Le Manguier voyageur

J’aimerais vous raconter un souvenir de la GuinĂ©e qui me touche particuliĂšrement Ă  chaque fois que j’y songe lorsque j’ai de la nostalgie par rapport Ă  mon enfance passĂ©e en Afrique…

A cette Ă©poque lĂ , je devais bien avoir 9 ou 10 ans et je m’en souviens encore comme si c’Ă©tait hier…

****

Le manguier de l’Ă©vasion :

IMG_8411
Comme je vous l’avais dĂ©jĂ  racontĂ© lors de mes prĂ©cĂ©dentes anecdotes, notre maison de fonction Ă©tait situĂ©e en bordure de mer et sa façade faisait face Ă  un haut mur ajourĂ© d’alvĂ©oles par lesquelles on pouvait aperçevoir une magnifique plage de sable blanc…

Parfois, il pouvait mĂȘme arriver que l’un de nos 3 chats passait la tĂȘte Ă  travers l’une d’entre elles ; afin de regarder sans doute juste par curiositĂ© ; ce qui se passait derriĂšre…

Et au devant, tout Ă  fait Ă  droite de ce haut mur, se trouvait un grand et bel arbre fruitier qui n’Ă©tait autre qu’un manguier…

La partie inférieure des branchages de celui-çi venait se coucher littéralement sur le dessus du mur qui était incrusté de brisures de verres de bouteilles trÚs tranchantes afin de dissuader les voleurs de franchir le mur cÎté plage.

****

Mon arbre Ă  moi !
Un arbre qui Ă©tait pour moi comme un confident bien vivant et bien plus encore car il me transportait Ă  chaque fois que je le souhaitais, loin du monde rĂ©Ăšl dans des voyages extraordinaires, au-delĂ  des frontiĂšres, dans les airs ! vers de nouvelles contrĂ©es…

J’adorais ce manguier qui me permettait de m’Ă©vader l’esprit et de rĂ©aliser chacun de mes rĂȘves rien qu’en regardant de mes yeux Ă©merveillĂ©s, la mer, le ciel et les nuages si blancs…

ciel_bleu2
De mon arbre, juchĂ©e tout Ă  fait en haut de la cime, je pouvais aperçevoir toute l’immensitĂ© de l’ocĂ©an Atlantique et sentir ses agrĂ©ables odeurs d’algues et d’embruns…

vac-aux-seychelles_logo
J’Ă©coutais avec allĂ©gresse le bruit du ressac de la mer mais aussi celui du vent, entremĂȘlĂ©s par les cries de joie des quelques enfants GuinĂ©ens qui jouaient, non loin de lĂ , sur la plage…

Tous mes sens Ă©taient en Ă©veil :
– La vue de ce superbe tableau reprĂ©sentait tantĂŽt, (suivant les jours) une mer houleuse ou lisse comme une ardoise…

– Le bruit des vagues me berçait tandis que le souffle du vent de la mer venait me rafraĂźchir les yeux qui restaient lĂ©gĂšrement plissĂ©s Ă  cause de la force de celui-çi…

– Le vent me caressait tout doucement le visage et me procurait une vĂ©ritable sensation de bien-ĂȘtre et de fraĂźcheur grĂące Ă  sa ventilation ; tellemement il faisait extrĂȘmement chaud en GuinĂ©e…

Je me rappelle qu’Ă  ces moments lĂ , je me sentais si sereine, si libre, si heureuse et en totale harmonie avec la nature, la mer, le ciel et le vent…

Ce vent que j’aimais tant et qui faisait virevolter par moment, ma longue queue de cheval blonde qui venait me chatouiller le visage…

A ces moments lĂ , j’avais l’impression de m’envoler tel un oiseau dans ce ciel si bleu, parsemĂ© de nuages et qui me fascinait tant…

