĂšce Ă  lui. Cela confirmait vĂ©ritablement qu’elle Ă©tait unique et incomparable.

Ravi d’ĂȘtre en compagnie d’une telle bonne Ăąme, c’est alors qu’il lui rĂ©pondit :

« TrĂšs bonne question Gazelle ! Je vais enfin pouvoir te prouver qu’ici, on n’est pas si bien protĂ©gĂ©s que ça »

« Je suis impatiente de t’entendre Lion »

« Alors voilĂ . DĂ©sormais, les braconniers emploient une nouvelle mĂ©thode infaillible pour Ă©viter d’attirer l’attention des Rangers. Je le sais parce que mon jeune frĂšre est mort Ă  cause de ça »

La Gazelle fut trĂšs Ă©tonnĂ©e d’apprendre que le frĂšre de Mr Lion fut tuĂ© Ă  cause d’humains. Jamais elle n’aurait cru cela possible auparavant. En fait, au fur et Ă  mesure de leurs discussions, elle dĂ©couvrait avec effarement que les lions Ă©taient autant des proies faciles que les Gazelles.

« Je suis désolée pour ton frÚre Lion » lui dit-elle aussitÎt.

« Cela remonte Ă  deux ans Gazelle et depuis j’ai fait mon deuil mais c’est vrai que ce fut trĂšs dur pour moi de le perdre de cette façon »

« Mais de quelle façon est-il mort ? » demanda t-elle, intriguée.

« En mangeant une carcasse de viande empoisonnée par ces criminels ! »

« Quoi ?! Mais c’est affreux ! » s’exclama t-elle, scandalisĂ©e.

« Oui. Et ce fut terrible pour moi de voir mon frĂšre se tordre de douleur sans mĂȘme pouvoir l’aider. Lui qui Ă©tait si fort et si intrĂ©pide ! Il est parti comme ça en quelques minutes en souffrant atrocement »

« Et tout ça Ă  cause de ce fichu poison qu’il a ingĂ©rĂ© Ă  son insu ? »

« Oui, Gazelle »

« Mais comment se fait-il que les Rangers n’aient pu empĂȘcher cet acte criminel ? »

« Tu sais, c’est immense ici ! Il y a prĂšs d’un million d’hectares et ils ne peuvent pas ĂȘtre partout ! »

Ayant perdu son frĂšre de cette cruelle façon, la Gazelle se dit alors que Mr Lion devait toujours ĂȘtre trĂšs prudent y compris son propre clan qu’il avait dĂ» trĂšs certainement mettre au courant afin qu’ils ne puissent plus jamais tomber dans le piĂšge machiavĂ©lique des braconniers. En fait, tous les Lions de cette rĂ©serve devaient ĂȘtre forcĂ©ment sur leurs gardes. Impossible donc pour eux de tomber dans le panneau se dit-elle. C’Ă©tait du moins ce qu’elle croyait avant de lui poser la question.

« Je suppose que ton espÚce doit éviter bien soigneusement de manger ces carcasses de viande empoisonnées ? »

« Eh bien, dĂ©trompe-toi Gazelle. Beaucoup d’entre nous se font encore bĂȘtement avoir. Soit parce qu’ils avaient faim, soit parce qu’ils l’ignoraient encore »

« Ah bon ?? » s’Ă©tonna t-elle.

« Eh oui Gazelle ! Mais cela devrait sans doute te réjouir » ajouta t-il alors avec sarcasme.

« Pourquoi dis-tu ça ? »

« Tout simplement parce que si ça continue comme ça, le braconnage finira par nous faire totalement disparaĂźtre de la surface de la terre. Mais disons que pour vous les Herbivores, vous pourrez alors ĂȘtre enfin en paix »

Mr Lion n’avait pas si tort que ça. Sans doute que sa race finirait par s’éclipser Ă  jamais du rĂšgne animal sauvage. Mais contrairement Ă  ce qu’il pensait, ce n’Ă©tait plus ce qu’elle souhaitait. Et mĂȘme si au fond d’elle, elle l’avait toujours secrĂštement voulu depuis qu’elle Ă©tait toute jeune. Il faut dire aussi que sa vie d’herbivore n’Ă©tait pas non plus de tout repos Ă  cause d’eux. Devoir rester constamment sur ses gardes ou encore devoir courir en quatriĂšme vitesse dĂšs leurs moindres attaques surprise n’Ă©tait pas si facile Ă  gĂ©rer ou Ă  supporter. Sans oublier qu’elle venait aussi de perdre toute sa famille Ă  cause d’eux. Il Ă©tait donc lĂ©gitime qu’elle les haĂŻsse autant. Mais bizarrement depuis que Mr Lion venait de lui rĂ©vĂ©ler toutes ces affreuses vĂ©ritĂ©s sur les Humains, elle ne souhaitait plus leur extermination. Et mĂȘme si ceux-ci restaient indĂ©niablement de redoutables prĂ©dateurs pour elle et tous ses congĂ©nĂšres. Sans doute Ă©tait-elle folle de penser ainsi mais c’Ă©tait pourtant son nouveau point de vue sur les Lions.

****

Pour lire la suite,

Cliquez ICI

****

Publicités

9 réflexions sur “Le Lion et la Gazelle : Suite 2

    1. Oh ! Merci beaucoup ma chùre Venessa 💖💖.
      Je suis trĂšs touchĂ©e par tes mots…
      Écrire est magnifique mais ĂȘtre lu l’est encore plus…
      Je t’embrasse bien fort 💕 toi et tes enfants. Passe une agrĂ©able semaine 😀. À trĂšs bientĂŽt.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s