Je respirais l’air marin Ă  pleins poumons et je me sentais libre face au vent de la mer comme si je gouvernais le monde entier…(exactement comme la fameuse scĂšne du film « Titanic » ou le hĂ©ros « Jack » se sentait ĂȘtre le « Roi du Monde »)

jack
Je me sentais ĂȘtre la Reine de tout l’ocĂ©an Atlantique ! et pourquoi pas du monde entier tellement j’Ă©tais devenue une gĂ©ante dotĂ©e d’une force surnaturelle qui pouvait surmonter n’importe quel problĂšme et biensĂ»r pouvoir aider mon prochain en un claquement de doigt et ce, sans aucun effort, telle une hĂ©roine de bande dessinĂ©e…

miss-heros
Oui, grĂące Ă  mon arbre magique, je pouvais accomplir tout ce que je ne pouvais pas rĂ©aliser en tant qu’ĂȘtre humain mortel sur cette terre…

Ce manguier me grandissait et me permettait d’ĂȘtre au-dessus de tout, rien qu’en touchant son Ă©corce qui Ă©tait Ă  la fois douce et rugueuse..

Oui, je pouvais ressentir toute sa force…

tf2qzrff7w9ls4z
GrĂące Ă  lui, j’avais des ailes virtuelles dans le dos et je pouvais tout combattre sans craindre qui que ce soit car je devenais invincible et intouchable grĂące Ă  ses pouvoirs surnaturels qu’il m’avait transmise…

neo-arrete-le-temps

****

Mon chat Poussy-cat :

p1040810
J’aimais bien Ă©galement, emmener avec moi mon adorable chat Poussy-cat que j’installais bien confortablement dans son panier en raphia.

Ensuite, je reliais ensemble les deux anses du panier par une Ă©paisse corde en plastique en formant un triple noeud afin que cela soit bien solide.

Panier-172
Puis je rattachais le bout de la corde Ă  une grosse branche bien costaude afin que mon chat puisse dormir en toute tranquillitĂ© sans risque que la corde ne cĂšde et que celui-çi ne tombe en bas de l’arbre.

Ce que je tiens Ă  signaler, c’est que ce genre de dĂ©sagrĂ©ment ne lui Ă©tait encore jamais arrivĂ© car je faisais toujours trĂšs attention Ă  la robustesse de la corde et biensĂ»r Ă  la soliditĂ© de la branche Ă  laquelle son panier Ă©tait suspendu.

Et voilĂ  que mon chat dormait paisiblement dans son panier qui faisait de temps en temps des vas et vient tel un balançier Ă  cause du vent oĂč tout simplement parce qu’il s’Ă©tait mis debout sur ses 4 pattes pour pouvoir changer de position.

A ces moments-lĂ , il faisait remuer assez dangereusement son panier mais disons qu’il Ă©tait trĂšs habile puisqu’il ne perdait jamais l’Ă©quilibre et qu’il arrivait toujours Ă  stabiliser le fameux balançier.

Le panier de mon chat Ă©tait suspendu Ă  la plus haute des branches, tout prĂšs de moi et souvent je me mettais Ă  lui caresser le dos, le ventre et la tĂȘte tout en lui murmurant des mots doux.

Inutile de vous dire que nous Ă©tions lui et moi en totale symbiose…

Poussy-cat n’avait pas du tout le vertige et cela se voyait qu’il avait totalement confiance en moi puisqu’il arrivait Ă  dormir prĂšs de deux heures de temps dans son panier qui Ă©tait suspendu dans le vide…

Je crois mĂȘme qu’il adorait ces moments-lĂ  avec moi et biensĂ»r, c’Ă©tait rĂ©ciproque en ce qui me concernait.

Il faut dire que je l’adorais tellement mon Poussy-cat…

****

Une petite frayeur :
Je me rappelle d’un certain jour…

J’Ă©tais debout sur une des grosses branches du manguier et je regardais l’ocĂ©an droit devant moi tout en rĂȘvassant.

Il pouvait m’arriver Ă©galement de cueillir une ou deux mangues bien mĂ»res que je plaçais ensuite Ă  l’intĂ©rieur d’un sac en plastique restĂ© accrochĂ© Ă  l’une des branches de l’arbre.

mangue
Je n’aimais pas les mangues Ă  l’Ă©poque ; par contre ma Maman en raffolait alors le plus souvent je les lui donnais.

Aujourd’hui, j’ai appris Ă  les apprĂ©cier et je dois bien avouer qu’elles sont devenues l’un de mes fruits exotiques prĂ©fĂ©rĂ©es.

De temps en temps, j’aimais bien aussi regarder la villa de notre voisin qui se trouvait Ă  droite de notre manguier, derriĂšre le haut mur de clĂŽture.

Comme je me trouvais Ă  la cime de l’arbre, j’arrivais facilement Ă  observer son jardin oĂč se baladaient deux grands lĂ©vriers Afghans gris qui ne pouvaient pas me voir tellement j’Ă©tais bien cachĂ©e parmi les feuillages de mon manguier…

J’aimais bien les regarder et de temps en temps je voyais Ă©galement un des domestiques sortir de la villa pour leur donner Ă  manger.

levrier_afghan2

 

Manguier-mangues
A un moment donnĂ©, je voulais juste changer de position car j’avais un peu des fourmis dans les jambes alors je dĂ©cidai d’agripper une des branches afin de me soutenir puis une autre et encore une autre quand soudain je faillis basculer en arriĂšre.

En effet, avec horreur je m’aperçus que je tenais dans ma main droite un espĂšce de long bĂąton, un peu mou…

C’Ă©tait un phasme ! un de ces horribles phasmes bizarres que je dĂ©teste tant !

phasme

Petite parenthĂšse : Le Phasme :
Les phasmes sont des insectes herbivores qui se fondent dans leur environnement en imitant Ă  la perfection des brindilles, des feuilles mortes ou vertes, voire des lichens.

On parle dans ce cas d’homotypie et d’homochromie (respectivement « mĂȘme forme, mĂȘme couleur ») et ce type de mimĂ©tisme est Ă  l’origine de son nom vernaculaire : le « BĂąton du Diable ».

Ce camouflage est poussĂ© jusque dans leur façon de se mouvoir, puisqu’ils se dĂ©placent lentement, par Ă -coups, comme une branche ballottĂ©e par le vent. La plupart peuvent Ă©galement rester parfaitement immobiles pendant des heures.

****

Je poussai un grand cri puis avec effroi et dĂ©goĂ»t je secouai frĂ©nĂ©tiquement ma main puis illico presto cette espĂšce de petite branche qui n’en Ă©tait pas une du tout tomba sur les graviers par terre, juste au pied de l’arbre…

AmeutĂ© par mes cris, le gardien de jour courut trĂšs vite vers le manguier oĂč j’Ă©tais perchĂ©e ; leva les yeux vers moi et me dit en fronçant les sourcils :

« C’est quoi CĂ©cile ! toi vu bĂȘte ? »

Du haut de mon arbre, Je lui répondis en criant :

« Oui Bas ! » (notre gardien de jour s’appelait Bas) « Il y a une grosse bĂȘte. Regarde ! Elle se trouve juste Ă  cĂŽtĂ© de toi. Regarde ! prĂšs de tes pieds. LĂ  ! LĂ  ! Il est toujours lĂ , prĂšs de tes pieds ! »

Je lui dĂ©signai du doigt l’horrible bestiole qui marchait trĂšs lentement sur les petits cailloux blancs.

67515824morose4-jpg
Bas venait enfin d’aperçevoir le grand phasme…

Il le ramassa et le jeta trĂšs haut et trĂšs loin par dessus le mur de clĂŽture puis l’horrible insecte vint alors s’Ă©craser sur le sable de la plage. De lĂ  ou j’Ă©tais, j’avais vu toute la scĂšne…

C’Ă©tait la seule et unique mĂ©saventure que j’avais eu sur mon arbre ! et heureusement !

Et je me rappelle que ce jour-lĂ  j’avais eu la trouille de ma vie surtout pour une personne telle que moi qui dĂ©teste tous les insectes Ă  part la coccinelle que j’arrive Ă  peu prĂšs Ă  tolĂ©rer…

Sinon en dehors de cette petite frayeur que j’avais eu, ce manguier Ă©tait pour moi un vĂ©ritable petit refuge dont j’adorais y passer des heures et des heures car il me permettait de voyager entre terre, mer et ciel comme si j’Ă©tais un oiseau ou tout simplement un des Ă©lĂ©ments de la nature tel que le vent…

C’est pourquoi, j’ai dĂ©cidĂ© Ă  travers cet article de l’appeler : Le manguier voyageur…

Je tenais absolument Ă  vous faire partager cette petite anecdote que je n’oublierai jamais car cela restera pour moi un de mes plus beaux moments magiques de mon enfance, passĂ©e en GuinĂ©e Ă  Conakry…

18 réflexions sur “Le Manguier voyageur

  1. Beau texte plein de souvenirs: un bon retour Ă  l’enfance et Ă  la jeunesse nous permettant de voyager avec vous Ă  Conakry. Ce rĂ©cit, condensĂ© d’instants magiques, partagĂ© avec nous, nous promĂšne gentiment Ă  travers les branches mais aussi sur les feuilles luisantes et verdoyantes du manguier. Il nous permet de goĂ»ter Ă  la suave dĂ©lectation d’une pulpe juteuse, savoureuse et sucrĂ©e de la mangue.
    A travers ton anecdote, j’ai retrouvĂ© aussi mon manguier de Pointe-Noire, au Congo, ville ocĂ©ane, oĂč je me rĂ©veillais de bon matin pour ramasser les fruits tombĂ©s durant la nuit constituant mon rĂ©gal de la journĂ©e.
    La mangue est un fruit qui continue Ă  me procurer une forte sensation d’un dĂ©lice d’Ă©ternitĂ© autant pour toi que pur moi. C’est un agrĂ©able fruit du climat tropical.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis trĂšs touchĂ©e par votre commentaire. Oui, en effet je n’en garde que de merveilleux souvenirs et si j’ai pu vous transporter dans vos propres souvenirs du Congo alors je ne peux que vous en remercier infiniment. La mangue restera pour moi la meilleur des fruits exotiques. Encore merci et trĂšs bonne soirĂ©e Ă  vous.

      J'aime

      1. Ma chĂšre CĂ©cile! Pourquoi ne pas vouloir Ă©crire un rĂ©cit romancĂ© de vos merveilleux souvenirs au pays du Fouta Djalon. Surtout pour la jeune et douce fille, montant sur les branches du manguier, cueillant les fruits avec dextĂ©ritĂ© et amour; votre Ɠuvre sera la coqueluche des Ă©coles. De nombreux enfants et Ă©coliers vont se retrouver dans ce rĂ©cit du souvenir.
        Bonne journée!

        Aimé par 1 personne

      2. Merci beaucoup pour votre commentaire. J’ai racontĂ© dans mon blog plusieurs souvenirs de mon enfance passĂ©e Ă  Conakry. Je les ais regroupĂ©s dans la catĂ©gorie « souvenirs en GuinĂ©e ». Il est vrai que j’adore Ă©crire mes souvenirs passĂ©s dans les diffĂ©rentes contrĂ©es de l’Afrique tels que La GuinĂ©e, le Tchad mais aussi mon pays natal : Madagascar. Je ne suis pas une Ă©crivaine mais j’aime l’Ă©criture. Encore merci pour vos commentaires qui m’encouragent Ă  continuer d’Ă©crire mes souvenirs Africains. TrĂšs belle journĂ©e Ă  vous.

        J'aime

  2. CĂ©cile, vous aurez plus Ă  gagner en Ă©toffant vos souvenirs. DĂšs lors, ils auront plus de poids d’intĂ©grer le grand circuit de la publication et de la distribution des ouvrages pouvant ĂȘtre Ă©tudiĂ©s et rĂ©fĂ©rencĂ©s.
    DĂ©jĂ  votre idĂ©e de regroupement de souvenirs d’Afrique met en exergue et ouvre la voie de la production littĂ©raire. Auteure, car ils vous appartiennent. Vous ĂȘtes Ă  un pas devenir Ă©crivaine. N’oubliez pas que vous avez une plume alerte, sans arĂȘtes, qui donne l’appĂ©tit en vous lisant.
    Moi je compte publier mes hommages qui sont contenus dans la catégorie de mon blog tout comme mes contes, de création personnelle, fruit de mon imagination. Et pourtant archivés, nombreux de ces textes sont souvent et réguliÚrement consultés. Me suis-je dit: pourquoi ne pas les publier?
    Nous avons le devoir de laisser nos écrits à la postérité pour une bonne et meilleure contribution.
    Pour vos bons souhaits aromatisés, enrobés du superlatif éclair qui clÎture votre propos, je vous souhaite une excellente journée dans la Grande ßle!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire. Entre plumes, que diriez vous de me follow sur wordpress, ainsi vous pourrez alors Ă  loisir lire quelques uns de mes souvenirs passĂ©s Ă  l’Ă©tranger. J’ai quittĂ© mon Ăźle il y a fort longtemps. J’habite actuellement en France. Encore merci pour vos encouragements ! Bonne journĂ©e Ă  vous et je vous souhaite un jour de publier vos rĂ©cits car vous avez raison sur ce point ; il est admirable de pouvoir partager ses Ă©crits au monde entier. Merci Ă  vous.

      J'aime

  3. Promis CĂ©cile…Je vais pouvoir vous follow, puis lire vos souvenirs passĂ©s. Je ne manquerais pas de poster des commentaires. C’est un excellent exercice que j’affectionne.
    J’ai obtenu quatre contrats d’Ă©dition, en France, chez Edilivre. Mais je tente de regarder ailleurs pour balancer les avantages des propositions.
    Dans mes archives, j’ai mĂȘme crĂ©Ă© un conte intitulĂ©: Le manguier et la mangue. Je ne savais pas que je rencontrerais, un jour sur la toile, une « mangophile », Ă©prise de « manguomanie »…
    TrÚs belle journée!

    J'aime

    1. Encore merci pour votre abonnement. Je viens de lire deux contes que j’ai pu trouver dans vos archives. SincĂšrement, vous avez beaucoup de talent pour la narration et l’imagination. Je ne suis vraiment pas déçue de vous follow. Au fur et Ă  mesure je dĂ©couvrirai l’ensemble de vos oeuvres. Je suis vraiment enchantĂ©e de vous lire. Encore merci. Pour ma part je ne connais pas trĂšs bien le monde de l’Ă©dition mais je me renseignerai un peu plus Ă  ce sujet. Bonne soirĂ©e

      J'aime

  4. C’est magnifique et trĂšs grand un manguier ! J’aurais aimĂ© aussi comme toi gambader dedans et comme le nom que tu lui as donnĂ© est trĂšs juste car de tout lĂ  haut tu avais des vues sur plusieurs panoramas ! C’est dingue cette terreur que tu as sur les insectes ! Les phasmes sont si grands lĂ -bas ? Quand Ă  une coccinelle, quand mĂȘme ma CĂ©cile, c’est adorable et ça te fait des petits grattouillis quand ça marche sur ta main ! Merci de m’avoir fait dĂ©couvrir un autre bout de la planĂšte Terre ! Bises

    Aimé par 2 personnes

      1. Tu es trĂšs proche du monde vĂ©gĂ©tal, de notre Terre. C’est devenu rare Ă  notre Ă©poque.
        Les arbres m’apportent beaucoup aussi. Je connais quelques chĂȘnes confidents dans les forĂȘts proches de chez moi. J’ai avec eux, une relation particuliĂšre. Ils me donnent, et j’essaie de leur rendre pour le mieux. La forĂȘt est ma deuxiĂšme maison 😆
        Bisou Ă  la Suricate …

        Aimé par 1 personne

      2. Oh ! Comme c’est beau de dire que la forĂȘt est comme ta deuxiĂšme maison. Oui c’est trĂšs rare de nos jours. Moi je suis une contemplative de la nature…j’aime l’observer…Merci encore pour tes commentaires qui me touchent Ă  chaque fois…Gros bisous Ă  toi cher Fred ! 😚😃

        Aimé par 1 personne

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s